Le « libéral » Nicolas Sarkozy veut annuler les timides progrès de la loi Macron !

Publié Par IREF Europe, le dans Politique, Pushmobile

Par Théophile François.

Un article de l’IREF.

L’IREF s’est procuré la lettre du président du Conseil national du notariat adressée à tous les notaires et dans laquelle on apprend que Nicolas Sarkozy a fait la promesse d’abroger en grande partie la loi Macron en cas de victoire à l’élection présidentielle.

Le seul mérite attribuable à Emmanuel Macron est d’avoir libéré les transports par car et le notariat. Pour ceux-là, il y a peu de contestation contre la réforme parce qu’elle profite essentiellement à la SNCF qui a eu l’intelligence de mettre aussitôt en service une batterie de cars pour suppléer ses lignes secondaires défaillantes. Il n’en va pas de même avec le notariat qui n’a pas renoncé à l’abandon de ses privilèges. Ainsi en témoigne cette lettre du président du Conseil national du notariat, Maitre Pierre Luc Vogel, adressée à tous les notaires :

« À la suite de mon entretien avec Monsieur Alain JUPPÉ, j’ai rencontré, mardi 18 octobre, Monsieur Nicolas SARKOZY qui m’a assuré, s’il était élu, qu’il reviendrait sur la liberté d’installation introduite par la loi Croissance qui pour une bonne part serait abrogée.
Je poursuis ainsi avec Didier COIFFARD, le Premier Vice-président, ces rencontres avec celles et ceux qui brigueront le mandat présidentiel, de telle sorte que la voix du notariat soit entendue des décideurs de demain.
Cette information me donne l’occasion de vous remercier de votre confiance, de votre mobilisation, mais aussi parfois de vos critiques pendant ces deux années éprouvantes pour la profession.
Je veux vous réaffirmer ma confiance dans l’avenir du notariat, un notariat encore plus fort après cette épreuve, à condition que chacun d’entre nous développe la même énergie pour évoluer que celle dont nous avons fait preuve dans notre combat.
Nous ne devons plus subir dans un monde et une société en perpétuelle évolution. »

La réforme qu’il ne veut pas subir est celle qui ouvre la profession à de nouveaux talents plutôt que de la réserver aux enfants des notaires en place dans un métier érigé en place forte d’un conservatisme désuet et désastreux à terme pour lui-même.

Il n’a pas compris que l’ouverture de la profession à une saine compétition permettrait de régénérer les offices qui s’endorment sous les habitudes et la poussière des générations qui les ont précédés. Dans le monde numérique et de plus en plus uberisé et dans lequel les autres professions juridiques sont déjà en train d’élargir avec efficacité leurs compétences à celles dont les notaires se croyaient à tort détenteurs réservataires pour l’éternité, ceux-ci n’ont plus d’autres choix que d’abandonner leurs privilèges ou de mourir à petit feu. Hélas pour ce très beau métier, le courrier de M. Vogel semble montrer qu’ils ne l’ont pas compris.

Mais le plus grave est que M. Sarkozy ne l’ait pas compris non plus et qu’il encourage cet enfermement corporatiste. Démagogie ou bêtise ? Dans les deux cas, ce n’est pas digne d’un ancien Président, de nouveau candidat à la présidence de la République.


Sur le web

  1. Démagogie ou bêtise ?Les deux.

    1. Ou financement ?

    2. Non , les trois: vous oubliez l’hypothèse que N.Sarkozy n’a voulu que recruter de nouveaux électeurs, quitte à promettre ce que d’autres auront cru, à leurs dépens! (Chez nous, on appelle ça « mentir »: c’est assez fréquent dans les campagnes pré-électorales! Non?)

  2. La « réforme » Macron est un trompe-l’oeil qui a séduit l’auteur de l’article.
    Ainsi la réforme des « cars » a montré que tout le développement significatif du marché profite de plus en plus aux grands groupes, et en premier lieu à la SNCF ! Quel gage de libéralisation !
    Quant aux notaires, c’est la même méthode. Le nombre d’offices créés doit en principe être lié localement aux conditions en matière de population et d’activité. Sauf que le nombre d’offices créés à Paris et Région parisienne est proportionnellement très inférieur à celui de la province. Environ 150 créations pour Paris RP, et pour un département de province de taille moyenne, de l’ogre de 20 à 25. Par conséquent, la taille moyenne des études à Paris et RP, région déjà très développée, sera très largement supérieure à la taille moyenne des offices en province.
    Dans les deux cas, les « cars » et les notaires, c’est la prime au plus fort, au réseau national, contre les acteurs économiques de proximité.
    C’est tout à fait conforme à la vision macro-économique d’Emmanuel Macron et du lobby capitaliste ultra-libéral qui l’emploie.
    Emmanuel Macron est jeune, plait aux femmes, fait le geek, dit vouloir « bouger les lignes », mais il ne faut pas être naïf devant ce phénomène médiatique.

    1. Normal que ça ne profite qu’aux grands groupes puisque le collectivisme dans lequel nous sommes écrase les petites structures. Si tu libéralises un marché tu dois permettre aux petites structures d’être rentables, chose qui n’est pas du tout le cas.

      1. @ NKRien

        Collectivisme ou jacobinisme?

        OK! La SNCF tente de récupérer les pertes du rail, dus à une gestion folklo, par des gains sur pneus.

        Mais les « fournisseurs » locaux de bus et d’auto-cars ne deviendront, éventuellement, que sous-traitants de la SNCF, avec qui on ne discute pas, quand la région ou le département auraient sans doute eu tendance, à prix équivalents, à confier le job à des plus petites entreprises locales ou régionales, pour favoriser leur économie!

        C’est bien l’état central qu’il faut dégraisser et c’est aux régions et aux départements à justifier leurs frais de fonctionnement, pour leur travail « sur le terrain », pas pour compenser l’appétit sans limite de l’état qui prélève ce qu’on est amené à subsidier sur place, pour lutter contre la précarisation et l’appauvrissement d’une population grandissante, sans compensation. L’état décentralise des missions, sans distribuer ses revenus correspondants. On creuse un trou ailleurs pour combler le sien! C’est vieux comme le monde!

      2. J’ajouterai que liberaliser ne signifie que ouvrir à la concurrence. Cela ne signifie ni offrir carte blanche aux grands groupes, ni les couler au profit des petits. Si les grands groupes tirent, a un moment donné, leur épingle du jeu, tant mieux pour eux. Ils ont aussi le droit d’exister.

        Cependant, il est évident que si on libéralise tout en gardant le niveau de fiscalité actuel, on fausse la concurrence, puisqu’il est très compliqué pour les petits d’être compétitifs tout en faisant face à leurs obligations fiscales. Si celle ci étaient moins élevées, la concurrence se jouerait essentiellement sur la qualité et le service, les petits pouvant répondre aux prix des « gros ».

    2. Ouch le fanclub du gourou Sarkozy arrive…
      Bon alors :
      1) si la réforme du bus n’était intéressante que pour les grands groupes, a partir du moment ou tu ne marque rien dans la loi pour les privilégier de manière directe ou indirecte, alors qu’est-ce que ca pourrait faire ? Le marché de la construction des gros avion n’est pas détenu par une TPE familiale, il me semble… bref c’est une idiotie… bon et sur le fond, les petites en bénéficie aussi, j’en connais une a coté de chez moi, dont le patron est très content, car il a un nouveau marché, le seul soucis qu’il a, comme d’habitude, c’est de se faire connaitre, comme toutes les petites boites quoi… et quoi ? Il faut interdire la communication aux grandes entreprises ? Forcer les grandes entreprises a payer la com des petites ? Ca c’est plus du coté du parti communiste qu’il faut chercher.

      2) La réforme du notariat vous gene, je le comprend… et j’ai envie de dire que précisément, le libéralisme gêne les petits avantages sectorielles négociés en douce avec des ministres et députés, tous ces petits avantages, que l’on appel capitalisme de connivence… donc vous qui parlez de « capitalisme », justement, je suis bien d’accord, c’est du capitalisme… mais de connivence, ce qui fait toute la différence, c’est celui que vous soutenez. Le marché régule seul le marché… et les gros ont leur place, mais si la concurrence est non-faussée, les petits ont toutes leur place. On le voit en ce moment avec le retour des petits commerces de proximités (boulangerie et pourtant les supermarchés ont de grands rayons boulangerie,…. et tous les autres qui reviennent) Mais ce qui vous gene le plus, c’est comme avec les taxis en fait… le privilège qu’avaient les notaires installés a pouvoir décider qui allait, sur le marché, pourvoir s’installer, et cela n’était que entre leurs mains… donc un privilège accordé par l’Etat, digne du Parti communiste encore…

      3) Votre dernière phrase me rappel cet article https://www.contrepoints.org/2014/04/16/162992-la-difference-entre-attaques-ad-hominem-et-ad-personam ou il était dit :
      « Si l’on s’aperçoit que l’adversaire est supérieur et que l’on ne va pas gagner, il faut tenir des propos désobligeants, blessants et grossiers. Être désobligeant, cela consiste à quitter l’objet de la querelle (puisqu’on a perdu la partie) pour passer à l’adversaire, et à l’attaquer d’une manière ou d’une autre dans ce qu’il est : on pourrait appeler cela argumentum ad personam pour faire la différence avec l’argumentum ad hominem. »

    3. Dans les deux cas, les « cars » et les notaires, c’est la prime au plus fort, au réseau national, contre les acteurs économiques de proximité.

      Non. La libre concurrence c’est la prime aux meilleurs, ceux qui répondrent mieux au besoin de leurs clients. Vive la concurrence qui oblige les anciens monopoles à se secouer un peu.

      C’est tout à fait conforme à la vision macro-économique d’Emmanuel Macron et du lobby capitaliste ultra-libéral qui l’emploie.

      Très drôle, merci pour la rigolade 😀

  3. le choix du notariat est problématique , ce genre de profession devrait faire partie du régalien au même titre que la justice. qu’apporte une libéralisation d’une profession fonctionnant à tarif réglementé ? plus de compétition entre notaires (déjà présente ) et donc plus de corruption !
    la question est de savoir si on manque de notaires..et ce n’est pas le cas .
    pour les autocars…libéré et aussitôt création de monopoles..sans privatisation des autres moyens de transport , c’est une connerie !

    1. « notariat parti du régalien »… ouch j’en suis a ma 3eme couleuvre avalée, je passe au Boa constructor…
      Le notariat, si mis en concurrence, on va avoir des sites internet réduisant ls prix, de la qualité, de la sous-qualité et de la grande qualité de service…. bref le libéralisme, avoir toutes les couches de services disponibles sur le marché, et il n’y a aucune raison quel a notariat en soit exempt… la corruption existe partout elle est interdite par la loi, et si on se fit a la corruption pour s’avoir quoi étatisé, alors le batiment, les médias,… tous doivent etre étatisé… car en terme de corruption un… Non le notariat peut tout a fait etre libéraliser, bien plus que ce qu’il est aujourd’hui, meme après le passage de Macron, il faut en faire une profession comme les autres.

      1. tarif réglementé…. comme pour les médecins, pas de concurrence possible, augmenter le nombre détériore le service si le juste prix n’est pas pratiqué

        1. Si tu laisses le prix libre, tu auras de tout, en effet tu auras de la mauvaise qualité de service… mais (et c’est ce qui différencie le libéralisme de l’étatisme) tu auras du haut de gamme, du moyen gamme, du bon et du mauvais service… tout cela réglementé comme les lois du commerce l’exige, c’est a dire en interdisant les messages publicitaires mensongers (rien de nouveau sous le soleil).

          Donc vosu vous renseignez sur la réputation des notaires, et vous prenez le spécialistes de l’immobilier ou celui du mariage,… le moins cher, le plus cher,… bref vous avez le choix. Cette profession redevenu profession normale, vous avez des sites de comparatif, Quechoisir,… qui peuvent tester et en parler… bref la concurrence libre.

          Maintenant je comprends que quand on est la profession qui touche les plus haut revenus des professions libérales, que le marché est fermé à la concurrence, que seul ceux que vous décidez peuvent s’installer alors que de nombreux notaires prêt pour se lancer ne le peuvent pas car ils ne connaissent pas la bonne office qui voudra bien le prendre comme associé,… bref que l’on est des étatistes finis et qu’on bouffe tranquillement la soupe sans que la concurrence libre puisse faire revenir cette profession a ce qu’elle devrait-etre, une profession lambda… je comprends qu’on est peur… mais par pitié pas le jeu de la concurrence qui casse la qualité… il n’y a pas un exemple dans le commerce ou la qualité a été dégradé par la concurrence… tout du moins sans qu’il y ait eu plus de bonne qualités, de très bonne qualité,… jamais. De la téléphonie portable qui est passé (grace a Free) de 50€ pour 2h de tel a 15€ pour de l’iilimté, dans l’aviation civile qui a permis a des sociétés perennes comme Easyjet ou Ryanair de faire de vols a 30€ alors que le meme coutait 300€ par Air France sans service supplémentaire,… pas une profession libéralisée n’a connu de probleme majeur… mais quand on a plus le choix, on décide de faire peur, ca marche TOUJOURS et pour TOUT.

    2. Non, la pénurie et/ou l’absence de concurrence favorise la corruption et non l’inverse.

  4. Bah, Hollande a bien supprimé toutes les bonnes réformes du quinquennat Sarkozy, exp. : La défiscalisation des heures supplémentaires enlevant du pouvoir d’achat de 9 millions de petits salariés et classe moyenne basse ! Mais bizarrement, il n’a pas abrogé la loi sur la réforme des retraites qu’il avait tant combattue etc …. La liste est si longue comme la hausse de la TVA pour tous … J’arrète là ! Qui a la mémoire courte ???

  5. Ce serait effectivement une erreur déplorable et même une faute politique !

  6. Vous savez ce que coûte une charge de notaire ? Vous savez ce qu’est le travail d’un notaire ? A lire votre article, visiblement vous n’en avez aucune idée. Sur ce, est-ce un article purement anti-Sarkozy ? Cela a l’air d’être le cas.

    1. Une charge de notaire (tout comme une licence de taxi ou l’achat d’une pharmacie) ne coûte chère que parce que son nombre est contingenté par l’Etat et son accès est hyper-réglementé (suppression de la concurrence). Supprimer ces limitations légales et le prix sera uniquement fonction du chiffre d’affaire, des bénéfices, des perspectives de développement, du type de clientèle…etc Comme toute activité commerciale classique.

    2. Les notaires, c’est un peu comme les taxis.
      Accrochés à leurs privilèges comme une moule à son rocher.
      Une charge coûte cher parce que le marché le veut. Libéralisez le marché … et elle ne vaut plus rien.
      Quant à la charge de travail du notaire, je ne vois pas ce que ça vient faire dans la discussion. Ils bossent. Tant mieux. Ils ne sont pas les seuls.
      Maintenant, quand Sarkozy, ou un autre, sort une bêtise, il est bon de la dénoncer. Que ça plaise ou non.

    3. Delhaye l

      Tout à fait d’accord avec vous . Sujet bien trop compliqué pour êtres compris par des personnes non initiées.
      Pour ce qui est de la réforme des « cars » : désolé, mais cela est très « nuisible » à la SNCF. Sans compter la pollution, la dépense d’énergie,( en France on a pas de pétrole) les risques d’accidents qui sont beaucoup plus important sur le réseau routier.

      1. Axel : mais cela est très « nuisible » à la SNCF

        Avec 50 milliards de dette, un réseau vieillissant, mal entretenu, une desserte très peu fiable, le suicide du ferroutage par les syndicats etc. etc. vous m’en direz tant…

        Les étapes du socialisme:

        1-Piller les ressources des autres pour monter de bon services d’état.
        2-Foirer les services.
        3-Empecher les gens appauvri de trouver des solutions alternative aux services déficients. Vous êtes ici

        1. Ilmryn
          Pour ce qui est de la dette : la SNCF assure le développement des infrastructures à la place de l’Etat.
          La chute du fret : a été favorisée par des grèves suicidaires. Les syndicats ont une grande responsabilité dans cette affaire. Les clients se sont orientés vers le transport routier. Ceci à profiter aux transporteurs des pays de l’Europe de l’est. Perte de la clientèle, perte financière.
          La loi Macron est très perverse, là, aussi, la concurrence de compagnies étrangères de cars fait perdre des clients à la SNCF. La aussi perte financière.
          Et l’on peut ajouter que le transport routier fret, cars de voyageurs, n’ont pas l’entretient du réseau routier à charge.

          1. Axel, je partage tout à fait votre point de vue. Et côté sécurité des passagers, mettre des cars sur les routes est suicidaire en plus d’être polluant. Combien de morts dans des accidents de cars ces dernières années ? C’est le transport ferroviaire qu’il fallait favoriser. Mais pour cela, il aurait fallu mettre de l’ordre dans cette sacrosainte SNCF.

  7. « pas renoncé à l’abandon de ses privilèges » ! contresens

  8. La seule conviction de Sarko, c’est qu’il faut qu’il soit élu. Il n’est ni libéral, ni étatiste, juste opportuniste.

    1. Sarko est un vrai « homme de Droite » il gouverne dans la réalité et non dans l’idéal comme la Gauche qui nous mène dans le mur chaque fois .

      1. Ouvrez les yeux: si la gauche est une peste pour le pays, effectivement, la « droite » française est un cancer plus lent, mais un cancer quand même.

        Les 7 millions de salarié d’état, les 12’000 lois, 273’000 décrets, 618’000 élus (record mondial par habitant), la deuxième place mondiale pour la fiscalité dont 60 milliards partent en fumée dans des « associations » amie du maire ou de l’élus de droite comme de gauche, le clientélisme, le corporatisme, les gaspillages et pillages…

        Tout ça n’est pas arrivé à l’insu des élus de « droite » quand même ?

  9. En zone libre, c’est à dire en Alsac-Moselle, le notariat fonctionne de façon différente de la France de l’intérieur. Ras le bol d’être mélangé avec la lie de la société française.

  10. Bus « Macron »
    Les gueux en bus, le bourgeois en TGV ou Airbus 380 – bétaillère volante-, l’élite en jet privé
    Tiers Etat, Clergé, Noblesse ! Quid Novi ?
    Notaires : agents de recouvrement de l’Etat, responsables sur l’ensemble de leur patrimoine.
    De par le « droit au conseil » interlocuteurs des « espiègleries immobilières » des politiques.
    Vaches Sacrées. Le jeune Macron s’est planté.

  11. On pourrait en parler longtemps mais:
    – les cars, autrement dit le transport, nécessite bien entendu de la concurrence mais aussi une réglementation car (si on peut dire…) c’est une activité qui doit tenir compte des besoins des populations sur tout le territoire national, sans désavantager les zones isolées
    – les notaires, qui réalisent une partie des fonctions de l’Etat (authentification des actes etc.) et perçoivent pour son compte des taxes, et ont donc une délégation du service public, sont nécessairement astreints dans cette fonction à des règles non commerciales
    Mais dans les deux cas, ce qui est présenté comme une ouverture à la concurrence par la loi dite Macron, est en réalité une manière de livrer ces activités aux grands réseaux disposant de moyens financiers importants, qui se fichent complètement des services de proximité
    C’est en cela que la « libéralisation » et l’ouverture à la « concurrence » est un processus ultra-libéral, bien loin des besoins locaux qui sont négligés.

    1. caffer 21: C’est en cela que la « libéralisation » et l’ouverture à la « concurrence » est un processus ultra-libéral, bien loin des besoins locaux qui sont négligés.

      Le bilan catastrophique de la France hyper-réglementée aurait du pourtant vous vacciner des ces bêtises collectivistes.

      France:
      72eme en dessous du Ghana et du Kazakhstan pour la liberté économique: Indice liberté économique – Classement des pays
      130ème place mondiale pour le poids global des réglementations. (trop de réglementations)
      137ème pour la fiscalité défavorable à l’investissement privé. (très défavorable)
      129ème pour la régulation sur le licenciement (licenciement/engagement très difficile)

      Résultat:
      750 zones de non-droits, déserts médicaux, école inégalitaire, classement minable au Pisa, 25% de la jeunesse au chômage, dette à 96%, déficit de 24% etc. etc.

      Suisse:
      4eme mondial pour la liberté économique: Indice liberté économique – Classement des pays
      7ème place mondiale pour le poids global des réglementations. (peu de réglementation)
      7ème pour la fiscalité défavorable à l’investissement privé. (fiscalité très favorable)
      1er pour la régulation sur le licenciement (licenciement/engagement très facile)

      Résultat:
      Aucune zone de non-droits, aucun désert médicaux, très bon classement Pisa, 3.8% de la jeunesse au chômage, dette à 35% en diminution, pas de déficit etc. etc.

    2. « activité qui doit tenir compte des besoins des populations  » AIE AIE AIE…. j’ai mal… Tu connais des professions qui ne sont pas soumises à çà ? Je sais pas, prenons par exemple l’automobile, tout le monde, sur tout le territoire, a besoin de véhicule, et bien meme dans les zones les plus reculés, sans que l’Etat ne les force a s’installer, des concessionnaires se sont installés… pourquoi ?

      Car il y a une demande et des gens qui veulent profiter pour faire du business de cette demande… donc meme moi qui habite dans une zone isolé, j’ai a moins de 20 minutes une dizaine de concessionnaires… bien sur je peux aller chez le coiffeur et pourtant dans ma zone isolé un c’est pas forcément necessaire, et bien si, un entrepreneur a décider que ca pouvait etre rentable… et ca fait 20 ans qu’il s’est installé….
      bref je vais pas vous citer tous les business qui sont en province et a la campagne… Après si l’idée est de dire que le bus Macron ne va pas au fin fond de la rue, de la commune la plus éloignée de la civilisation… euh oui… et si vous l’acceptez pas, quelle distance on met pour que ca soit acceptable ? car on peut pas lui demander de s’arreter dans chaque rue, de chaque ville, a chaque numéro… donc quel distance ? 5km ? Si oui pensez-vous a cette personne agée qui n’a pas de famille qui est en fauteuil roulant et qui peut pas parcourir 5km ? Bref non le marché régule en fonction de la demande.

      Et moi qui habite a la campagne je sais que j’ai les avantages (tranquillité, calme,….) mais aussi les inconvénients (je suis a 2h du premier aéroport, pas de grandes surfaces,…)… la réciproque de la ville donc… et a ce moment pourquoi pas obliger les villes a ce qu’il n’y ait pas de bruit, pas de voitures, de la verdure partout,…. ? ba oui ca va pas que dans un sens, c’est bien d’etre condescendant avec les pouilleux que nous sommes a la campagne, mais moi du coup j’ai envie d’etre condescendant avec les gens de la ville, et je pleur le fait que vous n’ayez ni verdure, ni calme, ni voisin a qui vous dites bonjour,… donc je vais le faire a la socialiste, forcer tout cela par la loi avec la police de la verdure, la police qui oblige a dire bonjour a son voisin,… un service publique du logement on ne deviendra plus proprio dans les grandes villes, comme çà l’Etat pourra mettre des espaces verts,…

      Bon pour l' »ultra-libéral » de la fin, je le précise a chaque fois, mais tant qu’a vouloir discréditer une pensée de liberté, pensez a mettre la prochaine fois « néo-méga-ultra-conchita-libéralismo-communisto-méchanto » avant, ca fera plus crédible que juste « ultra libéral »… qui outre le fait que cela ne veut rien dire, n’est pas assez caricatural, désormais c’est utilisé par le FN, le Front de Gauche, les communistes,… donc c’est trop standard je pense… faut pas hésiter a aller plus loin… satanés méga-ultra-néo-libéraux va.

    3. « c’est une activité qui doit tenir compte des besoins des populations sur tout le territoire national, sans désavantager les zones isolées ».
      Oui, c’est scandaleux que tous les services ne soient pas intégralement regis par des émanations de l’Etat !
      Si un jour il me venait l’envie d’acheter une Aston Martin (on peut rêver, hein ? On en a encore le droit je crois…), je trouve scandaleux de devoir faire 400km pour trouver une concession qui m’en fera l’entretien : mais que fait l’Etat ‘
      Tout le monde à besoin de manger, de s’habiller, d’acheter des voitures, de les assurer, de les,faire réparer, d’y mettre du carburant, de respirer, de faire ses besoins, de critiquer son voisin, d’aimer son conjoint, de faire des enfants, etc. Les « besoins » du public sont considérables. Nombre d’entre-eux nécessitent un cadre, certes. Mais hormis la définition du cadre en question, en quoi cela définit-il l’existence d’un « service public » ?
      Service public du transport ferroviaire ? De la délivrance d’alimentation ? De soins dentaires ? De pratique sportive ? De satisfaction des besoins sexuels ? D’habillement chaud pendant l’hiver ? De montures de lunettes esthétiques ? De fourniture de logement ? De fourniture de chaussures ?
      On s’arrête ou ?
      La réponse est simple : on s’arrête aux fonctions régaliennes.
      La notarisation des titres de propriété ne justifie pas un monopole à numerus clausus : c’est juste un cas anormal qui doit être libéralisé par ouverture à concurrence d’une part (selon des contraintes techniques et légales communes) et à totale liberté d’exercice et d’installation.

  12. La paradoxe en effet est que la SNCF est le plus gros transporteur routier aujourd’hui, tout en étant incapable de développer le fret ferroviaire !

  13. Pour répondre à Ilmryn
    Pour ce qui est de la dette : la SNCF assure le développement des infrastructures à la place de l’Etat.
    La chute du fret : a été favorisée par des grèves suicidaires. Les syndicats ont une grande responsabilité dans cette affaire. Les clients se sont orientés vers le transport routier. Ceci à profiter aux transporteurs des pays de l’Europe de l’est. Perte de la clientèle, perte financière.
    La loi Macron est très perverse, là, aussi, la concurrence de compagnies étrangères de cars fait perdre des clients à la SNCF. La aussi perte financière.
    Et l’on peut ajouter que le transport routier fret, cars de voyageurs, n’ont pas l’entretient du réseau routier à charge. VU ?

Les commentaires sont fermés.