États-Unis : le sabotage de l’éducation

Dans le domaine de l’éducation et en toute situation, la liberté de choix devrait toujours être la norme.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 3
Photo de Ivan Aleksic sur Unsplash

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

États-Unis : le sabotage de l’éducation

Publié le 31 janvier 2023
- A +

Jamais le choix scolaire n’aura été si important.

Ce n’est un secret pour personne : l’école publique moderne est basée sur le modèle prussien du XIXe siècle. Elle avait pour but de former en masse des citoyens dociles. C’est d’ailleurs de là que vient l’expression anglo-saxonne Toe the line : c’était tellement strict que les écoliers devaient placer leurs orteils derrière une ligne.

Néanmoins, le libéralisme a permis de réformer cette aberration en introduisant des programmes spéciaux pour captiver les différents intérêts de tous – j’ai pu profiter d’un programme de langues à l’école secondaire. Mais sous l’impulsion de la mouvance woke, ces efforts sont sabotés au nom d’une illusoire équité.

Récemment en Virginie, des parents dont les enfants fréquentent une prestigieuse école ont découvert qu’il n’y avait aucune annonce quand ils remportaient des distinctions qui leur auraient été utiles pour leur inscription à l’université. Pourquoi ? Afin qu’ils aient tous les mêmes résultats à tout prix. On ne voulait pas « blesser » les sentiments des écoliers n’ayant pas reçu la récompense…

Relisez lentement le paragraphe précédent. Cette façon d’agir est encore pire que de donner un prix à tout le monde. Qui plus est cette équité pourrait être considérée comme une forme de racisme puisque la majorité des étudiants concernés est d’origine asiatique. Ce n’est pas la première fois que l’équité woke les affecte. Ils ont récemment plaidé devant la Cour suprême que les politiques d’admission des universités les pénalisent parce qu’ils perdent en point « d’oppression. »

 

Un endoctrinement sournois

En plus d’une course vers les bas-fonds de la médiocrité, plusieurs enseignants tentent sournoisement d’endoctriner les élèves avec l’infâme théorie critique des races, ce mélange toxique de marxisme et de relations raciales.

Mais comme ils savent que plusieurs gouvernements bannissent cette ineptie et que les parents critiquent de plus en plus l’enseignement donné à leurs enfants, ils utilisent des mots-code et une novlangue à se faire retourner George Orwell dans sa tombe. Ils profitent également de lacunes apparentes dans la réglementation et profitent d’activités parascolaires ou de cours non-politiques pour pousser l’endoctrinement.

Évidemment, lorsqu’ils sont confrontés à leurs tactiques sournoises, les officiels répondent simplement que la vidéo est une mauvaise représentation de ce qu’ils enseignent vraiment, que c’est de la propagande de droite, etc. La plupart des médias embarquent évidemment dans la partie, préférant la prendre au pied de la lettre plutôt que de lire entre les lignes.

C’est justement ce type de « lecture » qui a incité la Floride à rejeter un cours supposé aborder l’histoire des Noirs. N’en déplaise aux médias, ce cours n’est pas un rejet de l’histoire des Noirs mais bien un rejet d’un programme sans valeur éducative qui traitait de « théorie queer », d’intersectionnalité et de l’oppression inhérente du capitalisme.

 

Laisser les parents choisir

Mais comme les décisions des gouvernements au sujet du curriculum en classe sont rarement une amélioration nette, il existe une solution plus simple : laisser aux parents le choix du lieu de scolarisation de leurs enfants.

En d’autres termes : reprendre le flambeau de Milton Friedman et adresser directement aux parents les fonds que l’État dépenserait autrement à leur place et les laisser choisir le mode d’éducation : école publique, privée, à charte, à la maison : ce ne sont pas les choix qui manquent.

Aux États-Unis, ce flambeau est fièrement (et bruyamment) porté par Corey DeAngelis.

Fièrement parce qu’il milite de toutes ses forces pour allumer le feu de la liberté de choix en éducation. Ses efforts ne sont sûrement pas étrangers au passage récent en Iowa d’une loi étendant grandement cette liberté de choix. Il se bat également pour que l’Arizona ne renverse pas la vapeur sur la vaste expansion du choix scolaire qu’elle avait votée récemment.

Bruyamment grâce à son délicieux sens de la répartie à destination de ses détracteurs. Il emploie leurs épithètes voulues comme dérogatoires, dénonce leur hypocrisie crasse – les anti-choix ont très souvent fréquenté des écoles privées – et dégonfle leur ego surdimensionné quand ils sous-entendent qu’ils ont les enfants. Il rappelle également que dans plusieurs cas des fonds publics envoyés directement aux citoyens peuvent être utilisés n’importe où, notamment Medicare (soins de santé) et les Food Stamps (pour acheter de la nourriture).

Bref, en toute situation, la liberté de choix devrait toujours être la norme. Dans le domaine de l’éducation, elle permet aux parents d’éviter les écoles qui promeuvent la médiocrité au nom de l’équité ou qui tentent sournoisement d’enseigner la propagande marxiste.

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • sabotage de la liberté d’éduquer.SES enfants..

    il n’y pas UNE bonne éducation..on éduque en fonction de ses valeurs..

    un système centralisé n’a pas à être saboté;. il faut des garde fou ou il retire progressivement aux parents le droit d’avoir des valeurs différentes..Il n’y pas à s’etonner si la démocratie tourne en « médiocratie »..surtout si l’égalitarime prévaut…la prétendue méritocratie ne change rien, car elle ne signifie rien le mérite devient l’obéissance..
    c’est l’ed nat qui sabote ..pas le contraire …

    • D’ailleurs ce qui est révélateur, c’est que lorsqu’un ministre parle et martèle qu’il faut inculquer “les valeurs de la république”, il ne cite ne exemple que la “laicité”. Qui n’est stricto sensu pas morale (ou antimorale) mais simplement l’exclusion du prêtre du débat public (à l’Assemblée). Ce n’est pas moral (au sens développé par nos pères philosophes depuis 2000 ans). Kant n’aurait jamais écrit que la laicité fait partie de la morale. Sachant donc que la seule valeur que peut trouver le gouvernement français pour asseoir son autorité c’est la “laicité”, comment en vouloir aux musulmans de faire sécession et d’éduquer à la mode islamique. “Suivre la voie du prophète” c’est morale, être laic est amoral. Le premier est donc supérieur moralement au deuxième. Ceci étant dit, on peut se demander quelle serait l’éducation morale. Et si l’éducation morale ne dévierait pas du principe laic… 🙂

      • l’édcuation nationale est en pratique autoritaire sauf population miraculeusement homogène dans ses opinions et culture..auquel cas…elle ne serait pas NON plus necessaire..

        le seul role légitime pour moi de l’état est en gros..
        dans votre école, l’enfant appris que nous vinons dans un état de droit doté d’une constitution libérale.. principe de justice.. on accuse avec preuve, liberté d’opinion etc;..
        apprendre l’abrtitraire choisi de nos sociétés voire expliquer le choix de cet arbitraire..
        une société où l’innocent est sacré.

        pas de ceux qui ne recyclent pas et roulent diesel pas des méchants. …

  • C’est comme en France. Et les élites mettent leurs enfants dans les écoles privées. Donc l’égalité par le bas, c’est pour les sans-dents. De cette façon on est sûr que leurs enfants ne seront jamais en concurrence avec ceux des élites et ne prendront jamais l’ascenseur sociale. Pap Ndiaye nous l’expliquer très bien : « il assume » la non mixité sociale de ses enfants. Cette mixité c’est pour les sans-dents.

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Diafoirus a une nouvelle idée : il faut reconquérir le mois de juin. Entre les examens de bac, les corrections, les formations, les cours d’un élève de seconde s’arrêtent début juin, après un mois de mai déjà largement gruyère.

« Reconquérir le mois de juin », cela ne signifie pas dispenser des cours et mettre les élèves dans les lycées, non. Cela signifie faire faire à d’autres le travail que l’Éducation nationale ne fait pas. L’idée est donc toute trouvée : demander aux élèves de classe de seconde d’effectuer une semaine de stage, en... Poursuivre la lecture

La masse monétaire augmente à nouveau et la persistance de l'inflation des prix n'est pas une surprise. L'inflation des prix se produit lorsque la quantité de monnaie augmente de manière significative au-delà de la demande du secteur privé. Pour les investisseurs, la pire des décisions dans ce contexte de destruction monétaire est d'investir dans des obligations souveraines et de conserver des liquidités. La destruction du pouvoir d'achat de la monnaie par le gouvernement est une politique, pas une coïncidence.

Article original paru su... Poursuivre la lecture

4
Sauvegarder cet article

Saperlipopette, tout ne se déroule vraiment pas comme prévu outre-Atlantique ! Il était pourtant évident que Trump avait perdu les élections, et qu’il ne pourrait se représenter tant il serait embarrassé par ses ennuis judiciaires ! Mieux encore : son positionnement politique, résolument antiprogressiste, ne pouvait que lui attirer le mépris d’une population majoritairement démocrate, voyons !

En effet, on rappellera que Joe Biden, l’actuel occupant de la Maison-Blanche, a été très officiellement élu avec 81 millions de bulletins, ce q... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles