Ce que dit vraiment l’OMS sur le lien cancer/téléphones portables

Aucun lien certain entre portables et cancer

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
OMS (Organisation Mondiale de la Santé)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Ce que dit vraiment l’OMS sur le lien cancer/téléphones portables

Publié le 15 juin 2011
- A +

TéléphoneLa question de la nocivité potentielle des téléphones portables déclenche les passions depuis longtemps. Dernier avatar de ce débat, la prise de position de l’International Agency for Research into Cancer (IARC, Agence Internationale de Recherche sur le Cancer), un organisme de l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé). Que disent vraiment l’organisation et les chercheurs interrogés ? Contrepoints revient sur le fond du débat.

A les en croire, les champs de radiofréquences électromagnétiques émis par les téléphones sont dans le “Groupe 2B”, c’est-à-dire qu’ils sont « peut-être » cancérigènes. Les détracteurs des portables ont été prompts à clamer que l’OMS en reconnaissait la nocivité. Pourtant, l’OMS ne dit rien de tout cela, plutôt le contraire.

Pour l’IARC, il y a quatre catégories de risque :

  • Catégorie 1: un lien extrêmement fort entre cancer et l’objet en question. Une catégorie pour la cigarette, l’amiante, l’alcool et autres.
  • Catégorie 2: 2A tout d’abord, avec tout ce qui a un effet « probablement cancérigène » pour l’homme. Le résultat des études sur des animaux sont suffisants pour le dire mais les résultats des tests sur l’homme sont limités. 2B (celui dans lequel l’IARC a classé les mobiles), regroupe ce qui est « peut-être cancérigène » pour l’homme. Il y a des preuves limitées et même les résultats des études sur des animaux ne sont « pas suffisants » pour conclure. Selon Cancer Research UK, on y retrouve un pot pourri de facteurs, avec la menuiserie ou le chloroforme.
  • Catégorie 3: pas assez d’études pour pencher dans un sens ou dans l’autre
  • Catégorie 4: réservée à ce qui ne cause pas de cancer chez l’humain. Catégorie quasi vide, avec en tout et pour tout un produit chimique dans cette catégorie.

Ainsi, alors que l’échelle de mesure est biaisée en faveur de l’alarmisme, l’IARC se contente de dire qu’il y aurait un risque potentiel, non certain, même chez les animaux. En outre, cela ne concernerait que deux types de cancers, glioma et acoustic neuroma.

Quand on observe les études sur lesquelles se base cette conclusion très modérée, on s’aperçoit qu’elles sont pourtant interprétées déjà dans un sens très alarmiste: ainsi, sur les nombreuses études scientifiques menées sur la question, une large majorité conclut à l’absence de corrélation entre cancer et téléphone portable. L’étude la plus sérieuse, menée au Danemark sur 420.000 personnes, conclut avec certitude qu’il n’y a aucun lien entre les deux, même sur une période de 10 ans.

Enfin, l’évolution du nombre de cancers du cerveau ces dernières décennies permet d’apporter un dernier éclairage intéressant : si les téléphones portables causaient des cancers, on assisterait à une hausse de leur fréquence. Las, aucune tendance de ce genre ne se dégage dans tous les pays étudiés : USA, Nouvelle Zélande, Danemark, Norvège, Suède et Finlande. Pareillement, au Royaume-Uni, les taux sont désespérément stables depuis plusieurs dizaines d’années.

Gageons que les alarmistes, tant sur ce sujet que sur d’autres, n’auront que faire de ces conclusions scientifiques et continueront à jouer avec les peurs pour imposer leur agenda. Mais qu’ils ne nous fassent pas croire que la science est avec eux.

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • Comme je l’ai déjà écris sur d’autres blogs; cette décision est PUREMENT POLITIQUE.

    L’OMS c’est l’ONU, organisation politique.
    D’ailleurs le GIEC est le pendant de l’IARC (CIRC) pour l’OMM.

    L’ONU est gangréné par des militants écologistes depuis bien longtemps, le PNUE en est un exemple frappant, le programme REED aussi.
    l’OMS échappait encore à cette main mise. Mais après le fiasco sur la grippe H1N1, les écologistes ont avancé leurs pions et pris plusieurs places dans la direction de l’OMS.

    On remplace des médecins sérieux qui font de la prudence (sur-prudence) face à des risques réels par des incompétents qui vont faire de la « prudence » face à des « risques » totalement irréels. Et ce faisant, ils vont oublier les vrais risques, comme les épidémies de bactéries entéro-fécales (37 morts en Allemagne) provenant de l’agriculture Biologique.

  • sur http://drgoulu.com/2011/06/03/pourquoi-je-nai-toujours-pas-peur/ j’ai traduit de l’américain un article présentant les résultats des études considérées par l’OMS et les conculsions scientifiques qu’on peut en tirer. (=néant).

    On y trouve aussi la mention d’autres produits « potentiellement cancérogènes » de la liste 2B, comme le café !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’oncologie pédiatrique est une spécialité médicale relativement jeune mais qui a connu, tout au long des dernières décennies, un développement particulièrement rapide. Cela tient notamment aux très importants progrès obtenus dans la prise en charge de ces enfants et à l’amélioration considérable des taux de guérison observés au cours des trente dernières années.

Néanmoins, ces progrès n’ont concerné qu’une partie des enfants dans le monde, principalement en Europe et Amérique du Nord, laissant de côté 80 % de la population pédiatrique... Poursuivre la lecture

nitrites
2
Sauvegarder cet article

Le mardi 12 juillet 2022, l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (Anses) présentait un avis révisé, un rapport d'expertise collective, « Évaluation des risques liés à la consommation de nitrates et nitrites » (communiqué de presse, foire aux questions).

 

« La charcuterie tue ! »

Le Journal du dimanche semble avoir été le bénéficiaire d'une fuite d'une synthèse de onze pages communiquée « aux autorités ». Selon le chapô de son article, « L’agence sanitaire Anses reconnaî... Poursuivre la lecture

OMS (Organisation Mondiale de la Santé)
4
Sauvegarder cet article

Ouf, une nouvelle panique arrive ! Il était temps et le timing est particulièrement serré.

En effet, la guerre russo-ukrainienne semble marquer le pas, à mesure que Zelensky et Poutine commencent à émettre des velléités de vouloir négocier.

En outre, le covid n'intéresse plus personne. Il ne reste plus guère que quelques petits pétochards qui tremblent encore d'une douzième vague (ou treizième ? on perd le fil, que voulez-vous), mais qui ont baien du mal à mobiliser les plateaux télé avec leurs poulains experts largement tombés ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles