La liberté d’expression désormais malade d’algorithmie

Je vous laisse juge de la liberté d’inexpression qui, sous couvert de lutter contre la cyberhaine confiée à des algorithmes hautement sensibles et totalement désincarnés

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 2
facebook By: Book Catalog - CC BY 2.0

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

La liberté d’expression désormais malade d’algorithmie

Publié le 12 janvier 2023
- A +

Dans un article publié le 30 janvier 2020 : « On peut rire de tout… mais pas avec la loi Avia ! » titre clin d’œil à la phrase de l’inénarrable Pierre Desproges : « On peut rire de tout, mais pas avec n’importe qui ! », j’évoquais la problématique de la censure algorithmique augmentée prévisible et inhérente à cette la loi. Je m’interrogeais sur la suite et « plaisantais » sur une prévisible censure augmentée des réseaux sociaux en faisant référence à la phrase culte de Coluche : « je ne suis pas raciste mon chien est noir ! » qui moque naturellement le racisme et qui n’a aucune chance de faire rire un algorithme aux éclats.

Néanmoins, au regard d’un curseur poussé vers le haut de la censure ou d’une personne travaillant pour une plateforme ne comprenant pas l’ironie ou détestant Coluche nous pouvons émettre l’hypothèse que sous la loi Avia visant à lutter contre les contenus haineux sur Internet adoptée à l’Assemblée nationale le 22 janvier dernier, ce type de phrase n’aura plus lieu d’être publiée ! Pas moins de 12 organisations non gouvernementales avaient alors lancé un appel pour s’opposer à cette loi. Celle-ci partait d’une bonne intention, mais pour autant, l’enfer en est pavé. Mesurant la dangerosité d’une telle loi, du Conseil national du numérique à la Commission nationale consultative des droits de l’Homme, en passant par la Quadrature du Net, tous étaient alors unanimes quant à sa dangerosité pour la liberté d’expression.

Ces organismes étaient-ils alors trop alarmistes ? Étais-je complotiste ? Est-ce que j’exagérais ? Comme l’époque est à voir du complotisme partout pour annihiler tout débat, que dire ?

Depuis cette publication, deux années ont passé… Les faits sont là, avec leur lot de sanctions aberrantes. Il n’est pas besoin d’utiliser trop de mots, deux écrans suffiront. Je laisse le lecteur juge de mon post sous mon nom de plume « Tonvoisin » et les conséquences désastreuses pour l’une de mes abonnées critique de publications : un an d’avertissement. Pour rappel, les blocages ou avertissements Facebook sont clairement expliqués par la structure :

Il arrive que nous bloquions certaines fonctionnalités sur Facebook lorsque :

  • nos systèmes de sécurité estiment que le contenu que vous avez publié ou partagé semble suspect ou abusif ;
  • certains de vos messages ou invitations ont été marqués comme indésirables ;
  • vous avez effectué une action qui va à l’encontre de nos Standards de la communauté.

 

La durée d’un blocage dépend de la gravité de l’infraction commise et de vos antécédents sur Facebook.

Cela soustend que pour cette simple réplique parfaitement anodine, une critique de publications dont une partie de l’activité est sur Facebook va possiblement perdre des possibilités d’interactions et va désormais relire plus de sept fois ses posts pour ne pas être prise à nouveau par la milice algorithmique de l’ombre qui lui occasionnerait d’autres sanctions. Je vous laisse juge de la liberté d’inexpression qui, sous couvert de lutter contre la cyberhaine confiée à des algorithmes hautement sensibles et totalement désincarnés, se met en place et gangrène les réseaux de façon totalement absurde : la liberté d’expression est désormais malade… d’algorithmie !

 

Mon post

 

 

La réplique sanctionnée

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don
visage d'une personne avec du scotch sur la bouche
0
Sauvegarder cet article

Toute société démocratique se fonde sur un pilier fondamental et indispensable : la liberté d’expression. C’est le droit propre à chaque individu qui lui permet de rendre publics ses émotions, ses sentiments et ses opinions. La participation des citoyens à la vie politique garantit le fonctionnement démocratique de l’État.

Cette participation peut prendre différentes formes mais elles relèvent toutes du droit à la liberté d’expression : critiquer le pouvoir en place, révéler des vérités, exprimer son refus des politiques instaurées, et... Poursuivre la lecture

Article disponible en podcast ici.

Drôle d’époque, notre vie privée attire les convoitises. Pourtant elle est justement privée mais depuis l’arrivée d’internet et de l’informatique, nous pouvons être traqués dans nos moindres faits et gestes dans nos vies en ligne.

Gallimard ne sait rien de nos lectures. Amazon connaît tous nos achats et nous observe lorsque nous sommes sur sa liseuse Kindle. Universal ne connaît pas nos goûts musicaux. Spotify sait chaque seconde d’écoute. Le barman n’a que faire de nos conversations entre amis... Poursuivre la lecture

Lorsque Joe Biden part en guerre contre les abus des GAFAM, il vous faut savoir qu’il est entouré de trois conseillers au profil bien particulier qui pourraient donner du crédit à son discours et à sa volonté inflexible affichée : Lina Khan professeure de droit de l’université de Columbia (New York) très connue pour son combat pour la régulation des GAFAM ; Tim Wu de l’université de Columbia, un Démocrate qui a, entre autres, popularisé le concept de neutralité du réseau ; Jonathan Kanter, un avocat spécialisé dans l’antitrust.

Face à ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles