Le gouffre des retraites des fonctionnaires se creuse encore

Publié Par Thibault Doidy de Kerguelen, le dans Retraites

Par Thibault Doidy de Kerguelen.

retraitée-plage

 

37,3 milliards d’Euros, retenez bien ce chiffre.

Le Conseil d’Orientation des Retraites explique, dans un rapport qui doit être rendu public ses jours-ci, que seul un quart des retraites des fonctionnaires est financé par les cotisations salariales et celles de l’État employeur, contre 82,9% pour le régime des salariés du privé.

La différence est compensée par le budget de l’État, qui finance le système de retraite de la Fonction publique à hauteur de 73% de ses besoins.

Selon Le Figaro, qui a sorti l’information, ces dépenses, mentionnées dans une ligne budgétaire baptisée « cotisations fictives », ne cessent d’augmenter : +5,5% en 2011, +4,2% en 2012 et +1,7% en 2013.

37,3 Milliards d’Euros, c’est 22% des sommes empruntées par l’État cette année. C’est deux fois le crédit d’équipement alloué à la défense nationale. C’est la plus belle démonstration de l’incurie et de l’incapacité de gestion de nos hommes politiques.

La pyramide de Ponzi de notre système de retraite, pudiquement baptisé « par répartition », s’étant inversée d’autant plus vite que les droits versés ont été généreusement gonflés pour des raisons électoralistes, ces sont les citoyens et les structures générateurs de plus-value qui, après avoir payé pour leurs propres retraites, payé pour le fonctionnement de l’appareil d’État doivent aussi payer pour la retraite des fonctionnaires. Aucune réserve, aucune capitalisation n’a été faite.

Bien évidemment, ces sommes ne sont pas prises en compte ni évaluées sur la durée de vie estimée des fonctionnaires en retraite afin d’être incluses dans les dettes du pays. Il s’agit pourtant bien d’une dépense constatée d’avance devant théoriquement, en bonne gestion, être provisionnée. Vous imaginez, sur une espérance de vie de 20 ans en retraite, avec les reversions, la prise en compte des départs prévus, le montant colossal que cela représente ? Il y a belle lurette que la France a dépassé les 100% du PIB en dette…


Sur le web.

Lire aussi : Retraite des fonctionnaires, une escroquerie en bande organisée

    1. Encore un communiste en pleine décomplexion…

      Pour nous faire gober que l’endetement réel de la France est de 13%, il ramene la dette publique a 7 ans de PIB (durée moyenne de la dette). Comme si le PIB était en totalité un revenu d’état dont une fraction (13%!!!…) payerait la dette.

      Ce couillon est au courant qu’en France « poche privée » n’est pas encore égale a « poche publique »?

      1. Voire ! Car dans leur esprit malade… poche privée = poche ouverte à tous, et en particulier à… eux.

        Toutes ces tentatives pour minimiser coûte que coûte la dette de la France sont pathétiques.

        Et les gauchistes s’obstinent, car c’est bien entendu une gigantesque patate brûlante.

        On aurait pu dire aussi que 37 milliards… c’est presque le montant annuel des intérêts de la dette (47 milliards) !

        On aurait pu dire aussi qu’il s’agit d’une autre fiction comptable… Car les « cotisations » payées par les fonctionnaires… sont in fine payées par l’Etat ! Simple jeu d’écriture… Donc la réalité est que 100 % des retraites des fonctionnaires sont financés par l’Etat.

        Bref.

        Dans le lot, on trouve aussi les gauchistes rêveurs qui disent : « la dette est illégitime, il suffit de la dénoncer et de faire défaut ». Pour eux, les dettes sont un truc de « riches », de banquiers.

        Ils n’ont toujours pas compris que ces dettes sont bien réelles… qu’elles irriguent TOUTE notre économie. Et qu’il y a surtout un principal fondamental : le passif des uns est… l’actif des autres.

        Donc faire défaut, reviendrait à détruire les « assurances vie » de bon nombre de Français, y compris des fonctionnaires, des tas d’autres produits d' »épargne »… Le Grand Appauvrissement.

        Bref… il n’y a pas à tortiller : la dette c’est simplement -et surtout- du pouvoir d’achat… bien réel mais fictif dans le sens illégitime (non gagné).

        Supprimons-le, et le système s’écroule.

        Voilà pourquoi ils ne peuvent pas se passer de la dette. Voilà pourquoi précisément il faut les pousser à la faute, à créer encore plus de dettes (en réduisant la base imposable, et donc la rapine fiscale).

        Car ils ne peuvent bien entendu pas non plus réduire les dépenses « publiques ».

        Bref, nous les tenons.

        Les gauchistes périront par là où ils ont péché : le pognon.

        1. Quand le vent de la défiance va se lever sur les marchés financiers, la gamelle va être rapide, et brutale

        2. « Ils n’ont toujours pas compris que ces dettes sont bien réelles… »

          Non: Elles valorisent une économie réelle imaginaire.
          Une grande partie de cet argent ne correspond en fait à rien: Soit elle sera annulée, soit l’argent perdra sa valeur en proportion.

          Ce qui est réel, ce sont les illusions des épargnants et des retraités, il est impossible que leur pouvoir d’achat futur corresponde à leurs attentes.
          La cause de ces illusions est leur foi en l’État, et en des politiciens incompétents et démagogues.
          Le marché est la seule manière de préparer l’avenir.

          La politique, en démocratie purement représentative, garantit la dérive socialiste et la ruine.
          La politique est la pire manière de préparer l’avenir, le marché est la meilleure.

        3. « 100 % des retraites des fonctionnaires sont financés par l’Etat »

          Non, elles le sont par les contribuables, par l’impôt forcé et par l’emprunt qui n’est qu’un impôt différé.

    2. Effarant.
      C’est un rejet franc et massif du marché au profit de la planification centralisée.
      Ce pays est foutu.

    3. Ramenons la dette au revenu de l’état, allez a la louche 600 milliards d’euros, difficile de faire la part du budget de l’état et des collectivités, bref.

      Sa dette s’élève alors a 3ans et demi de revenus, ce qui par exemple ramené a un particulier est assez banal, il y a même des endettements bien plus élevés…

      Mais, a ces particuliers, on demande de dégager 33% d’excedents sur leur revenu, pour les affecter au remboursement de la dette!…

      Or non seulement si l’état dégageait 33% d’excedents sur ces budgets, ca se saurait, mais en plus personne n’en a rien a battre et l’état continue a dépenser plus qu’il ne gagne, indépendamment de la dette qu’il a a rembourser. Bref c’est la fête du slip,

      Il n’y a plus que les guignols et les prestidigitateurs, pour nous faire le tour de disparition de la dette…

      1. Oulà, t’es optimiste, c’est 312 milliards de recettes nettes pour 2013. Du coup, une fois ramené sur 7 ans, on se rend compte qu’en fait, on est quasiment arrivé à 100% (un peu moins de 95, à la louche (j’ai pas fait le calcul mais vous pouvez le faire tout seul ^^).

        Et encore, puisque cela signifierait que la dette ne bouge pas, ou du moins n’augmente pas plus vite que le budget. Or, avec 150 milliards supplémentaires en un an, ça fait 50% du revenu annuel en plus chaque année!

        Il est donc impossible de comptabiliser la dette par rapport aux revenus de l’Etat sur 7 ans, puisque d’ici là, elle aura de nouveau explosé.

  1. Etat de la France
    Secteur public, faillite chronique
    Secteur bancaire, faillite
    « Un examen plus approfondi de la situation pays par pays indique que la France présente le ratio d’endettement le plus élevé parmi les grands pays européens. Ce niveau reflète la sous-capitalisation des banques françaises et soulève de sérieuses questions quant à la vulnérabilité de ce secteur par rapport aux partenaires européens » (LT du 02.09.2013).
    ….
    « La première source de risque systémique en Europe est la France. Sur la même période, elle n’a pu réduire son niveau de risque que de 28%, passant de 334 milliards d’euros à 238 milliards. En analysant le montant que représente le SRISK dans le produit intérieur brut (de fin 2012, selon les chiffres du Fonds monétaire international), il apparaît que le SRISK de la France représente environ 13%
    de son PIB. Ce niveau, le plus élevé observé en Europe, constitue un risque potentiel pour la stabilité du reste de l’économie européenne. « (LT du 02.12.2013)
    Secteur crony-kapitalist, faillite (Automobile, sidérurgie, agroalimentaire, bâtiment…)
    Secteur assistance sociale, faillite (SS, retraite de Ponzi…)
    et… si vous voyez d’autres secteurs ?
    J’admire le tour de force de la progression : Corrèze, boxon – France, boxon – Europe, boxon et bientôt le Monde – Au secours, empêchez le d’aller sur Mars s’il s’y avise.

    1. J’aurais peut-être pas du critiquer les banques… Espérons que l’AMF ne me tombe pas dessus car ils sont plus méchants que compétents, ça fait peur finalement.

  2. Marché de l’auto
    « Depuis l’été, le marché s’est stabilisé par rapport à 2012 mais est toujours tout à fait morose », a déclaré Patrick Blain, président du CCFA, au cours d’une conférence de presse. « On reste collé au fond de la piscine, l’avantage c’est qu’on ne peut pas descendre plus bas. » Si cela pouvait être vrai…
    http://fr.reuters.com/article/topNews/idFRPAE9B100Y20131202

  3. je suis environné de fonctionnaires à la retraite, qui sont entre 60 et 70 ans, adossé à une rente d’état telle qu’aucun n’aurait imaginé avoir, dans leur rève les plus fous, durant leur jeunesse. le pire, c’est qu’ayant trés peu travaillé, et disposant d’un pouvoir d’achat sur les soins médicaux comme jamais vu avant, tant le male que sa femelle, il y a 80% de chance sur 100 qu’au moins un des deux fasse un centenaire:
    moralité, un est pas encore débarrassé de cette engence et on rique bien de finir dans un monde merdique…

    1. Et moi je connais (perso) un fonctionnaire… qui était chercher au CNRS. Parti en retraite en 2009.

      Et qui m’a avoué -un peu honteux- qu’il touchait DAVANTAGE à la retraite que lorsqu’il était en…. activité !

      Ce n’est pas un fantasme, un délire d' »extrême-drouâte », ou une lubie d » »ultra libéral enragé »… mais un cas concret, réel, qui illustre le Grand Délire dans lequel nous vivons.

      Et vous avez raison de souligner EN PLUS que ces gens… ont une espérance de vie mahousse.

      Cette génération représente d’ailleurs sans doute le Peak Espérance de vie…

      Donc, ils vont en profiter longtemps. Enfin du moins tant que le ponzzi et la rapine se poursuivent…

      Ajoutons enfin,qu’en plus de l’espérance de vie, il faut quand même factoriser, la dégradation médicale passée un certain âge (dépendance)… Entrainant des coûts médicaux absolument stupéfiants.

      Donc…. la triple peine.

      Ca va faire un grand Boum. Et le plus tôt sera le mieux.

      1. je confirme
        Mon beau-frère, dans la fonction publique, a déjà fait calculer sa retraite (qu’il prendra dans 7 ans) et il affirme qu’il touchera 120€ de plus par mois que son salaire actuel.

        Actuellement et contrairement à moi qui suis dans le privé, il a déjà planifié ses vacances jusque fin 2014.
        Il a déjà fait des réservations pour les vacances de Toussaint 2014 !
        Car il ne se prive pas et il a la possibilité de partir 4 fois dans l’année; alors que moi, je ne pars qu’en été et pas plus de 2 semaines et à noel pas plus de 4 jours et encore pas toujours.
        Qu’est-ce que je peux lui répondre quand il me dit que l’economie a besoin des fonctionnaires car il fait « vivre » le tourisme en France.

        1. Si encore on était sûr qu’il avait trouvé qq chose durant sa carrière ….

      2. Explication : le retraité de la fonction publique
        * touche le même « traitement brut » x (75%+5%/an en plus par rapport à l’age « normal »)
        * perd ses primes, mais touche un petit bonus de retraite par capitalisation pour ses anciennes primes (RAFP), qui compense partiellement cette perte
        * ne cotise plus pour la retraite (9 % du traitement brut) et paye un poil moins de CSG
        * enfin sa pension est protégée contre l’inflation
        Un chercheur CNRS (plus généralement un fonctionnaire) n’a quasiment pas de primes et peut très facilement bosser 3 ou 4 ans de plus que « normal », ce qui correspond à 15 à 20% de « surcote ». a partir de là il touche plus qu’en activité

        1. 2 exemples significatifs :
          La retraite de nos députés qui, après avoir cotisé pour un seul mandat, peuvent prétendre à 1500€ de retraite à vie
          Les retraités de certains TOM dont la retraite est indexée à 75% (les militaires for example)
          Après on s’étonne qu’il manque 75% de cotisations pour financer les retraites de ces fonctionnaires…
          Ou sont les analystes financiers de Bercy ? Où sont les comptables de la sécu ?

          1. Attention, faut pas mélanger. L’assemblée dispose de sa propre caisse de retraite, qui n’a rien à voir avec les pensions de l’état, et elle est équilibrée. Les députés ont une bonne retraite parce qu’ils la payent chère. Ce qui correspond à un salaire brut élevé, ce qui n’a rien de scandaleux en soi, au contraire. Nous avons des députés sous-payés, et nous en payons le prix par la médiocrité du personnel et le ridicule des lois qu’ils votent

    2. @ yeneralalcazar

      Qu’Est-ce que vous insinuez par « ayant très peu travaillé » ?
      Un retraité (du privé ou du public) qui perçoit une allocation retraite correcte ne peut pas n’avoir « pas beaucoup travaillé ». C’est une contre-vérité d’affirmer cela sans savoir.

      1. Balaye devant ta porte, vieux-bourg.
        yeneralalcazar parle de gens qu’il connait personnellement, il est bien placé pour dire qu’il ont trés peu travaillé.
        Rappelons à ceux qui font semblant de l’oublier que le statut de fonctionnaire est un statut et que la rémunération est attachée au grade, pas à l’emploi (qu’on peut très bien ne pas avoir du tout, sans parler de ceux qui sont vide et creux). En clair tu bosses ou tu bosses pas, tu est payé pareil, c’est écrit, et le Conseil d’Etat veuille à ce que ça soit respecter.

      2. Toute rente de retraite par répartition qui dépasse les revenus attendus d’une retraite par capitalisation individuelle n’est pas correcte : c’est du vol, ni plus ni moins.

        1. Toute retraite par répartition dont le coût est supérieur à la constitution d’une retraite capi est un impôt !

        2. Toute retraite fondée sur la mise en esclavage de sa propre descendance est simplement dégueulasse.

  4. On voit beaucoup d’anti fonctionnaires mais sachez que ceux du terrain sont pour la plupart payés un peu au dessus de smic .Je parle pas des pontes planqués au chaud dans les bureaux et aux multiples avantages.Sachez qu’il y a ceux qui bouffent la poussière ,ceux qui font les poubelles et sont pas surpayés ceux là. 14 ans de privé et 10 ans de fonction publique ,en catégorie C classe 2 et 5 échelon 1235 euros ;A lors bande de nases pour beaucoup arretez de raconter des conneries les grands pontes de la fonction publique n’ont rien à voir avec nous coupez leur la tete s’ils vous volent c’est tout.

    1. N’empeche, j’ai vendu mon appart a une fonctionnaire, que je ne crois pas de categorie A. Et comme argument pour me dire qu’elle vallait mieux que les autres candidats, elle m’a répété 357 fois : je suis fonctionnaire…

      Ce n’est pas ca qui a fait la décision d’ailleurs; mais le fait que c’était la première proposition, au prix.

      1. Je confirme. Pour les locations c’est pareil, les proprios entendent très souvent des demandeurs venir avec l’argument qui tue : »je suis fonctionnaire « .
        Comme si cela les garantissait des mauvais payeurs !

    2. Oui, on sait, c’est toujours les zôtres, et surtout ceux qui sont mieux payés que soi.
      Sauf que
      Déjà, un fonctionnaire au SMIC est en réalité payé 25% de plus qu’un smicard du privé (ça s’explique surtout par une future pension de retraite nettement meilleure).
      (Pour une comparaison de l’indice 302 (le plus petit possible) et du SMICards à 1430 € brut/mois : http://www.ipp.eu/fr/outils/comprendre-son-bulletin-de-salaire/ )
      Et il en fait moitié moins (osez dire le contraire, vous qui êtes passé de l’un à l’autre) .
      Au total, il est payé 2,5 fois trop. Si ça ce n’est pas être surpayé …

      Mais bon, on ne veut pas couper des têtes. Juste couper les vivres, après quoi chacun pourra avoir le salaire qu’il mérite vraiment (pour le meilleur et pour le pire) en fonction du boulot réellement fait. Salaire qui sera souvent plus (les bons profs, les catégorie C qui bossent vraiment, les cadres capables de bonnes décisions…) et parfois moins (les autres).

  5. « l’équipe de traders d’élite installée à Bercy… »
    Excellent !

  6. « Fonctionnaires, voici la solution sur-mesure pour optimiser votre budget et faire de nouveaux projets. Votre Rachat de Credit Fonctionnaire en ligne avec le spécialiste. Réponse gratuite en 24H !  »

    ROFL. Vous croyez que j’invente? non c’est la pub à la une de Contrepoints en ce moment! Je sais pas qui est l' »ad buyer » de la Maif, mais je pense que sa carrière risque de prendre un virage… Notez que du côté Contrepoints ce type de message est sûrement la stratégie la plus efficace pour cibler un lectorat qui généralement évite complètement de se faire remarquer sur ce site.

Les commentaires sont fermés.