Réintroduisons la pratique manuelle dans les programmes scolaires

Réintégrer la pratique artisanale au sein des programmes scolaires, c’est aussi montrer à la jeunesse qu’il existe différentes formes d’intelligences, de parcours et de réussites.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 2
working source https://unsplash.com/photos/QBpZGqEMsKg

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Réintroduisons la pratique manuelle dans les programmes scolaires

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 25 février 2023
- A +

Par Gabrielle Légeret.1

 

Les entreprises artisanales et industrielles sont sur le fil en matière de recrutement. Pour y remédier, il devient impératif de retisser, dès le collège, des liens entre les programmes scolaires et les pratiques manuelles afin de mieux valoriser l’intelligence de la main et espérer susciter des vocations.

En France, en 2021, la part de l’industrie manufacturière dans le PIB est tombée à 9 % quand elle est de 19 % en Allemagne.2 Tandis que le discours politique insiste sur les enjeux de relocalisation, le retard pris en quelques décennies en matière de vocations et de formations des métiers manuels pénalise aujourd’hui tout un pan de l’économie. Faute de vocation, faute de transmission. D’ici 10 ans ce sont près de 300 000 entreprises artisanales qui devraient être à reprendre.

Au sein du système éducatif, tout a été fait pour rompre le lien entre les apprentissages et la pratique de la main. L’enseignement technique et manuel (ENT) où l’on faisait faire de la mécanique aux garçons et de la cuisine aux filles a peu à peu disparu du paysage scolaire. Voies de garage, filières moins prestigieuses réservées aux élèves peu scolaires : les filières manuelles sont réservées à ceux qui ne seraient pas aptes à suivre un cursus intellectuel. La supériorité du cérébral sur le manuel s’est imposée. Par conséquent, le collège unique poussé à son paroxysme ne semble valoriser qu’une seule forme d’intelligence et qu’une seule façon de réussir : celle des études supérieures. Ce sont des millions de jeunes que l’on prive d’exprimer leurs talents et leur potentiel autrement.

 

La technologie, dernier lieu d’expérimentation de la matière, supprimée en sixième

La suppression de la technologie en classe de sixième est un signal qui laisse entendre que cette matière serait accessoire.

Pourtant, cette discipline était pensée comme « une démarche inductive où la fabrication est prétexte à la découverte des lois physiques qui déterminent le fonctionnement des objets ».3 Si cette heure hebdomadaire avait troqué une grande partie de ses cours de soudure ou d’électricité pour ceux de l’informatique, elle demeurait le dernier lieu du collège où les élèves pouvaient expérimenter la matière.

 

La pratique artisanale pour révéler les talents

Aujourd’hui, comment donner envie à la jeunesse de choisir des filières manuelles si aucun temps ne leur permet de se confronter au plaisir de faire avec ses mains ?

Depuis deux ans, l’association De l’or dans les mains déploie au sein des collèges des programmes de pratique artisanale avec des professionnels : tracer les contours du patron de son jean avec une couturière grâce à son cours de géométrie, préparer la composition de sa pâte à céramique grâce au dernier chapitre de Sciences de la Vie et de la Terre, construire son cadre photo en bois avec un compagnon ébéniste grâce aux mathématiques, monter et démonter un mécanisme de pendule avec un horloger.

C’est phénoménal de voir ces jeunes prendre confiance en eux en découvrant qu’ils ont le pouvoir de faire avec leurs mains et avec leur tête. Ce format permet à la fois aux jeunes de prendre conscience des ressources territoriales à proximité de chez eux, de créer des liens avec d’autres disciplines avec lesquelles ils pourraient être fâchés et d’encourager les enseignants à aborder certains chapitres de leurs programmes scolaires à travers la pratique et la manipulation.

 

Valoriser d’autres formes d’intelligences

Réintégrer la pratique artisanale au sein des programmes scolaires, c’est aussi montrer à la jeunesse qu’il existe différentes formes d’intelligences, de parcours et de réussites.

« Faire intervenir des artisans de leur territoire permet aux jeunes d’entendre des témoignages de professionnels auxquels ils peuvent s’identifier, et de transformer leurs représentations de la réussite » raconte Marc Petit, proviseur d’un collège du Loiret, et partenaire de l’association De l’or dans les mains. À l’instar de cette association, plusieurs acteurs comme L’Outil en main, le dispositif À la découverte des métiers d’art de l’Institut national des métiers d’art ou le programme Manufacto d’Hermès proposent des actions concrètes pour permettre aux jeunes de découvrir ces métiers par la pratique.

Lorsque l’on sait que ces moments d’expérimentation de la matière peuvent déterminer tout une existence et la confiance des jeunes en eux-mêmes, on ne peut qu’appeler à leur systématisation au sein de tous les collèges du territoire.

Article mis à jour le 25/02/2023 à 12h.

  1. Présidente de l’association De l’or dans les mains
  2. Les Échos, La part de l’industrie manufacturière dans le PIB in Une industrie européenne fragilisée par de multiples chocs, Guillaume de Calignon, publié le 1er février 2023
  3. Circulaire du 7 septembre 1962 qui a pour objet l’Enseignement de la technologie (BO du 17-9-62), complétée par les instructions du 1er juillet 1963 « Enseignement de la technologie dans les classes de quatrième et de troisième modernes » (BO du 11-7-63).
Voir les commentaires (15)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (15)
  • les libéraux sont contre les programmes d’état.

    c’est réformer la secu ou la retraite par répartition..
    avec les programmes ont perd un peu beaucoup la capacité d’apprecier si le programme est bon.. on ne peut pas le comparer…

    le contenu d’un enseignement est une spéculation sur le monde futur et les capacités du mouflet sous la contrainte des moyens matériels disponibles aux parents.. et en tenant compte des souhaits du mouflet!!! être heureux ça importe!!!! (en fait c’est même determinant la capacité à souffrir maintenant pour souffrir moins plus tard )..

    pas simple…
    exemple personnel du système français sans responsabilité financière,
    parents modestes.. j’avais exprimé le souhait du manuel.. cuisinier , on m’a dit peu ou prou non ..fais des études longues tu as largement les capacités à « réussir » ses études »..et elle te conduiront à un bon boulot.. ( subjectif)..
    remarque un prof pense que devenir prof est « bien »..
    j’ai donc fait des études longues…sans aucune motivation.. sans faire le moindre effort d’ailleurs..sans même me poser de questions sur ce que serait ce bon boulot…!!! mes parents s’estimant non aptes à juger..on fait confiance à cette mise sur rail.. cette programmation..et « gratuite ».. le seul mécanisme disponible pour éviter l’impasse est la sortie du système par l’echec.. or le système est peu exigeant en niveau!!!! et en exigence de travail..
    je n’ai perdu « que » beaucoup de temps…

    les profs sont payés de toutes façons…le ministres passent…les hauts conseils à l’education itou…

    • les autres ont payé mes études… !!!!!
      moi j’ai perdu mon temps…
      mais je ne me sens pas coupable;.

      c’est le problème quand on ne paie pas pour ce qu’on utilise.. et quand on accorde la confiance dans des gens.. qui ne sont pas sanctionnés par l’ échec .. selon leur propre conception l’échec..

      normalement pas besoin de pousser au travail manuel..

      ceux qui ont choisi le manuel doivent rire des diplômés .universitaires qui font la plonge ou ne sont pas payés comme ils le pensaient ou respectés comme ils pensent le mériter . mieux qu’un plombier .et se plaignent;.
      et les gosses VONT vers le manuel sans qu’un crane d’oeuf leur explique;. ‘ car le crane d’aouef ne devra supporter l’echec. car des échecs adviennent..

  • Quand est-ce qu’on arrêtera de parler de métiers dits « manuels » ? Beaucoup de ces métiers demandent autant de réflexion que des métiers de service …
    Quand est-ce que l’on comprendra que les métiers de l’industrie sont au moins aussi qualifiés ?
    Quand est-ce qu’on montrera d’autres métiers dans les médias que la cuisine (surtout avec des grands chefs de brigade…) ?
    Quand est-ce qu’on comprendra que les métiers dits de « bureau » ou de services ne sont pas si enrichissants qu’en apparence? Combien d’activités de bureau de plus en stéréotypées, automatisées, hyperbordées par des procédures informatisées? On voit de plus en plus une armée de robots casqués de téléphones et les yeux rivés devant un écran …
    En attendant, énormément de perte de souveraineté dans l’industrie et … dans l’agriculture (de plus en plus d’importations en viandes (bœuf, poulet), fruits , légumes,…).
    Nous avons une « chance » énorme : le pays s’est transformé en réserve de touristes et en parcs de loisirs.

    • et intellectuels alors… on tiet un crayon une craie tapote sur son clavier;.
      et d’intelligence artificielle tiens…

      si vous faites disparaitre cette fausse dualité des métiers concept , un autre système qui tend a discriminer apparaitra.. donc ce n’est pas important.. c’est les « privilèges qui vont avec le cas échéant..

      les intellectuels pensent « mériter » du pouvoir;.

  • Et si on réintroduisait aussi les pratiques d’apprentissage intellectuelles en cessant de faire croire que la connaissance est innée.

    • hmm ..de façon stricte… on « sait » respirer de façon innée..
      tandis que connaitre des tas de trucs n’a pas d’autre interet que de le savoir;.et d’avoir aussi devoir fait des efforts pour le faire;.

      ici la finalité de l’apprentissage importe..

      -2
      • hmmm… la remarque que je commente a du sens..mais manque de précision..or ça la rend bancale;..

        En effet l’essnentiel de ce qu’on sait n’est pas inné…quoique que je répète pour taquiner ,on sait respire de façon innée ..

        mais l’essentiel de ce qu’on apprend à l’ecole ne sert à rien de façon directe..
        sauf l’habitude du travail..

        vous ne résolvez pas la question

        Que leur apprendre..???
        vous dites juste il faut apprendre ..par coeur pour caricaturer;.
        certes..

        Il me semble que justement les pires légions de crétins diplômés inemployables qui sortent des facs..sont des gens qui ont » appris » des disciplines qui flirtent avec les pseudo sciences.. ils ont lu et appris..des conneries..

        quand va-t-on accepter que l’education orientée vers « une réussite « est essentiellement une speculation!!! d’ailleurs que veut on??? réussite personnelle? professionnelle? etc..
        la modestie l’humilité et surtout les mécanismes d’autocorrection..pas les « gourous » ou savants..

        la pédagogie c’est comme la nutrition..il y a du vrai… mais à condition que l’individu soit pris en compte pas forcé à la norme…
        ajoutez la pédagogie non individuelle aux théories économiques constructivistes ..croissance décroissance.. typiquement mais aussi industrialisation..
        il faut former des ingénieurs!!! ou je ne sais quoi..
        et oubliez la liberté.

        • remettre les parents à leur place.. la première.
          faire si besoin.. que les « bons « parents se renseignent auprès de praticiens de l’orientation reconnus par le marché.. comme on se renseigne pour une retraite par capitalisation..

          faire que les enfants qui échouent ne puissent pas se poser en victimes systémiques..mais l’echec ça arrive..

          je me suis retrouvé, 1993, un jour entouré de docteurs et docteurs ingénieurs en physique qui couinaient car ils ne trouvait pas de boulot et qu’ils avaient fait tout ce qu’on leur avait dit de faire pour « réussir  » ..ils exigeant qu’on leur donne du boulot!!!

    • D’accord, mais comme il faudrait commencer par les enseignants, comment faire ? Est-ce qu’on a le score de nos enseignants aux tests PISA ?

      • d’accord mais pisa n’est pas la finalité de l’apprentisaage;..
        pisa .c’est juste une référence absolue.je peux constater que le système se détériore..en terme de score pisa..mais il me faut , si j’accepte de pense global et national, aussi corréler pisa..à quelque chose qui importe..mettons pour un collectiviste constructiviste le pib.. on sait ce que le culte du pib peut générer..
        un gosse qui se suicide car il échoue à ses études.. un autre qui réussit et a une vie qui l’nnuie, voire le déprime;..mais plus généralement l’absence de controle de sa vie. l’impression d’etre un pion. un rouage..

        sauf que…pour unliberal ce qui va importer est la liberté de choix..

  • Il est vrai que les enseignants et aussi les parents méprisent les orientations dites manuelles et n’encouragent pas les élèves à leur accorder de la valeur. En fait, ils ne dirigent vers ces voies que les élèves qu’ils jugent médiocres sans se rendre compte des dégâts qu’ils créent, et c’est vraiment un très gros défaut du système éducatif français qui nuit non seulement au pays mais surtout aux futurs adultes dont ils ont la charge.

    • @Mariah ce n’est pas du mépris , c’est de la méconnaissance. Alors face à un enfant dont on sait qu’il aura un bon travail bien payé en faisant ses études facilement ou l’incertitude d’un métier artisanal , eh bien le choix est souvent fait . Ne pas oublier non plus que les métiers artisanaux n’ont pas été épargnés par les changements (ex le métier de la joaillerie ). Nous avons une amie qui est couturière dans un endroit prestigieux , c’est un métier passion , mais elle est au smic et le restera . Je connais des jeunes qui ont fait des études brillantes et se reconvertissent dans l’artisanat , j en connais d’autres qui ont repris les études après avoir été déçus du métier d’artisanat choisi . Que dire aussi des filières Staps sur saturées , qui conduisent la plupart du temps à une impasse .. Le rôle de l’école pour moi est de former les élèves aux bases , certainement pas de les orienter

      • mais les bases …ce n’est pas si trivial l’incertitude profonde sur l’avenir de la société..doit inciter à la modestie.. meme pour ce qui semble des bases..
        écrire lire compter mais aussi NORMES d’interactions sociales;. ok..état de droit .libertés individuelles etc pour un parent liberal..
        parce que ce sont des valeurs à inculquer dans une société dite libérale;.

        mais au delà…
        les métiers manuels tels la coutures sont limités en rémunération par la quantité de gens à laquelle vous rendez sevirce..et la compétition des machines..

        la couture pour le « commune « en effet..vu le prix des fringues;..
        mais il y a d’autres métiers manuels..et d’autres cibles que le commun.

  • la liberté educative est avec la liberté d’expression non négociable pour un libéral me semble t il..
    vous cédez , et la mécanique étatique ne met en marche et bouffe tout;.

    aussi quand je lis ce genre d ‘article… j’ai un problème…je n’ai plus de bases de raisonnement solide.. je dois penser le nous là où il est illégitime du point de vue libéral..

  • Bon quelques points rapides sur “l’industrie” où je travaille et qui ne sont pas mentionné.
    1 ) On tourne énormément avec des intérimaires et un truc très marrant c’est que l’entreprise reçoit souvent des ouvriers “gratuits” : des migrants dont le salaire est payé par la région ou le département ou que sais-je
    2 ) Donc ces migrants à l’argent magique, ils ont trois semaines pour tenir un poste mais l’intérimaire français il n’a que trois jours car il est payé par l’entreprise, pas par le quoi qu’il en coûte ou autre distribution magique de l’État qui paye
    3 ) et évidemment l’intérimaire français il aura les postes les plus difficiles car sinon les argentiers magiques eux n’y arriveront pas. Et les intérimaires ne sont même pas payés plus que les permanents ce que je trouve scandaleux
    4 ) mais il est vrai que beaucoup d’industries sont situées loin des grandes villes, à genre 10min en voiture ou 15min en voiture. Et que ça ne recrute pas seulement des intérimaires mais aussi des juristices, logisticiens, ingénieurs… En comparant le salaire au coût de la vie, en vérité c’est pas du tout mal payé

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

60 210 entreprises françaises de tout horizon sont entrées en procédure de défaillance ou de cessation de paiement sur un an à fin mai, selon les données publiées en juin par la Banque de France. Le cas des PME inquiète particulièrement. Et la folie des projets économiques présentés pendant la campagne ne peut qu’inquiéter dans la perspective d’une coalition de bric et de broc.

Par Lionel Roques, président fondateur du groupe familial indépendant Franco European.

 

Vers une dissolution des entreprises privées indépendan... Poursuivre la lecture

Cet été, Contrepoints vous propose une série d'entretiens sur le libéralisme avec plusieurs de nos auteurs et des invités spéciaux. Jean-Baptiste Noé est docteur en histoire économique, professeur de géopolitique et d'économie politique et rédacteur en chef de la revue Conflits.

 

Comment définissez-vous le libéralisme ? 

Le libéralisme est une pensée du droit. Il repose sur la primauté de la personne et la reconnaissance du droit naturel d’où découle le droit positif.

Le libéralisme est d’abord une réflexion ... Poursuivre la lecture

Diafoirus a une nouvelle idée : il faut reconquérir le mois de juin. Entre les examens de bac, les corrections, les formations, les cours d’un élève de seconde s’arrêtent début juin, après un mois de mai déjà largement gruyère.

« Reconquérir le mois de juin », cela ne signifie pas dispenser des cours et mettre les élèves dans les lycées, non. Cela signifie faire faire à d’autres le travail que l’Éducation nationale ne fait pas. L’idée est donc toute trouvée : demander aux élèves de classe de seconde d’effectuer une semaine de stage, en... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles