Comment la concurrence a donné du goût à la bière américaine

L’étude du marché des brasseries aux États-Unis montre qu’une dérégulation entraîne une augmentation massive de la concurrence sur un marché, accompagnée d’une élévation de la qualité des produits.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Comment la concurrence a donné du goût à la bière américaine

Publié le 23 février 2018
- A +

Par Aurélien Chartier.

Une des critiques usuelles du capitalisme dérégulé est qu’il fausserait la concurrence en laissant aux gros acteurs du marché les coudées franches pour écarter leurs petits concurrents. Il faudrait par conséquent mettre en place une réglementation forçant une concurrence «équitable».

J’ai déjà évoqué dans un article précédent les dangers de ce type de régulation, à savoir que les grosses entreprises pouvaient se permettre de pousser l’introduction de réglementations coûteuses à respecter et que par conséquence, elles seraient les seules à pouvoir y être conformes. L’élévation du coût d’entrée sur ce marché finit par réduire la concurrence au sein de celui-ci.

Mais qu’en est-il alors de l’argument initial que la concurrence est faussée dans un marché complètement libre ? On entend ainsi souvent qu’il est possible pour un gros acteur de vendre à perte pendant un certain temps afin de faire couler ses petits concurrents et de s’assurer une position de monopole.

Si l’argument semble solide au premier abord, on se rend vite compte qu’il ne tient guère compte de l’aspect temporel et qu’une telle stratégie commerciale serait insensée sur le long terme1.

La dérégulation au service du consommateur

Il est ainsi impossible de trouver un exemple de société ayant utilisé ce type de manigance avec succès. Au contraire,  l’étude du marché des brasseries aux États-Unis montre qu’une dérégulation entraîne une augmentation massive de la concurrence sur un marché, accompagnée d’une élévation de la qualité des produits.

Le cliché courant que l’on peut entendre sur les bières américaines est particulièrement négatif : elles seraient toutes des bières blondes légères et sans goût. Auquel on ajoute régulièrement le dédain usuel français envers tout ce qui vient d’Outre-Atlantique.

Ma première expérience d’achat de bières aux États-Unis fût donc particulièrement stupéfiante : des dizaines de marques différentes, des styles de bières dont je n’avais jamais entendu parler, des designs marketing rivalisant d’inventivité…

Et on se rend vite compte que la plupart de ces bières sont locales et qu’il suffit d’aller dans la ville suivante pour avoir de nouveaux choix. Enfin, les Américains ont une culture de la bière avec une abondance de termes qui n’est pas sans rappeler une dégustation de vin en France.

Ce qui a changé la donne

Pourtant, la réputation américaine n’est pas si loin de la réalité historique. Dans les années 70, Budweiser régnait en maître sur un marché domestique famélique. Après des décennies de consolidation à la fin de la prohibition, il ne restait plus que 44 brasseries en 1979.

Coors, qui n’était vendu que dans 11 États de l’Ouest se voyait revendu au marché noir jusqu’à 3 fois son prix initial au New Jersey ou au Tennessee. La date qui a tout changé ? Le 14 octobre 1978, quand le président Carter signe la loi H.R. 1337. Un amendement de cette loi permet à chaque foyer de brasser jusqu’à 200 gallons de bière exempts de taxes.

Si les effets de cette loi sont lents à se faire sentir, ils ont au final un effet boule de neige aux chiffres spectaculaires. En 2009, les États-Unis comptent 1463 brasseries. On passe la barre des 2000 en 2012. L’an dernier, on répertoriait 5301 brasseries, dont 3132 micro-brasseries, 1916 brasseries pubs et 186 brasseries de taille régionale !

Ces chiffres sont d’autant plus impressionnants que ce marché est actuellement en phase de consolidation avec de nombreuses petites brasseries rachetées par de grands groupes.

Ainsi, Elysian fait désormais partie du groupe Anheuser-Busch (Budweiser), tandis que Lagunitas s’est fait racheter par Heineken. Une situation assez ironique dans le cas de Budweiser dont le groupe avait diffusé une publicité se moquant des bières artisanales lors du Super Bowl 2015.

Diversité des bières artisanales

Au-delà de ces chiffres, la diversité des bières artisanales est également impressionnante. Si les IPAs ont tendance à dominer, on trouve des dizaines d’autres styles, parfois donnant une seconde vie à des styles européens quasiment disparus (les Porters baltiques), parfois partant dans des directions complètement nouvelles (les bières au jalapeño).

Cette situation florissante est en réalité un simple retour aux sources pour le marché américain. En 1872, on comptait 3421 brasseries aux États-Unis (soit 17 fois plus qu’aujourd’hui si on rapporte à la population de l’époque !). George Washington et Thomas Jefferson, premier et troisième président, s’adonnaient aux plaisirs du brassage amateur.

La Prohibition mit bien entendu un coup d’arrêt violent à cette situation. Puis, en 1935 le Federal Alcohol Administration Act interdisait les brasseries amateurs, le délit étant passible de 5 ans de prison et une amende de 10.000 dollars. Autant dire que le changement de législation de 1978 fût une bouffée d’air frais dans un marché on ne peut plus morose.

Si l’avenir semble prometteur, de nouveaux bouleversements pourraient arriver prochainement avec la légalisation de plus en plus répandue de la marijuana en Amérique du Nord.

Ainsi, Coors déclarait récemment considérer la marijuana comme un « facteur de risque » pour leur activité commerciale. Du côté de Constellation Brands (Corona), on a préféré prendre les devants en investissant 245 millions dans Canopy Growth, le leader Canadien du secteur.

Du côté des micro-brasseries, on ne se déclare pas inquiets, en notant qu’il n’y a pas eu d’impact au Colorado, un des premiers Etats à légaliser complètement la marijuana. Difficile donc de prévoir l’avenir du secteur. Peut-être tout simplement l’apparition de bières infusées au cannabis ?

 

  1. Murray Rothbard, L’homme, l’Économie et L’État, chapitre 10 pour une critique plus détaillée de cet argument.
Voir les commentaires (7)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (7)
  • Bonjour,
    Pour l’ouverture, le bienfait de la dérégulation et non sens de la prohibition, entièrement d’accord. Juste une petite précision qui n’est pas en rapport avec le thème mais avec l’histoire de la bière. L’exemple de cette marque porte un ombre sérieux. Les Américains n’était pas obligé pour autant de détourner la marque Budweiser. C’est le plus ancien conflit commercial, voir : https://fr.wikipedia.org/wiki/Budweiser .
    Etant Tchèque d’origine (et juste un peu chauvin) et consommateur régulier de la vrai bière de Budweiser(nom d’une ville tchèque où la bière a été produite depuis 16e siècle et exportée vers l’Amérique à la fin du 19e) goutant aussi la Bud, je puis vous confirmer que la vraie Budweiser n’a rien de la ‘légèreté’ des plagiats américains. Les Tchèques se sont battu pour la marque et logo et ont gagné une centaine de procès et les accords ont été signés, les Américains doivent utiliser le marquage Bud ou Czechwar, du moins en UE s’est respecté à priori.

  • Inutile de chercher de la variété dans la « bière » au USA.
    La Belgique serait un meilleur choix de comparaison tout en étant un pays voisin.
    J’aurais aimé ce même article validé par la comparaison avec notre voisin.

    • Je suis Belge, vivant depuis 7 ans près de Denver au Colorado. J’avais tendance aà être un peu chauvin en matière de bière et je dois dire que je n’ai plus acheté une bière Belge depuis longtemps, tout simplement parce que je n’ai pas fini de faire le tour de tout ce qui est proposé ici (loin de moi l’idée de dire que les bières Belges sont moins bonnes, mais ce qu’on trouve ici est d’un niveau équivalent avec une dose de créativité en plus et un vrai respet pour ce qui est fait dans des pays comme la Belgique). Le marché local ici a littéralement explosé durant les dernières années, tous les mois on a une nouvelle brasserie qui est inaugurée sans qu’aucune n’ait fermée (on pourrait croire que le marché est en saturation, il n’en n’est rien). Vu le numbre de brasseries, elles se sont toutes spécialisées (sours, IPA, Porter, Barrel Aged Stout, etc) et on assiste a une explosion en matière de choix et d’expérimentation, avec des évènements attendus par les amateurs. Une très chouette scène, très créative, variée, plein de business (et de fournisseurs) qui se créent. Plus récement ce sont les micro-distilleries qui ont la cote.

  • Je ne sais pas si c’est un hasard mais votre article tombe tellement avec ce qui est en train de se passer en France en ce moment. Pour la deuxième année consécutive, la consommation française de bière est à la hausse après avoir baissé pendant 30 ans. Le même phénomène décrit dans votre article aux USA est en train de prendre forme en France.
    Or, l’Association Brasseurs de France, lobbying national des brasseurs industriels utilise avec habilité ces derniers bons chiffres de la consommation pour annoncer dans le même temps la création d’un label « Profession Brasseur » destiné bien entendu a ralentir le phénomène de pénétration sur le marché brassicole français.
    Alors je ne sais vraiment pas si le timing est volontaire mais c’est brillant. Merci pour cela.
    Thomas Barbera, @HappyBeerTime

    • Sans avoir l’information sur ce fameux « label », effectivement, je note aussi une explosion des petites brasseries en France, après une période (des années 50 aux années 90 à la louche) de grosse consolidation du marché derrière les quelques leaders industriels (Anheuser-Busch, Heineken, Danone à l’époque, remplacé par Carlsberg aujourd’hui…), les micro brasseries locales ont explosé et ont de plus en plus pignon sur rue. Et leur place dans les linéaires des supermarchés.

  • L’appétence de la jeunesse américaine pour la drogue, chez eux pas de fête sans drogue, est incompréhensible car il est difficile de s’amuser lorsqu’on est dans un état d’hébétude complet.

  • J’ose une comparaison c’est aussi ce qui se passe dans l’agriculture avec le bio ou autres productions locales producteurs/clients, sans le militantisme pour l

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Vibhu Vikramaditya.

L'annulation de l'arrêt Roe v. Wade est une décision historique qui confirme le principe le plus élevé d'une république. Une république naît de la liberté d'association, de la même manière que les individus se regroupent pour former une famille, que celles-ci se regroupent pour former une communauté et que les communautés se regroupent pour former une société.

Dans une situation idéale de gouvernance fondée sur la loi, ceux qui donnent la loi et ceux qui la respectent doivent être les mêmes, car ce n'est ... Poursuivre la lecture

Aux États-Unis comme ailleurs, la novlangue corrompt de plus en plus le langage. Sous l’impulsion de la mouvance woke, on s’efforce de complètement redéfinir des mots afin d’excuser leurs pires exactions.

On croyait le secteur de l’économie protégé de ces inepties. C’est grandement sous-estimer la stupidité des politiciens…

En effet, selon les définitions classiques, les États-Unis sont entrés en récession après un second trimestre de croissance négative du PIB. Ce fut le cas depuis des décennies, y compris sous la présidence de... Poursuivre la lecture

Par Julien Pomarède.

« Régénérée », « revitalisée », « ressuscitée » : les adjectifs ne manquent pas pour qualifier le retour de premier plan de l’OTAN depuis le début de l’agression de l’Ukraine par la Russie le 24 février 2022.

L’idée d’une renaissance de l’OTAN tire sa crédibilité d’un constat simple. Après deux décennies d’errements dans le bourbier afghan, l’Alliance retrouve sa mission historique : dissuader une attaque conventionnelle d’un État tiers – qui plus est de l’ancien ennemi, la Russie – contre ses membres.

<... Poursuivre la lecture
Voir plus d'articles