Les actrices porno seraient des femmes plus heureuses

Publié Par Monsieur Z, le dans Sujets de société

Les actrices porno seraient plus heureuses que les autres femmes d’après une étude publiée dans le Journal of Sex Research. De quoi provoquer de nouvelles crises d’hystérie chez les féministes radicales.

Par Monsieur Z.

Après avoir été scandalisées par l’implacable démonstration déroulée dans le « Pourquoi les femmes de riches sont belles ? », voici qu’une étude publiée dans le Journal of Sex Research risque de provoquer de nouvelles crises d’hystérie chez les féministes radicales.

Dur labeur que celui du chercheur à l’exemple de ces scientifiques qui ont dû consacrer de longues heures à sonder profondément 177 actrices de films porno, de 18 à 50 ans, puis 177 femmes d’âges semblables mais sans le chromosome X professionnel.

Oubliés les soporifiques discours sur l’humiliation et le machisme dominateur que les femmes sont supposées subir dans le cadre d’une sexualité patriarcale qui donne le pouvoir aux hommes. D’après cette étude, les starlettes du porno prennent visiblement du plaisir à se faire oppresser et presser la poitrine et font la différence entre obligation et abnégation professionnelle. Loin des clichés décrivant des femmes forcément malheureuses et soumises, l’étude conclut qu’elles dorment mieux et se sentent plutôt bien dans leur culotte, ou sans selon la teneur de leurs activités quotidiennes.

De même qu’elles ne portent pas sur elles le lourd poids social d’une enfance orpheline maltraitée sur fond de toxicomanie mais plutôt de légers sous-vêtements qu’elles exhibent aussi facilement qu’elles les enlèvent.

(…) il n’y a aucun rapport avec une violence subie étant enfant et le job exercé après.

De quoi faire hurler les féministes radicales, de tout temps opposées à la pornographie et totalement contrariées par un autre courant féministe pro-sexe quant à lui. C’est ce qui ressort de cet entretien déjà ancien mené avec Ovidie, actrice et réalisatrice de films X dont le discours est réfléchi plus loin que le bout de son néné et qui explique notamment pourquoi elle a quitté les milieux militants radicaux.

Ultime clou planté dans la combinaison en cuir de la prochaine soirée orgiaque et filmée, les actrices interrogées dans le cadre de l’étude publiée dans Journal of Sex Research sont des coquines qui s’assument, pratiquant le sexe plus fréquemment que d’autres femmes, avec plus de partenaires et en ayant initialement abandonné dans les oubliettes leur virginité et son souvenir à l’âge de 15 ans environ, soit deux bonnes années de moins que la moyenne des autres… coquinettes nationales.

On comprend donc mieux ce qui peut distinguer telle actrice du cinéma d’Art et Essais et telle actrice du cinéma dard dressé. La première tourne avec l’air grave en s’interrogeant sur le sens des plaisirs, la seconde se retourne avec la cuisse légère en appréciant le plaisir des sens.

Laisser un commentaire

  1. Il est fort possible que ces femmes soient en partie heureuses car elles bénéficient d’une richesse et d’une indépendance financière auxquelles elles ne s’attendaient peut être pas. De plus, elles n’ont probablement pas trop peur de perdre brutalement cette activité ce qui fait qu’elles ont moins peur de l’avenir. L’argent ne fait certes pas le bonheur, mais la pauvreté fait bien souvent le malheur …

  2. Cette étude ne fait que me confirmer dans impressions : il y a des clichés tenaces sur la prostitution, la pornographie et les femmes. Sans doute à cause de notre morale judéo-chrétienne.

    1. Dévoiler ses états d’âmes revient à dévoiler son intimité, il n’est donc pas étonnant qu’une femme qui ne donne pas son corps au premier venu, soit également plus pudique avec ses états d’âmes.

      Ce sondage ne vaut pas mieux que les films pornos…

      Et si l’immoralité ne procurait aucun plaisir, le monde serait un modèle de vertu.

  3. Et comment ne pourrait-elle pas être heureuse? Orgasme le jour, alcool, drogue et boîte de nuit le soir. Dans la mi-vingtaine, pas de mari, pas d’enfant et de l’argent! Mais j’aimerais bien voir l’après-carrière, sauf un ex-pornstar, rare sont les hommes qui voudraient bien faire leur vie avec des femmes qui se sont fait faire de toutes les façons inimaginables et tout ça accessible à tous sur le net!

    1. Vous avez de nombreux préjugés, y compris sur les hommes qui vivent avec ces actrices ou ex-actrices. Jaloux ? Jalouse ?
      L’étude, même si elle est réalisée sur un petit échantillon porte sur des femmes de 18 à 50 ans et précise aussi, ce que je n’ai pas mentionné que « En moyenne, les actrices porno travaillent dans le milieu durant trois ans et demi. Plus d’un tiers sont mariées ou engagées dans une relation sérieuse et 44% sont célibataires. »
      Quant à l’après (courte) carrière, vous devriez appeler Brigitte Lahaie sur RMC, son retour d’expériences (pas seulement sexuelles) est intéressant.

      1. Des préjugés moi, probablement un peu. C’est peut-être le fait de ne pas être du même pays, on a peut être moins de facilité à voir sa femme s’écarter les jambes au petit écran. Jaloux? Alors ça pas du tout, une branlette de temps en temps et pas plus! Mais la monté au barricade est ma foi très spectaculaire! Vous devez être une personne un peu trop fan de ces dames ou simplement un de ces hommes? Mais bon, pour ce que je viens de lire sur cette Brigitte Lahaie, un poisson dans l’océan, rare sont les ex qui se sont bien «reconverties».

  4. ben oui, faire du sexe ça fait du bien. Pourquoi les autres s’inventent tant d’histoires pour se priver bêtement, et vivre frustré(e)s, pour se rendre compte en fin de vie que tout n’a servi à rien PUISQU’ON VA MOURIR. Et se dire qu’on aurait du profiter un peu plus, sans pour autant abuser des plaisirs charnels, sans en faire trop en faire au moins ce qu’il faut (1 à 2 fois par jour me semble une moyenne acceptable. A partir de 4 ça commence à devenir pathologique).

    PS : moi une ex-actrice porno a priori ça ne me dérange pas, ce qu’elle a fait avant je m’en balance, je veux savoir ce qu’elle vaut avec moi (et ses prouesses au pieux ne serviraient pas des masses : est-elle sympa, pas prise de tête, discute de tout ? moi je dis ok, quelque soit son passé)

    1. @ Gentleman

      En général, ceux qui ont des valeurs morales autres que l’utilitarisme ne voient pas la mort comme une finalité, mais comme le passage vers une nouvelle vie, souvent conditionnée par les actes commis dans la première. Dans cette perspective, se restreindre pendant quelques années dans le but d’augmenter un plaisir éternel prend tout son sens.

      Par ailleurs, indépendamment de considérations morales, pour quelqu’un qui rechercherait une relation fiable, stable, et considérée, il paraît évident qu’une femme qui vend ses charmes au premier venu n’offre pas les meilleures garanties.

      1. Je ne suis pas utilitariste mais je ne vois pas la mort comme le passage vers une nouvelle vie, sauf à considérer que ma mort est une contribution nécessaire au renouvellement de la vie.

        Je ne suis pas acteur porno, je préfère les relations fiables et stables (mais certes pas exclusives), toutefois je n’en aurais strictement rien à cirer d’être avec une femme qui ait été, qui soit, ou qui envisage d’être, actrice porno ou même prostituée, à partir du moment où elle pourrait m’apporter des garanties sanitaires et contraceptives suffisantes.

        Comme dirait ma mère (qui, certes, n’a sans doute pas ce genre d’activité à l’esprit…) : « y’a pas de sot métier, y’a que de sottes gens » :)

        L’intelligence, la bonté, la douceur, l’ouverture d’esprit, la qualité communicationnelle, le partage des valeurs et des idées, c’est cela que je juge important et central chez une femme.

        Bien sûr, chacun trouve midi à sa porte… mais je trouve quand même dommage de passer à côté de quelqu’un d’intéressant, à cause de ce que ce quelqu’un fera de son cul et de ses tétons… ou peut-être à cause simplement du qu’en dira-t-on et de la stigmatisation sociale…

  5. Il y a un gros problème : on ne sait pas dans quelle mesure le revenu des actrices porno à contribué à leur bonheur.

    Mais de toute façon, nul besoin d’études sur le bonheur des actrices porno et des prostituées pour démontrer l’absurdité de l’interdiction légale de ces pratiques.

  6. Pourquoi seules les femmes n’auraient-elles pas droit à la biodiversité ?

    Des vierges farouches, des épouses modèles, de solides b..euses, des lesbiennes, bref, un beau choix au super marché de la vie sexuelle.

    Que les féministes radicales aillent se rhabiller :-)

  7. J’aurais bien aimé faire ce genre d’étude… :D
    A mon avis les actrices porno sont comme toutes les autres, y’en a des heureuses et d’autres moins heureuses, je vois pas pourquoi elles seraient plus heureuses que les autres mais bon…

  8. Saint Just en force

    La défense de la pornographie par les libéraux est à l’image du discours général de leur idéologie nauséabonde. Il s’agit de promouvoir la contractualisation des rapports humains (ici, dans le domaine sexuel), et ce qui va avec: l’éviction des sentiments (amour, tendresse, empathie).