Non, les entreprises ne sont pas près de disparaître !

Loin d’annoncer la fin de l’entreprise, le développement du travail indépendant serait plutôt son renouveau, sa reformulation.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 1
Partenariat - Entreprise - Personnel (image libre de droits)

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Non, les entreprises ne sont pas près de disparaître !

Publié le 20 février 2023
- A +

Par Philbert Carbon.
Un article de l’IREF

Il se crée de plus en plus d’entreprises en France mais cela ne serait qu’une illusion.

En effet, plus de 60 % d’entre elles sont le fait d’autoentrepreneurs, c’est-à-dire de travailleurs indépendants. Ce ne sont pas de « vraies entreprises ». D’ailleurs celles-ci seraient appelées à disparaître, tout comme le travail. Info ou intox ?

En 2001, le patron d’Alcatel, Serge Tchuruk, défrayait la chronique en annonçant, dans un entretien au Wall Street Journal, vouloir faire de son entreprise un groupe « sans usines ». Poussée jusqu’au bout, la logique voudrait que cette entreprise finisse par être aussi sans salariés. À vrai dire, Tchuruk n’avait pas entièrement tort puisqu’aujourd’hui Alcatel n’existe plus. Après sa fusion avec Lucent Technologies en 2006, elle a été absorbée par Nokia en 2015.

L’idée que le salariat – et par conséquent l’entreprise entendue comme la « mise en œuvre de capitaux et d’une main-d’œuvre salariée en vue d’une production ou de services déterminés » – va disparaître est revenue dans l’actualité à la faveur de ce qu’on appelle l’ubérisation.

On le sait, les plateformes collaboratives numériques, comme Uber ou Airbnb, ne fournissent pas elles-mêmes les prestations mais se contentent de mettre en relation des indépendants à même de les offrir à des clients à la recherche de ces biens ou services.

 

Le développement du travail indépendant

La mise en place du statut d’autoentrepreneur en France en 2008 a favorisé cette « économie de plateformes ». Après s’être développé essentiellement dans le transport, la logistique, l’hébergement et la restauration, l’autoentrepreneuriat s’étend aujourd’hui dans les services aux ménages, le soutien aux entreprises et même l’industrie. En 2022, 61 % des entreprises créées en France (1,072 million d’immatriculations au total) étaient des autoentreprises (656 000, soit + 2,8 % par rapport à 2021).

L’autoentrepreneuriat a sans doute aussi profité du développement du télétravail engendré par les confinements de la pandémie de covid. Les salariés, ayant goûté à l’indépendance, rechigneraient désormais à retourner au bureau et préfèreraient créer leur propre activité. Le phénomène de la « grande démission » en serait une illustration.

Enfin, les nouvelles technologies – de l’imprimante 3D à l’intelligence artificielle en passant par la robotisation – favoriseraient la disparition des emplois salariés et par conséquent obligeraient tout un chacun à créer son propre emploi… s’il le peut. Cela conduit certains oiseaux de mauvais augure, tel Daniel Susskind, professeur d’économie à Oxford et au King’s College, à prédire pour un avenir proche « Un monde sans travail », les avancées technologiques raréfiant les tâches à effectuer et privant les actifs de travail ! Il n’y aurait alors plus d’autre issue que de mettre en place le revenu universel, un droit à la paresse généralisé qui nous plongerait dans la pauvreté.

Tristes perspectives !

 

La nature de la firme

Nous avons du mal à croire à cette fable, convaincus que les besoins humains sont infinis et que par conséquent le travail aussi à condition qu’on laisse les entrepreneurs (ou les autoentrepreneurs) entreprendre.

Dans un texte de 1937, intitulé « The Nature of the Firm », le futur prix Nobel d’économie Ronald Coase, se demandait pourquoi il existait des entreprises. Il expliquait qu’échanger sur un marché entraîne des « coûts de transaction » (collecte de l’information, négociation des contrats, etc.) qui peuvent être élevés. Bref, contrairement à ce que croient les économistes néoclassiques, les agents économiques ne disposent pas toujours d’une information complète, pertinente et gratuite dans un monde parfait. Le marché a un coût. C’est pourquoi les chefs d’entreprise ont finalement préféré signer des contrats de travail plutôt que de recruter chaque matin des travailleurs journaliers. De même, ils ont intégré leurs fournisseurs. Et ils ont réuni tout le monde dans un même lieu pour s’assurer de la qualité du travail effectué, optimiser l’utilisation des machines et coordonner les activités de chacun. En créant une organisation, l’entrepreneur réduit les coûts de transaction.

Le développement du travail indépendant ne met-il pas à mal la théorie de Coase ? En d’autres termes, l’autoentrepreneuriat n’est-il pas en train de tuer l’entreprise ?

Non, bien au contraire car si, en créant une organisation, l’entrepreneur réduit les coûts de transaction, il se prive aussi de la concurrence des marchés. Lorsque d’une part le coût de la gestion des employés augmente (à cause des taxes et de la réglementation) et que d’autre part les coûts de transaction sur les marchés baissent (grâce aux plateformes) il est donc logique que l’entrepreneur s’éloigne du salariat pour traiter en direct avec des autoentrepreneurs. On peut dire que l’économie de plateformes conforte plutôt la théorie de Coase.

 

Les contours de l’entreprise sont redessinés

Cette évolution est d’autant plus logique que les autoentrepreneurs parviennent eux-mêmes à « s’auto-organiser » pour pouvoir mieux concurrencer les entreprises traditionnelles. Par exemple, les cafés coworking, nés dans les années 2010, qui ont souffert pendant les confinements, retrouvent une nouvelle jeunesse précisément parce qu’ils facilitent les rencontres et les échanges entre indépendants.

Surtout, une étude réalisée par Collective.work et Shine montre que les collectifs de freelances ont le vent en poupe. De quoi s’agit-il ? De travailleurs indépendants qui allient leurs compétences avec l’objectif de concurrencer les entreprises de services.

À mi-chemin entre l’entrepreneur individuel et l’entreprise, le collectif de freelances entend profiter des avantages des deux solutions sans leurs inconvénients. Il combine la liberté et l’autonomie du freelancing avec le professionnalisme et la force de frappe de l’entreprise. Composées d’experts aux compétences complémentaires, ces petites équipes agiles, décentralisées et pluridisciplinaires viennent concurrencer des entreprises parfois de grande taille.

Aujourd’hui, selon les chiffres de l’étude citée, 70 % des freelances souhaiteraient davantage collaborer avec d’autres indépendants. En efet, on remarque que le collectif permet de travailler sur des projets de plus grande envergure, d’avoir un taux journalier de facturation plus élevé (+ 50 %), de rompre la solitude et d’apprendre des autres.

Dans leur étude, Collective.work et Shine ont comptabilisé 35 collectifs de freelances aujourd’hui en France. Ils estiment que ce nombre va être multiplié par neuf d’ici 2028 pour atteindre plus de 300 structures.

Les collectifs de freelances séduisent aussi de plus en plus les entreprises car elles leur permettent de s’offrir les services d’une équipe prête à l’emploi, composée d’experts affirmés, de gagner du temps (en évitant les frictions internes) et de rester flexibles (en adaptant les ressources en fonction des besoins et des résultats). Bref de diminuer les coûts de transaction.

Loin d’annoncer la fin de l’entreprise, le développement du travail indépendant serait plutôt son renouveau, sa reformulation. Car c’est aussi le rôle des entrepreneurs que de réinventer chaque jour leur entreprise pour qu’elle soit le plus adaptée possible aux besoins des clients.

Sur le web

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • Matière à réflexion, merci.
    Combien d’Indépendants dans un Collectif: 5? 10? 50? 100?
    Quis custodiet ipsos custodes: qui coordonne les Indépendants? Comment?
    Des liens pour mieux connaître détails & retours d’expériences?
    Par avance merci.

  • « Tchuruk n’avait pas tord ». Effectivement il a transformé le fleuron mondiale français des Télécom en entreprise qui a fait faillite. De 130.000 emplois dans les années 80, l’entreprise est passée à 0. Même son PDG à dû partir : une entreprise sans usine n’a même plus besoin de PDG (l’action, avant d’être rachetée par Nokia était passée à quelques centimes de francs français). Dans le monde capitaliste, une entreprise qui ne produit rien disparaît (à noter que ce n’est pas le cas dans un monde communiste ou fonctionnaire : ne rien faire permet d’augmenter sans perte d’emploi son ratio salaire/travail qui peut même tendre vers l’infini – si travail tend vers 0 – comme c’est le cas de la fonction publique en France).
    Et les entreprises comme EDF, Thalès, Airbus, Selentis, etc ont besoin de personnels permanents car leur développement dépend de la connaissance collective et et du transfert des connaissances de ses salariés.
    Vous pouvez prendre 200 ingénieurs débutants en Afrique et les mettre ensemble pour concevoir un avion de ligne, ils n’y arriveront jamais avant 50 ans.
    L’auto-entrepreneur est un statut tellement enviable que tous ceux qui en sont chez UBER, l’attaquent pour être requalifiés en salariés. Pourtant, les chauffeurs UBER n’ont pas d’objectifs ni de connaissances communs à partager pour avoir un job efficace.
    L’auto-entreprenariat ne remplacera pas le salariat et vice versa. Il y a besoin des 2 modèles selon le travail.

  • « En créant une organisation, l’entrepreneur réduit les coûts de transaction. » Oui mais il en crée d’autres, les coûts d’administration, qui deviennent énormes à partir d’une certaine taille. Sans oublier que si un décideur peut faire des conneries, une méga-décideur peut lui faire … des méga-conneries.

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

60 210 entreprises françaises de tout horizon sont entrées en procédure de défaillance ou de cessation de paiement sur un an à fin mai, selon les données publiées en juin par la Banque de France. Le cas des PME inquiète particulièrement. Et la folie des projets économiques présentés pendant la campagne ne peut qu’inquiéter dans la perspective d’une coalition de bric et de broc.

Par Lionel Roques, président fondateur du groupe familial indépendant Franco European.

 

Vers une dissolution des entreprises privées indépendan... Poursuivre la lecture
1
Sauvegarder cet article

 

Créé en 2008 par Hervé Novelli, le statut d’auto-entrepreneur a rencontré un grand succès avec près d’un million de membres.

Conçu pour dynamiser la création d’entreprise et donner plus de souplesse au secteur économique, il avait deux grands avantages : facilité de création et de gestion et simplification fiscale.

Quelques démarches sur le site internet dédié permettent de créer une micro-entreprise, ce qui est beaucoup plus rapide que de passer par le greffe.

Une fiscalité allégée, avec une flat tax de 20 ... Poursuivre la lecture

Emblématiques des nouvelles pratiques du e-commerce, et alors qu’ils connaissent une forte croissance, les géants Temu et Shein sont actuellement au cœur des débats politiques européens. Au nom de la protection des consommateurs et des enjeux environnementaux, la Commission européenne a déjà commencé à mieux encadrer les pratiques, et la France voudrait faire de même. Mais si les deux groupes sont souvent mentionnés ensemble, Temu et Shein cachent en réalité deux systèmes très différents. Décryptage.

Le raz-de-marée Shein et Temu est t... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles