La chasse aux riches appauvrit la France (et enrichit ses voisins)

A faire fuir les riches par une politique fiscale inepte, la gauche et la droite française ne pénalisent que les pauvres et les classes moyennes.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
imgscan contrepoints 677 Haro sur les riches

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La chasse aux riches appauvrit la France (et enrichit ses voisins)

Publié le 8 février 2012
- A +

À faire fuir les riches par une politique fiscale inepte, la gauche et la droite française ne pénalisent que les pauvres et les classes moyennes.

Par Anton Wagner

En Suisse, selon une étude, 44 des 300 plus grandes fortunes sont des Français expatriés ; c’est un patrimoine total de 30 milliards d’euros… Surtout, c’est 27 exilés de plus qu’il y a dix ans : les riches Français recommencent à partir…

La Suisse, le Royaume-Uni, la Belgique profitent allègrement de la traque fiscale qu’on pratique en France contre les riches. Un article du Monde révèle que de plus en plus de Français fortunés envisagent de partir. Le signal de départ fut donné par la suppression du bouclier fiscal, puis par la hausse des prélèvements décidée par Fillon.

La droite n’a donc toujours rien compris. Rien a attendre non plus de la gauche. L’éventualité d’une victoire de Hollande renforce encore les velléités de départ. N’a-t-il pas dit vouloir supprimer l’allègement de l’ISF, taxer comme les revenus du travail les dividendes et les intérêts, augmenter de 45% à 46% la tranche marginale sur les hauts revenus instaurée par Sarkozy ?

Tant d’imbécilité confond.

On traite les riches comme de simples vaches à phynances, trahissant une totale méconnaissance de l’économie, de son fonctionnement et du rôle qu’ils y jouent. On sait pourtant les effets pervers de ce genre de politique.

  1. Les délocalisations fiscales s’accroissent et concernent des entrepreneurs de plus en plus jeunes (c’est vrai que l’État les remplacera avantageusement, hein).
  2. L’exil fiscal ainsi créé, qui touche également les entreprises, est nuisible à la croissance économique (c’est vrai qu’en période de crise, ce n’est pas grave).
  3. La matière fiscale s’amenuise avec l’augmentation de la pression fiscale (ici, mais on accusera l’égoïsme des fortunés).
  4. La hausse des taxes réduit le PIB (voir lien ci-dessus, mais on accusera le capitalisme d’accroître la misère générale).

Pendant que la France fait fuir ses riches, la Suisse, elle, a empoché 668 millions de francs en 2010, grâce à 5500 exilés accueillis (dont 2000 Français)…  The Economist (voir ici aussi) réfléchit posément à ces questions (tout en donnant un mode d’emploi pour soutirer plus d’argent aux riches). Ça ne ferait pas de mal qu’on fasse pareil en France !

Voir les commentaires (7)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (7)
  • Une chose intéressante et qui manque :
    Qui sont ces riches ?
    De riches propriétaires terriens qui ne participent pas à l’économie mais fuient juste la pression fiscale des revenus immobiliers ?
    Des entrepreneurs qui font marcher l’économie française ?
    Des gagnants du loto ?
    Des sportifs ?

    Suivant la nature de ces exilés, on peut inférer des conclusions totalement différentes, sans s’emporter 😉

  • Pour s’expatrier, les Français choisissent habituellement des destinations francophones et/ou géographiquement proches, le choix s’effectuant en fonction de l’objectif fiscal et des conditions d’accueils :
    La Belgique a les faveurs des patrons et retraités, qui bénéficient d’une fiscalité sur les revenus financiers réduite, de l’absence d’impôt sur les plus-values, de l’absence d’ISF, d’une grande proximité avec Paris et de la qualité de vie de Bruxelles, ville internationale et ouverte.
    L’Italie est choisie par les retraités qui souhaitent échapper aux droits de succession et bénéficier d’un climat agréable.
    Le Royaume-Uni et le Canada francophone (qui offre, via le Québec, des facilités d’émigration pour les Français) sont souvent choisis par ceux qui désirent fonder une entreprise
    La Suisse (grâce au forfait fiscal pratiqué par certains cantons) attire les très grandes fortunes et les professionnels ayant leur revenus hors du pays (sportifs, acteurs, chanteurs)

    Contrairement à une croyance populaire, Monaco n’est pas une destination privilégiée pour les citoyens français, car ceux qui s’y installent sont soumis aux impositions directes exactement comme s’ils étaient en France (à la suite d’accords fiscaux signés avec la France en 1963) ou doivent obtenir de changer de nationalité, ce qui n’est octroyé qu’après une sélection extrême.

  • « On traite les riches comme de simples vaches à phynances »:je te rassure,on fait encore pire avec les pauvres.perso je ne vais pas regretter zacharias:tu crois vraiment qu’il a enrichi le pays ,ou est ce plutot le pays qui l’a enrichi?pose toi les vraies questions.l’etat n’a pas été prédateur pour tous les exilés fiscaux

  • C est normal car on est gouverne par fonctionnaires qui se croient intelligents et qui savent que de taxer encore taxer encore taxer jusqu a tuer tout envie de travailler

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
impôts de production bruno le maire
9
Sauvegarder cet article

Mardi 26 juillet 2022, l’Assemblée nationale n’a pas pu trouver un accord pour voter la Loi de finance rectificative. En clair, un texte qui avalise que la loi de finance initiale a dérapé et que donc le déficit sera revu à la hausse. La Loi pouvoir d’achat ayant été votée par les députés, l’adoption de la PLFR bute sur le dossier de la renationalisation d’EDF (une bricole à 9,7 milliards d'euros qui viendra s’ajouter à un océan de dettes de 2900 milliards).

« Débats interminables », « pure politique politicienne », s’agace le ministre... Poursuivre la lecture

L’inflation est de retour

C’est une erreur de penser que ce que l’on appelle communément « inflation » se résume simplement à l’augmentation des prix à la consommation.

L’inflation ne doit pas se définir comme une augmentation des prix à la consommation, mais comme une augmentation de la masse monétaire. L’augmentation des prix à la consommation n’est que l’un des symptômes de l’inflation, tout comme l’est l’augmentation du prix des actifs.

Cette distinction est importante. Il en découle que l’inflation n’est pas « de retour » m... Poursuivre la lecture

Notre Bruno garde le cap ! Ou tout au moins son cap. Si le second mandat d’Emmanuel Macron s’ouvre dans une configuration législative bien moins printanière qu’en 2017 et si les acteurs actuels de la petite majorité présidentielle se démènent en tous sens pour essayer de reprendre la main dans le show politicien, rien de tel chez Bruno Le Maire, plus égal à lui-même que jamais : il a toujours eu l’art de dénoncer sur un ton fabuleusement outragé les politiques qu’il a lui-même mises en œuvre et ce n’est certainement pas aujourd’hui qu’il va c... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles