La Grèce envisagerait de sortir de la zone euro

Réunion des ministres des finances de la zone ce soir : le gouvernement grec envisagerait de faire sortir le pays de la zone euro

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Euro Grec (image libre de droits)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La Grèce envisagerait de sortir de la zone euro

Publié le 6 mai 2011
- A +

La crise de la dette publique grecque continue. Selon le Spiegel Online, le gouvernement grec envisagerait de faire sortir le pays de la zone euro.

Les ministres des finances de la zone monétaire commune et des représentants de la Commission européenne tiendront ce soir (vendredi 6 mai 2011) une réunion de crise non-publique dans la ville de Luxembourg.

En plus de la sortie possible de la Grèce de l’union monétaire, une restructuration rapide de la dette du pays figurerait également à l’ordre du jour de la réunion.

Un an après l’éclatement de la crise grecque,  ce récent développement représenterait une étape cruciale pour l’union monétaire européenne et aurait un impact majeur sur l’économie de la zone.

Lors de cette réunion, le ministre des finances allemand Wolfgang Schäuble aurait l’intention de chercher à dissuader la Grèce de quitter la zone euro. Selon les sources du Spiegel Online, il aurait préparé un document interne évaluant les conséquences désastreuses d’une telle décision : dévaluation de 50% de la nouvelle devise grecque, déficit public à plus de 200% du PIB du pays, faillite de l’État grec et restructuration inévitable de la dette publique.

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • Mais que ferait alors l’euro ?

  • Que la grèce se débrouille. Très bientôt, la France sera dans la même situation faute de courage politique pour de sérieuses réformes.

  • Ca dépend : si la Grèce sort de l’euro, elle peut décider autoritairement de convertir sa dette en drachme, fixer la parité monétaire et imposer la dépréciation de sa monnaie à ses créanciers, provoquant une réaction en chaîne dans les banques TBTF. Ce scénario, immense détournement de fonds, serait une véritable déclaration de guerre économique au reste de l’Europe : c’est pour cette raison qu’il reste très improbable.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
inflation danger
6
Sauvegarder cet article

Voilà : maintenant qu'Emmanuel Macron est triomphalement réélu grâce à sa grande popularité (voire sa plasticité), la plupart des problèmes se sont envolés et tout va mieux. En fait, ça va plus que bien, ça va même du feu de dieu et on peut déjà le constater dans les chiffres qui paraissent - commodément - après cette phase électorale un tantinet fébrile.

Ainsi, selon une première estimation publiée ce vendredi par l'Insee, la France affiche une insolente croissance nulle (oui, 0 %) bien inférieure à ses précédentes prévisions (déjà pa... Poursuivre la lecture

L’élection présidentielle 2022 est déjà derrière nous (voir résultats en fin d’article). On peut considérer, comme moi, que l’élection de Marine Le Pen aurait signifié un désastre pour la liberté, la prospérité et la fraternité des Français. Il n’en demeure pas moins que la reconduction d’Emmanuel Macron à l’Élysée ne règle rien, raison pour laquelle il n’a pas eu ma voix non plus. La France est comme suspendue au-dessus du vide. Elle l’était avant le scrutin, elle l’est toujours après et l’avenir est toujours aussi douloureusement incertain.... Poursuivre la lecture

Les programmes des candidats leur servent à être élus. Il s’agit d’une fiction savamment élaborée par leurs conseils en communication. Immédiatement après les élections, cette fiction se trouve confrontée à une double réalité : d’abord la constitution d’une majorité parlementaire ce qui nécessite des concessions ; ensuite l’argent, nécessaire à la distribution des largesses ou au financement des réformes promises. Or l’argent dépend de la taxe mais surtout, aujourd’hui, des manipulations de la Banque centrale européenne.

Avec Emmanuel ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles