Pourquoi « L’économie en une leçon » est aussi d’actualité aujourd’hui qu’en 1946

La sagesse de « L’économie en une leçon » est toujours d’actualité des générations plus tard.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 3
Photo de Behnam Norouzi sur Unsplash

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Pourquoi « L’économie en une leçon » est aussi d’actualité aujourd’hui qu’en 1946

Publié le 1 janvier 2023
- A +

Par Cruz Marquis.

 

L’un des premiers livres d’économie que j’ai lu était L’économie en une leçon de Henry Hazlitt et je n’aurais pu demander une meilleure introduction à la science de l’action humaine. Des générations plus tard, il n’est pas nécessaire de le mettre à jour, il est tout aussi opportun et applicable au XXIe siècle qu’il l’était au précédent.

Publié à l’origine en 1946, Hazlitt écrivait dans un monde différent. La Seconde Guerre mondiale n’était plus qu’une année dans les livres d’histoire et les armées se démobilisaient, à l’horreur des New Dealers qui traitaient l’armée comme un programme d’emploi massif. Le socialisme a été vaincu en Allemagne, mais les États-Unis y sont parvenus en adoptant certains des mêmes contrôles tyranniques que leurs ennemis.

Bien que proclamée haut et fort comme un slogan, la liberté était un idéal impopulaire.

Même si les sophismes de nombreux économistes contemporains dénigraient la liberté, Hazlitt est allé à contre-courant en écrivant un livre dans le but même de démolir les erreurs les plus persistantes et les plus pernicieuses dans ce domaine. Il a eu la clairvoyance d’éviter de présenter des arguments très particuliers à l’aide des statistiques, des titres et des citations de l’époque, ce qui a peut-être déçu les lecteurs d’il y a quelques décennies mais profite à ceux d’aujourd’hui. En évitant de s’enliser dans les verbatims et les chiffres, il a élaboré des arguments fluides qui réfutent la forme générale du mensonge plutôt que des exemples spécifiques. Hercule a-t-il vaincu l’hydre en attaquant chaque tête au moment où elle se régénérait (mensonges économiques spécifiques), ou en attaquant leur source (mensonges généralisés) ?

Son postulat est que l’économie contient tout ce qu’il faut pour anéantir les mensonges généralisés, et de là, tous les mensonges spécifiques :

« L’art de l’économie consiste à examiner non seulement les effets immédiats, mais aussi les effets à plus long terme de tout acte ou de toute politique ; il consiste à retracer les conséquences de cette politique, non pas simplement pour un groupe, mais pour tous les groupes. »

 

C’est la leçon, ni plus ni moins

La simplicité était le but du jeu avec L’économie en une leçon. Bien qu’il ait explicitement cité Ludwig von Mises comme source d’inspiration, Hazlitt ne créait pas un traité comme Human Action. Ceci étant dit, on aurait tort de dire que la « seule leçon » est incomplète ; en effet, le livre dit tout ce qui doit être dit.

Le présent est le demain d’hier ou en d’autres termes le jour où les mauvais économistes d’avant ont dit à leurs contemporains de ne pas s’inquiéter. Keynes a lancé la célèbre boutade « À long terme, nous sommes tous morts », et cette attitude consistant à ignorer les conséquences à long terme au profit des résultats d’aujourd’hui a contribué à engendrer des politiques médiocres et l’économie du présent. De concert avec l’erreur du cadre temporel, il y a aussi l’avantage du groupe qui ne considère qu’un groupe et la façon dont une politique l’affecte tout en ignorant tous les autres. Ce qui semble bon pour X peut être préjudiciable pour Y et si l’on n’examine que le premier, la politique sera considérée comme universellement bénéfique parce que le groupe sous le microscope a excellé, même si le groupe juste au-delà de la lentille a été sacrifié.

Ces sophismes interconnectés se présentent sous diverses formes. Hazlitt en a énuméré plus de vingt et leur a appliqué méthodiquement la leçon. Il s’agit, entre autres, du protectionnisme, du démantèlement de l’armée de la Seconde Guerre mondiale et des travaux publics.

Avec le protectionnisme et les tarifs douaniers, l’État, en collusion avec des sociétés politiquement liées, prélève des droits sur les importations afin d’empêcher les producteurs américains d’être sous-évalués par leurs homologues étrangers. Le mythe selon lequel c’est économiquement bénéfique est devenu particulièrement d’actualité lorsque l’ancien président Trump a ressuscité le tarif douanier en tant que question politique datant des profondeurs du XIXe siècle.

À une occasion, il a tweeté :

« Des milliards de dollars affluent dans les caisses des États-Unis en raison des droits de douane imposés à la Chine et il y a encore beaucoup de chemin à parcourir. Si les entreprises ne veulent pas payer de droits de douane, qu’elles construisent aux États-Unis. Sinon, faisons (sic) en sorte que notre pays soit plus riche que jamais ! »

Hazlitt s’est attaqué à ce mythe en soulignant que les tarifs douaniers ne protègent que les entreprises inefficaces qui ne peuvent pas se maintenir à flot dans un marché concurrentiel. Supposons que la Grande-Bretagne puisse produire des pulls moins chers que les États-Unis et que le tarif soit abrogé. Les protectionnistes ont raison, dit Hazlitt, en ce sens que l’industrie américaine du pull-over perdra des emplois mais les clients qui achetaient auparavant chez eux obtiendront un produit équivalent ou meilleur pour moins cher ; et avec l’argent qu’ils auront économisé ils achèteront à d’autres entreprises.

Cet argent économisé permet de développer une autre industrie plus efficace en Amérique et les emplois perdus dans l’industrie du pull sont compensés par les gains réalisés ici. En ne voyant pas les conséquences pour le consommateur et l’industrie plus efficace et en ne s’intéressant qu’à l’industrie du pull, les protectionnistes induisent en erreur et font passer des intérêts corporatifs obscurs et étroits avant l’intérêt général.

Lorsqu’il s’est agi de démobiliser la machine de guerre qui a vaincu Hitler, Mussolini et Tojo, Hazlitt écrit que la classe professionnelle de Washington s’est inquiétée de ce qui allait en résulter. Après tout, d’où viendra l’argent pour employer tous ces nouveaux travailleurs potentiels ? Au lieu d’un désastre, Hazlitt montre que c’était une aubaine.

La guerre étant terminée, les États-Unis pouvaient réduire les dépenses militaires du gouvernement et diminuer les impôts de manière générale. Des impôts moins élevés signifient davantage d’investissements et de consommation personnelle, ce qui entraîne une croissance massive de l’emploi. Comme par magie, l’armée et la flotte démobilisées fournissent toute la main-d’œuvre nécessaire à la dotation en personnel des bureaux et des usines. Une fois que les nouveaux travailleurs sont employés, les gains du commerce créés par l’échange de la main-d’œuvre contre une rémunération génèrent davantage de richesse. Étant donné que les anciens combattants ne sont non seulement plus soutenus par les contribuables mais qu’ils produisent également des gains commerciaux en travaillant dans le secteur privé, il n’y a guère eu de meilleure solution que de démobiliser les forces militaires de la Seconde Guerre mondiale une fois leur mission remplie.

Regardez aussi les travaux publics destinés à fournir des emplois plutôt qu’à produire quelque chose d’essentiel, comme un dépôt de l’armée. Hazlitt évoque un pont dont la construction coûtera un million de dollars et fera travailler 500 hommes pendant un an. Les emplois créés et le nouveau pont sont tout ce que les économistes étatistes veulent voir, ils ignorent que le coût est financé par les impôts et que l’argent utilisé pour les payer serait allé ailleurs, stimulant l’emploi dans un autre endroit que le chantier de construction du pont. Le pont n’a pas du tout créé un gain net d’emplois : « Par conséquent, pour chaque emploi public créé par le projet de pont, un emploi privé a été détruit ailleurs. »

Ce ne sont là que trois exemples de la leçon appliquée, et on pourrait bien sûr en ajouter d’autres au-delà de ce que Hazlitt a écrit dans son livre ; il n’est guère possible d’écrire une taxinomie complète de la folie économique (et encore moins une taxinomie hypothétique).

Dans chaque cas, indépendamment de ses particularités, les coûts liés au fait de ne pas tenir compte du long terme et d’autres groupes sont la chute des plans étatistes. La sagesse contenue dans Economics in One Lesson est toujours valable des générations plus tard. Pour preuve, le livre est toujours imprimé et un auteur peut difficilement chercher un meilleur héritage pour son travail.

 

 

Traduction Contrepoints

Sur le web

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • Hazlitt est un peu le Bastiat américain, La Leçon reprend et complète Ce qu’on voit et ce qu’on ne voit pas, avec peut-être moins de talent littéraire mais toujours la même limpidité.

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Un article de l'IREF

 

Les Européens ont mis des mois pour décrypter les dangers de l’Inflation Reduction Act (IRA), adopté en août dernier aux États-Unis.

Ce programme prévoit 369 milliards de dollars de subventions sur dix ans dont une large part sera affectée à la production de voitures électriques et à leurs composants (notamment les batteries), à l’éolien, au solaire, à l’hydrogène vert… mais ces subventions seront réservées aux produits et productions américaines, ce qui pourrait pousser de nombreuses entrepris... Poursuivre la lecture

Malgré des divergences de ton (agressif à l’égard de Biden lorsqu’il s’exprime devant les seuls représentants de la communauté française aux États-Unis, moins pugnace lors d'évènements officiels avec le président de la première puissance mondiale), Macron a peu ou prou déroulé un discours protectionniste lors de sa visite aux USA : après les années de porte-parole d’un libre échangisme sans limites, le président a redécouvert lors de la crise du covid les vertus de la réindustrialisation, à l’instar de tous nos partenaires commerciaux.

Poursuivre la lecture

La montée en puissance des nationalismes américain et chinois est en train de prendre en étau l’Union européenne et de broyer sur son passage les principes du libre-échange.

Emmanuel Macron, en déplacement aux États-Unis, a critiqué les mesures « super agressives » de Joe Biden en matière de politique industrielle. Dans le collimateur du président français, l’Inflation Reduction Act, qui prévoit de subventionner les entreprises américaines à hauteur de 51 milliards de dollars au détriment de leurs concurrentes, en particulier européenn... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles