Arnaud Montebourg, un danger pour la France

Publié Par Parti libéral démocrate, le dans Politique

Les dernières déclaration d’Arnaud Montebourg, ministre du redressement productif, confirme qu’il est un danger pour la France.

Un communiqué du Parti Libéral Démocrate.

Le ministre Arnaud Montebourg a déclaré que Mittal n’avait plus sa place en France après la fermeture du site de Florange. En quoi le pouvoir exécutif aurait-il le droit de décider quelle entreprise a ou n’a pas le droit d’avoir un centre de production en France ? Cette négation du principe d’égalité devant la loi n’est pas acceptable de la part d’un ministre en exercice.

Comme de nombreux grands groupes en France, Arcelor-Mittal bénéficie d’aides publiques dont nous dénonçons le principe. La déclaration du Ministre révèle que ces subventions font l’objet d’un chantage, permettant au pouvoir d’interférer dans la gestion des entreprises.

Qui peut imaginer que les entrepreneurs continueront d’investir en France avec des propos de cette nature ? Dans l’immédiat, cette déclaration menace les 20.000 personnes employées par Arcelor-Mittal en France. Rappelons qu’une partie des 629 personnes concernées à Florange seront affectés à d’autres sites, les autres bénéficieront d’une aide à la reconversion.

Arnaud Montebourg cherche-t-il à se construire une image de jeune Mélenchon rebelle pour assurer son avenir au détriment de l’intérêt national ? Le Premier Ministre doit tirer les conséquences de la très grave dérive sensationnaliste de ce ministre, et s’en séparer.

Lire aussi :

Laisser un commentaire

  1. C’est vrai qu’il est dangereux !

    On est là en pleine démagogie…et les médias, une fois de plus, ne paraissent pas choqués par de tels propos !!!

    On a vraiment le gouvernement le plus lamentable de la V°…

  2. Bah voyons allons cirer les pompes de Mittal! Ce qui est dangereux c’est la tournure capitaliste que prend le PS, mais pour une fois le gouvernement s’attaque au problème dans le bon sens.

    Ce communiqué pond des ânneries sans avoir pris la peine de réfléchir.
    Comme parler de la menace sur les 20.000 employés par exemple c’est faux, si l’entreprise est nationalisée les post seront toujours là est la gestion de l’entreprise n’en sera que meilleure! De même qu’on va pas laisser les entrepreneurs jouer avec la vie de ses employé sous prétexte qu’ils créent des emplois…

    Je dirais plutôt : Qui peut encore croire au libéralisme (comme le Parti libéral démocrate qui post cet article…) quand on voit les ravages que ça fait partout dans le monde…

    1.  » Comme parler de la menace sur les 20.000 employés par exemple c’est faux, si l’entreprise est nationalisée les post seront toujours là est la gestion de l’entreprise n’en sera que meilleure! De même qu’on va pas laisser les entrepreneurs jouer avec la vie de ses employé sous prétexte qu’ils créent des emplois…

      Je dirais plutôt : Qui peut encore croire au libéralisme (comme le Parti libéral démocrate qui post cet article…) quand on voit les ravages que ça fait partout dans le monde… »

      Pouvez-vous prouver ou expliquer ces affirmations ? Parce que pour le moment, vous n’avez sorti qu’une petite phrase à la Montebourg…

    2. L: « mais pour une fois le gouvernement s’attaque au problème dans le bon sens. »

      Non, c’est grosso merdo la même politique que ces 30 dernières années, intervention, collusion, déclaration péremptoire, taxation rélgementation.

      10% de chômage, 90% de dette, les taxes les plus élevée du monde et ce n’est que le début de la dégringolade puisque le socialisme ne survis qu’avec l’argent gratuit des autres.

      Maintenant rendez moi mon ordinateur capitaliste et allez demander au komité de vous en fournir un.

    3. « si l’entreprise est nationalisée les post seront toujours là est la gestion de l’entreprise n’en sera que meilleure!  »
      Bien évidemment un étatiste ne peut sortir que ce banal sophisme qui consiste à nous faire croire que seul l’Etat est habilité à faire de la qualité. Quand aux entreprises privées, elles sont toujours condamnées à faire de la fiente et si possible toujours plus chère et par l’exploitation du pôvre salarié. Si l’Etat est un aussi habile gestionnaire que vous le prétendez, expliquez-moi sur le champ comment peut-il trainer derrière lui une dette de 1800 milliards ???

      1. « Si l’Etat est un aussi habile gestionnaire que vous le prétendez, expliquez-moi sur le champ comment peut-il trainer derrière lui une dette de 1800 milliards ??? »

        Simple: gestion d’un Etat d’après des principes privés, par des idéologues, et des concussionnaires. Les exemples pullulent: la multiplication des PPP, alpha et omega des décisionnaires de tout poils depuis des années ; ou bien plus concrètement, la vente de biens immobiliers de l’Etat pour une bouchée de pain au privée, qui reloue ensuite ces mêmes bâtiments à l’Etat pour une somme supérieure plusieurs fois au montant du loyer réel, par exemple. On peut penser que les fonctionnaires sont d’incurables incapables. Mais un doute peut s’installer lorsque l’on sait qui a fait signer les contrats.

        Il ne faut pas oublier que l’Etat n’est composé que d’hommes.

        1. « Il ne faut pas oublier que l’Etat n’est composé que d’hommes. »
          Et vous faites confiance à l’Etat quand même ? Ce doit être le miracle de la Foi…
          il n’y a aucune raison pour que les hommes qui dirigent l’état soient meilleurs que les gens ordinaires. En fait il y a toutes les raisons pour qu’ils soient plus mauvais : ils sont choisis sur des critères qui n’ont qu’un lointain rapport avec leurs fonctions (voir carrément rien à voir quand ils sont élus), et ils disposent de la force et ne se privent pas d’en user.

    4. Comme par exemple sortir 300 millions de chinois de la pauvreté en moins d’une génération, à partir du moment ou le gouvernement chinois à compris que la libre entreprise est une méthode qui a fait ses preuves ?
      A moins que vous êtes de ceux qui ont une vision du monde antérieur à la chute du mur, et que vous en êtes encore aux usines Nike embauchant des enfants ?

    5. vous avez raison L, il faut nationnaliser nos entreprises, nos banques et meme notre agriculture en creant des cooperatives que l on pourrait appeler kolfoses ou sofcoses par exemple, inovons prenons exemple sur la russie et la chine des annees 70 ou cuba d aujourd hui, mettons le temps de travail de ces nouveaux fonctionnaires à 20 heures par semaine pour qu il n y ai plus de chomeurs et tant pis si une machine a laver coute 5000 euros on interdira les importations, il est pas beau mon programme ?

  3. Enfin une parole courageuse de la part d’un politique en exercice…un peu tard, néanmoins: Mittal a déjà volé tous les secrets de fabrications de ce secteur éminemment stratégique qu’est l’acier, et c’est bien pour cela qu’il s’en va.
    Et en ce sens, effectivement, une entreprise qui vient pour voler les secrets d’un concurrent bien plus avancé technologiquement, pour ensuite le faire fermer lorsque toute la moelle a été aspirée n’est pas le bienvenu.
    C’est la loi du marché, certes. Mais faut-il être naïf, suicidaire, concussionnaire ou les trois à la fois pour avoir laissé faire cela. Qui jugera ceux qui ont laissé faire ce rachat ?
    Que les idéologues libéraux se rassurent néanmoins: la parole ne sera probablement pas suivie d’acte.

    1. Allan: « C’est la loi du marché, certes. Mais faut-il être naïf, suicidaire, concussionnaire ou les trois à la fois pour avoir laissé faire cela. »

      C’est effectivement toute la loi du marché, d’un coté c’est éthique parce que la richesse et le savoir ce diffuse dans le monde et que cette concurrence favorise des nouveaux débouché et le dynamisme (fallait il garder nos mines et nos 80% de paysans?) d’un autre coté c’est la seule manière de faire parce que seul un mur et une limitation drastique du marché peut protéger de ce genre de choses. Il faut ce couper du monde.

      Tout les pays qui ont tentés cela on fini comme la branche sciée de l’arbre: ils ont crevés.

      Montebourg c’est l’agent orange de l’économie, il est toxique pour tout ce qui produit.

  4. ba disons que si moi, locataire, j’étais payé par mon propriétaire pour dératiser l’appartement, et que après quelques mois il y a toujours autant de rats, mon propriétaire me dirait que je suis inutile…

  5. La Chine produit annuellement 271 millions de tonnes d’acier, le Japon 112 millions, la France 20 millions, moins que l’Italie, moins que le Brésil et, bien sur, moins que l’Allemagne.
    Prétendre qu’il y a place pour une industrie sidérurgique française qui, comme au bon vieux temps, ferait fi des questions de rentabilité et de productivité grâce à la protection de l’état est une plaisanterie.
    Il est dommage que des politiciens de droite s’y prêtent pour des raisons électorales.

    1. la gabegie organisée de l’Etat par ceux-là même qui veulent l’assassiner à leur profit fait partie du problème. mais en l’occurrence, c’est un problème annexe.
      si vous voulez remplacer de l’acier haute technicité par de l’acier produit par le grand bon en avant Maoiste, grand bien vous fasse. mais il faudrait peut-etre considérer les couts induits par la mauvaise qualité. saviez vous que lorsque l’on restaure un batiment à structure métallique on est obligé de faire des échantillonages pour connaitre la qualité de l’acier ? si celui ci est ne serait ce que tchèque, les impuretés, et donc la fragilité de l’ensemble sont telles que cela complique considérablement la manoeuvre tout en augmentant les prix. il y a acier et acier: celui qui n’est en fait pas loin de la fonte, cassant comme du verre, et celui avec lequel on va dans la lune.

      et puis si tout n’est que question de rentabilité, il faut savoir que la Chine produit maintenant des porte-avions à la chaine, avec des économies d’échelles fantastiques. Licencions donc notre marine et sous-traitons donc leur la défense de nos côte sen meme temps que notre dissuasion nucléaire.
      C’est bien de vouloir faire du Heckscher-Ohlin-Samuelson a tout prix, mais leur modèle ne marche pas vraiment dans les conditions du réel.

      Quant à la comparaison sur la quantité de nos paysans, elle relève du sophisme grossier: nous avons gardé notre PRODUCTION locale, l’avons considérablement augmentée, la qualité a été améliorée,grâce à de nombreux investissements (quoique bien sûr impulsés, dans certains cas, dans des directions ubuesques par les technocrates de la PAC), et nous sommes exportateurs nets avec 4% de la population active. Mais je suis sûr que monsieur MontagnardEnneigé est d’avis de vendre toutes nos vaches, chèvres et coopératives laitières, pour acheter du lait contaminé à la dioxine aux chinois: il est tellement moins cher, même en tenant compte du prix de transport et de stockage.
      Et si les prix du pétrole augmente ? et si les détroits de Malaka et d’Ormuz sont bloqués (les deux derniers points étant liés, d’ailleurs) ? et si un conflit éclate ? sans parler du problème annexe des risques sanitaires.

      D’ailleurs, autre point: savez vous que les assurances occidentales prennent en compte que tout stock situé en Chine peut-etre perdu à tout moment, soit pour des raisons physiques (climatique, accident), soit parce qu’on se le sera simplement fait tapé ?

      Mittal est rompu à la mondialisation: il voulait juste s’emparer de brevets très avancés qu’il aurait été incapable de développer lui-même ; et dans un même temps éliminer un concurrent direct. Nous n’étions pas obligé d’accéder à sa demande en multipliant les courbettes et feignant de croire à ses promesses, juste pour acheter la paix sociale du secteur quelques malheureuse années sans penser à l’avenir.
      Si vous aimez les BRIC, n’oubliez pas l’exemple de la russie, qui fait repartir une industrie metallurgique moribonde aux machines antédiluiviennes. Elle ne conquerra probablement pas de parts de marchés avec. Seulement la défense de ses intérêts. Si peu de chose, en somme…

      1. Allan: « il voulait juste s’emparer de brevets très avancés qu’il aurait été incapable de développer lui-même »

        On y croit, des indiens crasseux a peine sorti de leurs case qui inondent le marché de 60 millions de tonnes de mauvaise ferraille cuite au feu de bois.

        Allan: « pour acheter du lait contaminé à la dioxine aux chinois »

        Ah ouais les bridés bouffeur de riz. Pas mieux que les autres crasseux en gros.

        Allan: « Quant à la comparaison sur la quantité de nos paysans, elle relève du sophisme grossier »

        Apprenez à lire et suivre un raisonnement, le marché a scié 97% des emplois paysans. A l’époque vous auriez dis « qu’il ne faut pas laisser faire cela. »

        Allan: « il faut savoir que la Chine produit maintenant des porte-avions à la chaine »

        Des porte avions chinois à la dioxine avec de l’acier indien fait en bouse d’éléphant, restons sérieux.

        1. « incapable de développer » en un laps de temps réduit, s’entend. travaillant dans le secteur je parle d’experience: se retrouver avec un concurrent chinois qui propose les memes produits que nous avons mis 40 ans à développer, après la visite de « stagiaires » chinois, c’est tout de même troublant. Et je parle de savoir-faire technique allemand, ici pas français: les entreprises allemandes ne se laissent pas piller autant que les françaises, et Merkel défend ses interets (pas de maniere aussi grandiloquente, c’est plus feutré, et surtout, suivi d’actes, ce qui ne sera surement pas le cas ici).
          Je ne dénigre pas les autres pays, j’ai seulement conscience du temps qu’il faut au developpement d’une technique de pointe. Vous en auriez une idée si vous aviez déjà mis les pieds dans l’une de nos usines. Voire dans une usine tout court, d’ailleurs.
          Vous me prêtez à nouveau des intentions que je n’avais pas sur l’histoire des paysans, sur un ton insultant que vous ré-employez avec les porte-avions. Mais ces écrits ne trahissent que votre pensée, je le crains.
          Les porte-avions chinois fonctionnent au fioul, de taille réduite, et leurs pilotes apprennent encore à aponter (3 pilotes qualifés à ce jour je crois), quand le nôtre est nucléaire. Alors oui, si demain les chinois passent directement à un bâtiment de classe Nimitz, ce sera, vous n’en douterez pas, extrêmement suspect.
          Les douanes ont rapporté qu’au moins 20% des produits déchargés des conteneurs en provenance de Chine ne respectent pas la norme CE. Est-ce une vue de l’esprit ?
          Un jouet de contrefaçon peut blesser un enfant. Un acier de mauvaise qualité peut entrainer l’effondrement d’un pont, ou l’explosion d’une fusée ariane. C’est pour cela que nous devons garder le contrôle de la filière, en effectuant les restructurations qui s’imposent. Cela pour des questions stratégiques, mais aussi de coûts (oui, le risque a un coût).

          Sur ce je vous laisse: c’est l’heure de ma pause riz cantonais.

          1. Allan: « sur un ton insultant que vous ré-employez avec les porte-avions. »

            Deux poids deux mesures, les indiens sont pas foutu de faire de l’acier correcte et les chinois vendent du lait à la dioxine qui passe sur des ponts qui s’écroulent selon vous.

            On parle de pays avec des technologies spatiales pas des types en pagne. La colonisation c’était il y a deux siècles un peu de respect.

            Allan: « Les douanes ont rapporté qu’au moins 20% des produits déchargés des conteneurs en provenance de Chine ne respectent pas la norme CE. »

            Vous mélangez les couts de fabrication avec la capacité technologique, c’est amusant mais pas très sérieux pour un type « du secteur ». C’est sur que pour un euro la barbie l’importateur français ne ce doute de rien. Le consommateur et l’industriel non plus d’ailleurs.

            Si un jour la chine ferme on aura bien d’autres soucis que l’acier je vous le garanti.

            Au fait vous êtes au courant que la France négocie pour vendre des Rafale à l’inde ? Ils n’ont pas besoin de venir ici on leur livre toute notre technologie sur place et ça ne date pas d’hier.

      2. Allan : « il faut savoir que la Chine produit maintenant des porte-avions à la chaine, avec des économies d’échelles fantastiques. »
        ——————————
        La Chine a UN porte-avion et il a été acheté d’occase chez les Russes, fabriqué il y a plus de 30 ans.
        Acier pourri chez la Tchéquie (un pays constructeur de canon et qui fournit à Volkswagen les feuillards pour ses carrosseries, pardon !), des portes-avions chinois à la chaîne… t’es pas de Marseille par hasard Allan (tu sais, là où les sardines bouchent le port) ?

        Venir en puant le fromage et en débitant des fables bien chauvines, je crois que tu t’es trompé de taverne !

    2. « la gabegie organisée de l’Etat par ceux-là même qui veulent l’assassiner à leur profit fait partie du problème »
      Théorie du complot des plus stupides. vu que nos gouvernant passent leur temps à augmenter le budget et les pouvoirs de l’état, il faut en tenir une sacrée couche pour y voir une tentative d’assassinat.

      1. Les politiciens Français sont peut-être des anarchistes de marché à très longue vue qui oeuvrent à la perte de l’Etat depuis 40 en sous main. Ça expliquerait tout.

  6. @Ilmryn Pardon mais je suis obligé de réagir, ta rhétorique est grotesque ! Qu’a à voir la colonisation là-dedans ?? Ce n’est pas parce que c’est une ancienne colonie qu’on doit prendre des gants pour dire les choses telles qu’elles sont ; c’est justement un traitement d’égal à égal.
    Or, si l’Inde se developpe grandement dans tous les secteurs, il est admis que Mittal produisait de l’acier moyen de gamme à grande échelle, et que Florange produit du haut de gamme utilisé notamment par les plus grandes marques automobiles allemandes. Mittal accède à cette technologie, très bien pourquoi pas. Le pb c’est qu’ensuite, il fait tout pour le torpiller, diminuer la production… et donc faire monter le prix de l’acier et ses benefices par la même occasion..
    Et là c’est scandaleux, car il a benficié de l’aide de l’etat, et SURTOUT cette usine est BENEFICIAIRE, avec des gros clients comme je l’ai dit.
    Alors certes, la déclaration de Montebourg est maladroite voire brutale car personnelle.
    Mais que l’Etat intervienne pour empêcher cette pirouette spéculative et permette une bonne transition pour cette usine (beneficiaire encore une fois,c’est la raison pour laquelle il ne veut pas la ceder), et sans dépenser d’argent in fine, je trouve aberrant que certains libéraux en herbe viennent cracher dessus.. Parce qu’elle n’aurait « que » 4% de rentabilité ?.. Bouh c’est nul !

    1. C’est avant tout une question de confiance. C’est ce manque, lié au risque réel de malfaçon, qui crée des coûts annexes, que vous, en revanche, n’incorporez pas à votre analyse coûts-bénéfices dont le périmètre semble être à géométrie variable. En revanche vous continuez de confondre leur capacité technologique et la nôtre, comme vous confondez d’ailleurs « ce » et « se ».

      Oui je suis au courant que nous négocions. Et ces transferts de technologies, qui sont souvents des suppliques adressées par ces pays qui ont conscience de leur retard, sont négociés âprement. C’est très différent de se faire voler comme dans un bois, cher ami gallois: nous envoyons de la technologie et des ingénieurs dans les limites d’un contrat transparent (souvenez vous de l’attentat de Karachi, par exemple). Nous avons aussi vendu le Clemenceau au Brésil. La coque. Pas les armements, ni les systèmes de navigations, ni la motorisation, encore moins les réacteurs nucléaires.
      Je ne comprends pas cette admiration béate pour des pays à l’économie dirigiste, de la part d’un libéral. Ce qui est admirable, en revanche, c’est la défense innamovible, par tous les moyens, et bien comprise, de leurs intérêts nationaux.
      Mais ce n’est pas en vous voilant systématiquement la face que nous cesserons de nous faire pigeonner.

      Et si la Chine ferme, qu’à cela ne tienne, nous relocaliserons le textile et les composants electroniques chez nous. Au moins nous serons certains qu’ils ne prendrons pas feu et qu’ils ne sont pas réalisés par des demi-esclaves. Et puis nous pourrons aussi reprendre contrôle des ports et des aéroports de nos contrées. Et de plusieurs autres choses qui ont de l’importance quant au fonctionnement d’un Etat.

      @ptitbagz: ravi de constater que le paramètre « qualité » de la production n’est pas passé par pertes et profits par tout le monde. Et je plussoie: la forme est à revoir, le fond est là (voir ma phrase concernant l’action de Merkel).

        1. c’est un exemple célèbre de vente de matériel sensible accompagné de tranfert de technologie (du fait des attentats) sans entrer dans les considérations de rétrocommissions et ce genre de chose.

    2. Euh… Mittal ne veut pas vendre la partie qui est à destination de l’automobile… il veut la garder pour lui, normal, elle est rentable.
      En revanche, les hauts fourneaux ne le sont plus et il souhaite s’en débarrasser.

      Or, l’état français vient de découvrir que personne ne voulait reprendre une partie d’usine qui n’est pas rentable (surprenant ?!)… Donc forcément, on se met à réclamer la totalité de l’usine pour pouvoir trouver un repreneur… seulement, le propriétaire refuse de céder, donc menace de nationalisation… (et je ne suis pas certain que l’on puisse nationaliser une seule usine… le droit français prévoit la nationalisation d’une société, pas certain que cela puisse s’appliquer à une usine qui n’est qu’une partie de la société… encore moins certain que cela passe côté européen.)

      Je finirai par une question : où étaient nos charmants amis politiques en 2006 quand Mittal a lancé son OPA ? c’était là qu’il fallait s’affoler…

    3. ptitbagz: « @Ilmryn Pardon mais je suis obligé de réagir, ta rhétorique est grotesque ! Qu’a à voir la colonisation là-dedans ?? Ce n’est pas parce que c’est une ancienne colonie qu’on doit prendre des gants pour dire les choses telles qu’elles sont ; c’est justement un traitement d’égal à égal. »

      Avant de qualifier une rhétorique il faudrait déjà la lire et la comprendre.

      Mittal fabriquais de l’acier de moyen de gamme parce que c’était son positionnement industriel. Dire comme Allan qu’ils ne sont pas capable d’acquérir la technologie pour de l’acier haut de gamme sans les fraôncais est grotesque, c’est un investissement industriel pas technologique. Qualifier leurs laits de toxique et dire que leurs ponts s’écroulent faute d’acier de qualité démontre juste un mépris pour ces pays qui est digne des discours du siècle derniers -au temps du yabon banania des colonies-

      Tu y est, t’as tout intégré ce coup ci ?

      Allan: « Je ne comprends pas cette admiration béate pour des pays à l’économie dirigiste, de la part d’un libéral.  »

      Le libéral n’est pas censé démontrer un mépris total et une arrogance sans borne à l’encontre des autres peuple.

      Allan: « c’est la défense innamovible, par tous les moyens, et bien comprise, de leurs intérêts nationaux. »

      Ce qui est admirable c’est surtout ta capacité à coller des hommes de pailles à chaque détour de phrases.

      1. Bien, je vous ai réexpliqué à de nombreuses reprises mon point de vue, avec plusieurs exemples à l’appui. Vous n’avez fait que verser dans l’invective grossière. Et pas uniquement à mon égard.
        En résumé toute personne n’étant pas de votre avis est une personne incapable de comprendre vos propos légers et non-etayés. Je vous retourne le compliment, et j’ajouterai qu’il a du vous falloir beaucoup d’effort pour que vous persistiez à comprendre des choses différentes à ce point de celles que nous (j’inclus ici ptitbagz) vous présentions sous les yeux.

        et pour votre culture personnelle, un peu de lecture:
        sur le lait : http://www.rfi.fr/actufr/articles/105/article_72695.asp
        sur les matériaux : http://toutsurlachine.blogspot.fr/2011/08/le-mauvais-etat-des-barrages-chinois.html
        « Selon Zhou Jianpiing, ingénieur en chef d’un bureau d’études, ces incidents sont le fruit de normes insuffisantes, de défauts grossiers de conception et de construction, de l’absence de supervision et de contrôle de qualité, et même de matériaux de construction défectueux.  » A moins que ce ne soit des occidentaux méprisants dans mon genre qui fassent des sauts là-bas régulièrement pour faire du sabotage à grande échelle, c’est tout de même troublant.
        sur l’espionnage industriel explosant en Inde (sport dans lequel la Chine et la Russie sont les leaders mondiaux incontestés) : http://www.globalpost.com/dispatch/india/101223/industrial-espionage-corporate-india

        « le libéral n’est pas censé  » etc. ce que vous montrez surtout c’est votre absence de connaissance des dits peuples. Quand à la phrase avec les hommes de pailles, je ne la comprends absolument pas. Etes vous sûr de n’avoir pas fait une Perceval ?

        1. Allan: « Quand à la phrase avec les hommes de pailles, je ne la comprends absolument pas. »

          Ce n’est pas la seule visiblement. Tu n’a toujours strictement rien compris et tu aligne les homme de paille et les défonçages de porte ouverte.

          C’est sur qu’un admirateur de Montebourg qui pense que lui et ses pareils vont sauver la France part avec un sérieux handicap.

          Allan: « sur les matériaux : http://toutsurlachine.blogspot.fr/2011/08/le-mauvais-etat-des-barrages-chinois.html »

          Justement, eux sortent du collectivisme, Montebourg veux nous y faire rentrer. Retour à la case départ, ouf !

          1. Bien je rerécapitule l’objet de mon intervention: l’article explique que Montebourg est un danger pour la France suite à sa déclaration sur Mittal. Je dis sur ce point: sur le fond, non, car il défend une filière stratégique dont nous avons besoin ; sur la forme, ce n’est pas adéquat, de par la teneur des propos, l’ampleur qu’ils ont eu, et la communication politicarde à laquelle ils servent. Je ne suis pas un inconditionnel de la personne. je n’en ai jamais fait état. j’ai argumenté sur un point précis, en l’occurrence celui qui constitue la thèse de l’article.

            Le point principal de mon argumentaire était l’indépendance de la France, et la défense de ses intérêt stratégique. Dire qu’un industriel étranger (d’où qu’il soit) utilise son cash, gagné en vendant de la qualité médiocre à des clients qui n’avaient besoin que de cette qualité médiocre, pour nous dépouiller d’un de nos fleurons technique est, dans l’optique d’effectuer un saut qualitatif, et éliminer un concurrent, non seulement logique pour lui, mais aussi légale de surcroît. De notre point de vue, c’est en revanche une erreur flagrante de l’avoir laissé faire. Nous n’aurions jamais du accepter le passage d’Arcelor sous la coupe de Mittal dès le départ. Montebourg indique (semble indiquer ?) par ses propos une volonté de mettre fin à l’abandon auquel nous nous laissions aller industriellement. En ce sens (les conditions sont bien définies et aussi bornées que toi) je pense que ceci est une chose positive pour notre pays et non pas un danger. Je ne dis rien de plus.

            Il tente (conditionnel, toujours) d’envoyer un signal aux vautours que la France open bar, c’est fini. Un grand économiste comme toi saura sûrement que l’on asservit un pays facilement en l’empêchant de produire des choses pour ensuite lui revendre ce que l’on fabrique soit même: c’est l’exemple de l’empire britannique avec l’Inde, dont le niveau de vie moyen était supérieur à son colonisateur vers 1780. Tu sauras en outre te rappeler que le Colbertisme (que tu confonds ici sans doute volontairement avec le collectivisme pour éviter une réponse que tu te trouvais incapable de formuler) est une tradition bien française et qu’elle nous a value quelques succès, de Louis XIV à la direction stratégique en passant par le Plan (hou le vilain mot), des Gobelins à l’aérospatiale.

            Le nez rivé sur ton petit livre rouge de Friedrich August (Hayek – j’espère que t’as pas confondu avec Salma), tu ignores complètement tout le contexte: social, économique, politique, juridique, les conséquences macro et microéconomiques, le moyen et le long terme, les externalités, etc. La liste est longue comme une route de la servitude (volontaire et guillerette) que tu aimerais voir notre pays emprunter, pavée des belles intentions d’universitaires dépassés ; dont les théories se sont fracassées contre la réalité, notamment celle de la Russie d’Eltsine, il y a des décennies déjà. Le monde n’est pas un lieu de concurrence pure et parfaite, et les pays émergeants ne sont pas non plus uniquement animés d’intentions angéliques à notre égard (le ministre indien de l’économie a fait une déclaration belliqueuse dès 1997 à Davos, en disant que les occidentaux étaient décadents et qu’ils viendraient nous défoncer, et que le XXIème siècle serait un siècle de sang et de larmes, cette fois pour nous). Et rien n’indique nulle part dans la politique de Montebourg qu’il tente d’instaurer en douce un système de production soviétique. Ce n’est qu’un non argument total de redneck du Tea-Party criant au « socialisme » dès qu’Obama prononce le mot de « couverture sociale ».

            Je ne comprends pas les hommes de paille parce que c’est plutôt ce que tu as fait tout au long de la discussion (si on peut appeler ça une discussion), ma dénonciation en tant qu’utilisateur d’hommes de paille étant en soi-même une assez jolie mise en abîme, autant qu’un symptôme flagrant de ton homme-de-paillitude, d’ailleurs, et assez ironiquement.

            Tu n’as répondu à aucun point, aucun argument, aucun exemple. Tu m’as insulté à chaque occasion. Sur le lait, par exemple, on est pas passé loin du point Godwin, et maintenant que tu as l’article sous les yeux, tu omets d’en reparler. Tu aurais pu dire Oh! bien des choses en somme et en variant le ton, concernant l’avenir de l’acier en europe, en france, les synergies, etc. Mais non, rien. Moins de traces de pensée dans tes propos que de traces de sulphide dans les aciers de Florange.

            Voilà. Je pense avoir été on ne peut plus clair cette fois-ci. Quand tu auras fini de sauter sur ta chaise en criant « libéralisme libéralisme libéralisme » et que tu en auras fini de déverser des insultes et du mépris, peut-être iras-tu à la bibliothèque voir ce qu’est le libéralisme. Tu verras: c’est très différent du suicide économique.

          2. …De notre point de vue, c’est en revanche une erreur flagrante de l’avoir laissé faire…

            Vous êtes bien un communiste… Arcelor n’appartenait qu’à ses actonnaires, qui avaient le droit de vendre à qui ils voulaient. Le fait de sous entendre que l’Etat avait son mot à dire revient à nier le droit de propriété. Quant à vos commentaires sur la qualité, la bonne blague. Les chinois et les indiens sont autant capable de produire de la qualité que nous, mais ce n’est pas ce qu’on leur demande: on préfère importer leur produits pas cher, parce que nous, produire pas cher, on ne sait plus faire.

          3. « Le point principal de mon argumentaire était l’indépendance de la France, et la défense de ses intérêt stratégique »
            On s’en fout de l’intérêt de la france…

          4. Allan: « Bien je rerécapitule l’objet de mon intervention: »

            Quel bouillie…

            ça frôle l’amphigouri pour tomber dans la mauvaise foi la plus totale en passant par les affirmations péremptoire les plus ahurissantes.

            Je comprend ton admiration pour Montebourg. Tu es digne du maitre.

  7. « Communiste »: le mot est lâché. Mais si dans votre bouche c’est uniquement péjoratif, et vise à jeter le discrédit, pensez vous réellement que les USA laisseraient un ressortissant d’un pays tiers prendre le contrôle d’un groupe comme, par exemple, Lockheed Martin ? Ou General Electric ?
    Bien évidemment que l’Etat a son rôle à jouer sur des dossiers sensibles comme celui-ci! De la même manière que l’actionnaire a le droit de mettre ses billes où il le veut. Mais l’intérêt général (ici, prenant la forme de l’indépendance stratégique) était, via l’Etat, de conserver Arcelor. Ils auraient pu le faire en proposant une meilleur offre que Mittal à leur OPA hostile. L’intérêt général aurait alors rejoint celui particulier des actionnaires. Où aurait alors été la négation du droit de propriété, par le rachat à une valeur consentie des actions sur le marché ? Que l’acheteur soit l’Etat, Mittal, ou un farfadet des alpes, pour l’actionnaire qui veut palper, le résultat n’est il pas le même ?
    (sans oublier que l’Etat est l’organisation par laquelle l’organisation est garantie de toute façon. Ce ne que réfute pas complètement Bastiat, d’ailleurs, dans le rôle restreint qu’il souhaite voir conféré à son Etat idéal)

    Pour la qualité: oui ils peuvent (je l’ai écrit) mais pas pour tout, loin de là, et le risque de malfaçon, vous l’ignorez vous aussi. Quant au transfert de technologies, vous ne le mentionnez pas.

    @gillib: oui, ça, j’ai cru comprendre…

    1. La remise en question du droit de propriété, c’est bien la base du communisme, non? Les USA ne sont pas une référence en matière de politique économique, à chaque fois qu’un politique à Washington pense « stratégique », une guerre éclate au Moyen-Orient… Votre soit disant stratégie, elle revient à considérer que le choix des consommateur est mauvais, et que l’Etat sait mieux que nous ce qui est bon pour le pays. Si on consomme chinois, c’est qu’on est gagnant en le faisant. Après plus de 20 ans de mondialisation, les pays développés étaient en situation de plein emploi, en 2007, et l’émergence des pays pauvres nous permettait de consommer moins cher et de nous spécialiser dans des emplois plus intéressants, et à plus forte valeur ajoutée. De nombreuses économies industriellement diversifiée n’ont pas eu besoin de nationaliser tous les secteurs en perte de compétitivité pour se développer, bien au contraire. Car si c’est Mittal qui a racheté Arcelor, et pas l’inverse, il y a une raison n’est-ce pas?

      Bizarrement, le résultat n’est pas le même quand l’Etat gère une entreprise: il suffit de regarder les services publiques, qui sont passablement arriérés technologiquement par rapport aux entreprises privées. Le coût de la santé est exorbitant en France si on tient compte des dettes que la sécu accumule entre notre nom. Le système de retraites n’est probablement pas viable à plus de 20 ans en l’état. Elle est ou l’efficacité de l’Etat?

      Quant à vos histoire de transfert de technologie, encore une fois vous raisonnez comme un communiste: la technologie est privée, elle se vend par contrat, je ne vois pas ce que l’Etat vient faire la dedans.

      1. « communisme »: je ne remet en cause la propriété privée nulle, part, j’ai été très clair à ce sujet. Et d’ailleurs la remise en question de ce droit n’est pas LA base mais UN des éléments de base du communisme (pas de classe, pas d’Etat sont les principales autres).
        Vous me faites toujours dire des choses que je ne dis pas, bon prince, je réponds: le choix des consommateurs est souvent mauvais oui, effectivement, mais ce n’est pas moi qui le dit. Il y a la rationalité limité et tout un tas de concepts qui décrivent ça très bien.
        Oui quand Washington pense stratégie, ça fait des conflits : quand ils sont plutôt idéologiques, ça fait des conflits moisis comme en Irak, quand ils sont bien pensés, ils s’emparent de ressources dans le feutré, comme en ce moment dans le haut Kivu (au détriment de la France, d’ailleurs). Mais ils assurent toujours leurs arrières : ressources, lignes d’approvisionnement, production et stocks (la part la plus critique de ces deux derniers étant sur le territoire national).
        Nous ne sommes pas gagnant en consommant chinois, overall. Certains groupes sociaux le sont, nuances. Les riches européens et chinois deviennent plus riches, les pauvres des deux ensembles plus pauvres. H-O-S ne marche pas dans le monde réel, je le répète.
        « les pays développés étaient en plein emploi en 2007″ ??? mais sur quelle planète ? la crise de 2001 n’était pas résorbée en 2007…le seul pays au plein emploi c’était peut-être la libye de Khaddaffi avec des emplois subventionnés par l’argent du pétrole. Et ce n’est pas vraiment un pays développé, ni un pays libéral. « nous permettre de consommer moins cher ? » certes mais de consommer quoi ? du plastique et des fringues ? c’est sûrement très intéressant, comme objectif social et civisationnel, mais je ne vois en quoi. Est-ce que cela favorise la rationalité du consommateur ? de l’allocation des ressources ? du développement économique et humain ? si le but est d’avoir 4 iphones et 26 t-shirts multicolores, on peut en douter. Cela constituerait plutôt un gaspillage éhonté de ressources naturelles, de temps, et d’argent, au détriment de véritables facteurs de développement et de richesse.
        Les services publics arriérés ? vous êtes déjà allé faire un tour chez edf par exemple ? il y a de nombreuses dérives mais elles tiennent aux doctrine de management, aux hommes qui sont aux manettes, pas uniquement au système en lui-même, qui est au contraire tout à fait capable de mobiliser toute une machine pour arriver à de grands résultats. Il nous manque à valoriser nos trouvailles (via le marketing, culture que nous n’avons pas) et à les protéger par des brevets (nous avons un système législatif arriéré, pour le coup). D’ailleurs il est à souligner que les responsables politiques ont souvent détruit les services publics par idéologie pour ensuite dire voyez ça marche pas supprimons les : la poste est un bon exemple, eux qui envoyaient des lettres en moins de 2 jours sur tout le territoire il y a 30 ans et n’y arrivent plus aujourd’hui, alors que les coûts ont augmenté (malgré les baisses de personnel).
        Le coût de la santé est exorbitant, mais il est encore plus élevé en Suisse, pays plus libéral (qui peut se permettre plus libéral car contrôlé par plus de démocratie, donc en réalité plus d’Etat, mais plus ramifié).
        Le système de retraite n’est plus viable depuis des années, mais cela est encore une fois du aux responsables qui manquent singulièrement de courage et dont la doctrine se limite souvent à « jusqu’ici tout va bien ». La gestion des fonctionnaires n’est pas à remettre en cause en elle-même : ils appliquent souvent les circulaires du mieux qu’ils le peuvent. Autre exemple : une administration possède un immeuble et est établie dedans. Un génie vient et dit « vendons et faisons un ppp de rénovation -location pour rationnaliser comme dans le privé ». Le génie est souvent ami avec une entreprise privée, voir carrément impliqué dans la direction. Donc on s’arrange pour que l’administration vende bâtiment sous le prix du marché. L’entreprise elle par contre facturera au-dessus du prix du marché. Du fait de la personne à double casquette. Qui s’empressera de dire, en comptant ses commissions et ses dividendes « voyez cette gestion publique naze ? je fais bien d’être libéral ». Cherchez sur internet, les exemples foisonnent, en particulier sur le site de la Cours des comptes.
        La technologie se vend par contrat. Oui. Mais si on considère que les Etats ont des intérêts, cela complique la chose. Par exemple si vous êtes panoramix dans le village gaulois, allez vous vendre la recette de la potion magique aux légionnaires de babaorum pour faire du profit ? C’est sûrement dans l’intérêt du druide. Voire de l’économie du village tout entier. Sauf si celui-ci se met à penser que son mode de vie vaut plus à ses yeux qu’un confort ou un quelconque développement strictement économique. Dans l’analyse coût bénéfice ici, les poids avec lesquels on pondère les éléments sont forcément subjectifs. Nous en reparlerons.
        Autre exemple moins folkloriques : les cartes des découvertes maritimes. Celles-ci étaient secret d’Etat en Espagne et au Portugal au XVeme et XVIeme siècle. L’Etat a alors pensé que ce serait plus profitable, stricto sensu, sur le long terme, de conserver ce secret, pour constituer un monopole d’exploitation, au lieu de vendre ces cartes à des tiers. Les individus qui constituaient l’Etat (oui l’Etat n’est pas une entité suspendue hors sol existant per se) ont plutôt profité de la chose, non ? Et d’ailleurs l’Espagne vient d’appeler l’Amérique latine à la rescousse, donc ils en profitent toujours. Tout ça a partir d’un non-transfert de technologie il y a 500 ans, c’est tout de même pas mal.
        Reparlons de stratégie : les Etats-Unis – libéral ou pas, peu importent, assurent leur production critique chez eux. Les chinois, qui selon vos théories, devraient se contenter de nous refourguer leur came pas chère, essayent de monter très vite en qualité et de produire cette qualité chez eux. Et ils assurent aussi les ressources (Afrique, toujours, sud asiatique), et les voies d’approvisionnement (développement d’une marine).
        Si tous les pays dans le monde étaient gentils et libéraux, les théories libérales pourraient alors peut-être s’appliquées. Mais les deux exemples ci-dessus, qui sont significatifs par leurs poids économiques et démographiques, prouvent que le monde n’est ni gentil ni libéral, et que chacun défend ses intérêts.
        A partir de là, penser que notre Etat à nous devrait être le premier et pour ainsi dire le seul à ignorer ces réalités pour devenir libéral, dans le seule but de permettre à deux pingouins de faire une plus-value de 10% sur la revente de ses actions Arcelor, nous laissant cul nul sur le plan de l’acier, relève du suicidaire. Les hauts fourneaux ne sont pas rentables en tant que tel ? La belle affaire ! Si on peut profiter de la brèche sémantique ouverte par cette vente pour reprendre le contrôle, Hurrah ! Les « investisseurs » (mais qui sont-ils donc) seront effrayés ? Allons donc…vous croyez qu’ils ne sauront pas faire la différence entre des rodomontades politicardes et des avantages fiscaux votés au parlement ? C’est faire bien peu de cas de la capacité de jugement de ces héros de la mondialisation… éminemment paradoxal pour un libéral.
        Vous êtes en fait complètement versé dans l’idéologie, et bien naïf pour ignorer tous ces paramètres. Naïveté qui vous amène à penser que l’homme est suffisamment capable pour être plus efficace en toute circonstance et tout lieu qu’un Etat quelconque, mais naïveté qui s’arrête au moment de penser que peut-être la sacro-sainte propriété pourrait être menacée par des gens moins capables que vous et jaloux auquel cas, une police peut-être la bienvenue. Vous ne voyez que le succès individuel, qui pour vous se résume à l’accumulation d’argent et de bien (ça, par contre, c’est la définition du capitalisme) ce qui vous amène soit à ignorer les autres facteurs, soit à leur attribuer une valeur nulle. Croyez vous vraiment que l’on bâtisse une civilisation avec pour seule perspective de devenir le plus riche du cimetière ?
        Et vous pouvez continuer à m’invectiver tout votre saoul, la réalité est têtue.

        1. « « communisme »: je ne remet en cause la propriété privée nulle, part, j’ai été très clair à ce sujet »

          vous niez le droit des actionnaires propriétaire d’Arcelor de vendre leur part librement à Mittal, sachant que l’Etat français n’a rien à faire la dedans

          « nous laissant cul nul sur le plan de l’acier, relève du suicidaire »
          c’est vrai que la France est connu pour son acier, et qu’aucun pays du monde ne réussit sans nationaliser son industrie.

          Votre apologie des méthodes commerciales agressives des USA et de l’Espagne à l’époque, n’est pas très reluisante

          « Si tous les pays dans le monde étaient gentils et libéraux, les théories libérales pourraient alors peut-être s’appliquées. Mais les deux exemples ci-dessus, qui sont significatifs par leurs poids économiques et démographiques, prouvent que le monde n’est ni gentil ni libéral, et que chacun défend ses intérêts »

          pourtant les pays les plus riches du monde son en majorité petits, et peu influent politiquement (Hong Kong, Luxembourg, Singapore, Lichtenstein, Suisse, Islande, Corée du Sud…)

          Et critiquer l’accumulation d’argent, c’est facile quand on en a, mais certains essaient d’en gagner juste un peu, prennent des risques, et se vont voler par les politiques économiques constructivistes de l’Etat, qui favorise toujours les grands groupes et les grandes banques au détriment du consommateur. Laissez les gens faire leur choix pour leur vie, et pensez plutôt à partager votre argent avec ceux qui en ont besoin, plutôt de penser à partager l’argent des autres. Et ne vous inquiétez pas pour moi, j’ai bien d’autres intérêts dans la vie.

          1. « vous niez le droit des actionnaires  » oui je le nie, si cela nuit aux interets de la france. tous les pays ont des fonds ou des grands groupes pour défendre leurs intérets, faire de l’espionnage économique, voler des technologies…(déjà expliqué)

            « c’est vrai que la France est connu pour son acier, et qu’aucun pays du monde ne réussit sans nationaliser son industrie. » oui la france est connue pour son acier. en europe, le grand reste l’allemagne. mais gros danger: la production totale europenne est dejà inferieure à ses besoins. et en cas de conflits ? les gentils pays exterieurs nous donnerons accès à leurs ressources ? et pour les aciers spéciaux necessaires à la Défense, sans investissement local, comment faire ? nous allons avoir besoin de la poudre de perlimpimpim de llmryn (déjà expliqué)

            « Votre apologie des méthodes commerciales agressives des USA et de l’Espagne à l’époque, n’est pas très reluisante
            ce n’est pas une apologie, c’est un constat du réel. (déjà expliqué)

            « pourtant les pays les plus riches du monde son en majorité petits, et peu influent politiquement (Hong Kong, Luxembourg, Singapore, Lichtenstein, Suisse, Islande, Corée du Sud…) » Tous les pays cités sont des paradis fiscaux, dans lequel l’Etat CHOISI de fermer les yeux pour siphonner des capitaux venants de pays créants de véritables richesses (c’est à dire qu’ils produisent et ne se contentent pas de manipuler des livres de comptes). Hong-kong n’est pas un pays, c’est un territoire qui appartient à la Chine, et qui a uniquement gardés quelques franchises, Singapour est une dictature, l’islande est en faillite et son peuple a appris la leçon, quant à la Corée du Sud c’est une ex-dictature portée à bout de bras par les USA et son non-role politique consiste à verouiller l’accès au pacifique pour la chine et son faux-nez la Corée du nord. Quand aux autres, l’argent qu’ils dissimulent leur donne un pouvoir de nuisance tel qu’aucune organisation au monde n’a pu les soumettre à aucun contrôle.

            Je suis en revanche d’accord avec la derniere partie. Si vous avez compris ça, c’est que vous êtes sur la bonne voie. mais pour l’instant, vous n’êtes que l’idiot utile de ces memes interets de grands groupes que vous critiquez, et qui se servent des vrais entrepreneurs pour justifier leurs exactions (par exemple via le mouvement des Pigeons: les petites entrepreneurs ayant participé à cette com’ étant par conséquent des Pigeons au carré). Donc je vais tout de même continuer de m’inquieter un peu.

        2. Allan: « Naïveté qui vous amène à penser que l’homme est suffisamment capable pour être plus efficace en toute circonstance et tout lieu qu’un Etat quelconque »

          Efficace en toute circonstance ce n’est pas ce qu’on lui demande, mais s’occuper de son domaine dans un environnement qu’il connait bien certainement.

          L’état c’est une collection de types à des centaines de kilomètres qui n’ont aucune des connaissances de notre homme, qui ne sont ni les payeurs ni les investisseurs ni les clients et qui pourtant prétendent savoir mieux que lui, qui est sur place et dans son domaine d’expertise, ce qu’il convient de faire.

          On ajoute une grosse pincée de gens tout à fait intéressés, clients, amis, cartels, lobbys proche de vos type omniscients et on abouti à une énorme rigolade.

          Si vous n’êtes toujours pas convaincu je veux bien m’occuper de votre métier, je n’y connais rien, j’ai mes intérêt propre et ma boite à faire tourner mais je suis sur de faire mieux que vous. Envoyez moi vos dossiers je vais régler tous vos problèmes.

          Comme on est dans le miraculeux je vous expliquerais aussi comment faire revenir l’être aimé avec de la poudre de perlimpinpin.

    2. Allan : «  »Communiste »: le mot est lâché. »
      ———————————
      T’es peut-être pas communiste, mais en tout cas, t’es un gros mythomane !

      Et puis le coup d’insinuer qu’un haut fourneau, c’est aussi stratégique que Lockheed Martin ou General Electric, décidément, tu ne recules devant aucune imbécilité.