Lettre d’un prof

Appel d’un professeur contraint par les programmes scolaires centrés sur le développement durable

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Lettre d’un prof

Publié le 21 octobre 2010
- A +

Ci-dessous, l’appel d’un professeur du secondaire contraint par les programmes scolaires centrés sur le développement durable.


Je suis professeur et également parent.

Cette rentrée s’est réalisée sur fond de réforme en collège et une en seconde (1ère et terminale prévue pour dans un et deux ans respectivement). Toute cette réforme est établie sur le mythe du Développement Durable. Il s’infiltre dans toutes les disciplines: géographie, éducation civique, ECJS [éducation civique, juridique et sociale], SES [sciences économiques et sociales], français, langues vivantes et toutes les disciplines techniques. Les bacs techniques vont être rebaptisés de STI en STI2D [Sciences et Technologies de l’Industrie et du Développement Durable]. Le bac « électrotechnique » devient « Énergie et développement durable ». Etc.

Par exemple en 5ème, le programme de géographie est  basé:

1) Sur la notion de développement durable qui est:

– un nouveau mode de conditionnement social et politique,

– martelée avec un caractère quasi-obsessionnel,

– une notion méconnue de la plupart des habitants du globe, réservée aux seuls occidentaux.

2) Sur le mythe de l’égalité. Sans état d’âme pour ce que cela implique:

– imposer le modèle occidental à toute la planète,

– bafouer le droit à l’autodétermination de chaque peuple, et la diversité des civilisations,

– inviter les enfants, à partir d’une simple image, à juger de la qualité de vie des gens, de ce qui est bien et de ce qui est mal.

3) Sur le mythe du réchauffement climatique de nature anthropique, au mépris:

des dizaines de milliers de scientifiques qui le contestent,

– de l’affaire du climategate qui révèle les malhonnêtetés d’investigation des scientifiques du GIEC,

– des condamnations pour mensonges et tromperies formulées par la justice britannique à l’égard d’Al Gore pour son film « Une vérité qui dérange ».

L’éducation civique était déjà touchée par la pensée unique et égalitariste. Désormais quantité d’autres disciplines sont au service de la promotion d’institutions et d’ONG en vogue, dont les objectifs ne sont pas transparents. Sans recul scientifique aucun, et au détriment de l’objectivité et de la lucidité qui devraient prévaloir en matière de transmission d’informations et de valeurs, l’Éducation Nationale impose aux professeurs de formater les esprits en leur assenant tous les thèmes à la mode.

En espérant que ce courrier pourra vous être utile.

Très sincères salutations.

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • "Anthropique" et non "anthropologique".
    Et bien oui, le système scolaire français ne vise plus à atteindre l'excellence, il doit formater et laver toute once d'indépendance d'esprit. La donnée étant assimilée, à nous maintenant, parents, d'inculquer à nos enfant la culture, le bon sens et l'esprit critique qui fit nos lumières

  • Sujet d'exposé à faire pour une classe de cm2 dans mon village : "la discrimination"

    Et voilà, nous avons une école incapable d'apprendre à nos enfants à lire mais qui commence à 10 ans à réaliser du bourrage de crâne idéologique.

    J'ai peur.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Kerry McDonald.

 

Comme tant d'autres entrepreneurs, Luma Mufleh a repéré un problème et a trouvé une solution. En 2004, lorsqu'elle a commencé à entraîner une équipe de football composée de jeunes garçons réfugiés dans la banlieue d'Atlanta, elle a rapidement compris que les écoles publiques locales qu'ils fréquentaient s'en désintéressaient. Ils passaient dans la classe supérieure sans savoir lire et écrire et sans être capables de maîtriser le contenu académique qui leur était présenté. Ils étaient également en diffi... Poursuivre la lecture

Charles Pépin est un écrivain et philosophe dont j’ai eu l’occasion de lire plusieurs ouvrages, toujours écrits dans un style simple et abordable, pleins de bon sens, tout à fait agréables à découvrir et utiles à la réflexion.

Ici, il revient avec un essai au titre engageant, Les vertus de l’échec. Un thème, comme il le montre lui-même, très bienvenu lorsqu’on connait les difficultés spécifiquement françaises à admettre les multiples leçons que l’on peut en tirer et le fait que ces échecs peuvent tout à fait être porteurs et se transfo... Poursuivre la lecture

On peut en rire, mais on doit aussi s'en inquiéter : bêtise ou volonté délibérée de tromper ? Peut-être les deux. Mais aucune de ces hypothèses n'est charitable.

Twitter ne pardonne pas. Pas grand-chose ne lui échappe.

Quelqu'un a repéré un visuel d'un candidat de la NUPES, tendance écolo. Quatre fautes sur deux lignes et une douzaine de mots. Cela reste plaisant et sans conséquence autre que de plonger notre personnel politique – et, partant, notre démocratie – encore davantage dans le discrédit.

 

Pl... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles