Chômage : crise et châtiments

Publié Par Michel de Poncins, le dans Économie générale, Travail & emploi

Les voies pour sortir de la crise sont connues mais rappelons-les puisque les politiciens persistent dans les mauvais remèdes qui aggravent le mal.

Par Michel de Poncins.

Les nouvelles sur le front du chômage ne sont pas réjouissantes surtout en France, mais aussi dans d’autres pays de l’UE. En France, sur un an, la progression est de 6,2 %, les seniors étant particulièrement touchés ; le pouvoir en est réduit à se réjouir d’un ralentissement léger de son accroissement.

La spirale de l’endettement sans limite gagne partout. Des plans d’austérité se préparent et, déjà, en Espagne, le futur plan est compris par le peuple, en grève générale, comme un châtiment pour des fautes qu’il n’a, certes, pas commises. Il est remarquable que Mariano Rajoy, le nouveau premier ministre, qui n’est pas responsable de la ruine infligée au peuple espagnol, souffre cette grève générale. Mais s’il persiste à persécuter son peuple par les faux remèdes de l’UE et du FMI réunis, il deviendra lui-même à son tour responsable.

Dans cette conjoncture désastreuse, Angela Merkel se pose de plus en plus comme la Reine de Prusse. On a vu en France les Prussiens de trop nombreuses fois ; ce souvenir n’empêche pas le « petit » Français de courir aujourd’hui après la Prussienne.

Plus étonnant : Angela Merkel veut davantage d’Europe. Elle se rêve, ainsi, en Reine du continent tout entier ; l’UE va-t-elle devenir une résurgence approximative du Saint-Empire Romain Germanique ? La comparaison historique serait plaisante.

Plus d’Europe, cela veut dire des parlottes pendant des lustres et la ruine par un flot torrentiel de directives reflétant un socialisme destructeur, avec, en sus, une incertitude juridique cancéreuse. Quant à la richesse des eurocrates elle s’étale dans tous les journaux. L’enrichissement personnel indu (EPI) de ces eurocrates est au cœur de la ruine. La dernière révélation, particulièrement déplaisante, est celle des droits aux congés extravagants des diplomates européens : 93 journée par an ! La Baronne Ashton, censée être ministre des Affaires étrangères du « machin » européen, a bien conscience de sa propre inutilité puisqu’elle accepte de ne pas avoir à sa disposition en tout moment la totalité de son dispositif.

Les remèdes imposés par la « communauté internationale » se fracassent sur de fausses équations et de mauvais raisonnements. On promet aux peuples abasourdis de souffrir au lieu de la richesse qu’ils devraient et pourraient facilement avoir. Nul ne peut s’étonner alors d’observer la percée toute récente dans les sondages en France du représentant patenté du communisme, idéologie la plus meurtrière du défunt XX°siècle.

Croissance, où es-tu ?

La première fausse équation est l’idée que la croissance arrangera tout, à la fois pour le chômage et pour l’endettement. Ainsi s’explique la bataille des chiffres, la croissance étant officiellement annoncée comme molle. Pour que cette croissance résolve le chômage et l’endettement, il faudrait des niveaux à la chinoise. En outre, avant le moindre effet, les délais seraient considérables. Les pouvoirs socialisants dans toute l’Europe et, notamment, en France freinent de tout leur poids l’économie et, de ce fait, interdisent les rêves.

La deuxième erreur est l’idée d’incitations officielles à cette croissance par des politiques publiques. Comme toute politique économique officielle, elles ne pourraient que se retourner contre leurs propres objectifs. A l’échelle européenne, le drame ne peut que se multiplier.

Last, but not least : Angela Merkel a imaginé, le 30 mars, de renforcer le M.E.S. ou Mécanisme Européen de Stabilité en le dotant de milliards en plus. En programmant ainsi un flot de monnaie créé ex nihilo, elle oublie allègrement le souvenir cuisant de l’hyperinflation allemande au siècle dernier. Il est vrai que l’OCDE s’y met aussi en évoquant un pare-feu de mille milliards d’euros ?

Autre double erreur : afin de réduire les déficits, objectif louable en soi, les gouvernements se contentent de taper sur le contribuable pour prendre l’argent là où il est : c’est la chasse ouverte aux riches et aux « mauvais » capitalistes. Malheureusement, personne ne parle sérieusement de supprimer vigoureusement des dépenses publiques en commençant par les plus scandaleuses.

Rappelons que, s’il existe un tribunal de l’histoire, la Prussienne devra répondre d’un double crime dû aux éoliennes : destruction de magnifiques paysages de son pays, ainsi que de ses sols où des milliers de tonnes de béton  resteront enfouis pour toujours!

La richesse pour tous !

La voie de la richesse pour tous est connue et largement ouverte.

Elle passe par la double libération des entreprises seules aptes à créer de la richesse, que ce soit l’entreprise d’un seul, ou une TPE ou une entreprise de centaines de milliers d’employés.

La première libération est le détricotage du code du travail qui compte plus de 2 600 pages, pèse 1 kilo et demi et est réparti en plusieurs tomes en croissance perpétuelle. Il ne peut, certes, être question de le détricoter à grande vitesse. Tout récemment, les pouvoirs, pourtant socialisants, de plusieurs pays ont montré la voie à emprunter en raccourci ; pour permettre aux employeurs d’embaucher il faut qu’ils puissent débaucher sans problème quand les commandes ne sont plus là. La généralisation de cette évidence dans toute l’Europe réduirait fortement le problème gravissime du chômage.

La libération fiscale consisterait à supprimer totalement un ou deux des impôts les plus destructeurs pour les entreprises, avec évidemment la suppression des dépenses publiques correspondantes. En France il existe un fouillis inextricable de 6000 dispositifs d’aides aux entreprises dont le coût global est très supérieur à l’impôt sur les sociétés !

Le tam-tam médiatique

Dans les périodes électorales, nous assistons stupéfaits à des gerbes de promesses intenables. A part cela on nous dit de toutes parts qu’il faudra « souffrir ».

Pourquoi les dirigeants européens s’obstinent-ils dans l’erreur ? Il y a sans doute trois explications.

Promettre de « la sueur, du sang et des larmes » est une attitude « churchillienne » qui plait aux foules et est peut-être rentable sur le plan électoraliste, horizon indépassable de ces personnages.

A force de prêcher l’erreur, avec l’aide du tam-tam médiatique, on finit par s’en convaincre soi-même.

En dernier lieu, se tromper avec la foule n’est guère dangereux électoralement. Par contre, avoir raison tout seul demande du courage et de la clairvoyance, toutes denrées assez rares dans des démocraties plus ou moins frelatées.

Lire le reste de notre dossier travail et emploi.

Laisser un commentaire