Patrick Buisson, bon client des médias de gauche

Publié Par Frédéric Mas, le dans Médias

Par Frédéric Mas.

La gauche éprouve une certaine fascination pour Patrick Buisson, l’ancien conseiller du président Sarkozy. Pour cela, il suffit de lire ce qu’en dit Ariane Chemin dans Le Un daté du 28 septembre : présenté comme « redoutable » et comme un « mauvais génie » dont l’ombre planerait sur la droite française, Patrick Buisson incarne jusqu’à la caricature cette extrême droite fantasmée par l’antifascisme de pacotille type SOS racisme. En termes plus terre à terre, c’est, pour la gauche, un « bon client » : il incarne à la perfection l’infiltration de l’extrême droite au sein de la droite modérée.

Certains en sont venus à lui prêter des pouvoirs quasiment magiques en matière de prédictions sondagières et de communication politique, à commencer par Sarkozy lui-même. D’autres mauvais esprits pourraient s’empresser d’ajouter que c’est le minimum, quand on s’intéresse aux tarifs pratiqués par la société de sondage de M. Buisson, payés par le contribuable, pour satisfaire les désirs de Nicolas Sarkozy.

Buisson, « père-la-victoire » du sarkozysme ?

On avait crédité les affiches de campagne de J. Séguéla de la victoire de François Mitterrand en 1981, le discours d’Henri Guaino sur la fracture sociale de celle de Chirac en 1995. Maintenant, c’est Patrick Buisson qui aurait fait élire Nicolas Sarkozy en 2007, lui soufflant ses thèmes les plus marqués à droite.

Seulement, c’est aussi sur ces thèmes qu’il a réussi à être battu en 2012. Ce thème de l’identité nationale a suffisamment clivé l’électorat du centre et de gauche pour lui faire barrage. Prendre donc les convictions personnelles de M. Buisson pour un juge infaillible des attentes de la droite française relève au pire de la naïveté, au mieux d’une certaine illusion rétrospective sur la manière dont le candidat Sarkozy a remporté l’élection de 2007.

La très classique élection de M. Sarkozy

buisson2Seulement, on oublie que la campagne de la droite en 2007 s’est faite en accordant plusieurs discours à des publics différents, suivant en cela une tactique éprouvée en politique, celle d’un catch all party traditionnel. Sarkozy, en occupant l’espace médiatique, l’avait saturé de messages certes à l’adresse de la droite de la droite, mais aussi du centre, des libéraux modérés (le fameux « travailler plus pour gagner plus », ou encore le bouclier fiscal) et même de la gauche.

Rappel : une fois élu, le premier geste du président fut de rassembler autour de lui un gouvernement d’ouverture, accueillant autant des gens venus de la gauche que des médias.

Croire que réunir autour de la droite de la droite, des thèmes de la manif pour tous ou de l’identité nationale puisse rassembler au-delà du tout petit cénacle des militants convaincus, est plus révélateur des biais cognitifs de l’observateur que de l’objet observé, à savoir les transformations sociologiques et politiques de l’électorat de droite en 2016. Rappelons qu’aucun candidat aux primaires n’a repris les revendications de la MPT (à l’exception de M. Poisson), que Sens commun, le courant conservateur interne à l’UMP, est fantomatique. Ajoutons que le phénomène de rejet de l’équipe dirigeante antérieure a aussi joué, au même titre que les stratégies obliques des conseillers en communication. En 2007, Sarkozy réussit le tour de force d’apparaître comme un rénovateur dynamique face à une Ségolène Royal inexistante.

Buisson tout-puissant

Les journalistes politiques rêvent d’éminences grises aux plans qui se déroulent sans accroc et capables d’anticiper les évolutions de l’électorat pour mieux le manipuler. Le spin doctor est au journaliste politique ce que John Galt est à Atlas Shruggled : une sorte de héros génial qui se suffit à lui-même, comme libéré des contraintes de la temporalité et de la contingence. Patrick Buisson est sans doute un homme intelligent, aux convictions fortes voire tranchées et qui sait tirer dans le sens du vent, mais il ne peut seul expliquer la victoire de Sarkozy en 2007, ni sa défaite en 2012.

Il y a dans ce fétichisme journalistique autour de la personne de Patrick Buisson la démonstration d’un puissant biais de confirmation. Puisque les thèmes du débat public d’aujourd’hui ressemblent peu ou prou à ceux abordés par M. Buisson, alors voilà confirmée sa stratégie de « droitisation » de l’appareil UMP, ce qui convient autant à ceux qui font de Sarkozy le faux nez du FN qu’à ceux qui défendent ladite droitisation. Mais dans les deux cas, l’analyse est incomplète.

  1. Philippe GACHET-MAUROZ

    c »est devenu ça la politique, des hommes idiots, sans projet, aucun idéal aucune vision que celle de déblatérer (à tord ou à raison, mais ça je m’en fout), des gamins dans des cours d’école.
    Des journalistes incapables de dénoncer cette misére, complice même, faute d’analyse ou de culture et plein de compromission (et oui eux aussi ont un crédit à payer).
    Et demain il faudra voter, cautionner le système de la bétise, des avalanches de statistisques vides de sens et truquées, sensées démontrer leur capacité à gérer le pays.
    non je n’irai pas voter pour ça, et si tout le monde fait comme moi, la gréve du vote, ces gens là ne seront plus légitimes
    Une révolution de velours
    Une gréve avec des piquets de gréve devant les bureaux de vote

    1. Enfin,voter c’est les cautionner ….l’alibi,la démocratie,la plus grande escroquerie du20e siècle.

    2. @ Philippe GACHET-MAUROZ

      Il est un fait que si voter, c’est choisir entre M.Le Pen, N.Sarkozy et Fr.Hollande, je ne voudrais pas voter à votre place: aucune solution en vue pour un pays en déclin!

      Patrick Buisson: qu’il fut conseiller de N.Sarkozi était déjà limite acceptable: qu’il ai dit que le président ne pouvait rien sur la croissance, l’emploi et ces gros dossiers qui pourraient inquiéter les Français: burocratie, fiscalité, trou de la « sécu », commerce extérieur, dette nationale, déficit budgétaire, part de P.I.B. mangé par l’état, etc … pour tout baser sur l’immigration, la sécurité … et les peurs des Français, c’est tout de même maigre comme programme pour le candidat-président en 2017, alors qu’il ne pourra pas plus garantir qu’il n’y aura plus d’attentat et ne pourra pas limiter l’afflux des réfugiés (qui s’installent peu en France, proportionnellement) que de résoudre les « vrais » problèmes structurels.

      Que L.R. suivent l’idée de P.Buisson qui veut la fusion de L.R. avec les électeurs du F.N., but ultime de cet homme, de droite (et probablement d’extrême droite) ce ne sont apparemment que les prémices d’un fascisme ordinaire.

      Il faudrait, pour être élu, en démocratie, non seulement un vote majoritaire mais aussi un nombre minimum de 50% de votes valables: à ce moment-là, l’abstention, les bulletins blancs et nuls devront aussi être comptés et déclarés et votre abstention prendra du sens.

  2. Depuis que la gauche est au pouvoir, le FN est invité quasi permanent à la télévision.
    Les journaleux n’ont jamais donné autant de temps de parole aux frontistes et leurs idées extrêmes que depuis que Hollande est élu.
    La montée du FN depuis 2012 participe au plan de 2017, un 21 avril à l’envers où les électeurs par millions voteront pour l’incompétent en place.
    Parler du Buisson qui cache la forêt droitière, permet d’occulter l’incompétence crasse qui caractérise l’équipe au pouvoir.

    1. C’est bizarre ! Moi, j’ai plutôt l’impression que le FN est absent des médias…

      C’est du reste une stratégie très payante pour Marine : les autres font sa publicité bien mieux qu’elle ne le ferait pour elle-même.

      Quant à Patrick Buisson, on verra si c’est plus qu’un feu de paille médiatique.

      1. Bizarre ? Votre impression OUI !
        LCP, LCI, BFM, I Télé c’est pas des médias ?
        Apparemment vous en voudriez plus, mais ce n’est pas une raison pour vous fier à une impression.
        Pour les faits, allumez ou regardez une télé allumée.

  3. Cet homme est répugnant.

    1. Pour vous. Pour moi, il a sans doute moins de « sangs » que Sarkozy (Libye, affaire des rétrocommissions de Karachi, etc…) ou Chirac (avec ses affaires de financement du RPR par monsieur Merry, affaire de la son compte caché au Japon, et j’en passe ….).
      Quant à l’abscence du FN dans les débats, il s’explique que par « l’immense » nettoyage des « écuries d’Augias » qu’il faudra faire quand la gauche, les « goches » ne seront plus là.
      Prenons 3 exemples.
      Sarkozy voulait construire des prisons, et maintenant, la Gauche s’aperçoit qu’il lui faudrait « construire » 10 000 places de prisons supplémentaires pour « satisfaire » aux recommandations des amis de la LDH européenne.
      Je pense, plutôt qu’il faut « vider » les prisons. Parce que, comme disait Victor Hugo, « Ouvrir une prison, c’est fermer une école ».Il faut vider toutes nos prisons, parce que à 75%, elles sont peuplées de « non français ». Et les récidivistes anti policiers, anti joggeuse, anti prètre, illustrent bien mon propo. Pourquoi, voulez-vous que le FN le dise dans sa « campagne ». Cela coule de source et pour avoir une France apaisée, il vaut mieux le taire.
      L’UMPS nous ont tellement claironnés de fausses solutions qu’il est « plus judicieux » de ne pas trop s’attarder sur ce thème. Les jeunes femmes joggueuses, les cathos, les policiers, les militaires, les « zétudiants » partageront sans doute cette statégie « non buissonnière ». Et l’administration pénitentiaire vivra mieux son « utilité publique ». D’autant qu’elle « accueillera » les « délinquants français en col blancs pilleurs de l’état ».
      Cela fera 2 milliards de budget d’économisés. Et bien plus , beaucoup plus de « récupérés comme amendes pour les futurs locataires ».
      2 ème exemple: Il faut supprimer le ministère de la culture. Pourquoi?. Parce qu’à l’heure de mondialisation de l’information, on ne peut pas avoir un ministère totalement « dévoué » au prince. D’autant qu’il est dirigé par une binationale, dont sa collègue au gouvernement, elle aussi binationale, n’apprend même plus à nos enfants, à lire, à écrire, à compter correctement en sortie de leurs classes élémentaires. Donc à penser correctement.
      A quoi sert d’avoir un secteur « culturel » dominé par des gauchistes, qui se cachent jusque dans des organisations de type « canal 27 de la TNT ». Donc plus de ministère de la culture et ses 1% (et plus, mais il ne faut pas le dire) de budget de la nation.
      Cela fera 2 milliards de moins à budgétiser et en « économies et liberté d’information » pour les français.
      3 ème exemple: on peut enrichir le français de base, en lui supprimant la taxe audio visuelle. Et par contrecoup, en vendant les chaines de télévisions d’informations nationales et régionales. En libéralisant « vraiment » le secteur audio visuel en France, je pense qu’on mettrait fin à la « chape de plomb du politiquement correct qui nous enfonçait depuis 2007. Et l’esprit « national et patriotique » reprendrait un peu de vigueur après la mainmise des organisations extra territoriales du type LDH, Gree Peace et commissions européennes diverses et variées. Quant aux subventions, pour les journaux papiers, ils disparaitront aussi. Et le syndicat du livre CGT devra se trouver une autre raison de vivre.
      Alors, monsieur Buisson, répugnant?. Peut être que je vais trouver ces (celles que je viens d’écrire) idées la dans son livre? Mais pas sur.
      Sarkozy a tellement fait les choses comme « Chirac » et Hollande, fait tellement les même erreurs que « Mitterand » qui du haut de leur « elysées » se sont pris pour des « plus que roi ». Et se couper de la « Cause du peuple ». PR, qui vous a fait PR?.

    2. Absolument, c’est aussi répugnant qu’un chien qui mord la main qui le nourri.

  4. Vous etes dur avec Buisson. Sarkozy a certes perdu en 2012 mais il a quand meme grace aux themes de buisson fait une sacree remontee et il a reussit a faire quasiment oublier tous ses echecs (le quinquenat de Sarkozy est quand meme un superbe ratage. a part l auto entrepreneur qu a t il fait de valable ? il avait promis la rupture, la seule qu il a reussit c est celle avec cecilia (et encore c ets meme pas de sa faute, c est elle qui l a fait cocu))

    Un homme politiquer devrait avoir des convictions propres et non pas aller au gre du vent et des sondage porteur comme vous etes en train de l ecrire (par ex en signalant que pas un candidat ne suit la manif pour tous). Il est clair que Sarkozy n a aucune conviction et donc une fois elu n hesitera pas a aller dans le sens du vent meme si celui ci est nefaste pour la France.
    Quand Charles de Gaule a largué l algerie, il ne s est pas base sur des sondages mais sur le fait que c etait un boulet pour la france. De meme la cooperation avec la RFA via la CEE etait tres decriée (les sequelles de la seconde guerre mondiale etant quand meme encore vives). Mais De Gaulle n a pas caline l electeur dans le sens du poil

  5. Concernant monsieur Buisson et ses enregistrements, j’aimerai préciser quelque chose que monsieur Sarkozy connait sans doute. Et qu’il a « du » oublier tant sa mémoire ressemble à celle de monsieur Chirac.
    Donc, quand monsieur Sarkozy est allé en Libye rencontrer la première fois le « colonel Kadafi », un de ses « adjoints, collaborateurs, peut être l’ambassadeur de France, avant d’être introduits dans la tente du « Guide de la révolution libyenne », lui ont dit que la « conversation » serait enregistrée. Et en effet, au tout début de la rencontre, d’après l’un des témoins, un haut responsable libyen, a mis sur la table un appareil d’enregistrement.
    Alors, si monsieur Sarkozy, veut paraitre « naif » aux pratiques de la politique étrangère du « dictateur ami de la France » à cette époque, On ne doit pas « oublier » que c’est ce PR qui donna les « ordres » pour attaquer le « Leader libyen » et libérer son peuple de cette dictature bienfaitrice pour le financement de sa propre campagne présidentielle de 2012, à hauteur de 50 millions d’euros.
    On expliqua ensuite que le Guide se méfait de ses « envoyés étrangers ». Et ces enregistrements lui servaient à rappeler à ses « envoyés étrangers » leurs promesses. Ces enregistrements, la DGSE les a peut être récupérés lors de la chute du régime libyen. Et détruits, sauf le petit carnet du ministre du pétrole de Kadhafi. Mort noyé dans le Danube. Et monsieur Buisson en a sans doute prit de la « graine ». Car sans cela, on l’eut retrouvé « défenestré avec 2 balles dans la tète » comme certain témoin de l’affaire Karachi, dossier ou traine encore les noms de 2 ex présidents français.
    Va t-on, bientôt apprendre le nom de la « taupe » qui « enregistre » l’encore locataire du château élyséen?. Pour en faire un bouquin intitulé « La catastrophe hollandiste ».

  6. Patrick Buisson = traite et trahison

Les commentaires sont fermés.