Ce que nous apprend le Joueur du Grenier de YouTube

Le blocage de YouTube contre certaines vidéos du Joueur du grenier démontre une plateforme qui bloque la créativité. Une position qui risque de la pénaliser dans le futur.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
capture youtube Joueur du Grenier - DUKE NUKEM FOREVER (Version censurée)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Ce que nous apprend le Joueur du Grenier de YouTube

Publié le 20 mars 2022
- A +

Le youtubeur Frédéric Molas, alias Joueur du Grenier, est bien connu du YouTube français. Avec plus de 3,6 millions d’abonnés, il représente un certain poids. Néanmoins ces dernières années, certaines de ses vidéos sont bloquées par la plateforme, l’incitant à prendre certaines distances du site. Une situation qui est révélatrice d’une tendance de YouTube, qui risque de perdre des créateurs de contenu au profit d’autres plateformes.

Qui est le Joueur du Grenier ?

Derrière le personnage du Joueur du Grenier se cache Frédéric Molas. Lui et son ami Sébastien Rassiat ont lancé cette chaine YouTube en 2009. Le concept de base est de tester et de faire une démonstration humoristique de vieux jeux vidéo souvent de mauvaises qualités.

Le concept est inspiré de la production des vidéastes américains tels que James Rolfe alias l’AVGN (Angry Video Game Nerd) ou Douglas Walker alias le Nostalgia Critic. Les vidéos du Joueur du Grenier vont arriver à percer sur le YouTube francophone lui offrant une certaine notoriété sur internet et dans le milieu du jeu vidéo.

Rapidement cette activité de vidéaste est devenue son métier à plein temps. Le Joueur du Grenier vit de la monétisation de ses vidéos par YouTube, mais aussi en y intégrant de la publicité pour des sponsors.

Le problème croissant de la politique de YouTube

On comprend que ses vidéos sont son gagne-pain. Dès lors, le durcissement de la politique de YouTube à l’encontre de certaines de ses vidéos va poser problème. Celles-ci sont soient démonétisées, soit restreintes, réduisant ainsi le nombre de vues et donc l’argent gagné, voire tout simplement supprimées.

Les causes ? Selon Frédéric Molas, sa façon de s’exprimer ne passe pas. Mais aussi, toujours selon lui, YouTube peut censurer et supprimer une vidéo où des femmes même habillées auraient des attitudes à connotation sexuelle. Cette situation pousse le Joueur du Grenier à s’autocensurer.

Une posture davantage défavorable à YouTube qu’au Joueur du Grenier

Cette situation a très certainement contribué à la migration de Frédéric Molas de YouTube vers Twitch. S’il maintient une présence sur la première plateforme, la seconde est beaucoup plus lucrative et semble pour l’instant moins contraignante.

Le cas du Joueur du Grenier est révélateur de la tendance de certaines grandes plateformes numériques : à force de lisser tout discours et tout comportement, les utilisateurs sont lassés et partent peu à peu ailleurs.

Le monde numérique est changeant. Une entreprise qui domine à un moment peut perdre l’avantage face à une autre. Au profit de ses utilisateurs.

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • Avatar
    jacques lemiere
    20 mars 2022 at 8 h 19 min

    il y a twitch donc..et d’autres.. du moment qu’on trouve ou qu’on peut créer une plateforme, le destin de youtube a de l’importance pour ..les actionnaires de youtube.

    Ce n’est pas de la censure..

    L’attention est à porter au niveau de la législation pas des sites privés fussent ils quasi monopolistique..

    Mais tiens, contrepoint modère pour des raisons dérisoires ( le fameux trollisme) , ce qui rend impossible de discuter dans les commentaires..or contrepoint est plus un site d’opinion que d’enquêtes.. les commentaires importent autant ( en tous les cas pour moi) que les articles..

    J’ai quitté un site il ya peu parce que le dit site a jugé comment étant  » hate speech », de citer des définitions de dictionnaires..

    j’ai quitté des sites où les auteurs censurent à discrétion..

    Certes les wokes sont des rageux… ils « signalent », mais tant qu’onpeut trouver des sites où on peut dire ce qu’on pense.. ce qui implique que ce soit légal , ces histoires de censures sont secondaires.

    Ce qui pose question c’est que les médias traditionnels citent youtube facebook et tweeter… et les considèrent comme une image de l’opinion.. or ils sont oolitiquement correct , dans le mauvais sens du terme voire woke..

    mais ..joe rogan.. trouve toujours des plateformes..

    car il a des millions d’auditeurs…

  • Youtube, c’est bien pour la musique. Pour le reste, ça ne vaut pas mieux que Facebook (Meta).

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Matt Hampton. Un article de la Foundation for Economic Education

 

Depuis des années, certaines personnes qui s'opposent à la censure sur les médias sociaux affirment que c'est à l'État d'y mettre fin. D'autres ont fait valoir que le marché libre est une meilleure solution que l'État, malgré le problème posé par des entreprises qui déforment le discours public.

La semaine dernière, l'achat de Twitter par le PDG de Tesla, Elon Musk, est l'exemple parfait pour illustrer que des acteurs privés peuvent apporter des c... Poursuivre la lecture

censure
0
Sauvegarder cet article

Par Ilya Fomin.

Le monde était sur le point de commencer à se remettre des pandémies, lorsque la Russie a déclenché la guerre en Ukraine. Les terribles images de villes détruites et de civils assassinés rapportées de Bucha, Mariupol, Kharkiv et bien d'autres révèlent le véritable objectif de l'armée russe : non seulement occuper une grande partie de l'Ukraine d'une manière similaire à l'annexion de la Crimée et des soi-disant "DNR" (République populaire de Donetsk) et "LNR" (République populaire de Lougansk), mais aussi créer une crise... Poursuivre la lecture

Elon Musk rachète Twitter ! L’homme le plus riche du monde s’offre ce qu’il appelle lui-même « la place publique numérique [digital town square] où sont débattues les questions vitales pour l’avenir de l’humanité. » Il y a un petit côté « moi, riche et célèbre, maître du monde » dans la façon dont s’est nouée cette affaire en quelques jours pour 44 milliards de dollars. Mais là n’est pas le reproche essentiel adressé au patron de SpaceX et Tesla.

Tout autre milliardaire plus acquis aux idées de contrôle des « discours de haine » et des... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles