Échec et hilarité : le gouvernement se lance dans de nouvelles lubies informatiques

L’échec récurrent des projets informatiques gouvernementaux

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 8

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Échec et hilarité : le gouvernement se lance dans de nouvelles lubies informatiques

Publié le 4 mai 2023
- A +

Il y a quelques constantes dans l’univers, depuis la vitesse de la lumière jusqu’à la certitude de la mort et d’une ferme ponction fiscale si vous habitez en France. Au fil des ans, une autre constante s’est installée, à savoir celle de l’incompétence terminale des administrations françaises en matière de numérique : chaque projet lancé, généralement en fanfare, s’est terminé de façon aussi piteuse que coûteuse.

Par exemple, en 2012, l’État français décidait posément de financer avec l’argent des autres (c’est-à-dire le vôtre) le lancement d’un cloud souverain en proposant à deux acteurs du marché d’alors, Cloudwatt et Numergy, de s’y mettre un bon coup. Assurément, la réussite (et la souveraineté numérique) était au tournant et un peu d’argent public aiderait à ce but louable et facile à atteindre. En 2015 (soit à peine trois ans plus tard), les résultats étaient là, indiscutables : c’était un échec retentissant et coûteux.

Dans la même période, le même État lançait en parallèle différents projets informatiques, certains destinés à améliorer les traitements de procédures administratives, d’autres à chapeauter la solde des militaires ou d’autres encore à faire de la bonne comptabilité publique bien solide, bien carrée, bien propre sur elle. Chacun se souvient notamment du désastre du logiciel Louvois, de la transition ultra-douloureuse vers un RSI catastrophiquement géré, du logiciel d’Opérateur national des payes, des cartes grises qui connaissent encore à ce jour de francs soucis de fonctionnement.

L’arrivée en 2020 de la pandémie de covid aura donné l’occasion aux mêmes freluquets d’étendre leur incompétence jusque sur les téléphones mobiles : l’application StopCovid fut un modèle de réalisation onéreuse, mal boutiquée et sous-optimale. Gouffre pour les contribuables, gadget inutile sur le plan sanitaire, véritable pied-de-biche administratif pour ouvrir la porte à la société de surveillance, ce fut là encore une belle illustration de tout ce qu’il ne faut pas faire en matière d’informatique par l’État.

On pourrait aussi évoquer les différentes tentatives de claquer le pognon gratuit du contribuable dans différentes lubies du moment, depuis les tablettes Apple de la part de François Hollande en 2014 jusqu’aux ordinateurs « gratuits » à 500 euros pièce distribués en Île-De-France pour un électoralisme bien gras…

À chaque tentative des clowns républicains de pousser l’État à s’occuper d’informatique, depuis le Plan Calcul jusqu’à ces précédents avatars ridicules en passant par le Plan Informatique pour tous, à chaque fois le même constat d’un gâchis obscène d’argent public et d’une absence visible et criante de tout résultat palpable. L’engouement avec lequel le pouvoir lance actuellement, en toute décontraction, une Stratégie nationale pour l’intelligence artificielle devrait terroriser tous les contribuables français. Le fait que ce domaine regorge de chercheurs français tous installés à l’étranger ou travaillant pour des sociétés étrangères en dit long sur la capacité des clowns gouvernementaux à louper systématiquement les tendances de plusieurs décennies.

En pratique, depuis 40 ans, à chaque fois que l’État s’est occupé de technologies modernes informatiques, ce fut toujours sur un coup de tête, par effet de mode : les politiciens, attirés par des mots-clés technoïdes comme des moustiques par la lumière électrique une nuit d’été moite, se sentent systématiquement propulsés par cette envie irrésistible de claquer des sommes conséquentes. À chaque gimmick, un chèque public, et à chaque chèque public, un échec.

Alors que dans les années 2000, Google devenait le premier moteur de recherche en part de marché, susurrez « moteur de recherche français » à l’oreille de ces brochettes de guignols au pouvoir et pouf, voilà des fonds publics qui déboulent sur l’une ou l’autre promesse vaporeuse. Malgré tout, après des années de gestion catastrophique et de pertes colossales, les projets financés vont au drain.

On a même eu droit à des frétillements consternants de ministricules républicains pendant moult pince-fesses destinés à promouvoir la French Tech dans une Starteup-Naychonne qui n’en finissait pas de financer des chèvres en espérant les transformer en licornes. Bien évidemment, alors que les sources magiques d’argent gratuit commencent à se tarir et que les transitions chèvres-licornes n’ont toujours pas eu lieu, la même French Tech se réveille avec une sévère gueule de bois que seul le contribuable pourra apaiser avec ses poches profondes et ses générations futures endettables à merci.

Devant ce constat, comment ne pas se réjouir du récent choix par le gouvernement de trois projets censés rivaliser avec Microsoft Office et Google Docs ?

Oui, vous avez bien lu : malgré l’échec retentissant des précédents projets de cloud souverain, le gouvernement relance le manège et distribue une enveloppe de 23 millions d’euros d’argent gratuit des autres pour financer trois (pourquoi pas un, pourquoi pas dix-huit ?) projets de suites bureautiques collaboratives dans le cloud, dans le but de faire émerger des alternatives crédibles aux deux principales suites actuellement utilisées et qui ont le goût douteux d’être américaines. Et cette fois-ci au contraire des précédentes, c’est sûr, cela va marcher parce que… eh bien parce que c’est ainsi.

Ah, vraiment, comment ne pas comprendre que cette nouvelle tentative va mener à la même réussite flamboyante que toutes les autres ? Du reste, comment douter que l’État français se devait absolument d’intervenir dans ce domaine pour aider à l’apparition d’un concurrent, pardon, de trois concurrents solides aux mastodontes installés ? Pourquoi imaginer un monde dans lequel une solution apparaîtrait par besoin, issue du marché et de l’innovation humaine, alors qu’on peut obtenir un résultat clairement inférieur tout en claquant des sommes colossales d’argent public ?

Petit à petit, de plans mal boutiqués en projets vaporeux, de partenariats douteux en subventions dilapidées, l’État français s’est dilaté comme jamais pour s’insérer dans tous les pans de la société civile et a su se bâtir une solide réputation, tant dans le domaine informatique que partout ailleurs en réalité, à savoir celle d’une source de financements presque infinie et sans responsabilité attachée, sans comptes à rendre ni garantie de résultats.

Sur le web

Voir les commentaires (12)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (12)
  • Faire mieux que la suite bureautique de Google, cela sent le gichec gargantuesque.

    • Avatar
      jacques lemiere
      5 mai 2023 at 7 h 47 min

      mais que signifie mieux??? et qui paye???

      le problème est en amont..
      je principe même de la collectivisation vous savez pour que ça coute moins cher.. prix de la liberté de choix!!!!
      rappel sur counterpoint on e doute pas de l’etat maitre d’oeuvre del’électronucléaire..car « succès »

      -3
      • Avatar
        jacques lemiere
        8 mai 2023 at 10 h 00 min

        libéral dep pacotille… pourquoi l’elecgrobnuycelaire français PEUT être décrit été un succès..car l’lectronucelaire privé n’existe pas…

        quand tu veux faire une alternative publique à google..

        -1
    • Et avec seulement 23/3 = 7,6 million d’euros ! (j’imagine que les 23 millions vont être répartis de manière équitable sur les 3 consortiums) 😉
      Il n’y a pas à dire, on est vraiment les meilleurs en France, et ceux qui ne veulent pas de notre système social sont tous des incompétents !

  • Audiard l’a déjà dit: ils osent tout, surtout avec le pognon des autres. Il serait étonnant d’ailleurs que le pognon des autres ne reviennent pas d’une manière ou d’une autre dans leurs escarcelles ou celle du parti..

  • « attirés par des mots-clés technoïdes comme des moustiques par la lumière électrique »

    Excellent !

    L’IA, j’ai déjà du mal à y croire tant il me semble que l’on sous-estime la difficulté et sur-estime l’efficacité et l’intérêt.
    Mais quand en plus c’est piloté par un comité machiavélo-scientifico-macronien d’emm… patentés ?!?

  • Et ce n’est pas fini…Qu’est ce que c’est que des centaines de millions quand ce seront bientot des dizaines de milliards pour financer l’aérospatiale et le programme Ariane ?

  • C’est bien connu, là où le privé a échoué (Google, Microsoft, Facebook,…) le publique communiste français réussit.
    Camarade, soyez objectifs !

  • Votre article très drôle s’applique également à de nombreux autres projets novateurs, comme l’airbus de la batterie, la filière hydrogène, le véhicule électrique pour les pauvres financé par les un peu moins pauvres, etc.
    Véran l’a encore dit ce matin : la transition énergétique est une priorité pour les Français. En ce qui me concerne, le priorité serait plutôt de ne plus voir tous ces guignols, dont l’incompétence n’a d’égale que la prétention.

    11
  • Au CNRS, les chercheurs avaient interdiction d’utiliser Zoom, il fallait à la place utiliser Tixeo et autres outils ‘hachement bien foutus comme Citadel. Heureusement ils ont laissé tombé, maintenant « Zoom CNRS » est l’outil officiel…

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Les élections européennes de juin 2024 ont eu lieu. Aussitôt passée l’euphorie pour les uns, la déception pour les autres, ce fut le séisme politique en France, à travers l’annonce de la dissolution de l’Assemblée nationale par le président de la République. Et la panique qui s’est aussitôt emparée de tous les états-majors, pressés de s’organiser par la proximité des nouvelles échéances. Quels constats ou réflexions peut-on brièvement en tirer ? Voici quelques-uns de ceux que je peux livrer à titre personnel.

 

Sur le plan des... Poursuivre la lecture

Article disponible en podcast ici.

La Russie est connue pour ses compétences en piratages informatiques. Elle les utilise actuellement en Ukraine et pourrait se lancer à l’assaut de l’Europe pour déstabiliser des pays comme la France.

Aussi, il est de notre devoir de ne pas faciliter la vie des pirates russes en optant pour trois bonnes pratiques.

 

Garder les systèmes à jour

Si un pirate russe tombe sur une faille, il n’y a plus rien à faire. Il peut corrompre l’ordinateur de sa victime en appuyant sur une se... Poursuivre la lecture

Année après année, mesure après mesure, étape par étape, technologie après technologie, le fisc augmente son pouvoir, sa surface de jeu, et son « efficacité » de collecte pour l’État, toujours en manque d’argent.

 

Le prélèvement à la source de l'impôt sur le revenu

Souvenons-nous du prélèvement automatique des impôts sur le revenu, une mission dont l’ambitieux Gérald Darmannin s’est brillamment acquitté, confortant ainsi l’État dans son assurance d’être payé, dans le coût de sa collecte (maintenant déléguée aux employeurs... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles