La liberté de pensée menacée par le narratif du gouvernement

La liberté de pensée en péril : les risques de la diabolisation par les gouvernements.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 10

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

La liberté de pensée menacée par le narratif du gouvernement

Publié le 10 avril 2023
- A +

Le narratif des gouvernements peut limiter, restreindre, annihiler la liberté d’expression.

Dès lors qu’un gouvernement définit le bien et le mal, utilise sans retenue des qualificatifs comme factieux, séditieux, pour désigner une opposition, des mouvements sociaux sans discerner leurs différents acteurs – le mal absolu étant tout ce qui ne va pas dans le sens du bien qu’il prétend définir -, cela rend la liberté d’expression périlleuse et plus périlleuse encore la liberté de penser nécessaire à la liberté d’expression.

Avant de s’exprimer encore faut-il penser. L’injonction étant de ne pas penser puisque vous pensez faux.

S’il fallait prendre un exemple de dénialisme : négation de la science, le dénialisme a posé les défenseurs du nucléaire comme des individus parfaitement déraisonnables, la crise énergétique traversée montre et démontre à quel point l’excès idéologique des mouvances écologistes a nié la science et la raison et qu’elles ont eu gain de cause à des fins purement électoralistes. On cherche alors aujourd’hui vainement l’intérêt supérieur de la nation.

Une autre problématique me semble être les postures des médias et de certains journalistes qui se prennent désormais pour des consciences, ce que je nommerai le syndrome Bourdin. Ils font de ridicules micros-trottoirs pour séléctionner ceux qui servent leur soupe. La notoriété est une chose, jusqu’au moment où elle prend le pas sur sa fonction… Dans des situations de crises extrêmes comme celles que nous traversons où par la voie de son président l’exécutif ne cesse de verser de l’essence sur un incendie, ces gens n’étant pas concernés par ce qu’ils infligent, les personnes les plus aux faits montrent l’inanité de cette réforme…

La responsabilité des médias est dès lors engagée. Elle est aussi inconfortable que celle de nos malheureux policiers qui sont devenus de la chair à canon. Et à quelle fin ? Asservir une opinion publique, la soumettre, lui faire peur. La violence légitime est une chose mais à quel moment la violence jugée illégitime devient-elle condamnable si tout est mis en œuvre pour organiser le chaos ? À partir du moment où cette violence originellement illégitime est utilisée pour effrayer l’opinion publique et révolter tout homme de bien, elle est liée à des mouvances ultraviolentes qu’on laisse alors agir pour disqualifier un mouvement.

 

La gouvernance par les médias

On ne gouverne pas avec Twitter. On n’expose pas ses forces de l’ordre en attendant la violence et pire en l’annonçant. Avons-nous jamais vu un ministre de l’Intérieur prédire des violences ? S’il les prédit, c’est qu’il sait ! S’il sait, il empêche ! S’il n’empêche pas, il s’en sert !

Le pouvoir actuel n’instrumentalise-t-il pas les forces de l’ordre ? Les black blocs qui font tranquillement le tour des lieux de tensions ne sont-ils pas les crétins utiles d’un gouvernement qui n’a aucun intérêt à les arrêter ? Sans être juriste, il me semble qu’il est possible d’appréhender des individus prévoyant des crimes en bande organisée. En ces temps de tensions extrêmes, permettez-moi ce jeu de mots discutable qui n’engage que moi et certainement pas mon institution : ce gouvernement acculé joue dangereusement à la roulette russe avec la démocratie.

Mais si donner une interview à Marlène Shiappa dans Playboy est un signe d’émancipation, si faire son coming out dans Têtu pour le ministre du Travail c’est prendre de la hauteur…  je pense plutôt que c’est pour pouvoir exister et balayer toute forme de critique derrière un infâme sexisme ou une immonde homophobie. La ficelle est tellement grosse qu’elle alimente les tristes silences de demain. Je ne peux m’empêcher de me rappeler cette phrase de l’ancienne porte-parole du gouvernement à l’annonce du décès de Simone Veil : « La meuf est morte ».

Le narratif actuel du gouvernement sert et utilise la culture woke. Ce courant de pensée agrège différentes luttes : antiracisme, antisexisme, droits LGBT+, etc. Mais certains modes d’action pratiqués par leurs défenseurs peuvent être perçus comme excessifs par leurs détracteurs : harcèlement ciblé en ligne, censure, cancel culture. Je pense que ce gouvernement s’appuie sur cette sous-culture violente extrêmement agressive, intolérante, totalitaire, visant à infliger une société sans plus aucun repère. Des minorités trouvent la majorité intolérable, s’organisent pour ostraciser la raison.

Des étudiants invitent Jean-Marc Rouillan, un terroriste d’extrême gauche. Cet homme a été condamné en 1989 à la réclusion criminelle à perpétuité assortie d’une période de sûreté de dix-huit ans pour complicité d’assassinat de l’ingénieur général de l’armement René Audran en 1985 et du PDG de Renault Georges Besse en 1986 ! Que dire ? Rien !

D’autres personnalités ont, elles, été refoulées. Dans le même temps : « Une conférence sur Napoléon ? Déprogrammée. Une pièce de théâtre grec antique ? Reportée. Un cours de prévention de la radicalisation ? Ajourné.

Ces derniers mois, dans les grandes écoles et universités françaises, de nombreux événements ont été annulés. Que dire ? Rien. Si les grandes écoles se couchent, la réponse est oui.

Voir les commentaires (7)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (7)
  • Cet article le prouve. La liberté d’expression est quasi-totale en France. On y peut commettre un billet sans queue ni tête, confondre « crime » et « délit », « liberté de pensée » et « liberté d’expression », faire des procès d’intention à tout le gouvernement, aux medias… voire se montrer paranoïaque au point de prendre un pseudo (ridicule)… sans craindre le moindre retour de bâton.
    Toutes proportions gardées, cette position « intellectuelle » m’évoque ces pseudos féministes qui critiquent le pseudo-patriarcat français, en demeurant aveugles aux vilenies iraniennes, afghanes ou indiennes.
    « La perfection des moyens et la confusion des buts semblent caractériser notre époque. » (Enstein)

    -11
    • Votre commentaire vient de confirmer les dires de l’auteur, bien joué ! 🙂
      Il est marrant de noter dans votre exemple, que tous les pays cités, les femmes cherchent à se « libérer » en enlevant le voile, alors qu’en France, elles cherchent à se voiler…
      Que tous ces mouvements parasites inutiles à la société aillent défendre leur combat dans lesdits pays, et non pas la France justement… Chiche ? 😉

      • C’était bien l’idée. Que ceux qui aspirent à combattre, bien au chaud et sans jouer leur peau, la pseudo-crypto-dictature française aillent porter le fer dans les pays où la dictature est bien réelle, et les risques de contestation périlleux.
        Une belle définition du courage, non ?

        -1
  • Pour lire ce que le gouvernement nous interdit, on peut encore se payer un VPN. Mais pour penser autrement que suivant les cheminements politiquement corrects, on attend toujours la solution technologique…

    • Une solution clairement pas idéale, soyons clair et d’utiliser les droits des citoyens, le vote…
      Je n’arrive pas à comprendre pourquoi les gens se plaignent et vont en manif, alors que soient ils ne sont pas allé voter, soit ils ont voté pour la personne qu’ils combattent (car sinon, ça aurait été le chaos voyons ! Perso, je préfère du coup tenter le coup).
      50% de votes blancs a bien plus de valeur (symbolique) que 50% d’abstention… Ne pas comprendre ça, c’est faire exactement le jeu du gouvernement… Merci à tous ces gens donc, mais quand ça tournera mal, qu’ils ne se plaignent pas et surtout, aucune excuse ne sera acceptée de leur part…

      • J’ai utilisé mon droit de vote, et de la manière que vous préconisez. J’ai perdu, je dois donc être beau joueur, j’imagine ? C’est bon, si on a voté pour, contre, blanc ou nul, et qu’un charlot vous insulte dans les médias et prétend à toutes vos ressources et à régenter votre vie sans une once de scrupule, alors la démocratie fonctionne et on est tous priés d’être heureux ?
        Sans moi, merci, je vais faire la tête tant que j’en ai encore le droit.

      • « 50% de votes blancs a bien plus de valeur (symbolique) que 50% d’abstention ».
        ben non, puisque les votes blancs ne sont pas comptés !

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don
6
Sauvegarder cet article

Moyennant un changement d’approche et un pas de côté en s’inspirant des moralistes de l’âge classique, essayons de réfléchir au wokisme autant qu’à ceux qui le dénoncent qui représenteraient deux formes distinctes d'hyper-focalisation. Redéfini comme étant avant tout une forme contemporaine, mais pas nouvelle, d’intolérance, il est possible d’envisager le phénomène woke/anti-woke en tant que passion, au sens classique du terme, celui d’un affect subi qui altère, pour le pire, celui ou celle qui en est la proie.

Avec le wokisme ou l’ant... Poursuivre la lecture

6
Sauvegarder cet article
La dérive de Disney, commencée il y a plusieurs années, est illustrée par Samuel Fitoussi, dans Woke fiction, son ouvrage sur les fictions. Il compare l’évolution du caractère de Mulan entre la version de 1998 et celle de 2020.

Il écrit :

« Dans la version de 1998, le personnage éponyme, jeune femme courageuse, se déguise en homme et s’engage dans l’armée pour défendre son pays. Plus frêle et plus faible que toutes les autres recrues, elle est d’abord une piètre combattante […]. Déterminée, elle progresse, compense ses lacunes phys... Poursuivre la lecture

Début décembre, Bob Iger faisait grand bruit :

« Les créateurs ont perdu de vue ce que devait être leur objectif numéro un. Nous devons d’abord divertir. Il ne s’agit pas d’envoyer des messages. » 

Cette mise au point tardive mais bienvenue de l’actuel PDG de Disney tranche avec la politique menée ces dernières années par ce géant du spectacle, encore renforcé par les rachats de l’univers de super-héros Marvel et de Lucasfilm.

Disney perd de l’argent alors que cette compagnie a longtemps eu l’habitude d’en gagner énormém... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles