OGM : rebondissements dans l’affaire Séralini

Publié Par Anton Suwalki, le dans Sciences et technologies

Étude de Séralini et al. sur les rats nourris au maïs NK 603 : après la manipulation médiatique, l’intimidation judiciaire !

Par Anton Suwalki.

Dans la catégorie de la mauvaise science et des études nullissimes, celle de Séralini et al. sur les rats nourris au maïs NK 603 est sans doute exemplaire. Mais ce qui l’a rendue vraiment exceptionnelle, c’est l’extraordinaire mise en scène médiatique dont se sont entourés ses auteurs pour prendre en otage l’opinion publique et tenter de verrouiller la critique scientifique.

Pour autant, les scientifiques ont fait leur boulot. L’étude a été comme il se devait déboulonnée par un grand nombre d’agences sanitaires sur le plan français et international, par les représentants de 6 académies françaises ou des sociétés savantes telles que la Société Française de Pathologie Toxicologique, et par un nombre inhabituel de contributions individuelles de scientifiques. Fait rare, des syndicats et des associations de journalistes se sont élevés contre ceux de leurs confrères, en particulier le Nouvel Observateur, qui ont aidé le CRIIGEN dans le montage de son opération de propagande.

Les optimistes qui, devant ces saines réactions, pouvaient espérer la page tournée doivent maintenant déchanter. La comédie continue. Le CRIIGEN, qui ne pouvait que perdre sur le terrain de la science compte tenu de l’indigence de son étude, tente de l’obtenir en relançant la machine médiatique, à partir d’une conférence de presse organisée le 15 janvier par Corinne Lepage, sa « présidente d’honneur » (c’est comme cela que l’on dit) au parlement européen. Un communiqué sur le site du CRIIGEN confirme les nouvelles manœuvres en cours :

1/ Un formidable coup de bluff :

Le CRIIGEN se réjouit de la confirmation des recherches de l’équipe du Pr. Séralini, publiées en septembre dernier sur la toxicité à long terme du principal herbicide du monde, le Roundup, et d’un maïs OGM qui l’absorbe sans mourir, deux produits de la firme Monsanto. Cette étude a été une des plus consultées au monde depuis septembre 2012 (Food and Chemical Toxicology, 50 (2012), 4221-4231). Non seulement elle a été maintenue dans sa publication par une des meilleures revues de toxicologie au monde, malgré des pressions incessantes, mais aussi les réponses détaillées à toutes les critiques viennent d’être publiées par le même éditeur (Food and Chemical Toxicology (2013), en ligne).

Les recherches du professeur auraient donc été « confirmées » : que le lecteur distrait qui penserait que cela signifie que ses résultats auraient été reproduits, ou même simplement reconnus comme recevables par une fraction significative des spécialistes, se détrompe. Il n’y a eu à notre connaissance aucun soutien à cette étude sur le plan technique et méthodologique, à part un certain Paul Deheuvels qui ne l’avait manifestement pas lu. Même si les soutiens habituels de Gilles-Éric Séralini, tels que Jacques Testard, ont été obligés de reconnaître ses défauts, ce qui est un euphémisme, tout en la soutenant parce qu’elle aurait le mérite de mettre en évidence les carences des autres études, ce qui est un crime contre la logique. Le seul fait que l’éditeur de l’étude l’ait maintenu, au risque de porter atteinte à la réputation de Food and Chemical Toxicology, vaut confirmation de l’étude pour Gilles-Éric Séralini ! Soulignons enfin que lorsque l’on considère qu’une étude est confirmée parce qu’elle a été « une des plus consultées au monde », on confond manifestement les critères de la science avec ceux du Hit Parade.

2/ Le CRIIGEN a remis « solennellement » à un huissier les données brutes de l’étude. De toute façon, celles-ci ne servent à rien, si l’on considère le fait qu’il a fallu les torturer pour leur faire dire ce que Gilles-Éric Séralini voulait qu’elles disent. Cette démarche ne sert qu’à tenter de donner du crédit à la thèse de la dissimulation de choses graves par les agences sanitaires :

Nous allons prendre en 2013 d’autres mesures judiciaires appropriées afin notamment de faire toute la transparence sur les données toxicologiques cachées et laxistes qui ont permis, via les agences sanitaires, d’obtenir les autorisations de commercialisation des produits que nous avons testés, entre autres. Pour donner l’exemple, nous déposons nos données brutes auprès d’un huissier de justice, très solennellement. Nous les rendrons publiques dès que les agences ou Monsanto auront fait de même pour les leurs, et que les gouvernements y auront consenti. Ceci permettra vraiment à l’ensemble de la communauté scientifique de disposer de toutes les données toxicologiques existantes sur ces produits industriels, afin que s’opère une véritable expertise contradictoire et transparente, et non plus une pseudo-expertise biaisée par des groupes de pressions plus soucieux de leurs intérêts que de la santé publique.

Un comble de cynisme lorsqu’on sait que Séralini lui-même n’a eu aucun mal à obtenir de l’EFSA les données sur le maïs NK 603, et que leur accès public a déjà été accordé à six reprises à diverses parties, en clair : à ceux qui ont fait la demande. Sûr que le fait que l’EFSA mette désormais directement en ligne toutes les données de ses évaluations ravirait mon coiffeur !

3/ Le CRIIGEN annonce enfin qu’il va recourir une nouvelle fois à l’intimidation judiciaire.

Par ailleurs, nous avons déposé fin 2012 des plaintes en diffamation contre les assertions de « fraude » et « données falsifiées » publiées respectivement dans Marianne et La Provence par Jean-Claude Jaillette et Claude Allègre.

Selon nos informations, d’autres journalistes seraient dans le collimateur. En fait, dans l’interview de Claude Allègre vraisemblablement incriminée, il est question de « travail falsifié », et non de « données falsifiées ». Le travestissement des propos d’Allègre (falsification ?) n’est évidemment pas innocente.

Quant aux accusations portées contre Jean-Claude Jaillette, celui-ci s’en explique :

Nous aurions qualifié l’étude de fraude. En réalité, Corinne Lepage et Gilles-Éric Séralini me reprochent d’avoir rapporté les propos de scientifiques américains publiés dans le magazine Forbes (titré « Scientists Smell A Rat In Fraudulent Genetic Engineering Study »).

Soulignons que le « parfum de fraude » évoqué par les scientifiques américains est un jugement assez caractéristique de l’état d’esprit anglo-saxon, peut-être moins enclins à mettre des gants qu’ici, selon Alain de Weck, immunologue et allergologue réputé :

Le hasard organisé consiste à choisir, dans une série de résultats aléatoires, ceux qui soutiennent votre hypothèse de départ et à ignorer les autres. C’est exactement ce qu’ont fait Séralini et al et qui a été remarqué par beaucoup de critiques. Pour quiconque a l’habitude de l’expérimentation animale ou biologique, cela se voit comme le nez au milieu de la figure mais cela semble quand même avoir échappé à beaucoup. Cette pratique du hasard organisé est une tentation assez fréquente mais elle est le plus souvent réprimée par réflexion et autocritique : l’œuf pourri est étouffé avant d’être pondu. Dans le cas particulier, Séralini nous a fait manger toute une omelette d’œufs pourris. Et c’est cela qui constitue sa faute réelle, la propagation de conclusions dramatiques sur des bases inexistantes. Pour les anglo-saxons et bien d’autres, ce genre de comportement est clairement qualifié de fraude scientifique.

En réaction à cette plainte, Jean-Claude Jaillette se demande :

Quel crime ! Comme si, pour un journaliste, rapporter des propos équivalait à les reprendre à son compte ! À ce compte-là, toute interview deviendrait impossible, sous peine de risquer des poursuites dès qu’un propos rapporté contrarierait les intérêts de ceux qu’ils visent. Autrement dit, l’exercice de la mission des journalistes, informer, rapporter ce qu’ils voient et qu’ils entendent, autrement dit permettre le débat et la vie démocratique, deviendrait impossible. Est-ce cela que souhaite le Criigen ?

Mais oui, M. Jaillette, c’est bien de cela dont il s’agit ! Toute l’activité passée et présente du CRIIGEN démontre qu’ils ne conçoivent la presse et les médias que comme leurs instruments de propagande exclusive, et qu’ils ne se privent pas d’utiliser à des fins diffamatoires. Fort heureusement pour eux, les scientifiques qu’ils calomnient régulièrement par voie de presse interposée sont moins procéduriers, et ils considèrent de toute manière que les controverses scientifiques ne se résolvent pas devant des tribunaux incompétents en la matière.

En guise de vœux pour cette nouvelle année, nous souhaitons donc un échec cuisant à cette nouvelle tentative d’intimidation.


Sur le web.

Laisser un commentaire

  1. Avec Monsanto dans la balance, tous les avis de ceux qui viennent au secours de la firme sont à prendre avec des pincettes. Deuxième point : les tribunaux savent discerner ce qui relève de la diffamation de ce qui relève de l’intimidation.

    1. Avec le CRIIGEN dans la balance, tous les avis de ceux qui viennent au secours du comité sont à prendre avec des pincettes

      Bon, on peut discuter maintenant ?

    1. Anne: « Article partial, belliqueux, qui ne relève d’aucune science »

      Qu’on soit pour ou contre les OGM l’étude de Séralini n’en est justement pas de la science. Tous les liens sont dans l’article.

  2. Vous avez des actions chez qui ? Monsanto ? Sanofi ? Des stocks de Roundup à écouler ?
    Ce type d’article me fait curieusement penser à ceux d’il y a qq décennies qui estimaient une catastrophe nucléaire impossible, le tabac inoffensif, l’amiante sans danger, etc etc etc …
    Quand le pognon mène la danse, l’intelligence n’est plus de mise !!!

    1. Oui, « tout le monde sait que », ça, c’est une preuve scientifique indéniable…
      Si le fait qu’une chose est accepté par l’opinion publique justifie de violer la déontologie scientifique… On en serait encore à la Terre plate…

    2. La seule *catastrophe nucléaire* à déplorer à ce jour serait celle de Tchernobyl, qui n’est pas, malgré les apparences, un accident nucléaire, mais bel et bien un accident soviétique !
      Et non, Fukushima, accident grave, n’a fait jusqu’à présent AUCUNE victime.

  3. Pas besoin d’études Seralini, d’autres preuves existent en particulier sur les vraies intentions de Monsanto, le nombre de morts et de malades à vie remercient Monsanto de ses services.
    Dans un futur pas très lointain, Monsanto et d’autres devront répondre devant l’humanité pour tous leurs crimes.

    1. Là, on comprend qu’il fallait que ça sorte tellement l’émotion étreint le gogo : les vraies intentions (à peine dissimulées) de Monsanto, symbole suprême du capitalisme démoniaque, serait de faire des morts et des malades à vie ! Vite, un exorciste ! Pas de doute, l’escrologie est bien une religion pour faibles d’esprits.

  4. CRIIGEN : quelle honte, ce labo de recherche. Quand on est contesté au plan scientifique sur ses propres résultats, ce que fait n’importe quel scientifique digne de ce nom, c’est de se remettre au boulot et de produire des études plus robustes, mais certainement pas de sombrer dans l’intimidation judiciaire ou de relancer le cirque médiatique aux côtés de politiques. Quel aveu de faiblesse.

    1. C’est formidable le nombre de gens qui trouvent cet article « ridicule » ou « stupide ». Pour une fois que l’information n’est pas retraitée par la moulinette médiatique qui laisse penser que Seralini ne serait pas un escroc…

      Le flot de fausses informations à ce sujet rend difficilement acceptable la vérité par les non-initiés..

  5. Contrepoing « le nivellement par le haut »…
    Rien que ça …
    C’est du novlangue non? La guerre c’est la paix? L’amour c’est la haine? Tout ça? … Que de bétises, que de bétises.

  6. Outre les aberrations statistiques et la non euthanasie d’animaux difformes, on peut douter de l’indépendance de l’étude.

    Les généreux donateurs n’auraient eu aucun droit de regard sur les résultats… On peut se demander qui est le directeur scientifique du CRIIGEN (qui est l’un des donateurs) :
    http://www.criigen.org/SiteFr//index.php?option=com_content&task=blogcategory&id=54&Itemid=105

    D’autres partenaires financiers de ce travail sont des marques de la grande distribution (auchan, carrefour). Il me semble qu’ils font pas mal de pub pour manger bio…

  7. Effectivement le ton les mots et un extrémisme évident dans la prise de position me font douter de l’objectivité du journaliste. Quand on recherche un peu on voit aussi que le Monsieur en question écris d’autres choses. Morceaux choisis (en vrac)

    >> Sur un blog je lis des choses qui me semblent laissent douter de son objectivité et neutralité de soit-disant journaliste : je cite  » la discrétion de Monsanto dans cette affaire peut surtout s’interpréter comme une mesure de défense contre les bobos incultes qui n’ont jamais mis lepied dans un champ à part pour en détruire la récolte et se prendrepour des héros. »
    C’est certain, José bové n’a jamais mis le pied dans un champ de sa vie, c’est bien connu de tous, même de ses opposants. Ils arrachent les culture ogm juste par plaisir.

    >> dans un autre article qu’il est  » convaincu qu’ aucun argument rationnel ne justifie l’arrêt prématuré de Fessenheim  » par exemple – faut quand même la sortir celle-là – (Ps : en justifiant que « cela entraînerait la suppression de 2 200 emplois directs et indirects et une perte économique importante pour ce territoire  » – c’est sûr que s’il y a un accident, on aura qqs autres soucis que la perte de 2200 emplois locaux, bel argument, monsieur.

    >> Bon, et le monsieur, toujours plein de hargne dans ses prises de paroles semble-t-il (disons que pour le moment à chaque fois que je le lis il hurle et engueule tout le monde) : sot aussi des trucs du genre
     » vos articles montre votre penchant pour les amalgames : « OGM et sécheresse, le cocktail explosif ». Quel rapport avec le fait que les cultures soient transgéniques ?  »
    Ben c’est à dire monsieur que les indiens eux voient le rapport, surtout lorsque ce sont justement des plantes OGM censées devoir résister au stress hydrique dans leur pays qui se sont avérés déficients et ont laminé certaines récoltes…

    >> je cite encore « dès qu’on sort le mot OGM, les anti débitent les mêmes bétises : Monsanto, agent orange, Round Up etc.. Quelle confusion mentale ! Quelle misère intellectuelle !  »
    Ah bon ? Je croyais pourtant que c’était les même entreprises qui avaient réalisé tous ces produits ? (Quand je dis « je croyais », évidemment que c’est la même entreprise, c’est une manière de me moquer) Non parce que le Monsieur cherche encore le rapport entre Monsanto, le round up et l’agent orange… :)

    >> Oh, encore un joli argument :  » Voilà à quoi est réduite la pensée de la gauche post-moderne, coupée du mouvement ouvrier : une enfilade de syllogismes puérils .  »
    On n’est pas d’accord avec lui alors attention, c’est parce que nous sommes tous des méchants gauchistes. Ben … non pas moi par exemple :)

    Bon, moi je garde en favori cet article, car quand le vent tournera et prouvera la nocivité d’une partie des ogm et les reponsabilités lourdes de Monsanto, que Séralini et lepage n’ont pas fait un si mauvais travail que ça et ont permis ENFIN de s’intéresser réellement au niveau européen à ce problème sanitaire… on en reparlera posément et je ne manquerai pas de ressortir cet article comme preuve des oeillères que certains avaient à l’époque.

    1. « le ton les mots et un extrémisme évident dans la prise de position me font douter de l’objectivité du journaliste »

      –> Si pour vous la véracité d’un texte dépend du ton employé et non des arguments et des sources apportés, il n’est pas étonnant que vous soyez prêt à gober les études bidonnées de Séralini…

    2. « …Bon, moi je garde en favori cet article, car quand le vent tournera et prouvera la nocivité d’une partie des ogm et les reponsabilités lourdes de Monsanto, que Séralini et lepage n’ont pas fait un si mauvais travail que ça et ont permis ENFIN de s’intéresser réellement au niveau européen à ce problème sanitaire… on en reparlera posément et je ne manquerai pas de ressortir cet article comme preuve des oeillères que certains avaient à l’époque. »

      Bon ben moi je garde votre commentaire dans mes favoris, pour les mêmes raisons que vous, hein ?

    3. « car quand le vent tournera […]que Séralini et lepage n’ont pas fait un si mauvais travail que ça »

      Voilà. L’étude s’est fait démonter par tous les scientifiques sérieux du monde entier, quels qu’ils soient, mais à l’instar des autres commentaires vous continuez à faire comme si cela n’était jamais arrivé. Vous êtes donc dans la religion.
      C’est impressionnant de voir comme les anti-OGM sont à ce point fanatisés par une propagande bien huilée, et n’arrivent même pas à comprendre qu’il puisse exister des gens qui ne sont ni pour, ni contre, mais qui jugent simplement sur les fait, comme toute personne rationnelle.

  8. Je trouve dommageable le ton très à charge de l’article… Il n’y en a nul besoin: simplement rapporter les mesures prises dernièrement par le CRIIGEN et la réponse de M. Jaillette suffisait, je pense. Charger un peu plus Séralini et son insignifiante étude, même si c’est mérité, nuit au fond de l’article.

    1. Quand bien même, les personnes qui s’arrêtent à la forme d’un article n’en méritent pas d’en comprendre le fond.

      Ca me fait penser à South Park. C’est gras, c’est lourd, c’est moqueur mais c’est le dessin animé le plus intelligent de sa génération. Et ceux qui s’arrêtent au « gras, lourd et moqueur » sont les plus fermés d’esprit.

      1. Elphyr : « Ca me fait penser à South Park. C’est gras, c’est lourd, c’est moqueur mais c’est le dessin animé le plus intelligent de sa génération »
        —————————–
        Les créateurs de South Park sont de droite et libéraux, ceci explique cela.
        Ca nous change de la merdouille mainstream qui nous rabâche ad nauseam le catastrophisme obscurantiste de la religion escrologiste.

  9. CRIIGEN … CRIIRAD …

    Dans les deux cas, le deuxième ‘I’ veut dire « indépendant » c’est à dire « dépendant seulement des escrologistes ».

    On pourrait donc lire :

    CRIIGEN = Comité de Recherche et d’Information IGNORANT sur le génie génétique.

    CRIIRAD = Comité de Recherche et d’Information IGNORANT sur la radioactivité …

    1. De toute façon, nous sommes quasiment le dernier pays du monde à ne pas utiliser de plantes génétiquement modifiées.
      Encore un combat d’arrière garde mené par le Criigen et les anti… Qui doivent d’ailleurs en bouffer sans le savoir.

  10. Cela fait 40 ans que l’on utilise les OGM de façon massive dans le monde.

    S’il y avait des morts ou autres cancers de façon massive, les malades des USA seraient les premiers à porter plainte pour avori de l’argent sur le dos de Monsanto.

    Or, actuellement, rien, aucune plainte, et les OGM se développent.

    L’équivalent anglais de josé bové a même reconnu qu’il faisait fausse route depuis des décennies…

    JEnfin, j rappelle qu’il n’y a pas que Monsanto pour en fabriquer, qu’il est loin d’être en situation de monopoleur, et que les entreprises parmi les plus performantes dans les OGM sont des sociétés françaises …

    1. Charentais libéral

      Oui mais Monsento est américain….et c’est le malllll bien sûr !!!
      Comme le disait JFrançois REVEL dans son livre la grande parade ‘La gauche française a une conscience supérieure et à partir de là elle ne peut avoir tord » CQFD.

    1. Qu’il y ait 1 ou 10 escrologistes qui interviennent, ça ne change strictement rien, les arguments qu’ils amènent se montent pour l’instant toujours à ZERO. C’est proportionnel leur nombre de voix aux élections, à savoir infinitésimal.

  11. La France sera la dernière à utiliser les OGM.
    Elle sera également la dernière à utiliser ses gaz de schiste.
    Vive la crétinerie et bienvenue dans le sous-développement.

    1. Vous avez raison Ray, mais n’oublions pas que ce sont les mêmes qui veulent la décroissance. D’ailleurs ils doivent se réjouir tous les jours lorsqu’ils voient le nombre de chômeurs croître et l’industrie automobile s’effondrer. Et quand tous les laboratoires de recherche n’existeront plus dans notre pays ils trépigneront de joie.

  12. Ce genre de lien classe le personnage:

    http://www.agriculture-environnement.fr/a-la-une,6/la-part-d-ombre-du-professeur-seralini,849.html

    Quand on prétend être scientifique mais qu’on nage dans l’homéopathie, la détoxification et toutes ces âneries new age, autant enfiler une longue robe blanche, se laisser pousser la barbe et assumer son statut de gourou déjanté.

    @ Anton Suwalki: votre rationalité est plus que nécessaire dans un monde où la peur tient lieu d’argument valable.

  13. L’étude de seralini est nulle au sens propre…ça veut dire qu’on est pas plus avancé avant se publication qu’après….pour ceux qui ont un peu de recul et une vague idée de la probabilité….c’est assez net…

    Ce qui ne prouve pas bien sur qu’il n’existe pas ou n’existera pas un ogm qui aura des effets néfastes d’une façon ou d’une autre…mais c’est vrai aussi de toutes nouvelle variété de plante cultivée…

    Bon des études comme ça, soit nulle , il y en à la pelle…
    Mais faire poser une campagne de promotion comprenant film bouquin et passage dans les médias…accuser sur la foi de cette étude…Séralini va a voir du mal à expliquer cela. M^me si des personnens peuvent partager ses craintes sur les ogm, du point de vue de la déontologie scientifique ça ne passe pas.
    Et du point de vue de la déontologie journalistique ça pose question aussi, si les journalistes avaient demandé une contre expertise de son boulot avant d’écrire des gros titres…eh bien il n’auraient justement rien écrit du tout. Je crois d’ailleurs que l’article n’était pas totalement disponible au moment de la campagne de presse…

    navré pour les anti ogm, mais séralini n’est pas un martyr de la science…c’est exactement l’inverse.