Le cadavre de Pétain bouge encore

Les défenseurs actuels du régime de retraite par répartition seraient, en effet, bien étonnés si on leur en dévoilait l’origine pétainiste

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Philippe Pétain (Image libre de droits, Library of Congress)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le cadavre de Pétain bouge encore

Publié le 24 septembre 2010
- A +

Par Philippe Simonnot.

Le président Nicolas Sarkozy a eu raison d’évoquer en son temps les mânes d’un François Mitterrand instaurant la retraite à 60 ans pour expliquer le marasme dans lequel se trouve le système français de retraites.

Mais pour que sa démonstration fût complète, il eût été avisé de remonter plus haut dans le temps.

Les défenseurs actuels du régime de retraite par répartition seraient, en effet, bien étonnés si on leur en dévoilait l’origine.

La plupart du temps, en effet, on le fait remonter à la Libération, époque supposée de refondation du pacte républicain français, avec les fameuses Ordonnances sur la Sécurité sociale de 1945, en quelque sorte sacrées par la signature du général de Gaulle. Or la répartition a été instaurée le 15 mars 1941 par un homme qui a fini sa vie en prison pour indignité nationale après un procès pour haute trahison : Philippe Pétain. En vérité, Sarkozy ne pouvait remonter jusque-là sans remettre en cause un tabou national.

Après la tragédie de la défaite, dans un pays ruiné et rançonné, saigné à blanc par l’Occupant nazi, le vieillard qui règne à Vichy allume tranquillement la mèche d’une bombe à retardement qui commence à exploser aujourd’hui.

René Belin, l’ancien dirigeant de la CGT nommé par le maréchal Pétain secrétaire d’Etat au Travail, met lui-même les points sur les i :

« Les cotisations destinées à la couverture du risque « vieillesse », explique-t-il, ne donneront plus lieu à un placement, mais seront utilisées au fur et à mesure de leurs rentrées dans les caisses pour le service des pensions. »

La dernière loi sur les retraites datait de 1930. Le régime de capitalisation, alors en vigueur, avait donné de bons résultats. Sur les 8,8 millions d’assurés, 7 millions faisaient des versements, et 5,5 millions cotisaient régulièrement. La situation financière n’avait pas tardé à être florissante. Au 31 décembre 1934, 11 milliards de F avaient été économisés sur les 17 milliards perçus. Aussi décida-t-on de réduire le taux des cotisations.

Mais, même prospère, le système ne pouvait assurer immédiatement de manière satisfaisante la retraite des gens âgés. C’est le propre de la capitalisation à ses débuts. Dans les premiers temps, on accumule du capital sans pouvoir verser de pensions. Ce n’est que lorsque le fonds arrive à maturité que le montant des retraites payées peut égaler celui des cotisations. Pétain a bloqué cette maturation.

Les dispositions mêmes de la « loi de répartition » de mars 1941, comme elle s’appelle et qui mérite bien son nom, permirent d’affecter au paiement de l’Allocation aux Vieux Travailleurs Salariés les cotisations recouvrées dans le cadre du précédent régime. On trouve dans les archives de cette époque un commentaire qui indique clairement qu’il était « dans les intentions de certaines administrations de consommer les capitaux eux-mêmes » qui avaient été accumulés et « qui seraient peu à peu liquidés. » Compte tenu de l’extrême misère engendrée par l’Occupation, il n’y avait peut-être pas d’autres moyens d’empêcher un certain nombre de personnes âgées de mourir de faim. Pour la Résistance, ce n’était pas une excuse valable. Le Commissariat aux Affaires sociales du gouvernement provisoire d’Alger, dirigé par le Général de Gaulle, fustigera la manœuvre de Pétain en ces termes :

« Cette innovation qui a été présentée par Vichy comme une amélioration importante n’a été en réalité qu’un expédient adopté pour permettre d’utiliser les réserves de l’assurance sociale au financement des retraites des vieux travailleurs instituées par l’acte dit loi du 14 mars 1941. »

Les gaullistes de cette époque étaient de bons économistes.

Après un tel pillage, le résultat final ne pouvait être autre que celui que décrit dans ses Souvenirs Pierre Laroque, le « père » de la Sécurité sociale :

« Les caisses dépositaires de ces capitaux se trouvent, du fait de la couverture de l’Allocation aux Vieux Travailleurs salariés, à peu près exsangues en 1944, ne conservant que quelques immeubles de rapports ».

Sans doute parce que ces derniers n’avaient pu être liquidés !

A la Libération, les nouvelles autorités ne furent pas tentées de puiser dans la caisse, puisqu’elle était vide. Mais comme l’écrit Jacques Bichot,économiste spécialiste des retraites,

« elles prirent la suite de Vichy quant à l’utilisation immédiate des cotisations pour payer les prestations ».

Pour faire passer la pilule auprès des cotisants, on leur fit croire que leurs cotisations leur ouvraient des droits à la retraite comme s’ils étaient encore sous un régime de capitalisation. Il s’agissait là d’une illusion lourde de conséquences et qui ne serait dévoilée que beaucoup plus tard.

Pour le comprendre, il faut rappeler succinctement les caractéristiques très différentes des deux systèmes de retraite.

En répartition, les cotisations versées à la caisse de retraite par les actifs sont versées aux retraités au fur et à mesure qu’elles rentrent. Les Anglo-Saxons appellent ce système unfunded pensions. Les pensions ne sont pas « fondées » dans la mesure où n’est pas constitué un fonds accumulant des capitaux dont le rendement servira à payer les futures pensions.

En capitalisation, les versements faits par les actifs servent à constituer des réserves sur lesquelles seront plus tard prélevées les pensions.

En répartition, les cotisations sont une sorte d’impôt versé par les actifs au profit de leurs aînés, un remboursement de ce que chacun a reçu de ses parents durant sa jeunesse. Ce n’est que par un artifice mensonger qu’on les présente comme ouvrant un droit à la retraite des cotisants. Au contraire, en capitalisation, les cotisations constituent une épargne qui permettra de payer leur rente aux futurs retraités.

Il est très facile de supprimer la capitalisation pour passer à la répartition. On peut puiser dans les réserves précédemment constituées pour compléter la retraite des vieux au cas où les cotisations seraient insuffisantes. C’est ce qu’a fait le maréchal Pétain de 1941 à 1944. Par contre, la réforme d’un régime de répartition pour faire place à plus de capitalisation, est beaucoup plus ardue, et c’est l’une des difficultés de la situation d’aujourd’hui. Le versement des cotisations ne peut en effet être arrêté, sauf à priver les retraités de leur subsistance. Autrement dit, les actifs doivent continuer à cotiser jusqu’au décès du dernier bénéficiaire du système, alors même que leurs cotisations apparaissent pour ce qu’elles sont : elles n’ouvrent droit à aucune retraite, alors même que le régime de capitalisation qu’on essaye de faire renaître ne peut générer à ses débuts de pensions satisfaisantes.

Chaque gouvernement refilant la « patate chaude » à son successeur depuis 69 ans, on est arrivé cette fois au bout du système, les « actifs » d’aujourd’hui condamnés à payer deux fois : pour les retraités actuels et pour leurs propres retraites. Cette double peine survient au moment même où la crise financière conduit à une augmentation inéluctable des impôts.

A la décharge de Vichy, on observera que le maréchal ne pouvait prévoir que le jeune Mitterrand qu’il recevait à l’Hôtel du Parc, alourdirait encore, avec l’appui de la même CGT, la charge explosive de la bombe allumée en 1941. Si le cadavre de Pétain bouge encore, c’est en partie grâce au relais du socialisme français…

Voir les commentaires (6)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (6)
  • Excellent article, à la clarté éblouissante. Comme toujours avec Philippe !

  • merci pour ce cours d’histoire … incroyable le manque de vision à long terme de nos « élites » (sic)

  • Article semi-mensonger et peu érudit.
    Le régime de Vichy a été LE régime le plus favorable qui puisse être imaginé pour les patrons.

    Passons sur l’interdiction des syndicats, venons-en à l’essentiel. Régime de retraites, salaire minimum, système de santé dans les entreprises: le régime de Vichy apparaîtrait comme pré-socialiste à y regarder de loin. Mais sous Pétain, il était LEGAL DE FAIRE TRAVAILLER 60 HEURES des employés! C’est pour ça que les Résistants parlent d’expédients, entre autres: sous couvert de quelques mesures qui sont l’équivalent de poudre aux yeux, cette mesure drastique a on ne peut plus avantagé les patrons.

    Renseignez-vous sur le programme de la CNR: on parle de « punir les féodalités financières » qui ont collaboré avec l’ennemi, et les nationalisations de 1945 étaient destinés à punir ces élites financières qui ont collaborée avec le meilleur serviteur de leurs intérêts de classe (60 heures de travail par semaine, que rêver de mieux?), ces mêmes élites dont Contrepoints passe son temps à faire l’apologie…

    • Sauf que cela ne change strictement rien à ce que dit l’article. Le fait est que bien des traits de notre « modèle social » datent de l’époque de Pétain ou ont été étendu par lui. En particulier la retraite par répartition.

      Evidemment cela n’a en réalité aucune espèce d’importance en soi : ce n’est pas l’origine d’une loi qui la rend bonne ou mauvaise. Mais c’est un fait qu’il convient de rappeler vu que la gauche nous bassine toujours sur l’héritage de la résistance qu’il ne faudrait pas brader.

      Pour le reste : prenez la peine de lire Contrepoints et vous verriez qu’il n’est certainement pas question de faire l’apologie de ces « élites financières » qui sont en réalité largement à l’origine du système actuel. Il existe même tout une littérature libérale sur le capitalisme de connivence (cryonism ou crony-capitalism en anglais).

      Ps : malgré vos majuscules il va sans dire que si des salariés veulent travailler 60 heures par semaine alors ils devraient être libre de le faire. Croyez le ou non il y a même des patrons qui le font d’eux même. Qui êtes vous pour dire aux gens ce qu’ils doivent faire ? (« Mais vous n’y pensez pas : sans la protection de la loi tout le monde serait forcé de le faire par les méchants patrons rendus tout puissant par le capitalisme sans foi ni loi. »)

    • plusieurs régimes communistes ont aussi interdits les syndicats. je vous conseille de lire Un paradoxe français, Antiracistes dans la Collaboration, antisémites dans la Résistance de l’historien simon epstein qui montre qu’en france, 80 % des colllabos venaient de la gauche. la plupart des membres du régime de vichy étaient de gauche

  • je vous conseille de lire : « L’héritage de Vichy: Ces 100 mesures toujours en vigueur » de l’historienne Cécile Desprairies

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
retraites
3
Sauvegarder cet article

Dans le concert des pays développés et dits libres, la France tient une place à part : voilà qui devrait satisfaire les souverainistes de tous bords. La place est celle des élèves au bonnet d’âne dans un coin de la classe.

Car il est dramatique d’observer que l’âge de la retraite a été au cœur des projets des partis en présence, et se situe déjà au cœur des débats sur la cohabitation et la réforme des retraites que le Président a promis de « boucler à l’été 2023 ».

Je ne veux pas m’étendre sur le sujet, puisque je n’ai cessé d’é... Poursuivre la lecture

6
Sauvegarder cet article

Et c'est avec de fort jolis mouvements de jarrets vifs et musclés que l'inflation continue de grimper fermement notamment dans la zone euro, pendant que l'INSEE continue d'afficher des chiffres de plus en plus insolents et décalés avec la réalité vécue par les Français.

Les 5 % crânement affichés jusqu'à présent vont rapidement se muer en 8 % et en zone euro on peut même tabler sur un joli petit 12 % d'ici à la fin de l'année alors que l'inflation des coûts à la production continue de grimper de façon jugée "dramatique" par tous les sp... Poursuivre la lecture

L'Élysée maintient la consigne déjà édictée par Emmanuel Macron il y a cinq ans, et héritée de Nicolas Sarkozy en 2007. Les ministres défaits lors du scrutin des 12 et 19 juin devront quitter le gouvernement, a confirmé le palais présidentiel ce dimanche. Élisabeth Borne, fraîchement nommée à Matignon, ne dérogera pas à la règle. La moitié du gouvernement est concernée.

Bien que la situation soit nettement différente de celle de 2017 - ils n'étaient que six concernés -, l'Élysée a décidé de maintenir la consigne déjà édictée par Emmanu... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles