Finance : comment l’ESG nuit aux agriculteurs

Là où les agriculteurs et les transformateurs agroalimentaires doivent renforcer leur confiance mutuelle et leur coopération, l’ESG creuse un fossé entre eux.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 2
Agriculture (Crédits : US National Archives, image libre de droits)

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Finance : comment l’ESG nuit aux agriculteurs

Publié le 8 février 2023
- A +

Alors que le système de points ESG (Environnement, Social et Gouvernance) à l’usage des investisseurs a connu quelques difficultés l’année dernière, les grands et les petits du Forum Économique Mondial de Davos sont déterminés à faire passer un ESG 2.0 – un jeu de relations publiques d’entreprise plus aimable et plus doux (ce qu’ils appellent maintenant le capitalisme des parties prenantes, « prospérité pour tous »… mignon !). Il y a plusieurs années, j’ai parlé de l’ESG comme d’une sorte de jeu du calmar (squid game), avec un pouvoir anonyme qui impose quotidiennement des changements de règles arbitraires que les entreprises doivent observer pour que leurs actions restent cotées dans un large éventail de fonds négociés en bourse (ETF – Exchange Traded Funds) axés sur la durabilité.

Ces obstacles se sont resserrés et, dans le cas de l’industrie agroalimentaire, ont ainsi percolé le long de la chaîne de valeur jusqu’aux agriculteurs. Les scores ESG des fabricants de produits alimentaires dépendent désormais de la capacité des agriculteurs à produire de manière écologique les aliments et les matières premières destinés à leurs transformateurs en aval (tout, de la frite à la salade, en passant par l’édulcorant, doit désormais être conforme aux objectifs ESG d’une entreprise). Cela m’inquiète car les agriculteurs sont rarement traités équitablement par la chaîne de valeur alimentaire. Le fait que l’ESG soit un processus sans fin d’« améliorations » imposées par des personnes qui comprennent mal les défis de l’agriculture signifie que l’objectif d’une intensification durable (et de la rentabilité des agriculteurs) s’éloigne de la réalité. Mais tant que les agriculteurs pourront atteindre les objectifs imposés par les entreprises agroalimentaires et les détaillants, les actionnaires des entreprises récolteront des bénéfices.

J’ai rencontré récemment un grand groupe d’agriculteurs et la plupart d’entre eux ont fait part du  même problème : l’interférence des ESG de l’aval dans leurs pratiques agricoles devient intolérable. Voici quelques exemples de la manière dont les exigences ESG des fabricants de produits alimentaires nuisent à la capacité des agriculteurs à réussir :

  • Les agriculteurs ayant des contrats d’approvisionnement de transformateurs alimentaires font désormais l’objet d’un audit de leur utilisation d’engrais et d’eau (et sont soumis à des objectifs de réduction).
  • Les clients commencent à demander aux fournisseurs d’adopter des pratiques agricoles régénératrices (indépendamment de la culture, du climat ou des conditions de production particulières), éliminant ainsi les autres cultures commerciales sans compensation.
  • Les groupes de développement durable ont des objectifs de réduction des déchets alimentaires qui entrent en conflit avec la façon dont les agriculteurs utilisent les produits de récolte perdus dans les champs.
  • Certains pesticides et produits chimiques, même s’ils ne sont pas interdits sur le marché, font partie des listes de surveillance ESG.

 

L’implication ici est que les agriculteurs qui ont besoin de moins d’intrants (engrais, pesticides, eau, semences modifiées…) auront davantage de valeur dans la course aux points d’investissement ESG. Les agriculteurs devront-ils désormais prendre leurs décisions non plus en fonction de ce qui est le mieux pour leurs cultures ou leurs sols, mais en fonction de ce qui fera briller le directeur des relations avec les investisseurs d’une entreprise lors de la prochaine assemblée générale ?

L’externalisation de l’ESG dans la chaîne de valeur est une manœuvre cynique de l’industrie agroalimentaire pour s’attribuer le mérite des réalisations des autres. Plutôt que de travailler à l’amélioration de leurs propres réductions internes de consommation d’eau et des déchets, les entreprises peuvent revendiquer le succès des normes qu’elles ont imposées à leurs fournisseurs – dans ce cas, les agriculteurs. Un agriculteur m’a dit :

« [Les entreprises]utilisent leur machine de propagande pour dire aux consommateurs les moins éduqués : « Regardez ce que nous faisons faire à nos agriculteurs. » Elles devraient utiliser leur gigantesque machine de propagande pour essayer de détruire l’image selon laquelle les agriculteurs sont stupides. »

Là où les agriculteurs et les transformateurs agroalimentaires doivent renforcer leur confiance mutuelle et leur coopération, l’ESG creuse un fossé entre eux. Qu’est-il arrivé au dialogue ?

 

ESG : mauvais pour l’environnement, mauvais pour le consommateur

Ce n’est pas la première fois que l’obsession des investisseurs pour les critères ESG met à mal le commerce mondial, l’environnement et le développement.

La récente crise énergétique européenne et le sous-investissement dans la transition énergétique ont autant à voir avec les déductions aléatoires de points ESG subies par les entreprises investissant dans des projets de gaz naturel qu’avec l’invasion de l’Ukraine par la Russie (après tout, le gaz naturel est un combustible fossile et ne cochera donc pas la bonne case du comptable). Cette catégorisation juvénile a également restreint les projets énergétiques dans les pays en développement où le financement de tout combustible fossile aurait nui aux notes ESG d’une banque (et aurait pu la faire sortir d’un fonds négocié en bourse (ETF – exchange-traded fund)).

Mais si une notation non sophistiquée évaluait le gaz naturel au même niveau écologique que le charbon, cela n’augurerait rien de bon pour les agriculteurs entraînés à leur insu dans le jeu de points des investisseurs ESG. À un moment donné, quelqu’un dans le bureau d’un cabinet d’audit pourrait être persuadé d’accorder plus de points ESG aux produits biologiques qu’aux produits conventionnels. À ce moment-là, les dirigeants de grandes entreprises agroalimentaires, dans un esprit satirique digne de Dilbert, s’empresseront d’exiger de s’approvisionner uniquement en produits biologiques. Qu’arriverait-il alors aux rendements du maïs américain si, par exemple, les édulcorants devaient être biologiques et sans OGM ? Les décisions ESG stupides prises par des auditeurs naïfs ne vont pas seulement empêcher les agriculteurs d’approvisionner les transformateurs alimentaires ; ces décisions arbitraires prises par les conseils d’administration vont finalement affecter la sécurité alimentaire mondiale.

Je crains que nous nous en rapprochions. Les exigences des entreprises en matière de pratiques régénératrices supposent une approche unique. Bien que je sois un fervent partisan des cultures de couverture et du semis direct depuis plus de dix ans, toute personne ayant travaillé dans une ferme vous dira qu’il existe différents sols, différentes cultures et différents climats qui rendent ces décisions agricoles très sélectives. Forcer tous les agriculteurs d’une chaîne d’approvisionnement particulière à semer certaines plantes de couverture ou à retirer une culture commerciale de la rotation pour atteindre certains objectifs ESG pour le marché de cette entreprise nuit à l’agriculteur (et à l’approvisionnement alimentaire). Pire encore, pour de nombreuses cultures, ils devront investir dans de nouveaux équipements pour adapter leurs pratiques. Les agriculteurs qui ont besoin d’irriguer ou d’appliquer certains engrais ou pesticides devraient pouvoir se demander ce qui est dans le meilleur intérêt de leur exploitation et de leurs cultures, et non pas être obligés de considérer ce qui est dans le meilleur intérêt de l’inclusion d’une entreprise de l’aval dans un ETF ESG arbitraire. Les agriculteurs sont à juste titre frustrés.

« Nous essayons de produire plus avec moins, pas moins avec plus. »

Les agriculteurs ont souscrit à l’objectif d’intensification durable de l’agriculture (obtenir des rendements plus élevés sur moins de terres pour renaturer les sols moins productifs). L’agriculture ESG exige que les agriculteurs produisent moins avec plus d’intrants (et plus de travail). Cette démarche est vouée à l’échec, mais les agriculteurs ne seront pas les seuls à en souffrir. Tout comme la débâcle de l’énergie ESG, les prix des denrées alimentaires vont augmenter.

La réalité est que l’impossibilité de respecter les normes ESG sans cesse plus strictes conduira à une tricherie généralisée (ce que j’ai appelé l’alimentation « biologic ») ou à la non-déclaration des pratiques agricoles nécessaires. Mais cette approche « ne pas demander, ne pas dire » sera en contradiction avec le G d’ESG – gouvernance – qui exige transparence et intégrité.

Pour être honnête, l’ensemble du processus ESG manque d’intégrité.

 

Les petits exploitants ont une petite voix

Et quelles seront les conséquences de cette demande de points ESG par les fonds pour les agriculteurs des pays en développement ?

C’est là que je dois vraiment me retenir de regarder les grands et les petits de la chaîne alimentaire pontifier sur leur extraordinaire mélange de durabilité et de justice sociale. Le « commerce équitable » est la norme en matière d’hypocrisie car les normes de conformité et la bureaucratie de la certification disqualifient la plupart des petits exploitants (ceux qui ont besoin de soutien et de marchés). Heureusement, les personnes soucieuses d’une véritable justice sociale ont cessé d’utiliser cette astuce marketing creuse (bien que certains vautours agroécologistes se nourrissent encore de sa carcasse pourrie).

L’agriculture durable est devenue le nouveau mot à la mode où les idéaux occidentaux en matière d’écologie sont imposés aux agriculteurs de subsistance des pays en développement.

Prenons l’exemple de SIFAV, l’initiative pour le développement durable des fruits et légumes, dont l’objectif est de « promouvoir la durabilité au sein des chaînes d’approvisionnement mondiales, en mettant l’accent sur la réduction de l’empreinte environnementale, l’amélioration des conditions de travail, des salaires et des revenus, et le renforcement des rapports de diligence raisonnable et de la transparence ». Environnemental/Social/Gouvernance. Leur énoncé de mission assure essentiellement aux entreprises qui s’engagent dans ce label de chaîne d’approvisionnement que cela sera suffisant pour obtenir les points ESG très prisés.

Mais les objectifs de réduction liés à la durabilité de SIFAV entraîneront davantage de souffrances ou l’exclusion des petits exploitants des pays en développement qui devront faire des sacrifices pour atteindre les objectifs ESG. Le comité directeur de SIFAV est principalement composé d’entreprises de vente au détail et de transformation alimentaire et de quelques ONG (enfin… le WWF est-il encore une ONG ?). Aucune voix d’agriculteur, d’agronome ou de représentant agricole à la table pour tempérer le zèle de leurs planificateurs stratégiques. SIFAV est géré par IDH – l’initiative pour le commerce durable. En d’autres termes, l’ESG est devenu un nouveau type de commerce équitable, plus complexe – du vieux vin versé dans de nouvelles bouteilles, mais cette fois le vin se transforme en vinaigre au moment où il est imposé aux agriculteurs.

 

Une seule voix… un message simple… coordonné

Je recommande aux agriculteurs de s’unir et d’informer poliment leurs clients urbains, rompus aux relations publiques, qu’ils suivent déjà les meilleures pratiques agricoles possibles en fonction de leurs conditions et défis particuliers, et que l’accent qu’ils mettent sur la qualité des aliments et les rendements durables est plus important que les exigences ESG de certains fonds d’investissement. Les agriculteurs doivent faire comprendre qu’ils sont des partenaires égaux dans la chaîne alimentaire, et non pas un petit joueur qui peut facilement être remplacé s’il ne se soumet pas aux exigences ESG des investisseurs.

Que serait un boulanger sans céréales ? Un boucher sans bétail ? Les dirigeants d’entreprises de transformation alimentaire qui pensent que la nourriture vient de leurs usines doivent passer un peu de temps à la ferme. Le pire contrevenant, Chipotle, dans sa campagne de l’épouvantail, a dépeint les agriculteurs conventionnels qui fournissent la plupart de leurs produits comme sinistres, sans âme et toxiques. Les agriculteurs auraient dû s’unir pour boycotter l’approvisionnement d’une entreprise aussi épouvantable.

J’ai déjà fait valoir que la chaîne de valeur alimentaire doit être intégrée avec un message unique et clair, coordonné et communiqué simplement. C’est exactement ce que fait le secteur de l’alimentation biologique : il se présente comme un organisme unique, avec un seul message (même s’il existe de nombreuses définitions du terme « biologique » et que leur idéalisme soit irréaliste). Tant que l’opportunisme divisera les acteurs de la chaîne alimentaire conventionnelle, les messages seront contradictoires et la confiance sera faible. Les intérêts des agriculteurs doivent jouer un rôle important dans ce message – si des normes ESG arbitraires les empêchent de produire, alors les détaillants et les transformateurs seront incapables de vendre.

Très franchement, en ce qui concerne l’ESG, les responsables des relations avec les investisseurs des entreprises doivent se résigner et laisser leur processus de collecte de points stupides aux réflexions sur les réalisations de la gestion interne de leur propre entreprise. Allez creuser dans vos budgets, achetez un parc éolien et arrêtez d’entuber les agriculteurs. Les agriculteurs méritent le respect, pas des leçons de morale. Les agriculteurs méritent d’être soutenus, pas d’être sacrifiés. Ils ont des choses plus importantes à faire que de s’inquiéter de savoir si les fabricants de produits alimentaires survivent à un autre tour aléatoire d’un jeu du calmar (Squid Game )ESG.

 

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • Agriculture durable, ça me fait rire. L’agriculture est durable tant qu’il existe un agriculteur, that’s all. Et c’est mal partie avec tout ces intervenants cherchant à faire un max de pognon et ce, sans s’assoire dans un tracteur.

  • Félicitations pour votre article. L’idéologie environnementale, dévoyée par une accusation anthropologique du réchauffement climatique, est en train d’interdire aux agriculteurs de faire intelligemment leur métier : produire sainement et en quantité suffisante la nourriture pour les populations. On veut leur interdire les phytos qui protègent leurs récoltes et leur animaux … Que n’interdit-on pas les médicaments qui soignent et guérissent les humains ? La balance commerciale alimentaire devient dangereusement déficitaire, mais on continue à imposer des mesures de restriction qui nous rendent alimentairement dépendants de l’étranger. On voit déjà le résultat avec la dépendance énergétique !

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Quand les ministres découvrent les conséquences de leurs actes...

Le ministre de la Défense, Sébastien Lecornu, est en colère. En cause ? Une banque française refuse de faire des prêts à des PME françaises au motif que celles-ci investissent dans le nucléaire.

« Vous avez des PME qui se voient refuser des financements par une banque de détail bien connue dans le pays au titre de (leur) sous-traitance pour la dissuasion nucléaire, car il s'agirait d'une arme, je cite, controversée. »

Le ministre menace de faire du name and... Poursuivre la lecture

Beaucoup de monde prétend que les variétés récentes de blé sont moins résilientes que les anciennes variétés, qu'elles sont dépendantes des fongicides et des engrais.

Une étude récente casse ce mythe : Wheat myth debunked by a major new study

Rien que la partie Supplementary information regorge de graphiques très intéressants.

Par exemple, ce premier graphique montre au fil des années l'évolution du potentiel de rendement avec ou sans fongicide (phytosanitaires contre les maladies), et avec beaucoup ou peu d'azote.

Le pot... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

La France est le premier producteur mondial de lin. Une culture utilisée dans l’industrie agroalimentaire et le textile. Thread de Christophe B. pour comprendre la culture de cette plante.

Thread de Christophe B à retrouver sur Twitter.

De plus en plus, une culture commence avant même le semis, à travers les couverts végétaux.

Dans le cas du lin, un couvert à base d'avoine est souvent l'idéal. Accompagné de phacélie, c'est encore mieux ; et de légumineuses, c'est le top :

Le semis a lieu durant la deuxième ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles