Mise à jour du compteur de l’IEDM

Les régimes de retraite des employés du secteur public ajoutent $71 milliards à la dette du Québec

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Mise à jour du compteur de l’IEDM

Publié le 23 mars 2011
- A +

Les régimes de retraite des employés du secteur public ajoutent $71 milliards à la dette du Québec.

Dans « Le Point sur la dette du gouvernement québécois« , Youri Chassin, économiste à l’Institut économique de Montréal, s’est intéressé au passif au titre des régimes de retraite des employés du secteur public, c’est-à-dire les sommes que le gouvernement n’a pas mises de côté année après année pour payer les prestations de retraite consenties à ses employés. Ce montant atteint $71 milliards.

Selon Chassin, peu de gens se rendent compte que les engagements du gouvernement au titre du régime de retraite des employés du secteur public reposent sur une stratégie de levier. Avec le Fonds d’amortissement des régimes de retraite (FARR), essentiellement, le gouvernement emprunte pour investir en bourse en souhaitant obtenir un rendement supérieur au coût des intérêts.

Pour sa part, Michel Kelly-Gagnon, président de l’Institut économique de Montréal, souligne que les contribuables n’ont généralement pas bien été informés du coût réel de la rémunération globale consentie aux employés de l’État au fil des ans, surtout en ce qui a trait aux engagements liés aux régimes de retraite. Le compteur de la dette disponible permet justement aux contribuables de voir ce qu’il en coûte de toujours remettre à plus tard la mise en ordre des finances publiques.

(Illustration René Le Honzec)

À la suite de la présentation du budget par le ministre des Finances du Québec, Raymond Bachand, l’Institut économique de Montréal a procédé à la mise à jour de son compteur de la dette. La dette du Québec se chiffre maintenant à $234 milliards, en hausse de $13 milliards par rapport à l’an dernier. Selon une estimation fondée sur sa croissance moyenne des cinq dernières années, la dette continuera de progresser à raison de $11,3 milliards par année, de $31 millions par jour et de $21.532 par minute.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
Macron Macron lettre dette
1
Sauvegarder cet article

Lors de sa campagne de réélection, le président faisait la promesse d’une planification écologique de l’économie.

Selon La Tribune, le président candidat a expliqué lors d'un meeting à Marseille :

« Cela concerne tous les domaines, tous les secteurs, toutes les dépenses, tous les équipements, tous les investissements. »

Il a remplacé son Premier ministre par une écologiste, ex-ministre de la Transition écologique !

Le président maintient le cap. Mais pourquoi pas ? Personne ne s’oppose.

Dans une tribune publ... Poursuivre la lecture

inflation danger
6
Sauvegarder cet article

Voilà : maintenant qu'Emmanuel Macron est triomphalement réélu grâce à sa grande popularité (voire sa plasticité), la plupart des problèmes se sont envolés et tout va mieux. En fait, ça va plus que bien, ça va même du feu de dieu et on peut déjà le constater dans les chiffres qui paraissent - commodément - après cette phase électorale un tantinet fébrile.

Ainsi, selon une première estimation publiée ce vendredi par l'Insee, la France affiche une insolente croissance nulle (oui, 0 %) bien inférieure à ses précédentes prévisions (déjà pa... Poursuivre la lecture

En cette période charnière pour l’avenir de la France, nous ne demandons pas à un Président d’être intelligeant, charismatique ou empathique mais tout simplement d’être courageux !

Le mal français est bien identifié

Ce n’est pas la peine de refaire un état des lieux à chaque nouveau quinquennat. Nous connaissons tous les travers de notre pays et ceci depuis plus de 20 ans :

Un pays hyper-endetté

Au début des années 2000, l'endettement était encore conforme aux critères de Maastricht qui l'exigeait en dessous de 60 % du PI... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles