Qu’est-ce que l’homme ?

Un être « charnière » vers l’avenir

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Qu’est-ce que l’homme ?

Publié le 10 février 2011
- A +

Par Raoul Audouin

L’homme, un être « charnière » vers l’avenir. En effet, l’homme est un animal, avec ce que cela implique de besoins et d’instincts. Ses besoins le soumettent à des contraintes matérielles qui encadrent son activité économique, car les ressources dont il doit se servir sont limitées (rareté), et doivent être transformées (travail) avec le concours spécialisé des autres hommes (échange). Ses instincts le guident vers sa propre survie, et vers son épanouissement dans l’association, mais aussi vers la destruction et la domination. D’où la permanence et l’universalité de la relation politique, au sens étymologique du terme.

L’animal humain est doté d’un cerveau dont la complexité permet une infinité de résonances entre ses perceptions, et l’accumulation prodigieuse de mémoires ainsi que les liaisons réflexes. C’est un fait que « l’homme ne vit pas seulement de pain ». Et l’instrument — propre à l’espèce humaine — de cette autre vie, est le langage articulé. Le langage et l’écriture mettent à notre portée, au moins potentiellement, l’expérience et les aspirations de tous les autres hommes et des générations passées.

Au contraire des animaux, dont le comportement ne peut s’alimenter que dans leur expérience physique, nous disposons ainsi d’une masse illimitée de connaissances, en quelque sorte désincarnées. Nous pouvons nous servir d’un nouvel outil : l’abstraction. Et de même que notre corps exulte de s’exercer dans le sport ou la lutte, nous éprouvons le besoin et le plaisir d’agencer les idées en raisonnements, de créer des situations nouvelles par l’imagination, de les traduire en projets, d’en assembler les moyens, de les faire passer dans la réalité par l’action. Le plaisir de créer, et celui de contempler ce qu’on a créé ou que d’autres ont créé, introduit enfin l’homme au domaine de l’esthétique.

L’intuition directe nous montre comme connexe au sens esthétique du Beau, le sens éthique du Bien. Toutefois les rudiments des notions de droit et d’infraction existent aussi dans le comportement des animaux. Là encore l’homme marque un dépassement plus qu’une rupture. Il n’est pas le seul dans la nature à savoir se sacrifier pour le conjoint, la progéniture, voire à prendre des risques pour secourir un congénère. Mais nous savons qu’il éprouve du bonheur lorsqu’il répond à une vocation, et de la culpabilité à s’y dérober ou à nuire sans nécessité. L’homme reconnaît ainsi des vertus : le respect de soi et de ses semblables, le désir de contribuer à leur bien commun. Il a le sentiment de s’ennoblir en les pratiquant, de se dégrader en les repoussant.

Enfin, quelles que soient ses convictions, il se fait une idée — au moins sommaire et implicite — de sa destinée et du sens de l’univers. Autrement dit, il a conscience d’une dimension métaphysique de son être. Croyants ou agnostiques, nous pouvons être d’accord sur cela, qu’il ne prétend pas expliquer mais seulement constater. Pour situer cependant ce minimum de consensus spirituel, nous pourrions dire que la double nature de l’homme, à la fois animal et esprit, est l’un des deux pôles de la tension qui résume le problème de la liberté. L’autre pôle est la nature de la société.

(À suivre : Qu’est-ce que le Droit naturel ?)

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • Cette définition de l’Homme va dans le bon sens, mais me semble encore trop dépendante de l’idéologie matérialiste.

    Le matérialisme dit que l’Homme est rien d’autre qu’un animal, tout au plus un « animal évolué ». D’ailleurs, on peut être croyant ou agnostique et adhérer à cette définition du matérialisme, c’est donc une question qui dépasse les clivages de croyances, même si elle s’accommode quand même le mieux avec l’athéisme.

    Cette définition matérialiste a été au centre de la justification morale des régimes socialistes totalitaires d’extrême-gauche et d’extrême-droite. Car si l’Homme n’est rien qu’un animal, il devient moralement acceptable de le traiter comme rien d’autre qu’un animal… Ces régimes ont donc traité comme des animaux les êtres humains et on a vu les horreurs que cela a données…

    Je pense qu’il est donc fondamental pour introduire la notion de droits naturels de d’abord contester cette définition matérialiste de l’Homme:

    L’Homme n’est pas un animal, mais c’est un être spirituel qui a une partie que l’on peut qualifier d’animale en lui.

    Et c’est parce qu’il est un être spirituel, qu’il ne va pas se laisser guider par son instinct ou par la sélection naturelle, mais par des valeurs morales. Or les valeurs morales qui sont les plus justes, sont bien celles qui découlent des droits naturels de l’individu.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Face aux velléités de contrôle des prix dans les pays développés et devant leurs résultats désastreux dans certains pays en développement, les libéraux ont une attitude constante : rappeler que fixer les prix à un niveau inférieur à celui du marché conduit inéluctablement à rendre les biens disponibles en moins grande quantité pour le consommateur.

Cette vérité ne fait cependant pas percevoir avec suffisamment de clarté la raison pour laquelle le prix du marché serait par nature préférable au prix que l’autorité serait tentée de lui su... Poursuivre la lecture

Avancées ou reculs, les mesures pour lutter contre les violences conjugales ne manquent pas.

Le vote unanime par le Sénat d’une aide financière d'urgence aux victimes pour quitter le domicile conjugal est une excellente nouvelle… mais ne doit pas empêcher de répondre à un enjeu majeur : augmenter le budget justice pour accélérer les délais d’audiencement.

Votée à l'unanimité, en première lecture au Sénat, une aide financière « universelle d'urgence » pour les victimes de violences conjugales est censée encourager la séparation d... Poursuivre la lecture

Un article de la Revue Politique et Parlementaire.

 

Selon les Marcheurs du parti LREM, le traditionnel clivage gauche/droite appartiendrait au passé, dans la mesure où les Français se moqueraient de savoir si une idée censée être salutaire pour eux relève de la gauche ou de la droite, du moment qu’elle donne de bons résultats. Si l’on peut en effet remettre en question la pertinence de catégories politiques figées comme droite et gauche - le grand penseur et économiste libéral du XIXe siècle, député des Landes sous la IIe ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles