La Chine et la Russie qui rient, l’Amérique et l’Europe qui pleurent ?

Il serait impossible de ne pas mentionner la visite d’État du Chinois Xi Jinping auprès du Russe Vladimir Poutine, a clairement diffusé le message d’une entente cordiale poussée entre les deux puissances.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 6

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

La Chine et la Russie qui rient, l’Amérique et l’Europe qui pleurent ?

Publié le 29 mars 2023
- A +

La France, sa classe jacassante et une bonne partie de son peuple sont fort occupés actuellement ce qui n’empêche pas le reste du monde de continuer à tourner et aux équilibres géopolitiques de changer de façon très rapide à mesure que les crises se succèdent. Et en la matière, les dernières semaines ont été particulièrement bien remplies…

En effet, pendant que la Macronie française faisait mine de fricoter avec la démocratie parlementaire dans le cadre de la réforme des retraites, pour terminer de façon parfaitement prévisible par la contourner sans vergogne en usant du 49.3, plusieurs événements majeurs se déroulaient sur la scène internationale qui furent assez peu commentés et dont les implications ont été si discrètement évoquées dans les médias nationaux qu’on se demande même s’ils ont vraiment eu lieu.

Dans les relations internationales, il serait impossible de ne pas mentionner la visite d’État du Chinois Xi Jinping auprès du Russe Vladimir Poutine, qui, outre la signature d’accords et de partenariats très larges entre les deux pays, a clairement diffusé le message d’une entente cordiale poussée entre les deux puissances, ce qui est en substance exactement l’inverse de ce qu’ont toujours recherché les Américains…

De la même façon, il serait difficile de minimiser la réouverture des relations diplomatiques entre l’Iran et l’Arabie Saoudite, pourtant présentées comme désirables par les États-Unis au moins depuis Obama qui incitait ses amis saoudiens à trouver un terrain d’entente avec ses turbulents voisins chiites, sans jamais être parvenu à quoi que ce soit.

Peut-être la discrétion qui entoure cette réouverture doit-elle beaucoup au fait qu’elle est le fruit de négociations entre les deux pays menées par nulle autre que la Chine qui est maintenant vue, depuis Washington, comme la puissance géopolitique montante à juguler… Sans grand succès. Et alors que certaines rédactions outre-Atlantique ont admis du bout du clavier que ce réchauffement des relations irano-saoudiennes devait compter comme un succès pour la Chine, quelques journalistes européens ont été plus rapide à mentionner que tant les Iraniens que les Saoudiens ont effectivement intérêt à saboter la position de référence américaine, quitte à s’arranger de leurs précédents différends.

Autrement dit, cette victoire diplomatique chinoise ne serait qu’une façade… alors même que l’Arabie de Mohammed ben Salman ne peut clairement pas piffrer Biden, et que l’Iran de Khamenei, toujours sous sanctions américaines, n’a jamais pu supporter les États-Unis non plus. Bien qu’ennemis jurés, Iran et Arabie semblent au moins faire mine d’abandonner leurs griefs si cela peut gêner l’Amérique de Biden, au point d’envisager tous deux de rejoindre le groupe des BRICS

Parallèlement et comme le rappelait un récent billet dans ces colonnes, la même Arabie Saoudite a ouvertement commencé à régler certaines de ses transactions pétrolières en yuan en remplacement du dollar.

Ceci est de moins en moins anodin puisqu’avec l’arrivée potentielle de l’Iran et de l’Arabie Saoudite dans les BRICS, on se retrouverait avec tous les principaux pays producteurs de pétrole du monde dans la même alliance économique, dont le poids démographique représente également la moitié de la population terrestre.

De façon claire, cette alliance deviendrait vite davantage qu’une simple épine dans le pied de l’hégémonie américaine et, surtout du complexe militaro-industriel américain, non seulement par le fait que l’Amérique n’y pourrait jouer aucun rôle déterminant, mais aussi par l’évidence que ses membres ne seront pas d’accord d’y accueillir l’Oncle Sam et ses dollars de plus en plus sulfureux.

Il est du reste intéressant de noter que, de même que pour le gaz et le pétrole, les BRICS constituent aussi une forte source de l’or produit dans le monde. On se perd en conjectures sur la quantité exacte des stocks russes et chinois tant le décalage est criant entre les achats observés, la production connue et les chiffres officiels (la Chine annonce disposer de 2000 tonnes d’or quand beaucoup de spécialistes estiment qu’elle n’a pas amassé moins de 20 000 tonnes depuis quelques décennies).

Tout ceci prend forme alors même que l’Empire du Milieu a recommencé à augmenter ses importations de gaz (russe) qui avaient baissé il y a un peu plus d’un an, et que d’autres pays d’Asie centrale et du Moyen-Orient ont clairement réduit leurs exportations de matières premières énergétiques (gaz, pétrole) pour consacrer une part croissante de leurs extractions pour leur propre développement, dans une tendance qui, si elle existait auparavant, s’accélère franchement ces dernières semaines.

Autrement dit, les échanges énergétiques sont en train de se modifier assez sensiblement, les flux de dollars aussi et marquent un retour de ces derniers au bercail, entraînant plusieurs conséquences : outre une baisse du pouvoir d’achat du dollar, la baisse des exportations énergétiques augmente mécaniquement le prix du pétrole et du gaz. Les prix à la pompe et au compteur ne sont pas prêts de diminuer.

Quant aux Européens, dindons d’une farce de plus en plus coûteuse, ils semblent continuer d’agir comme si ces changements géo-économiques majeurs n’avaient pas d’impacts sur eux. La récente tournée (catastrophique) de Macron en Afrique aurait pourtant dû déclencher quelques signaux dans les réseaux diplomatiques tant il semble évident que Russes et Chinois ont largement investi le continent africain au détriment des Européens et des Américains. Apparemment, si quelque chose s’est passé, c’est resté extrêmement discret et l’Europe continue de faire des petits prouts stridents pour masquer l’abdication complète de toute velléité de souveraineté.

Alors qu’un tableau émerge dans lequel la Chine, disposant de masses considérables d’or, de partenariats énergétiques solides avec la Russie et le reste des BRICS, pourrait bien lancer un yuan-or qui bousculerait violemment le système monétaire international, on comprend qu’il devient urgent d’agir pour les banques centrales occidentales, et ce alors que les soubresauts et faillites bancaires s’enchaînent nerveusement.

Peut-être est-ce la raison pour la Fed américaine de lancer aussi rapidement que possible FedNow (vers juillet de cette année), ce qui s’apparente à sa monnaie électronique, ou pour la Banque centrale européenne de pousser ses propres jetons numériques dont on sait ce qu’ils peuvent renfermer comme pouvoir d’asservissement des peuples…

Allez savoir.

Sur le web

Voir les commentaires (23)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (23)
  • Article tout à fait passionnant . Ces alliances ressemblent à s’y méprendre à la préparation d’un ordre de bataille , laquelle bataille si (quand ? les chinois feraient bien de se magner avant que l’enfant unique soit grabataire ) elle est lancée , fera des ravages . Maintenant , sur le long terme , cette alliance russo – chinoise risque fort de tourner barabarossa , 140 millions de balalaïkas le derrière sur du charbon et du gaz d’un côté et 1 milliards de pékins de l’autre … c’est tentant pour un Xi assoiffé de revanche et de ressources . Ceci dit , je parie encore sur le russe , dur au combat , aguerri et qui a fait ses preuves , alors que le chinois s’est toujours fait tailler les croupières par plus petit que lui (mongols , japonais, etc ) . Bon je blague mais pour nous , ça va sentir le sapin .

    • Les chinois ont aussi botté le train aux mongols, ils ont inversé les rôles dominant / dominé avec les mandchous, ils ont chassé les japonais… l’Histoire de la Chine ne se limite pas à quelques défaites, elle n’a pas commencé avec les guerres de l’opium.

      • Certes mais le colonialisme n est pas son ADN ( même ds son passé lointain) le Tibet faisant exception et n ayant pas offert de grosse résistance armée.

    • English joke: Comment les français s’ y prennent ils pour défendre Paris , personne sait ils n’ ont jamais essayé.

  • Et pendant ce temps là, la CEDH instruit une plainte contre la France pour inaction climatique !

    12
  • J’aime bien le style de H16, mais par contre, le fond….Devient assez pitoyable car si je résume :
    Tous les pays du monde sont formidables, sauf la France, puis l’Europe, et enfin les USA qui sont des débiles profonds.

    Vous avez cessé d’être crédible à mes yeux, Monsieur h16, trop, c’est trop.

    -10
    • Je crains que h16 soit d’une lucidité sans failles….les états Unis domine le monde depuis 70 ans, et je pense que c’est fini, Charles Gave et tant d’autres disent la même chose.
      Rdv dans 10 ans et refaite le point, vous verrez qui a raison

    • L’auteur est connu pour son pessimisme résumé par “ce pays est foutu”.
      Seuls les paranoïaques survivent…

    • Les US ont provoqué la guerre en Ukraine, l’épidémie qui se révèle de plus en plus venir d’un labo contrôlé à au moins 50% par les US/Européens, les US qui se font humilier en Afrique (voir la conférence de presse de Kamala Harris au Ghana), les sujets traités par les occidentaux vs les vrais problèmes de tous les autres pays… Je pense plutôt que c’est vous qui êtes dans le déni. Et c’est justement une opportunité le fait qu’on s’aperçoive qu’on a fait des bétises, mais malheureusement, on ne se rattrapera jamais.
      Il suffit de voir ce qui se passe dans le pays en ce moment au niveau des manifestations (et je ne parle pas du côté des forces de l’ordre) ; tout le monde semble surpris quand le gouvernement a utilisé le 49.3 et tout le monde est encore surpris quand suite au vote, le gouvernement n’en a rien à faire de négocier… Les incompétents sont dans les deux camps.
      Perso, rien à faire, ça ne m’impactera pas des masses et je me prépare pour la suite, car réforme logique suite à 40 ans de laxisme côté syndicats et gouvernements.

      • Avatar
        jacques lemiere
        30 mars 2023 at 18 h 06 min

        « les usa ont provoqué la guerre en ukraine..  »

        quel sens donnez vous à provoquer???
        l’épidémie qui se révèle de plus en plus venir d’un labo contrôlé à au moins 50% par les US/Européens et les 50% restant et il est où ce labo..?

        moi c’est la dérive antilibérales des usa qui me pose problème..
        en clair que ça « ressemble » à la chine et la russie..

        vassal..

        • Avatar
          jacques lemiere
          30 mars 2023 at 18 h 08 min

          et le projet de se passer de fossiles qui nous l’impose?
          qui nous a imposé de ne pas chercher de gaz par exemple?

          la vassalité vis à vis des usa.. quitte à faire un choix de vassalité..

          • A propos de fossiles, il y en a en effet un dont les discours interrogent… Notamment ceux qui prônaient l’empêchement de la mise en service de Nordstream, avant que les actes n’aient rendu le discours caduc. La Chine et la Russie ont des positions affichées et s’y conforment. Si ce sont nos adversaires, ce sont des adversaires honorables. Les USA se prétendent nos protecteurs et nos alliés, mais ils agissent en douce contre nos intérêts. Seigneur, protégez-nous de nos amis. Quant à nos ennemis, au pays de Voltaire, nous saurons bien nous en charger !

    • @evans94
      Bonsoir,
      Je pense que votre résumé est faux car vous avez loupé des chapitres.

    • @evans94
      Encore un qui commente sans avoir lu.

  • Nous assistons à une véritable révolution mondiale
    Le tournant le plus marquant est l’abandon progressif et partiel, mais inéluctable, du dollar,
    avec deux conséquences :
    – L’application de sanctions ne sera plus possible
    – Les Etats Unis ne pourront plus financer leurs importations par la planche à billets d’où une chute drastique de leur niveau de vie
    Je ne parle pas de l’Europe qui va disparaître de l’Histoire, condamnée par ses obsessions idéologiques et sa vassalité atlantique

    • Et son rêve climatique

    • @HERAKLES
      Bonsoir,
      « Les Etats Unis ne pourront plus financer leurs importations par la planche à billets »
      Planche que les USA ont utilisée abondamment : +3 000 milliards de dollars créés de nulle part
      La démonstration d’un député américain dont je n’ai pas le nom là, a été limpide. En prenant un verre contenant un peu de thé, il l’a rempli avec de l’eau. Le thé original représentait la masse de dollars, l’eau versée représentait les 3 trilliards de dollars en plus et qui ont dilué la valeur du dollar. Pour l’anecdote, ce qui fut relevée dans les commentaires, celui à qui appartenait le verre de thé n’en voulait plus. (par analogie, on peut déduire que plus personne ne voudra du dollar US)

      • Il s’agit du député Thomas Massie lors d’une audition au Congrès le 27 février 2023. Pour trouver la vidéo : « Printing money is poison to our economy »

  • Les Européens dindons de la farce? Au contraire, l’Europe est comme une dinde qui se plumerait elle même, en attendant d’ être farcie pour Thanksgiving

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Igor Rostislavovich Shafarevich a montré que le socialisme était fondamentalement anti-individualiste. Igor Rostislavovich Shafarevich n'est pas un nom très connu, mais cet homme mérite amplement qu'on se souvienne de lui plus d'un siècle après sa naissance, et sept ans après sa mort. Il est né le 3 juin 1923 à Zhytomyr, en Ukraine, à une centaine de kilomètres à l'ouest de Kiev. Il est décédé en 2017 à l'âge de 93 ans, laissant derrière lui des contributions remarquables aux mathématiques, et un puissant réquisitoire contre la calamité connu... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

La Russie est devenue une puissance agricole, indépendamment des sanctions imposées par les Occidentaux. Elle se sert de sa puissance agricole pour établir des liens diplomatiques avec des pays amis et pour peser sur l’ordre du monde.

Par Thea Dunlevie, diplômée du programme d’études de sécurité de l’université de Georgetown.

 

Selon sa dernière stratégie de développement, la Russie prévoit de consolider sa puissance mondiale en dominant les marchés agricoles internationaux et en sapant l’ordre agricole mondial dirig... Poursuivre la lecture

1
Sauvegarder cet article

Depuis 2017, la Russie a accéléré son retour en Afrique en s’appuyant sur le levier sécuritaire, des intérêts économiques bien ciblés et son influence médiatique. Une situation de nature à inquiéter les anciennes puissances coloniales au rang desquelles la France, et par extension, le monde occidental. L’Afrique serait-elle de nouveau l’un des théâtres des antagonismes Est/Ouest ? Cependant, la présence russe en Afrique est à relativiser dès lors qu’on la compare à celle des puissances historiquement influentes et celle d’arrivants plus récen... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles