Le rail public français fait plus de morts que le rail privé britannique

Les statistiques sont formelles : il y a 4 fois plus d’accidents de train en France qu’au Royaume-Uni.

Pour améliorer la sécurité du rail, privatisons !

Par Alexis Vintray.

Tout le monde le sait, la concurrence, c’est le mal, en témoigne les centaines d’accidents annuels sur le rail britannique depuis sa privatisation par Margaret Thatcher. A écouter la CGT Cheminots ou Sud Rail, c’est l’enfer capitaliste face au paradis socialiste français, l’ogre libéral face au douillet cocon franchouillard.

La preuve, à en croire la très officielle Eurostat dans son étude de 2009, il y aurait eu 413 accidents, contre seulement 107. Petit hic, c’est en France qu’il y en a le plus et non pas au Royaume-Uni. Juste quatre fois plus, une broutille. Pareil, 126 morts dues au rail en France, « seulement » 88 au Royaume-Uni. 2 collisions de trains en France, zéro chez Maggie.

Cerise sur le gâteau pour nos amis syndicalistes, le trafic passagers sur le rail est plus élevé au Royaume-Uni qu’en France, de plus de 20%, ce qui dégrade plus encore les ratios de sécurité du rail en France. Synthétisons les chiffres Eurostat (mis en forme par Nicolas Lecaussin).

France Grande-Bretagne
Nb passagers transportés (/1000 km) 381 995 480 512
Nb accidents 413 107
Nb personnes tuées ou blessées 126 88
Nombre de personnes tuées 80 57
Train British Rail en 1975 (CC Max Batten)
Train British Rail en 1975 (CC Max Batten)

Tout cela, alors que les coûts d’exploitation de la SNCF sont supérieurs de 30% à ceux de ses concurrents. Quelle dépense pour quelle efficacité? Heureusement pour l’exception française, le valeureux personnel de la SNCF est fort heureusement épargné avec 0 victime à recenser.

Alors, pour améliorer la sécurité du rail, privatisez ?

Lire aussi l’article de Nicolas Lecaussin sur la question sur le site de l’IREF, repris par Le Cri