Lente reprise au Royaume-Uni

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Lente reprise au Royaume-Uni

Publié le 23 mars 2011
- A +

La croissance économique sera faible cette année et l’an prochain au Royaume-Uni, mais le gouvernement doit poursuivre ses difficiles programmes d’assainissement budgétaire et de réforme structurelle afin de ramener l’économie sur une trajectoire viable.

Selon la dernière Étude économique de l’OCDE sur le Royaume-Uni, les réductions de dépenses vont peser sur la consommation publique, l’investissement et la croissance des revenus des ménages en 2011 et 2012, mais porteront leurs fruits sur le long terme. La réalisation contrainte d’un certain nombre de réformes essentielles permettra de lever les inquiétudes entourant la viabilité des finances publiques et contribuera à un rééquilibrage durable de l’économie du Royaume-Uni.

L’assainissement des finances devrait être ajusté pour un meilleur soutien de la croissance. La reprise économique et la création d’emplois bénéficieraient l’une comme l’autre d’une réduction moins prononcée que prévu des investissements publics. De telles réformes devraient être financées par une amélioration de l’efficacité de la taxe sur la valeur ajoutée, notamment une suppression des exemptions et un relèvement des taux réduits.

Le système de TVA du Royaume-Uni est l’un des moins efficaces de la zone OCDE, avec un taux de recouvrement effectif de moins de 60 % des recettes potentielles. Un soutien ciblé devrait être mis en place au profit des ménages modestes pour compenser les hausses de TVA. L’association de ces mesures soutiendrait la reprise, accroîtrait l’efficacité et protégerait les plus vulnérables sans compromettre l’assainissement budgétaire.

Le chômage devrait rester supérieur à ses moyennes historiques au cours des deux années à venir, tout particulièrement parmi les travailleurs peu qualifiés et les jeunes. L’étude souligne la nécessité de préserver des services de l’emploi efficaces pour aider les chômeurs à trouver un travail. De plus, des réformes de l’enseignement pourraient permettre d’améliorer les qualifications, favoriser la mobilité sociale et stimuler la croissance sur le long terme.

Des réformes de la politique en matière de logement – comme celles permettant d’accroître l’offre de terrains constructibles et de stabiliser la demande – pourraient rendre les logements plus accessibles et réduire les fortes fluctuations des prix dont souffre le marché immobilier au Royaume-Uni.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
4
Sauvegarder cet article

Bertrand de Jouvenel a montré que le pouvoir est toujours à la recherche de sa propre puissance. Il est expansionniste par nature. L’évolution depuis la Seconde Guerre mondiale a confirmé cette analyse historique datant de 1947. L’extension du domaine de la sphère publique n’a jamais cessé et les ambitions actuelles des dirigeants n’inversent pas la tendance, bien au contraire. Comment la puissance des États s’est-elle développée depuis trois-quarts de siècle ? Que nous réserve l’avenir ?

Inflation normative et technostructure

Le régim... Poursuivre la lecture

En France, il faut davantage d'enseignants, il faut davantage de juges, il faut davantage de policiers, il faut davantage d’informaticiens, davantage de plombiers et on pourrait allonger la liste…

Et cela pour d’excellentes raisons que nous allons rappeler, car des problèmes à résoudre sont très importants. Mais ces revendications se terminent par des demandes de moyens financiers… alors que la question n’est pas là.

Les raisons de recruter sont excellentes

Il n’y a pas assez de profs ? C’est vrai, il y a encore des classes surc... Poursuivre la lecture

1
Sauvegarder cet article

Par Thomas Renault.

Le taux de syndicalisation correspond au rapport du nombre de salariés membres d'un syndicat sur le nombre total de salariés. Si l'on observe l'ensemble des pays membres de l'OCDE, la France est le deuxième pays avec le plus bas taux de syndicalisation, juste devant la Turquie, avec un taux de syndicalisation de seulement 7,8 % (voir graphique plus bas).

Taux de syndiqués et taux de chômage

En théorie, on pourrait alors se dire qu'un taux bas de syndicalisation devrait être synonyme de davantage de flexibilit... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles