Cyprien, Norman et Squeezie : l’entêtant problème du Youtube français

Publié Par h16, le dans Édito

Le monde francophone des interwebs est en ébullition et les médias les plus branchouilles ne s’y sont pas trompés en relayant la nouvelle avec gourmandise : Cyprien, Norman et Squeezie, héros sur YouTube, deviennent multimillionnaires ! Vous ne savez pas qui sont ces trois personnes ? Ne paniquez pas, cela n’a rien d’anormal et rien qui ne se soigne rapidement.

Cyprien, Norman et Squeezie sont trois comédiens qui ont investi le média des jeunes, Youtube, pour faire profiter la communauté internet de leurs talents comiques, en réalisant des vidéos plus ou moins inspirées, qui, de fil en aiguille, réussissent à rencontrer un public puisqu’elles sont régulièrement vues par des millions d’internautes.

D’année en année, et après, soyons-en sûrs, d’âpres batailles pour trouver des idées, le temps pour réaliser leurs vidéos, des fonds pour l’achat du matériel et engager l’un ou l’autre talent supplémentaire, nos frétillants réalisateurs sont parvenus à fidéliser un public, et a générer de confortables revenus publicitaires autour de leurs productions.

Dans l’environnement français pas spécialement pro-entreprise, c’est, en soi, une véritable performance qui, il faut bien le dire, est nettement aidée par l’heureux décalage entre les lois, pondues par avalanches, et la technologie, qui offre de nouveaux espaces de libertés avant leur colonisation par des armées de sénateurs, députés et autres politiciens avides de taxes, de régulations et d’idées foireuses.

Bilan des courses : après avoir monté leur propre régie publicitaire, celle-ci se fait incorporer par Mixicom, elle-même rachetée dernièrement par Webedia. Si, au départ, nos jeunes talents investissent des sommes fort raisonnables (on parle de quelques milliers d’euros), le rachat revalorise nettement leurs parts : Cyprien a ainsi touché 6,6 millions d’euros, Norman 2,2 millions et Squeezie, 4 millions. Youpi, et tant mieux pour eux.

Là où l’affaire devient croquignolette et ne manquera pas de fournir des réactions intéressantes dans les prochains jours, c’est lorsqu’on apprend au travers de l’article de BFMTV consacré à leur réussite que nos jeunes talents ont fait preuve d’inventivité et d’entregent pour monter leur société et toucher cette coquette plus-value, leur évitant ainsi de se voir imposer à des tarifs prohibitifs.

Jugez plutôt avec l’exemple de Cyprien : il a réalisé une plus-value de 6,6 millions d’euros et s’il avait gardé ses actions à titre personnel, il aurait alors dû payer près de 4 millions d’euros d’impôts, ce qui donne une assez bonne idée de la voracité de l’État en la matière, et de la motivation logique à trouver tous les moyens possibles pour en diminuer l’appétit. Bien sûr, comptez sur certains pour voir dans ces procédés une méchante « panamisation » de leurs capitaux et dès lors, ne loupez pas leur lente montée de cris de jalousie qui ne manquera pas d’advenir.

youtube demotivator

Et si les thuriféraires de la ponction fiscale ne se font pas suffisamment entendre, d’autres sont déjà sur les rangs, avec des motivations différentes mais toujours un objectif similaire : empêcher durablement ceux qui réussissent de pouvoir vivre de leur art.

C’est le cas de la Direction générale de la répression des fraudes (DGCCRF), qui a reniflé chez les Youtubeurs une propension à faire du « placement produit », voire à rémunérer certaines de leurs interventions sur les réseaux sociaux ou dans des happenings trendy.

Eh oui, que voulez-vous : parler, sur Youtube, d’un produit, d’un jeu vidéo, d’une marque, c’est forcément suspect, c’est même, comme l’écrit Le Monde, en toutes lettres à l’encre de sa déontologie la plus pure, « un business trouble ». L’internaute, en effet, est un petit mammifère fragile et stupide qui ne sait pas quand il est baladé par un Youtubeur veule et capitaliste, à la recherche compulsive du profit qu’il fera sur son dos en lui vantant un après-shampoing ou une soirée mousse dans une boîte à la mode. Dès lors, il faut – c’est certain ! – le protéger, ce que s’empressent de faire la DGCCRF et les journalistes lorsqu’ils rappellent les règles justement déontologiques qui devrait animer nos producteurs vidéogènes rigolos.

Maintenant, il faut aussi se résoudre à l’évidence : de même que Bercy n’arrive pas à tout confisquer, il est regrettablement envisageable que la DGCCRF n’arrive pas à épingler (ou pas suffisamment) nos Youtubeurs. Ce serait dommage.

Heureusement, il y a Marisol, et elle saura intervenir pour mettre le holà à ces activités vidéastes louches, n’en doutez pas. Elle a d’ailleurs déjà démontré son pouvoir de nuisance réaction en demandant à ce que soit interdite la diffusion de Recettes Pompettes. Il s’agit de vidéos dont l’idée de base consiste à faire réaliser une recette de cuisine à une célébrité quelconque en lui faisant ingérer une bonne quantité d’alcool en cours de route. Rigolade, cuite sévère et coupures aux couteaux de cuisine, certes, mais surtout, l’occasion, selon la ministre, de « de laisser croire, en particulier aux jeunes, que l’ivresse serait un comportement anodin, voire valorisant. »

Encore une fois, il faut tout faire pour protéger l’internaute – toujours aussi faible et stupide, semble-t-il – de ces abominables Youtubeurs divers et variés et surtout méchants, dont la morale douteuse, quand elle ne les pousse pas à leur vendre du Christophe Maé en loucedé en le passant en musique de fond en boucle dans leurs vidéos (grossière erreur, à mon avis), les autorise apparemment à rendre valorisant le fait d’être complètement bourré.

mangibougisme, programme nationale d'interdiction du fun

C’est étonnant, ne trouvez-vous pas, ce motif récurrent qui se précise à chaque intervention d’un pouvoir public lorsqu’on évoque Youtube ? Quand il ne s’agit pas de le taxer aussi sauvagement que possible, il s’agira d’en réguler aussi fermement que possible les us et coutumes, voire d’en interdire purement et simplement la diffusion parce que, c’est évident, tous ces gens savent bien mieux que les producteurs et les consommateurs ce qui est bon pour eux.

Certes, on avait déjà pu observer ce comportement dans d’autres domaines (en fait, dans à peu près tous les autres domaines), mais l’acharnement actuel concernant Youtube ne doit rien au hasard. Il s’avère que Youtube est un devenu comme un problème en France parce qu’il capte une part croissante de l’attention des jeunes et des moins jeunes qui, en contrepartie, regardent de moins en moins la télé, cette télé chérie de nos élites tant elle a l’avantage d’être bien plus facile à contrôler qu’un média où, finalement, tout le monde participe (a contrario, improvisez-vous chaîne de télé, pour rire).

pub vintages facebook, youtube, twitter, skypePire : Youtube signifie implicitement que la vidéo peut être produite depuis n’importe où… Y compris hors de France, c’est-à-dire hors de ses juridictions de plus en plus étouffantes, ce qui permettra au Youtubeur malin d’échapper par exemple aux contraintes débilissimes de quotas français qui ont purement et simplement saboté la radio française, ou, encore plus pragmatiquement, d’échapper aussi aux interdictions / censures / contraintes légales que le gouvernement impose, parfois au débotté. Tiens, par exemple, une vidéo Youtube peut en présentant un produit alimentaire s’affranchir de préciser systématiquement qu’il ne faut pas oublier de manger trop gras, trop sucré et trop salé cinq fois par jour, chose que n’oserait jamais imaginer la télévision traditionnelle.

Le Youtubeur peut donc passer au travers des mailles du filet et s’adresser directement aux masses, de la façon qu’il lui plaît, sans l’imprimatur officielle du gouvernement, sans la sanction des directeurs de chaînes, des producteurs installés, et de façon générale des gens qui savent mieux que le public ce qui est bon pour lui.

Autant de raisons, on l’aura compris, qui rendent le médium particulièrement irritant pour les autorités et un gouvernement qui veut avant tout continuer à contrôler sa population.

  1. L’article dit certaines choses intéressantes et d’autres moins…

    Il faut savoir que ces Youtubeurs ont gagnés énormément d’argent grâce a un publique jeune. Si cette cible démographique rapporte autant au niveau publicitaire, c’est qu’il y a une raison. Ils y sont très subjectifs, alors autant faire un « montage » pour éviter de payer 4M€ d’impôts je ne trouve pas ça choquant. Contrairement au travail de la DGCCRF qui doit être approfondi, il n’est pas normal que ces personnes soient payés pour faire la promotion de produits sans que cela ne soit clairement indiqués. Car quelque soit la manière dont on raisonne, si la publicité rapporte autant c’est qu’elle fonctionne.

    Après, faut pas non plus demander que le CSA s’occupe de Youtube hein

    1. Bonjour Risbo,

      Pourquoi ces personnes devraient indiquer qu’elles font de la pub lorsqu’il y a placement produit ou qu’elles vantent le mérite de tel ou tel chose ?
      Même en imaginant un instant que la DGCCRF imposerait de prévenir que « attention je vais vous montrer un produit car je suis payé pour », est-ce-que pour autant ceci changerait l’impact sur le public (qui comme vous le soulignez est plutôt jeune) ?

      1. Bonjour Eric =)

        De mon point de vue, c’est du même acabit que les « publi-reportage ». On déguise plus ou moins habilement la visée promotionnel du message en se cachant derrière la notoriété du site/youtubeur. C’est malhonnête d’un point de vue intellectuel.

        Est-ce que le fait d’indiquer un « P » dans un clip télévisuel ou un message informatif concernant le but du spot sur Youtube réduirait l’impact de là publicité, sincèrement je ne sais pas.

        Ce qui est certain c’est que les gens (adultes compris) ne sont pas assez armés pour faire face au « neuromarketing », moi même en tant que « consommateur » j’ai moi même parfois du mal a saisir si le message est authentique ou pas. Si il est clairement indiqué, ça lève une ambiguïté & d’un point de vue moral c’est une bonne chose.

        Après, le plus regrettable dans l’histoire. C’est que les masses ne savent pas faire la différence entre un message publicitaire évident & un avis sincère. Mais je pense qu’il s’agit d’un autre débat

        1. La différence avec un reportage est que ce dernier a un but précis dès le départ et en fonction du type de support par lequel vous passez pour le regarder, vous pouvez vous attendre à une certaine vision du sujet traité (par exemple : Arte qui parle d’économie et de finance, vous avez de grande chance de voir les patrons comme des voyons et que la source de tout le mal du monde est le capitalisme 😉 ).

          De plus, je rejoins h16 ci-dessous, votre postulat de départ est le fait que les gens ne sont pas armés contre ce type de publicité (ce dont je doute quand même) et il vaudrait mieux donner la possibilité aux individus d’acquérir un regard critique sur ce qu’il voit, de prendre du recul, etc… au lieu de ceci, nous avons un maternement (un doute sur l’existence de ce mot !) de ces mêmes personnes et, à mon sens, le corolaire de cet état-nounou une déresponsabilisation grandissante.

        2. De mon point de vue, c’est du même acabit que les « publi-reportage ». On déguise plus ou moins habilement la visée promotionnel du message en se cachant derrière la notoriété du site/youtubeur. C’est malhonnête d’un point de vue intellectuel.

          Faut voir ou sont les dommages.
          La télévision d’état est une propagande vivante pour ce même état payé avec de l’argent pris de force à ses victimes.
          Avec 8 millions de pauvres, 25% de chômeurs dans la jeunesse et 5000 milliards de dette, ce n’est plus de la malhonnêteté intellectuelle à ce niveau.

          Coté youtubeurs, qui ne sont payés qu’avec le consentement tacite du « client », les victimes éventuelles des placements de produit apprendront très vite, et pour une modique somme, à développer leur esprit critique, mais les commentaires des vidéos dont les jeunes sont très friands hurlent tellement au placement de produit même quand le message est parfaitement innocent qu’il est difficile de passer à côté et d’être mal informé.

          La liberté règle le problème coté youtube, le manque de liberté est tout le problème coté « service publique ».

          Pour la télévision publique, c’est même 100 fois pire quand ils balancent des « documentaires » qui relèvent de l’escroquerie ou de la fraude scientifique avec tout le poids et la caution de sérieux de la télévision d’état.

      2. question habile ne le faisant pas on ne le saura jamais

    2. h16h16 Auteur de l’article

      J’apprécie le délicieux présupposé que le spectateur serait trop bête pour comprendre qu’il s’agit d’une publicité. Plutôt que l’éduquer, plutôt qu’aiguiser son sens critique, mettons une instance en charge de réguler tout ça. Parce que c’est la meilleure solution, c’est évident.

      1. Peut-être faudrait-il dans ce cas expliquer aux spectateurs ou aux lecteurs (y compris sur Contrepoints) que le « politiquement correct » est aussi une forme de publicité.

      2. vous présupposez qu’il est averti, qu’il possèdent pleine l’information de manière objective? Beau présupposé: tout le monde n’ a pas envie d’être éduqué, avoir un sens critique etc… où voyez vous que Risbo parle d’une  » instance en charge de réguler tout ça « ?

        1. h16h16 Auteur de l’article

          « vous présupposez qu’il est averti, »
          Non.

      3. la grande majorité sont des gamins ils ne savent même pas ce que le terme marketing ou placement de produit veut dire ils s’en foutent d’ailleurs 🙂

        1. h16h16 Auteur de l’article

          Donc ils sont cons, c’est ça ?

          1. Il n’a pas sans doute pas d’enfant…

            1. Et toi tu sais ‘ pas sans doute pas ‘ écrire ?

            2. Vu son troll récurrent sur le site Lazarius en est un d’enfant mais pas de l’espèce maligne…

      4. c’ est pas une question d’être bête mais l’ignorance et l’inintérêt à 12 ans j’ en ai rien à foutre qu’on me dise que mon idole fait de la promo pour electronic art ou ubisoft et c’est pas les parents 90% souvent largués dans ce domaine qui vont contribuer à leur apprentissage limite ça serait possible de le faire à l’école genre une demie heure par semaine un instant actu ou autre

      5. l’esprit critique spontané c’ est une fable

        1. h16h16 Auteur de l’article

          On vient de le constater très clairement, merci.

        2. Ma fille de 12 ans, comme toutes ses copines d’école, est une grande fan des ces youtubeurs-ses et je peux vous dire qu’avec ses copines, un de leur jeu favori est de crier : « placement de produit ! » dès qu’elles en voient – ou croient en voir un – durant une de leurs vidéos. Ce qui fait le succès de ces youtubeurs, c’est justement de jouer avec tous les codes de la communication et de la publicité que les gamins d’aujourd’hui connaissent parfaitement. Un des sketchs de Norman – je crois – qui a le plus de succès est justement sur une fausse réunion marketing. Si les enfants de 12 ans ne comprenaient rien à ça, cela n’aurait aucun succès.

          1. C’est pas Norman, c’est Cyprien. + de 20 millions de vue : https://www.youtube.com/watch?v=etvZ7fDxQdc

            1. Elle fait rire toute la famille celle-là, de 14 à 50 ans… 🙂

  2. Quand on pense que ces jeunes comiques n’ont même pas d’autorisation officielle, de diplôme ou de carte de membre, ne produisent pas de TVA, se servent d’une entreprise américaine pour diffuser leur vidéo… Ont-ils même l’autorisation de la mairie ou du département? Et enfin, ils essayent de maximiser leurs profits. C’est dégoûtant!

  3. mais que fait le CSA!! c’est vrai à la fin fin youtube, c’est du contenu audiovisuel quand même!
    Allez hop, on va créer une super commission d’étude de la faisabilité de la création d’un département internet au CSA qui aura en charge de déterminer le budget nécessaire au financement du département (juste le fait d’écrire cette phrase, on a déja dépassé les 10M€) ensuite on crée le département (300M€ pour créer les locaux et autant de fonctionnement chaque année) on observe ce qui se passe sur youtube, puis on légifère et enfin on met en place des sanctions pour récupérer les 2-3 millions des jeunes entrepreneurs, ce qui va bien sur décourager les autres où les forcer à quitter la france….
    J’aime mon administration 😉

  4. D’ailleurs, n’importe qui aimerait créer une entreprise devrait : intégrer l’Ena, remplir le formulaire A38, demander l’autorisation de déontologie à une commission concernée, obtenir les autorisations légales, attendre 5 ans le temps que les fonctionnaires remplissent les papiers et mettent le tampon sans erreur…
    Si jamais ce fou arrive tout de même à créer son entreprise et même faire du profit, ne vous inquiétez pas, les 80% d’impôts prévus seront là pour démotiver les derniers récalcitrants…
    Non mais quand même, monter son propre business, quelle honte !! Il faut tout faire pour leur en empecher

    1. Il existe une autre opportunité, entrer dans un parti ,peu importe lequel on peut changer de veste, créer une entreprise subventionnée avec pour clients l’état ,les collectivités locales etc . Un plus embaucher un politique en pantouflage

  5. de toutes façons, s’ils font autant d’argent, c’est forcément qu’ils le volent à quelqu’un d’autre

    1. ils le volent à personne, ils gagnent de l’argent lorsque quelqu’un clique sur l’une de ses vidéos. Conclusion, si tu veux pas contribuer à les enrichir, ne les regarde jamais

  6. Tout ceux qui acquièrent une petite parcelle de célébrité en profitent pour faire de la pub – et s’en mettre plein les poches, oh scandale ! La limite logique est que leur « image » est mise en danger dès lors qu’ils en abuse.

    D’un autre côté (mais c’est un avis subjectif) la production « artistique », « culturelle », ou « humoristique » de ces célébrités éphémères est relativement médiocre et leur succès tient surtout à la médiocrité encore plus grande de l’offre officielle, bien-pensante, mainstream, politiquement correcte, soutenue par le système ou ayant pignon sur rue.

    En conséquence, tenter de réguler un phénomène par les moyens qui ont généré ce phénomène semble quelque peu illusoire. A rajouter à la longue liste de bêtises de notre société. Ces absurdités n’ont elles-mêmes rien de nouveau en soi. Elles sont simplement plus faciles à identifier à identifier aujourd’hui – mais n’est-ce pas perdre son temps que de tenter d’analyser la bêtise humaine.

  7. Elle est pas un peu exagérée la photo ? lOl. L’article défend +YouTube et les créateurs donc je suppose qu’elle cible plutôt le gouvernement ? Il faut reprocher surtout aux journalistes de faire la relation avec les +Panama Papers car il n’y a aucun rapport. Il n’y a rien qui sorte du pays dans l’action qu’ont entreprise ces YouTubeurs !

  8. Le problème des dessous de table pour faire de la promo par le biais de ces youtubeurs touche surtout ceux qui font des video de tests de jeux video. Si vous encensez un jeu en promettant qu’il est une perle et que dans la réalité, une fois en main, le soft est une merde sans nom, il y a effectivement un problème. Vous êtes là littéralement payés pour mentir et induire à l’achat sur la base de ce mensonge. Mais les quelques ramdam qui ont bouleversés la communauté des joueurs sont un bon avertissement: si le jeu est bel et bien une bouse, le youtubeur peut s’attendre à en recevoir dans la tronche autant qu’il a de nombre de vues sur sa video… Le reste, placer un produit dans une scène, c’est ce que fait hollywood depuis des années.

    1. Unknown: « Si vous encensez un jeu en promettant qu’il est une perle et que dans la réalité, une fois en main, le soft est une merde sans nom, il y a effectivement un problème. »

      C’est quand-même de l’argent très bien dépensé dans un service essentiel: pour une modique somme, le pigeon même doté d’un QI moyen vient d’apprendre quelques bases de l’esprit critique que l’EDNAT pour des sommes autrement faramineuse n’a pas réussi à lui inculquer.

      L’éditeur qui repose sur ces méthodes n’aura pas une longue durée de vie, mais il aura enseigné à pleins de gens des choses essentielles comme le recoupage des informations, savoir qui parle et pourquoi, etc. Etc. Ça peut éviter au pigeon de tomber dans des escroqueries autrement plus importantes.

      1. « L’éditeur qui repose sur ces méthodes n’aura pas une longue durée de vie »

        Naïf que vous êtes. Les pratiques des majors de cette industrie ne suivent en rien une logique de marché, juste un bourrage de crâne intensif, les budgets marketing alloués au production AAA ayant explosé au cours des 10 dernières années. On vent de la m*rde buggée par palette, juste parce que la pub, les previews vérolées et les trailers et images in game mais retouchées massivement au photoshop, vendent du rêve. Et on se retrouve au final avec une bouse à 60€ sur console. Les amateurs se sont en effet détournés, mêmes si certains tombent encore dans le panneau, au profit des « casual », acheteurs girouettes qui vont et viennent comme la marée en fonction de la direction que leur donne le Dieu marketing. Et se barrent dès que le spot s’éteint. Le meilleur exemple étant le fonctionnement commercial de ces jeux: le gros des ventes et du CA doit se faire dans les 2 à 4 premières semaines suivant la mise en vente. Passé ce délais, les bruits courent, les avis se font, le piratage arrive, et les ventes s’effondrent littéralement. Dernier exemple en date, Star Wars Battlefront qui peine à dépasser les 1500 joueurs en ligne chaque soir seulement 6 mois après sa sortie, ce qui est risible pour un jeu se disant multijoueur et ayant bénéficié d’un tel matraquage publicitaire et d’une telle situation favorable (sortie du dernier film). Et les gens continueront cependant à acheter des merdes estampillées Electronic Arts (je n’ai rien contre cet éditeur en particulier, il est aussi détestable qu’Activision ou Ubisoft ou quelquonque autre majors).

        1. Unknown: « Naïf que vous êtes. »

          T’es gentil, je suis créateur de jeux vidéo, ma boite à dix ans et j’ai joué a plus de jeux depuis 30 ans que toi et tes amis dans les 30 prochaines.
          Qualifier battlefront de « merde qui roule le gens » c’est fort de café de la part d’un type qui ne saurait même pas texturer une verrue.

          Unknown: « continueront cependant à acheter des merdes estampillées Electronic Arts (je n’ai rien contre cet éditeur en particulier, il est aussi détestable qu’Activision ou Ubisoft ou quelquonque autre majors). »

          Tu n’aimes visiblement pas les jeux et tu n’y joue pas. On dirait chinasky plus bas qui n’a vu aucune des vidéos des youtubeurs et qui les qualifie de merde en bloc… 🙂

          Les avis des haters hein…╭∩╮

  9. qu’ont ils cree? Rien.. cela m’inquiete de voir cela, je m’attendais a de l’innovation, des brevets qui rapportent etc.. on pourrait les admirer.. mais c’est ephemere… apres tout qu’ils en profitent. donc si je comprends bien la France peut se redresser avec des youtubeurs.. c’est un business trouble.. pour le redressement de l’economie et les consommateurs ont entre 7-14 ans qui regardent Cyprien Norman et squeezie.. YouTube est bien pour les emissions historiques mais il faut faire le tri.. bon j’aimerais savoir ce que ces trois GRANDS HOMMES D’AFFAIRES VONT NOUS APPORTER PORU LA FRANCE.. CREER DES EMPLOIS,D ES NOUVEAUX PRODUITS YOUTUBE.. CE SONT DES COMIQUES… JE PREFERE QU’ON PARLE DES START UP, DE L’INNOVATION.. CES ENTREPRISES ONT DE LA VALEUR.. ET CREE DES RICHESSES, DES EMPLOIS DE DEMAIN. PAS CES TROIS GARS.. NULS.

    1. et bien, ils ont au moins créé leur emploi et ils ne mendient pas leur pitance comme ces milliers d’exploiteurs du peuple qu’on appelle « intermittents du spectacle ». ils me paraissent beaucoup plus sympathiques.

    2. luv: « qu’ont ils cree? Rien.. »

      Merci, vous venez de démontrer toute l’inutilité du ministère de la Culture qui bouffe 7 milliards, le même budget que celui de la justice, une tâche régalienne autrement plus importante.

      Et on vous les prend de force ces 7 milliards, pour financer des godemichés géants, des films de merde d’auteur que personne ne va voir, ou des théâtreux pas drôle, alors que vous avez le choix et la liberté de ne pas regarder ces youtubeurs et ne pas leur payer un cent.

      luv: « CREER DES EMPLOIS,D ES NOUVEAUX PRODUIT »

      Ils ont des preneurs de son, des maquilleurs, des monteurs, des décorateurs, ils font rire ou divertissent des millions de gens. On aimerait pouvoir en dire autant de vous, voir même espérer que vous n’êtes au moins pas à la charge de la communauté contrairement à eux qui ont créé leur emploi à partir de leur talent ?

      luv: « PORU LA FRANCE »

      Poru aussi à vous !

  10. « talents » … Médiocrité générale, via un égalitarisme culturel démocratique, pour rebuts de l’ÉdNat… mais bon, chacun ses goûts.

    1. Ça ressemble aux avis sur les style de musiques 🙂
      Chaque église trouve que les autres genre musicaux sont des merdes commerciale à peine plus digne d’intérêts qu’un froissement de papier WC.
      C’est assez navrant comme mode de pensée.

      Jean: « via un égalitarisme culturel démocratique, »

      Par contre on se demande d’où ça sort ça ?

  11. Ils sont suivis par des millions de gens, dont la plupart se fichent de tel ou tel produits évoqués. Beaucoup d’adolescents trouvent un refuge auprès d’eux, c’est celui du divertissement et du fun ! Si ils font du profit, c’est juste qu’ils ont su s’adaptés à leur époque et ciblé un publique en particulier !

    Ça serait drôlement plus monotones sans eux !

  12. La seule chose que ça prouve c’est que les gens sont mimétiques par essence (ils cliquent sur un lien en fonction du nombre de clic élevé : effet boule de neige) et ils trouvent que c’est cool parce que tout le monde dit que c’est cool. Ils ne sont donc pas guidés par un hypothétique esprit critique et raisonné.
    Par ailleurs, la renommée de ces types est essentiellement due au support internet qui permet d’avoir accès gratuitement à leur navrantes réflexions.
    Je vois pas en quoi des nanas qui se filment en train de se maquiller créent quoi que ce soit, idem pour les mecs qui se filment en jouant aux jeux vidéos…
    Des vidéos de compiles de chats font autant de vue…
    Donc oui ces mecs ne créent rien, ils s’auto-plagient constament, n’ont aucune valeur artistique et tellement peu de talent par ailleurs. Est-ce un crime d’essayer de réveiller l’esprit critique des gens ?

    1. Je rajouterai aux illuminés de l’idéologie libérale que dans le cas des phénomènes de modes moutonniers tels que celui décrit dans cet article, ceux-ci, au regard de leur belle logique du marché, défendent le libre arbitre des ados décérébrés qui suivent massivement ces phénomènes.
      Par contre lorsque ces mêmes ados manifestent en masse contre la loi travail ou votent socialiste, alors là il ne s’agit plus d’individus raisonnés, ce sont des idiots décérébrés qui n’ont plus aucun libre arbitre et qui sont forcément manipulés…

      1. -Les « idiots décérébrés » sont peut-être plus compétents pour reconnaitre quelque chose qui les amuse plutôt que de juger des lois complexes, d’un monde du travail complexe où ils n’ont jamais foutu les pieds. On dirait que vous affectionnez particulièrement les gens qui l’ouvrent sur des sujets qu’ils ne maîtrisent pas du tout. Qui se ressemble…

        -Quand les « idiots décérébrés » cliquent sur une vidéo YouTube, ils n’influent pas la politique gouvernementale déjà assez catastrophique par ailleurs et pourtant, ils sont 83 fois plus nombreux que les « idiots » qui sont dans la rue.

        -Les « idiots décérébrés » n’ont pas « manifesté en masse », si on prend les chiffres pipeauté des syndicats, et même sans enlever ceux qui sont juste venus s’amuser, ça ne fait qu’un élève sur 100 signe qu’ils ne sont pas si crétins que ça ces chers petits (ou que l’instrumentalisation par les adultes s’essouffle face à un gouvernement socialiste, les élèves ne font pas grève contre l’avis de leur profs quand même….)

    2. @ chinasky:

      En bref vous n’avez pas vu les vidéos en question, vous ne connaissez rien au sujet, mais votre opinion est faite et définitive. Dans le genre « navrante réflexion » vous êtes un cador.

      D’une part ce ne sont pas les « vidéos de maquillage » qui font dix millions de vues, d’autre part les gens sans talent, même poussé par d’autres chaine très connues ne décollent jamais, les gens ne cliquent absolument pas « par réflexe ».

      chinasky: « due au support internet qui permet d’avoir accès gratuitement à leur navrantes réflexions. »

      Vous êtes aussi sur internet et vous prétendez diffuser le parangon de l’esprit critique… Si vous ouvrez un blog ou faites une vidéo youtube je parie qu’avec votre prétention et votre tristesse vous ne dépasserez pas les 200 vues… chiffre qu’ils ont eu aussi un jour.

      chinasky: « Est-ce un crime d’essayer de réveiller l’esprit critique des gens ? »

      Si ce n’est pas un crime, je vais de ce pas vous donner quelques conseils pour ouvrir le votre:
      -Regarder au préalable les choses qu’on critique au risque de passer pour un abruti dans le cas inverse.
      -Ne pas tout englober dans un jugement fourre-tout de vieux con du café du commerce.

  13. Vous validez par vous-même qu’ils sont relativement décérébrés puisqu’incapable de juger de lois complexes… de fait vous reléguez au rang d’indigence intellectuelle les programmes de ces youtubeurs. C’est bien, mais je croyais qu’ici c’était le nivellement par le haut ?
    Et puis si vous voulez parler chiffre combien pèse le PLD en France ? J’imagine que les gens ne sont pas assez intelligents pour comprendre ?

    1. chinasky: « qu’ils sont relativement décérébrés puisqu’incapable de juger de lois complexes… »

      C’est idiot, la complexité s’aborde avec le savoir et l’expérience, vous prétendez être intelligent mais vous ne pigez rien au schéma d’un CMF56 ni à ces lois d’ailleurs.

      chinasky: « de fait vous reléguez au rang d’indigence intellectuelle les programmes de ces youtubeurs. »

      On peine a voir le lien.. !? Vous ne connaissez pas non plus la signification des guillemets ?

      chinasky: « J’imagine que les gens ne sont pas assez intelligents pour comprendre ? »

      Les élus le sont avec 1,9 voix sur dix électeurs en moyenne, ce n’est pas une question d’intelligence, le peuple en a globalement bien assez, c’est une question d’appareil d’état corrompu par une bureaucratie qui ne sert plus qu’elle-même sinon les réformes essentielles seraient faites depuis longtemps…

      Je sens que je vais m’amuser avec vous… 🙂

Les commentaires sont fermés.