Joe Biden et le protectionnisme : Make America not Great Again

Faire à nous-mêmes ce que les ennemis cherchent à nous faire en temps de guerre n’est pas patriotique.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 4
Tump and Biden by Emma Kaden(CC BY-SA 2.0)

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Joe Biden et le protectionnisme : Make America not Great Again

Publié le 27 février 2023
- A +

Par Gary Galles.

L’économiste George Stigler, lauréat du prix Nobel, a un jour écrit que les économistes étaient des prédicateurs, ce qu’il décrivait comme consistant à offrir « une recommandation claire et raisonnée (ou, plus souvent, une dénonciation) d’une politique ou d’une forme de comportement de la part d’hommes ou de sociétés d’hommes », notamment en ce qui concerne l’éthique de la concurrence sur le marché. En ce qui concerne la défense de cette éthique (c’est-à-dire la défense des accords mutuellement volontaires que les individus concluent entre eux par opposition aux accords involontaires imposés aux uns par les autres), j’entre dans sa catégorie de prédicateur. Je trouve la violation des droits des personnes et des politiques publiques qui imposent ou nécessitent de tels abus immensément grinçante.

Lorsque Donald Trump a annoncé son intention de « Make America Great Again » (puis annoncé sur les chapeaux MAGA), le prédicateur en moi a applaudi les réductions d’impôts (malheureusement non assorties de réductions de dépenses) et le frein aux réglementations inutiles et coûteuses. Cependant, lorsqu’il a affirmé que ses politiques protectionnistes lui permettraient d’atteindre son objectif, alors qu’elles allaient en fait être préjudiciables aux Américains pour protéger des intérêts particuliers, j’ai eu une grosse réaction allergique. J’ai même dit en plaisantant à l’occasion de l’un de mes cours que ces politiques protectionnistes ne pouvaient que rendre l’Amérique terne à nouveau en la rendant moins grande et plus pauvre.

Maintenant, le président Joe Biden, prouvant sa capacité à saisir les mauvaises idées, suit la même voie protectionniste, bien qu’il ait été élu en grande partie par opposition à Trump.

Comme l’a écrit James McCarten, de la Canadian Press (une personne bienvenue pour un point de vue, puisque les producteurs canadiens ainsi que les consommateurs et les contribuables américains seraient lésés), à propos du discours sur l’état de l’Union :

« Il ne s’est pas contenté de défendre le programme Buy American. Il a doublé la mise, promettant de nouvelles règles pour les projets d’infrastructure fédéraux qui exigeraient que tous les matériaux de construction – pas seulement le fer et l’acier, mais aussi le cuivre, l’aluminium, le bois, le verre, les cloisons sèches et les câbles à fibres optiques – soient fabriqués aux États-Unis. »

Ce discours faisait suite à la vantardise antérieure de Biden selon laquelle son plan à venir serait encore plus orienté vers les producteurs américains que les plans précédents.

Le protectionnisme de Biden suit de près celui de Trump et de nombreux autres avant lui, s’appuie sur un faux argument de patriotisme. Les importations sont attaquées comme nuisant à l’industrie américaine, ce qui est ensuite utilisé pour justifier des politiques protectionnistes  : « nous devons défendre l’Amérique  ». Étant donné que les importations nuisent toujours aux producteurs américains de produits concurrents dans le sens où elles réduisent la demande pour leur production, ceux qui veulent se protéger trouvent cet argument convaincant, comme beaucoup d’autres qui négligent la tricherie logique. Mais dans leur rôle de consommateurs (ce que les Américains ont le plus en commun sur le plan économique), les Américains sont leurrés par cette tromperie.

 

Le conflit est présenté comme une lutte mano à mano entre les producteurs étrangers et les producteurs américains, où le patriotisme devrait conduire l’Amérique à favoriser les seconds. Si cela était exact – si c’était tout ce qui était en jeu – et si les Américains se souciaient davantage de « nos » producteurs, ils leur donneraient la préférence, toutes choses égales par ailleurs. Or, ce n’est pas tout. Au fond, le protectionnisme est en fait une conspiration entre les producteurs américains et le gouvernement américain pour arnaquer les consommateurs américains (et les contribuables dans ce cas) et les fournisseurs étrangers.

En plus d’un patriotisme à l’envers, la présomption que de telles politiques augmenteront la demande pour les producteurs américains n’est pas non plus réellement sous-entendue. Les coûts plus élevés imposés par ces politiques réduiront la production dans les industries qui utilisent les intrants concernés. Cela sera particulièrement vrai pour les producteurs en concurrence sur les marchés d’exportation avec des pays ne pénalisant pas leurs producteurs de la même manière. Ensuite, la réduction des recettes d’exportation mettra moins de dollars dans les mains des habitants d’autres pays, ce qui réduira également leur demande d’exportations américaines. Cependant, les protectionnistes « patriotiques » ne semblent jamais remarquer ces réalités.

Dépeindre le protectionnisme en opposant les producteurs nationaux aux producteurs étrangers ne tient pas compte de la question centrale : pourquoi les consommateurs américains préfèrent-ils acheter étranger plutôt que national ? Parce que les producteurs étrangers offrent un meilleur prix, une meilleure qualité et un meilleur service. Par conséquent, lorsque les restrictions commerciales suppriment ces options supérieures, elles appauvrissent les consommateurs américains. Le patriotisme n’implique pas que notre gouvernement doive aider les producteurs américains à mendier auprès des consommateurs américains.

Le protectionnisme est d’autant plus grave qu’il s’agit d’un jeu à somme négative. Les ressources représentées par la différence entre les produits importés à faible coût et les produits nationaux à coût plus élevé sont tout simplement gaspillées pour chaque unité de production nationale inefficacement « protégée ».

Nos fondateurs, indéniablement patriotes, ont vu clair dans la farce protectionniste. Par exemple, Thomas Paine, l’ardent rhétoricien qui a alimenté la révolution américaine, a soutenu dans Les droits de l’homme :

« Lorsqu’on attaque un stock commun de commerce et que la conséquence est la même que si chacun avait attaqué son propre stock […] Chaque nation […] augmente ses richesses par ce qu’elle obtient d’une autre en échange. »

Avant même la fondation de l’Amérique, Charles Louis de Secondat, baron de Montesquieu, que Robert Wokler a désigné comme « peut-être le penseur le plus central des Lumières », a écrit en 1748 dans De l’esprit des lois que le libre-échange, dérivé de la propriété de nous-mêmes, était une application essentielle de la liberté : « Les richesses qu’il produit n’ont aucun effet néfaste. » Bien au contraire. « Dans les républiques […] les marchands ayant l’œil sur toutes les nations de la Terre, apportent de l’une ce qui est demandé par l’autre », de sorte que « il vaut beaucoup mieux laisser [le commerce] ouvert, que par des privilèges exclusifs, restreindre la liberté du commerce. »

Le libre-échange est simplement la liberté de chacun d’entre nous de choisir avec qui il s’associera de manière productive et comment il organisera ces associations, sans limitations artificielles. C’est un élément essentiel de la propriété individuelle, qui est un élément essentiel de la liberté.

Derrière les fanfaronnades protectionnistes passe-partout de Joe Biden, tout comme celles de Donald Trump et de ses collègues protectionnistes avant lui, les politiques protectionnistes représentent en réalité l’imposition forcée de la tyrannie. Le libre-échange procure des avantages à chaque participant volontaire, qu’il traverse ou non les frontières. Les fondateurs de l’Amérique l’ont reconnu, puisque la clause sur le commerce de la Constitution a créé la plus grande zone de libre-échange interne au monde en interdisant les restrictions des États au commerce interétatique. Si le libre-échange est bon au-delà des frontières des États, reflétant des principes de liberté valables, ces mêmes principes le rendent bon lorsqu’il traverse les frontières fédérales également.

Nous devrions nous rappeler que, comme l’a dit Henry George en 1886 dans son ouvrage Protection or Free Trade :

« Le libre-échange consiste simplement à laisser les individus acheter et vendre comme ils veulent acheter et vendre. C’est la protection qui exige la force car elle consiste à les empêcher de faire ce qu’ils veulent faire […] Ce que la protection nous apprend, c’est à faire à nous-mêmes en temps de paix ce que les ennemis cherchent à nous faire en temps de guerre. »

Faire à nous-mêmes ce que les ennemis cherchent à nous faire en temps de guerre n’est pas patriotique. Cela reflète plutôt ce que Thomas Paine a reconnu comme « la main avide du gouvernement qui s’insinue dans tous les coins et recoins » pour favoriser des intérêts contre ceux que le gouvernement est censé représenter. Si les Américains veulent vraiment que l’Amérique soit grande plutôt que davantage érodée, ils ne devraient pas laisser la déformation rhétorique et la mauvaise orientation les empêcher de choisir ce qu’ils veulent pour eux-mêmes.

Sur le web

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • N’étant pas du tout économiste, c’est Bastiat qui m’a fait comprendre en termes simples et amusants les méfaits des frontières et du protectionnisme, avec ses 2 pamphlets « Immense découverte !!! » et « Réciprocité » :
    http://bastiat.org/fr/immense_decouverte.html
    http://bastiat.org/fr/reciprocite.html

  • Le protectionnisme de Trump était cohérent car il voulait recentrer les productions essentielles en interne ; au pire, il aurait adapté sa décision.
    Biden, lui, fait du n’importe quoi du bon « quoi qu’il en coûte » plein de magouilles internes…

  • Les industries américaines ont, pendant des décennies, externalisé leurs industries pour un max de bénéfices. Conséquence, ils ont créé la Chine qui fait de l’ombre à l’Amérique. Rapatrier l’industrie avec l’aide du protectionnisme semble être la seule méthode pour revenir au passé où l’Amérique était la seule puissance dominante mondiale.
    Malheureusement, il est trop tard : l’influence de la Chine va dépasser celle des USA en Asie et en Afrique (au minimum). Puis au Moyen-Orient et en Amérique du sud.
    Grâce aux allemands qui sont prêts à tout pour conserver leurs échanges avec la dictature chinoise, il n’est pas impossible que ce soit ensuite le tour de Europe (qui n’est plus rien depuis sa politique écologiste obscurantiste).
    Seul point noir pour les Chinois : leur démographie. Leur influence risque de ne pas durer.

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don
4
Sauvegarder cet article

Saperlipopette, tout ne se déroule vraiment pas comme prévu outre-Atlantique ! Il était pourtant évident que Trump avait perdu les élections, et qu’il ne pourrait se représenter tant il serait embarrassé par ses ennuis judiciaires ! Mieux encore : son positionnement politique, résolument antiprogressiste, ne pouvait que lui attirer le mépris d’une population majoritairement démocrate, voyons !

En effet, on rappellera que Joe Biden, l’actuel occupant de la Maison-Blanche, a été très officiellement élu avec 81 millions de bulletins, ce q... Poursuivre la lecture

La campagne de Joe Biden ne se déroule pas bien. Bien qu’il semble se diriger vers la nomination de son parti, sa cote de popularité ne cesse de chuter, laissant croire que Donald Trump le vaincra s'il obtient la nomination. Son bilan économique mitigé ne sera pas la seule raison pour laquelle plusieurs de ses électeurs en 2020 s’abstiendront ou changeront de camp.

En effet, le récent rapport d’un procureur spécial affirme que Biden a bel et bien été négligent avec des documents confidentiels qu’il a conservés secrètement. Et à l’insta... Poursuivre la lecture

4
Sauvegarder cet article

La Russie de Poutine sera privée de bananes, considérées là-bas comme une source importante et peu chère de vitamines et de protéines. C'est le surprenant effet indésirable du transfert par l'Équateur aux États-Unis de six systèmes de missiles anti-aériens Osa-AKM, qui devraient ensuite être transférés à l'Ukraine. En contrepartie, les États-Unis fourniront à l'Équateur de nouveaux systèmes de défense aérienne américains, accompagnés d'une formation, d'un soutien, de pièces de rechange et d'une assistance technique continue.

En effet, ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles