La koruna, c’est mieux que l’euro

Quand les règles ne sont pas les mêmes pour tout le monde

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La koruna, c’est mieux que l’euro

Publié le 14 décembre 2010
- A +

L’équipe d’Open Europe doit bien avouer une certaine fascination pour la Slovaquie ces derniers temps, un petit pays qui cache un noyau dur de ténacité et de force, surtout quand il se fait bousculer de l’extérieur.

On ne peut certainement pas accuser sa classe politique d’être conformiste. La Slovaquie a rejoint l’euro en 2009. Moins de de 2 ans plus tard, le doute semble monter quant à cette décision. Dans un édito pour le quotidien économique slovaque Hospodarske Noviny, le porte parole du parlement slovaque Richard Sulik (voir photo) écrit :

« Il faut arrêter de faire confiance aveuglément aux chefs de l’eurozone, et commencer à dessiner un plan B : un retour à la koruna slovaque. »

Sulik avance l’argument que la Slovaquie a fait de gros efforts pour rejoindre l’euro parce qu’on lui avait promis « une monnaie stable et des règles solide ». Cependant, note-t-il, « deux ans plus tard, il est triste de constater que les règles ne sont pas les mêmes pour tout le monde, pour ne pas dire qu’il n’y a pas de règles du tout. »

Triste mais vrai et chapeau à Sulik pour oser dire la vérité aux puissants.

La Slovaquie a été le seul pays de l’eurozone à refuser de prendre part au sauvetage de la Grèce il y a quelques mois, suite à un vote de son parlement. À cette occasion, le premier ministre nouvellement élu Iveta Radicova avait dit :

« Oui, nous sommes les seuls qui avons dit non à haute voix. Mais je suis sur qu’il y avait des « non » dans le for intérieur des représentant des tous les pays de l’UE […] Que devrais-je dire à nos citoyens, que nous devrions aider ceux qui ne veulent pas s’aider eux-mêmes ? »

Difficile d’argumenter contre ça, n’est-ce pas ?

Repris du blog d’Open Europe avec l’autorisation de ses responsables.

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • Il a malheureusement raison, les règles n'ont pas été respectées, il y a eu tromperie sur la marchandise.

    Néanmoins un retour aux monnaies nationales n'est pas souhaitable. Les transfrontaliers vous l'expliquerons mieux que toute autre personne, mais vous pouvez aussi demandez aux entrepreneurs et commerçants qui ont clients et fournisseurs dans toute la zone Europe ou bien un seul pays.

    Fouillez un peu les vieux articles, du temps du Franc. Quand on fait des affaires avec "l'étranger monétaire", il faut tenir compte de la fluctuation des monnaies, il faut parfois sans cesse ajuster les prix, on perd et gagne en avantage "prix" au gré de ces fluctuations.

    L'exemple parfait c'est la Suisse, entourée par la zone euro.

    L'euro est une bénédiction pour celles et ceux qui matérialisent le commerce intra-zone-euro. Et qui en bénéficie directement ? Le consommateur.

    À noter qu'un retour aux monnaies nationales ne changerait pas grand chose aux sauvetages actuels des pays. Un temps l'Allemagne et son Mark puissant ont sauvé le Franc français d'une débandade !

    Bref, l'euro, ce sont des avantages et des inconvénients. C'est bien de lister les inconvénients, mais n'oubliez pas les avantages.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La fin de l’ancien monde et le basculement vers un nouveau monde incertain, inquiétant voire dramatique revient périodiquement sur la scène depuis la nuit des temps. L’Ancien Testament avait narré Noé et son Arche seuls survivants du déluge, l’Évangile selon Saint Jean l’Apocalypse.

À chaque époque son prédicateur ! Durant le premier confinement, le prophète Hulot ne nous avait-il pas annoncé que le coronavirus devait être compris comme un « ultimatum de la nature ».

Après ce premier conseil des ministres de la rentrée, c’est ce... Poursuivre la lecture

Pour les uns l’euro serait la cause de tous nos maux économiques : hausse des prix, chômage, désindustrialisation, etc.

Pour les autres, l’euro est une bénédiction, un des socles sur lequel sera construite une Europe fédérale rayonnante des droits de l’Homme, puissante et paisible à laquelle tout individu cultivé et évolué doit aspirer.

Pratiquement, l’euro est à terme condamné.

Concrètement, il a simplifié la vie de ceux qui exportaient et circulaient en Europe, c’est indéniable. Plus de comptes en devises, de frais de c... Poursuivre la lecture

Le risque d’un appauvrissement quasi généralisé en Occident, et spécialement dans l’Union européenne, est aujourd’hui très important.

Les politiques menées en Occident, et surtout celle de la Commission européenne, conduisent inévitablement à une grave diminution du niveau de vie.

Il ne s’agit pas, aujourd’hui, de parler de l’inflation qui accable notamment la zone euro.

Elle est certes un danger réel et important, surtout pour ceux qui possèdent des liquidités, des emprunts d’État ou autres obligations à long terme. Les ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles