Le grand suicide collectif de Poutine

Si Poutine est en guerre, ce n’est que contre la morale des nations, la liberté des peuples et la vérité politique. Il part à l’assaut de géants qu’il prend pour des moulins à vent.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 6
Vladimir Poutine (Crédits World Economic Forum, licence Creative Commons)

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Le grand suicide collectif de Poutine

Publié le 20 janvier 2023
- A +

Parmi les nombreuses étrangetés qui signalent le conflit en cours, une des premières à avoir frappé l’opinion mondiale a été l’interdiction faite aux Russes de le qualifier de « guerre ». C’était, annonçait le Kremlin, une « opération spéciale », terme qui ne signifiait rien de précis et auquel personne en Occident n’accorda de crédit, mais dont l’usage fut rendu obligatoire en Russie, au point que ceux qui l’ont dénoncé ont fini en prison pour longtemps. L’armée russe déferlait sur le sol ukrainien, elle tuait, détruisait, occupait, son intention était de conquérir, mais Moscou refusait de reconnaître le caractère purement militaire de son entreprise.

L’interprétation de cette censure fut immédiate et unanime : Poutine voulait faire passer une offensive massive contre un pays voisin pour le nettoyage policier d’une banlieue de non-droit. Il fallut attendre neuf mois pour que se fissure enfin ce mensonge. Le Kremlin assume désormais, du bout des lèvres, la nature de son attaque : Poutine a prononcé le mot « guerre » – une fois. Toutefois, à bien y regarder, il convient de se demander si l’irruption tardive de ce terme dans le discours officiel constitue réellement un alignement du langage officiel sur la réalité. Rien n’est moins sûr car un examen méthodique des caractéristiques de ce conflit obligent à s’interroger sur sa définition.

 

La guerre imaginaire

Le bon sens veut qu’une guerre moderne ait un objectif précis et concret, fût-il funeste ou injuste.

Ici, nous rencontrons immédiatement un premier obstacle. Le but affiché de la « grande guerre patriotique » de Poutine, c’est-à-dire la dénazification de l’Ukraine, est absurde. L’Ukraine n’est ni nationale-socialiste, ni antisémite, elle ne croit pas à la supériorité génétique de la race, elle n’a pas l’intention d’édifier un Reich de mille ans, ni de régner sur le continent européen, et encore moins sur le monde. Volodymyr Zelensky ne se comporte en rien comme un Fürher omniscient et tout-puissant et son peuple n’est pas fanatisé comme a pu l’être le peuple allemand.

Il n’y a donc pas à dénazifier l’Ukraine, ni dans sa structure étatique, ni dans ses idées politiques, ni dans ses symboles. La guerre déclenchée par Poutine est alors la poursuite d’une chimère et, notons-le, d’une chimère grotesque : seuls des Russes dont la propagande a très soigneusement lavé les cerveaux pendant deux décennies peuvent croire que leur armée combat le nazisme – et, en raison de l’incrédibilité de ce scénario, ils sont de moins en moins nombreux à le prendre au sérieux. En somme, la guerre de la patrie russe contre le nazisme ukrainien n’est pas faite de batailles, de victoires et de défaites, mais d’une course effrénée dans le vide : elle n’a d’existence que verbale.

Lorsqu’elle se lance dans une guerre digne de ce nom, une armée met en branle les moyens adaptés à son objectif. Or, dès les premiers jours de l’affrontement, les observateurs ont été frappés par un trait saillant de la stratégie russe : son inefficacité. Poutine projetait de soumettre l’Ukraine en quelques semaines au grand maximum et dès les premiers jours il fut évident qu’il n’y parviendrait pas : rien ne fonctionnait. Embouteillages de blindés, manque de carburant, coordinations ratées, choix tactiques sans queue ni tête : l’armée russe accumulait les bourdes. Non seulement le peuple ukrainien, admirablement mobilisé, fit preuve d’une détermination et d’une organisation inattendues, mais également, et surtout, l’agresseur s’enlisa lamentablement dès la toute première phase de son aventure.

 

Un bilan catastrophique

Certes, Kiev a immédiatement tenu tête à l’offensive et très tôt fait reculer l’ennemi, mais ce dernier a fait preuve d’une impréparation et d’une indigence opérationnelle rares, et c’est la conjonction de ces deux facteurs, – la collision spectaculaire entre la plénitude du courage ukrainien et la vacuité de l’avancée russe – qui explique le mieux l’absence de toute victoire en neuf mois pour Poutine (hormis des portions non négligeables du territoire ukrainien, mais dont près de la moitié ont été reprises depuis).

Certes, l’Occident a fourni à Zelensky nombre d’armements, de fonds et de conseils sans lesquels l’Ukraine aurait eu le plus grand mal à rester debout, mais le Kremlin a commis toutes les erreurs possibles, au point qu’il en est aujourd’hui à dépendre de livraisons clandestines de l’Iran et de la Corée du Nord, états-voyous à la technologie peu glorieuse. La Russie a complètement ignoré la science militaire et l’art de la guerre. L’Histoire énumérera avec le plus grand intérêt les motifs, encore secrets pour le moment, de cette débâcle vers l’avant dès le mois de février.

D’un point de vue humain, le bilan est plus encore étourdissant. Depuis la guerre en Afghanistan, on savait à quel point les troupes russes pouvaient faire pâle figure exposées au feu de populations moins armées mais bien davantage motivées. La guerre en Ukraine en apporte une démonstration définitive. La troupe russe est équipée de manière pitoyable et son moral est catastrophique. Les gilets pare-balles ne parent rien, les casques s’enfoncent comme des jouets, la nourriture manque, les vêtements sont insuffisants et, pire encore, l’état d’esprit oscille entre l’incompréhension et la rage : la discipline ne tient qu’à l’autoritarisme inhumain des supérieurs, conformément à la tradition soviétique, selon laquelle l’homme du rang est l’esclave de l’officier. La gloire supposée de l’armée russe se résume à des files de pauvres types montant au front la peur au ventre, forcés à se comporter comme des kamikazes, sans la témérité de kamikazes.

Le minuscule gain de Soledar par les troupes de Prigojine a coûté beaucoup d’hommes et d’énergie à l’armée ukrainienne, mais il ne semble pas encore consolidé au moment où j’écris ces lignes, malgré d’incessantes et sanglantes vagues d’attaque. Et, côté russe, que de morts et d’amputés pour remporter une ville de la taille de Buxerolles, Vernouillet ou Bondue (équivalents français de Soledar en nombre d’habitants) !

On a le sentiment que les généraux russes ont été tenus à l’écart de toutes les découvertes faites en matière de gestion des troupes depuis un siècle, qu’ils ont oublié leurs déconvenues dans les montagnes afghanes et qu’ils appliquent en Ukraine les méthodes les plus barbares de la bataille de Stalingrad, misant tout sur l’improvisation du choc frontal et l’accumulation de chair à canon, avec des unités de barrage rendant impossible tout mouvement de retraite. Cette armée ressemble moins à une organisation synchronisée de combattants mentalement aiguisés qu’à une horde tout juste bonne à piller et mourir. Cette non-guerre menée par la Russie est peuplée de non-soldats.

 

Le grand bluff

Pourtant, Poutine avait promis au peuple russe une force moderne, imposante, suréquipée, à l’armement terrifiant. Cette promesse était même la justification de la pauvreté et de la tyrannie : pour devenir une superpuissance de l’ère technologique, les Russes devaient consentir à sacrifier le confort matériel et la liberté politique. Le résultat de vingt-deux ans de règne est tout le contraire. Incapable de mener correctement une guerre qu’il désirait pourtant depuis déjà longtemps, et qu’il a eu toute latitude de planifier, le Kremlin est condamné à brandir inlassablement la menace nucléaire, presque une fois par jour, pour tenter de faire oublier son incurie sur le champ de bataille. Au point, fait extraordinaire, inimaginable il y a encore un an, que cet incessant chantage à l’atome a fini par lasser la Terre entière, et que plus personne ne redoute le moment où Poutine appuiera sur le bouton.

Biden a joué une carte maîtresse le jour où il a laissé entendre qu’en cas de frappe nucléaire en Ukraine, l’Occident anéantirait l’armée russe. Moscou est resté sans voix, tant l’évidence était criante : la Russie est si fragile militairement qu’elle paierait à coup sûr un prix infini si elle jouait avec le feu de l’apocalypse. Le 21 septembre, quand Poutine a déclaré « Je ne bluffe pas », il bluffait. On admettra que le nucléaire russe reste dissuasif sur un mode primitif et chaotique, mais plus suffisamment pour tenir en respect tous les QG de la planète comme sous Brejnev. Le bluff poutinien s’apparente de plus en plus à celui que pratique Pyongyang : une provocation de malfaiteur.

 

Un fantasme qui tue

On a beaucoup dit que les Russes avaient péché par méconnaissance du patriotisme ukrainien et de la solidité du camp occidental. Mais le vice majeur de cette guerre est plus profond encore : il réside dans l’essence imaginaire, fictive, des motivations du conflit et de ses modalités d’application. On peut se risquer à affirmer que seule l’Ukraine est en guerre, tandis que la Russie évolue dans tout autre chose, un espace géographique, idéologique et mental qui lui est propre, un monde immatériel, fantasmatique, où l’on meurt vraiment et où l’on tue effectivement, mais sans savoir au nom de quoi, ni dans quelle prescrive historique, sans aucun contact avec la réalité, et qui ne peut mener qu’à la fin de celui qui l’a commencé.

Si Poutine avait voulu plonger la Russie dans un chaos désespérant, s’y serait-il pris autrement ? Effectivement, le Kremlin, pour une fois, disait vrai : la guerre n’en était pas une. C’était une opération très spéciale : une autolyse.

Tout se passe comme si, par une espèce de revanche métaphysique de la raison sur la folie, cette guerre de destruction, nihiliste et génocidaire, se retournait contre ses auteurs. Se suicider systématiquement relève-t-il du domaine militaire ? Sous cet aspect, la Russie n’est pas en guerre : dans un immense rituel désolant, elle s’immole sur l’autel de contre-vérités dont elle ne parvient plus à se débarrasser. L’Ukraine et l’OTAN n’ont plus qu’à accélérer la décomposition qu’elle a décrétée, en résistant énergiquement à sa poussée comme ils l’ont fait jusqu’ici.

 

Poutine russophobe

Si Poutine est en guerre, ce n’est que contre la morale des nations, la liberté des peuples et la vérité politique. Il part à l’assaut de géants qu’il prend pour des moulins à vent. Il se fracasse sur eux comme le rêve est vaincu par le réveil.

Il rappelle étrangement le Hitler des dernières heures qui, dans son bunker encerclé, maudissait les Allemands pour leur faiblesse – preuve, selon son délire, qu’ils étaient une race inférieure. Il s’accusait ainsi lui-même. En se tirant une balle dans la tête, il croyait abolir toute germanité. Poutine est en guerre contre la Russie et, celle-ci, il est en train de la gagner. Quand il aura fini d’anéantir son pays, il sera le tsar de tous les néants.

Poutine sait qu’il ne peut plus remporter son pari. Il ne lui reste qu’une issue : faire en sorte que ses ennemis – l’Ukraine, l’Otan, l’Occident – la perdent avec lui. Il est tel le pervers qui refuse de vivre seul sa perversion et tente de la faire partager au plus grand nombre. On pourrait gloser sans fin sur l’arrière-plan psychiatrique d’un tel cataclysme annoncé. Le plus sage est de s’en tenir à la vision théologique du destin de Satan : le diable ne peut que descendre d’abîme en abîme, et sa seule satisfaction est d’entraîner dans sa chute le plus grand nombre d’âmes possible. Il appartient maintenant à la civilisation de dire à Vladimir Poutine : « Tombe autant que tu veux, mais dans la solitude ».

Voir les commentaires (36)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (36)
  • Un Russe veut s’engager dans la milice Wagner.
    Le mercenaire qui le reçoit lui met un pistolet dans la main et lui dit de sortir dans la rue pour descendre une femme, un vieillard, un enfant et un lapin.
    – Pourquoi un lapin, lui demande le Russe ?
    – C’est bon, vous êtes engagé !

  • En attendant, ces messieurs de l’OTAN sont prêts à faire la guerre jusqu’au dernier Ukrainien, après avoir laissé bombarder le Donbass pendant huit ans et torpillé les Accords de Minsk.

    • oui, parce qu’après le dernier ukrainien, il n’y a personne !

    • Qui a envahit un pays souverain, l’Ukraine ? La ruSSie qui ne supporte pas d’avoir des pays démocrates à ses frontières. V. Poutine sera condamné par un tribunal international !

      -1
  • Comme d’habitude, les poutinolâtres frénétiques vont débouler dans les commentaires de cet excellent article de Pascal Avot, pour nous expliquer que la véritable tragédie, plutôt que les pilonnages commis par Vlad’, est que le président ukrainien soit un salarié de l’OTAN.

  • En lisant l’article, Poutine me fait penser à Geronimo. Il y a le mythe du célèbre chef de guerre qui se battait contre l’oppresseur blanc et la réalité. On dit Geronimo que c’était surtout un emmerdeur et un trouillard. Au final, il aura fait plus de mal pour les siens que de bien. Voici un extrait du »The Philadelphia Enquirer » en 1909 lors de la mort de Geronimo :

    «Geronimo l’Apache, le plus grand paien que ce continent ait jamais engendré est enfin parti au Pays Bienheureux des Chasses Eternelles, où il créera encore bien des ennuis. Dans les annales de l’espèce humaine, il n’y a pas de meilleur portrait d’une brute parfaite. S’il y a quelque chose de vrai dans la théorie de la transmigration des âmes, Geronimo doit avoir été la réincarnation du tigre du Bengale, encore que ce ne soit pas très gratifiant pour le tigre.»

    -2
  • En matiere de suicide collectif je pense que l’Europe fait aussi bien et en particulier la France .

  • Article par trop caricatural. Les difficultés de l’armée Russe sont réelles, mais ce n’est qu’un héritage de plus d’un siècle qu’ils n’ont jamais réussi à combler, sauf pendant la brève parenthèse de 1943-1945 : Manque cruel de sous-officiers, et graves lacunes dans la transmission et le C2. Rigidité managériale et corruption endémique au sein de l’état-major. Méfiance maladive/presque schizophrénique des renseignements trop « négatifs » à l’analyse.

    Par contre, il ne faut pas ignorer que derrière tous ces défauts structurels, on retrouve des éléments qui marchent bien et permettent, envers et contre tout, à l’armée Russe de rester opérationnelle et capable de renouveler sans cesse ses capacités militaires : une logistique ferroviaire parfaitement huilée, un arsenal d’’équipements pléthoriques héritées de la guerre froide, une capacité à lever de nouvelles divisions très importante.
    Un peu les mêmes défauts et avantages que durant la Seconde Guerre mondiale. D’où le fait que, sur le long terme, les Ukrainiens n’ont que très très peu de chances de l’emporter. Le bras de fer de 2023 et la/les grandes offensives Russes qu’on nous promet avec la levée en masse des conscrits, va énormément dépendre de la capacité de l’armée Russe à apprendre de ses erreurs, et à corriger ses grosses lacunes. C’est ce qui s’était passé à partir de 1943. Si les Russes se contentent de faire comme à Bakhmut/Soledar/Sieverodonetsk, à ratisser du mètre carré de terre à coup d’obus, ils metteront des années à faire capituler les Ukrainiens équipés par l’occident, avec un coup démographique effrayant pour la Russie quand on voit ce qui va se passer au niveau de leur pyramide des âges d’ici 5 à 10 ans.

    • Bien dit. On voit la supériorité de l’armée russe en observant le retrait tranquille et bien organisé de Kherson.

      Toute la question est de savoir quelle est l’objectif de Poutine en Ukraine.
      A l’origine, il souhaitait l’absence de rapprochement et d’armes de l’OTAN sur le sol de l’UKraine, plus la considération et la sécurité du Donbass prorusse.
      Il a conçu son attaque comme un coup de pression visant à ramener tout le monde à la table des négociations, mais avait moins bien anticipé que l’Occident, sans vraiment rentrer en guerre, soutiendrait autant l’Ukraine en lui interdisant de négocier.
      Cette stratégie échouée explique les déboires de 2022, car cette armée n’était pas faite pour une invasion ou une guerre rapide.
      La question maintenant est de savoir jusqu’à quand le soutien de l’Occident durera envers un pays corrompu, en faillite, sans électricité, sans industrie, et qu’il faudra tenir à bout de bras militairement et économiquement. Combien de canons CAESAR la France peut elle offrir sans dénuer son armée rachitique ?

      • « On voit la supériorité de l’armée russe » J’espère qu’on vous paie pour écrire ça. Sinon, c’est triste.

        -2
      • En matière de corruption les ruSSes sont les maîtres absolu ! Même que cela fini mal pour beaucoup d’oligarques.

    • Un coût démographique ?

      -1
      • Oui, car ce sont principalement des hommes entre 18 et 35 ans qui se battent. C’est à dire la « dernière » génération à être née avant le cataclysme qu’a été la chute de l’URSS. Le taux de natalité en Russie s’est immédiatement effondré, il aura fallut attendre 30 ans avant que la population Russe ne CESSE de reculer. Derrière cette génération qui se bat et meurt en Ukraine, il y a un grand gamelle de 10 à 15 millions d’âmes qui « manquent », qui s’apparente au problème Japonais, mais en plus brutal. Les jeunes sont une denrée qui va devenir plus rare en Russie.

        • Ca j’ai bien compris, je parlais d’autre chose, de votre coquille sur ‘coût’ :
          « avec un coup démographique effrayant pour la Russie »

          -1
        • C’est peut-être la raison pour laquelle il enlèvent des enfants Ukrainiens pour les faire adopter par des ruSSes, plus de 10 000 paraît-il .

  • – Stalingrad
    – Hitler
    – Ukraine courageuse
    – frappe nucléaire
    – barbare
    – horde
    – autoritarisme inhumain

    Quine ! J’ai le bingo Pascal Avot !
    Merci pour cette franche rigolade hebdomadaire 🙂

    • Nier le courage du peuple ukrainien depuis bientôt un an relève du fiel.

      -1
      • Oui, de la connerie franchouille poutiniste habituelle ici, ou bien du trollisme des fermes russes, au choix.

        -3
      • erreur, Le peuple martyre Ukrainien et ses soldats défenseurs de leur pays  »sont exemplaires ».

      • Merci M. Avot pour vos articles, vous faites preuves de courage en publiant ces vérités que les trolls ruSSes récusent. Les Français ne sont pas tous soumis aux extrêmes, valets du kremelin qui sont contre l’aide votée par le parlement européen et l’Assemblée National. Ne serait-ce pas là, la définition de collabo ?

        -2
  • Conseiller en communication ? C’est pas de la comm ça mais plutôt de la vulgaire propagande et mauvaise en plus … À qui j’adresse la facture?
    Et comme on dit:” c’est à la fin de la foire qu’on compte les bouses…”
    triste…

  • Les russes sont les victimes de la politique des USA, politique défensive justifiée dès 1943 jusqu’à 1990, mais politique agressive et expansionniste ensuite. Les ukrainiens quant à eux sont les victimes/chair à canon de la même politique depuis 2014. Le but originel/final est en fait, non pas cette bonne vieille démocratie dont on n’a rien à cirer pour les autres, mais bien la main mise sur les richesses du sous-sol russe, richesses qui font cruellement défaut tant à l’Europe qu’à l’Amérique. Comme on est parti, assumons notre cynisme, espérons que nous y réussirons… et tant pis pour les russes… et tant pis pour les ukrainiens…

    • Arrêtez votre cirque ! Les ruSSes n’ont pas été envahit par les USA . Par contre eux se permettent d’envahir les voisins…Apprenez donc l’histoire de l’Europe. Gardez votre propagande pour les incultes;

  • Cette guerre qui ne devrait pas en être une, ressemble furieusement à la guerre que mena Bonaparte au Mexique et qu’il perdit. Ça lui a coûté la Louisiane qui à l’époque occupait près de 30% de la surface actuelle des USA, qu’il a vendu pour financer sa guerre.
    Poutine est peut-être être en train de faire la même erreur et de vendre la Russie à la Chine.

    -8
  • Toujours la même diarrhée anti-Russes de la part du même .

    • En 1991, l’armée russe s’est retirée d’Europe et est rentrée en Russie.
      Depuis, l’armée américaine ne cesse de progresser jusqu’aux frontières de la Russie.
      Qui installe des armements pointés vers la Russie à ses frontières (comme les missiles jupiter dès 1957 en Turquie) ?
      En 2022, la Russie a repris l’initiative, puisque la discussion est refusée et elle fait une démonstration de force que les occidentaux sont incapables de suivre et simplement de reconnaître. Alors ils pérorent et envoient les ukrainiens se faire massacrer…
      Le seul mérite de cette horrible tragédie est que les occidentaux révèlent leur impuissance et leur bêtise…

    • Et pro-Zelensky…
      Voilà Vole-haut doux mire, héraut de bande décimée, inspirateur des peuples pour pouvoir leur dire ensuite « Expirez », promu au rang de lumière éclairant le monde.

      • Le mec se revendique communiquant ce qu’il faut traduire par propagandiste; ce genre de prose me rappelle furieusement la propaganda staffel de tonton Herman.
        Notre société est pleine de ce genre de personnage qui veulent nous faire prendre des vessies pour des lanternes.
        Non merci sans façon.

      • Le Président Volodymyr Zelensky restera dans l’histoire comme un héros, son nom évoquera à travers les temps le courage, le patriotisme.

        -3
        • Mais bien sûr… c’est juste un acteur qui joue le rôle pour lequel il as été mis en place . Et ses comptes offshore ? Et la corruption ? Et les massacres de civils russophones ? Un saint vous dites ? Non la Russie n’as pas décidée sans raison un beau match d’envahir une partie de l’Ukraine.
          Et les sanctions européennes qui en paiera le prix ? Et les civils massacrés partout dans le monde dans l’indifférence générale notamment par les bombardements otan/ usa ?
          Nous n’avons rien à faire dans cette affaire à part en payer les pots cassés et là on les verra les petits coqs de basse-cour. Ou pas…
          Bon courage pour la suite.

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Comme en 1917 ou en 1944, les populations européennes communient à nouveau autour de l’envoi de chars lourds sur le front, en leur prêtant des vertus de vecteur de paix, prélude à une victoire finale rêvée dans cette guerre d’Ukraine que nous menons par procuration.

Foin de l’escalade du conflit ou de la provocation de l’ours russe aux dents atomiques : tout se passe en effet comme si la formation de nouveaux Schwehre Panzer Abteilungen (bataillons de chars lourds, notamment autour des Leopard allemands) sur le front de l’Est allait re... Poursuivre la lecture

Par Cyrille Bret et Florent Parmentier.

Près d’un an après le déclenchement de l’opération militaire russe contre l’Ukraine, le 24 février 2022, quelles sont les évolutions possibles du conflit dans les mois qui viennent ? La difficulté de la prospective est particulièrement marquée pour ce conflit car les « surprises » militaires, diplomatiques et stratégiques ont été nombreuses.

D’un côté, la combativité des forces ukrainiennes, le soutien de l’UE et des États-Unis à Kiev, les difficultés logistiques et tactiques des forces ar... Poursuivre la lecture

Un article de Conflits

Le premier tour de l’élection présidentielle de la République tchèque a eu lieu le 13 et 14 janvier 2023. Si les pouvoirs du président de la République sont faibles dans ce pays, cette élection met en évidence des divisions. D’un côté se trouve Andrej Babis, l’ancien Premier ministre centriste considéré comme populiste, de l’autre Petr Pavel, l’ancien chef des armées de la République tchèque et ancien président du comité militaire de l’OTAN. Second tour à la fin du mois.

Ainsi, en matière de politique étra... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles