Les corporations luttent pour leur pouvoir d’achat. Pas le vôtre.

Grâce à l’étatisme et au corporatisme, les Français continueront de payer des taxis très cher. Les monopoles, c’est vraiment super.

Le libéralisme sauvage, c’est vraiment le renard libre dans le poulailler libre et la loi du plus fort ; il n’est qu’à voir comment l’Etat Français, scandaleusement acquis aux turbolibéraux, favorise outrageusement la libre concurrence en faisant supporter aux petits artisans taxis la rudesse d’une concurrence débridée !

Dans ce monde ultralibéral où l’état a toujours moins de place pour tenter timidement de réguler un petit peu les horribles perversités capitalistes, il faut savoir que n’importe qui peut s’improviser taxi.

Quelques autocollants sur la voiture, une paire de petites annonces et un coup d’aspirateur sur les sièges arrière, et vous voilà en route !

Dans ce paradis totalement dérégulé, il n’y a pas besoin d’acheter une licence à 100.000 euros et plus pour avoir le droit de faire partie d’une corporation. Il n’est pas nécessaire de s’enregistrer ni dans une obscure chambre de commerce, ni à la préfecture, ni où que ce soit : la France est devenu un enfer ultralibéral sous les coups de boutoirs lamentables d’un Nicolas Sarkozy tout acquis aux puissances du grand capital et qui n’a rien fait que suivre les recommandations d’Attali. On y laisse ainsi n’importe qui offrir un service de déplacement sans le moindre contrôle.

Le pire, c’est que, comme chacun sait dès qu’un marché est trop libre — trop de liberté tue la liberté, c’est bien connu — les compagnies privées se sont lancées dans une guerre des prix sans merci : on ne compte plus les taxis aux tarifs si bas que le conducteur est obligé, pour rentabiliser sa course, de faire tatouer des slogans publicitaires sur son crâne chauve offert en pâture comme marketing direct aux passagers. On ne compte plus les « taxis » qui, pour conserver une part de marché, offrent des « prestations » de plus en plus étendues qui couvrent bien plus que le simple trajet.

Car enfin, ce pays où le libéralisme règne en maître, où l’état crie son impuissance, réduit qu’il est à la portion congrue par une baisse permanente et nauséabonde des impôts et des taxes, ne laisse plus au vertueux artisan taxi aucune solution pour survivre en trimbalant honnêtement son pigeon client d’un point A au point B en passant par les points C, D et E, fortuitement embouteillés et en travaux, le tout pour un tarif parfaitement respecté et respectable.

Taxis démotivants

Mais une lueur d’espoir vient de s’allumer dans cet enfer où les hommes sont devenus des loups entre eux : les poules libres ont mordu le renard libre ! Bien fait ! Une société qui tentait ainsi de concurrencer le monopole des taxis en proposant — quel culot — des prestations équivalentes pour des prix rikikis vient d’être radiée !

Oui, vous avez bien lu : la fuite en avant avec la sauvegarde du pouvoir d’achat des clients comme prétexte futile est enfin stoppée net dans le tunnel étroit de la réglementation pointilleuse et du respect (enfin !) des artisans taxis qui pourront ainsi continuer à pratiquer des tarifs mitonnés avec goût.

Il faut dire que la société avait eu le toupet d’utiliser des Kangoos (verts de surcroît) comme voitures de grandes remises, seule possibilité pour eux d’afficher un tarif inférieur à ceux des taxis traditionnels.

Tout le monde sait que le Kangoo (vert, notamment) doit être réservé à la plèbe : cette voiture ne peut et ne doit pas pouvoir être considérée comme rentrant dans le cadre précis des voitures de grande remise, défini, unilatéralement, par l’Agence de développement touristique de la France (Atout France) — encore une engeance de ces méga-capitalistes assoiffés de la misère des petits artisans ! Que la peste les emporte !

Tout le monde sait que le Kangoo vert est mal pratique, moche, peu spacieux, qu’on y est mal installé et qu’aucun client digne de ce nom ne supportera l’affront de considérer ça comme une voiture de grande remise pour ramener ses courses de Shoppy à chez lui. Même à 80 ans, avec un tout petit budget et une hanche effritée.

Et puis tout le monde sait que déplacer des gens, sur commande, d’un point A au point B à des tarifs inférieurs à ce que la corporation a minutieusement préparé, c’est, définitivement, une atteinte au monopole des taxis défini par les ultralibéraux !

Merde. Où va le monde ?!

Ça commence comme ça, et, de fil en aiguille, les gens se rendent compte qu’ils n’ont pas besoin de ce petit bidule marqué Taxi sur le toit d’une voiture pour transporter des gens pas cher ! Ça commence comme ça, et petit à petit, les clients finissent par avoir des services à des prix raisonnables !

Pire que tout ! Si on laisse faire, les gens vont finir par se rendre compte que les taxis, en grand nombre, peuvent remplacer complètement les infrastructures de transports en commun, pour un prix très bas, et une absence totale de subventions et un coût nul pour le contribuable ! Ce serait l’immondice carbonée et la fracture écologique terminale ! La Mort assurée de millions de chatons, de plantes vertes et Gaïa qui pleurerait de grosses larmes de honte !

Et ça, ce serait un scandale immonde ! Dans ce pays überlibéral, imaginer que les gens utilisent leur argent pour autre chose que des impôts et des services chers et inadéquats, c’est … c’est … criminel !

Soutenez les taxis, soutenez leur monopole !

–o–

C’était un message Taxi Demaerd, quand Ne Pas Se Laisser Faire rime avec Il Nous Faut Rester Cher.

—-
Sur le web

—-

L’assassinat du pouvoir d’achat