France.fr : continuons le scandale

France.Fr, le site qui crasha en juillet dernier, va bénéficier de 2 M€ supplémentaires. On se demande pourquoi.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
france.fr

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

France.fr : continuons le scandale

Publié le 11 février 2011
- A +

France.fr , c’est LE site dont vous, Français, êtes le cocu héros. Vous payez, et il régale. Encore que manifestement, il ne régale pas assez puisqu’il a été décidé, de façon discrète, de relancer un petit coup de marché public histoire d’améliorer un peu le bousin, de fine-tuner la bécane, d’affûter la communication touristique pro-France…

Le gouvernement et l’internet, c’est une longue histoire, quelque chose de sale et glauque, comme les pages les plus sordides d’une histoire d’Ellroy, avec tout ce qu’on peut imaginer de prostituées découpées en morceaux, de corruption décontractée, de bas-fonds interlopes et de petits arrangements entre amis prêts à défourailler à la moindre occasion.

Chaque fois qu’un des membres du gouvernement se lance ainsi à l’assaut d’un truc numérique, aussi anodin soit-il en apparence, cela se termine par un vaste champ de ruines fumantes desquelles on ne relève rien. Si Internet est une bataille pour la majorité, c’est Waterloo et Stalingrad réunis.

A la limite, la nouvelle péripétie qu’on apprend sur France.Fr ressemble plus à une escarmouche. France.fr, rappelez-vous, c’est déjà un gros million d’euros claqués dans la soie, avec le résultat calamiteux qu’on connaît.


Cliquez pour agrandir

Bien que le site soit finalement tombé en marche il y a quelques mois après d’âpres tentatives de la folle équipe de clowns à roulette dont les justifications digne d’un Scotty dans l’Enterprise (« Y’a trop de visiteurs, la pression est trop forte, le serveur va lâcher, capitaine ! ») font sourire ceux qui font tourner des sites plus visités avec beaucoup moins d’argent, nos hautes instances dépensières ont jugé absolument nécessaire de claquer une nouvelle somme conséquente – autour de 2 millions d’euros – pour « améliorer » le bousin.

On en reste pantois.

En effet, tout semblait indiquer que dépenser plus de thune pour cette vitrine clinquante de l’incompétence crasse de nos élites était suicidaire ; le spot proposé à l’ouverture donnait ainsi un point clair de la limite au ridicule à ne pas franchir.

Mais non.

Toujours ce problème majeur : comme ces gens baignent dans le fric, il faut le dépenser. Autant que ça serve à refaire les lambris, non ?

Et alors que Sarkozy a prouvé, une nouvelle fois, son absence de colonne vertébrale en s’adaptant flasquement à l’actualité dans une démonstration de pipeauterie mollassonne, l’Etat continue donc d’aller de l’avant dans les dépenses idiotes, d’ajouter du déficit à la dette, de creuser les caisses vides et de se foutre ouvertement de l’avenir des générations futures dont il prétend s’occuper dès qu’il s’agit de taxer, empêcher, contraindre ou expulser.

Pas de doute. Ce pays est foutu, et ce sera to the max !
—-
Sur le web

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L'affirmation souvent entendue, même dans la bouche de journalistes et de hauts responsables politiques, « la meilleure énergie est celle qui n'a pas été produite ou consommée » se trompe d'objectif.

Ce n’est pas l’énergie source de bienfaits et de confort qu’il faut réduire, mais ses éventuelles nuisances marginales.

Ce slogan simpliste, trop souvent repris à tort et à travers, distille de manière insidieuse une idée négative : l’énergie serait mauvaise en elle-même, et celle qui ne serait pas produite, ou consommée, serait un ... Poursuivre la lecture

Par Maxime Lefebvre.

Il y a 14 ans, pendant que tous les regards se tournaient vers Pékin où s’ouvraient les 29e Jeux olympiques d’été de l’ère moderne, la guerre éclatait entre la Géorgie et la Russie. En jeu, les régions séparatistes pro-russes d’Abkhazie et d’Ossétie du Sud, officiellement rattachées à la Géorgie.

Ce conflit présente de nombreuses similitudes avec celui qui sévit en Ukraine depuis le mois de février : une Russie de Poutine (qui, en 2008, était certes Premier ministre entre deux présidences, mais demeurait le ... Poursuivre la lecture

La fin de l’ancien monde et le basculement vers un nouveau monde incertain, inquiétant voire dramatique revient périodiquement sur la scène depuis la nuit des temps. L’Ancien Testament avait narré Noé et son Arche seuls survivants du déluge, l’Évangile selon Saint Jean l’Apocalypse.

À chaque époque son prédicateur ! Durant le premier confinement, le prophète Hulot ne nous avait-il pas annoncé que le coronavirus devait être compris comme un « ultimatum de la nature ».

Après ce premier conseil des ministres de la rentrée, c’est ce... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles