Pour la journée de la Femme, envoyez la Marine !

Les sondages sont limpides en cette journée de la Femme : les Français-e-s *veulent* une présidente !

Collision de l’actualité ou message clair envoyé par les Français à leurs dirigeants ? Force est de constater, en tout cas, qu’en cette journée de la femme, le peuple semble de plus en plus fermement décidé à ne pas laisser s’installer des situations d’inégalité en République du Bisounoursland !

On apprend, au détour de quelques articles (dont celui-ci) que la France n’est pas exactement ce havre égalitaire que d’aucuns content à nos enfants émerveillés d’habiter dans ce paradis : la fonction publique ne montre ainsi pas vraiment l’exemple et ne peut s’empêcher d’un machisme lamentable dans ses hautes fonctions en les réservant, si ce n’est de droit, au moins dans les faits, aux hommes.

On trouve plus de hauts-fonctionnaires que de hautes-fonctionnaires. Au pays du Bisou Qui Cogne, c’est assez scandaleux, et cette Journée de la Femme est une excellente occasion pour réaffirmer clairement que les sexes, qui se doivent d’être extrêmement égaux à tous prix, ne peuvent servir de base à quelque forme de discrimination qui soit.

Et s’il est bien un haut fonctionnaire symbolique qui a toujours été un homme, c’est bien celui de Président de la République ! Il faut que le président devienne une présidente !

Or, et c’est là qu’est tout le sel de la situation, les Français indiquent clairement qu’ils veulent, bel et bien, mettre fin à cette situation qui n’a que trop duré ! Non seulement, un premier sondage, samedi dernier, donnait une femme clairement en tête au premier tour, mais, une fois le sondage refait, comme un vulgaire référendum au résultat nauséabond, paf, on retrouve le même résultat, limpide : une fois encore, une femme semble en tête dans la course à l’échalote présidentielle !

Les féministes vont, enfin, pouvoir se réjouir : quelle que soit la situation au premier tour, quels que soient les concurrents, tous mâles et désarçonnés, une femme l’emporte largement et claque le beignet de ses doigts graciles de tous ces fanfarons bêtement masculins.

Fanfarons qui, devant les résultats alarmants pour leur suprématie, n’en finissent pas de crier à la catastrophe : François Hollande trouve que ces sondages sont une alerte (la fin du règne est proche, hein, François ! – ce n’est pas que tu avais une chance, ni d’être président, ni d’être mâle, mais on sent que ça t’inquiète). Debré, lui, une femme présidente, ça lui fait peur !

Marine Le Pen, présidente ?

Mais quand on y pense, il était temps.

Comment peut-on concevoir que la République du Bisounoursland, fondée sur les principes séculaires de la taxe, du bisou, et surtout et avant tout, de l’égalité totale planifiée et salvatrice, soit restée si longtemps loin de ses idéaux ?

Comment peut-on encore, au XXIème siècle, accepter de faire passer un programme politique (que certains qualifient ouvertement d’extrêmement vague), des idées voire une capacité à gouverner avant l’égalité d’accès à la profession ? Il faut, très clairement, instaurer la parité jusqu’aux plus hautes responsabilités de l’état, par exemple en obligeant une stricte alternance à la présidentielle ! Toute exigence inférieure ne sera pas un compromis, mais une compromission lamentable !

Et il ne faut pas oublier la chance que représente cette occasion unique d’écrire dans le grand livre de l’Histoire de l’Humanité, déjà passablement raturé par des politiciens français médiocres (et surtout très masculins) : la France, pays de la démocratie, des droits de l’homme et de la femme, et de l’égalité a, ici et maintenant, l’opportunité de montrer le chemin au monde !

Martin Aubry, solide secrétaire du PS, est outré

De surcroît, ce sera l’occasion d’effacer l’humiliation ressentie par tous les amis progressistes de l’égalité totale et planifiée lorsque les Etats-Unis, pourtant patrie du capitalisme le plus sauvage, du turbolibéralisme et surtout du KKK, ont élu, à la face ébahie du monde, un homme de couleur avant nous ! Il n’est pas à écarter qu’ils parviennent à mettre avant nous à un poste important une femme aussi également incompétente qu’un homme ! Ce serait un véritable camouflet au phare du monde moderne !

Français, Françaises, vous avez le destin de la Fraônce, que dis-je, le destin du Maônde entre vos mains : montrez-lui votre générosité ! Montrez que vous aussi, vous accepterez une femme aux plus hautes responsabilités, que la médiocrité, la nullité présidentielle ne sont pas réservées aux élites masculines, qu’une femme peut, elle aussi, de façon complètement consciente, ruiner un pays et foutre en l’air une nation !

Je compte sur vous !

Tous ensemble, on peut y arriver !
—-
Sur le web

—-

Le mythe de la discrimination salariale