Vos résolutions du nouvel an définissent l’année à venir

De nombreux entrepreneurs prospères écrivent leurs résolutions du nouvel an. Voici pourquoi.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 1

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Vos résolutions du nouvel an définissent l’année à venir

Publié le 31 décembre 2022
- A +

Pour moi, c’est un rituel depuis 25 ans : le matin du Nouvel An, j’écris mes objectifs pour l’année à venir. Je ne le ferais pas d’année en année si je n’avais pas appris par expérience que cela fonctionne. Tout comme cela fonctionne pour beaucoup d’autres personnes. Bon nombre des entrepreneurs prospères que j’ai interrogés dans le cadre de ma thèse sur la psychologie des super riches notent également leurs objectifs.

La raison précise pour laquelle ce rituel est si efficace n’est pas si importante. L’expérience montre qu’il fonctionne pour un grand nombre de personnes ayant réussi.

Arnold Schwarzenegger, qui s’est fixé et a atteint de grands objectifs dans différents domaines de la vie (sport, cinéma, politique), rapporte dans son autobiographie :

« J’ai toujours écrit mes objectifs, comme j’avais appris à le faire au club d’haltérophilie de Graz. Il ne suffisait pas de se dire quelque chose comme ‘Ma résolution du Nouvel An est de perdre vingt kilos et d’apprendre un meilleur anglais et de lire un peu plus’. Non. Ce n’était qu’un début. Je devais maintenant la rendre très spécifique pour que toutes ces bonnes intentions ne soient pas simplement flottantes. Je prenais des fiches et j’écrivais ce que j’allais faire :

obtenir douze unités de crédits universitaires supplémentaires à l’université ;
gagner assez d’argent pour économiser 5 000 dollars ;
m’entraîner cinq heures par jour ;
prendre trois kilos de muscles solides ;
trouver un immeuble d’appartements à acheter et dans lequel emménager.

J’avais l’impression de me menotter en me fixant des objectifs aussi précis mais c’était en fait tout le contraire : je l’ai trouvé libérateur. Le fait de savoir exactement où je voulais aboutir m’a totalement libéré pour que je puisse improviser comment y arriver ».

Schwarzenegger insiste également sur l’importance de se fixer des objectifs vraiment ambitieux :

« Les gens parlaient toujours du peu d’interprètes qu’il y a au sommet de l’échelle, mais j’ai toujours été convaincu qu’il y avait de la place pour un de plus. J’avais l’impression que, parce qu’il y avait si peu de place, les gens étaient intimidés et se sentaient plus à l’aise en restant au bas de l’échelle. Mais, en fait, plus il y a de gens qui pensent ainsi, plus le bas de l’échelle est encombré ! N’allez pas là où il y a du monde. Allez là où c’est vide. Même si c’est plus difficile d’y arriver, c’est là qu’est votre place et où il y a moins de concurrence. »

De nombreuses études ont validé scientifiquement la théorie de la fixation des objectifs, prouvant que fixer des objectifs stimulants et spécifiques conduit à de meilleurs résultats que les objectifs faciles, et que les personnes qui se fixent des objectifs spécifiques réussissent mieux que celles qui ne se fixent aucun objectif ou seulement des objectifs vaguement formulés.

 

« Rêvez plus que les autres ne pensent pratique »

Pour mon livre Osez être différent et devenez riche, j’ai analysé la biographie de plus de 50 personnes ayant réussi et j’ai constaté que nombre d’entre elles s’étaient fixé des objectifs très ambitieux dès le début de leur vie :

Howard Schultz est né à Brooklyn en 1953. Son père était un ouvrier non qualifié et il a grandi dans un quartier défavorisé. Il a fait de son entreprise Starbucks une marque de premier plan comptant plus de 27 000 succursales dans le monde. Il a préfacé son autobiographie de 1997 en conseillant aux lecteurs : « Rêvez plus que les autres ne pensent pratique. Attendez-vous à plus que ce que les autres pensent possible. »

Larry Page, qui a créé Google, est un fervent partisan de ce qu’il appelle « un sain mépris de l’impossible » : « Vous devriez essayer de faire des choses que la plupart des gens ne feraient pas. »

Sam Walton, le fondateur de Walmart, qui fut à une époque la plus grande entreprise du monde, a expliqué le secret de sa réussite en disant : « J’ai toujours placé la barre assez haut pour moi-même : je me suis fixé des objectifs personnels extrêmement élevés. »

Un autre entrepreneur et milliardaire légendaire, Richard Branson, a déclaré de façon lapidaire : « La leçon que j’ai tirée de tout cela est qu’aucun objectif n’est hors de notre portée et que même l’impossible peut devenir possible pour ceux qui ont une vision et qui croient en eux. »

 

Pourquoi les gens ne sont-ils pas plus nombreux à se fixer des objectifs ambitieux ?

Si se fixer des objectifs ambitieux fonctionne si bien pour tant de personnes qui réussissent, pourquoi davantage de gens ne le font-ils pas ? Parce qu’ils manquent de confiance en eux, parce qu’ils ont peur d’échouer. Essayez cette petite expérience de pensée : imaginez un instant que je puisse vous garantir que vous ne pouvez pas échouer – ne vous fixeriez-vous pas alors des objectifs beaucoup plus ambitieux ? Bien sûr, personne ne peut fournir une telle garantie.

Mais permettez-moi de faire les deux observations suivantes :

Si vous ne vous fixez pas un objectif ambitieux parce que vous avez peur de ne pas l’atteindre, alors vous avez déjà échoué car vous n’avez aucune chance d’atteindre votre objectif.

Si vous n’échouez pas de temps en temps, alors vous êtes un perdant à mes yeux. Car vos succès constants prouvent que les objectifs que vous vous êtes fixés n’étaient jamais assez ambitieux.

On me demande souvent : quelle doit être la taille de l’objectif que je me fixe ? Et comment dois-je le formuler exactement ? Et combien d’objectifs dois-je me fixer ?

L’adage « Rien n’est impossible », que l’on entend parfois dans les discours de motivation, est bien sûr faux. Vous ne deviendrez pas président des États-Unis l’année prochaine, peu importe combien de fois vous l’écrivez et combien vous le souhaitez. Et vous ne volerez pas vers Mars l’année suivante, même si vous en rêvez.

 

La plupart des gens se fixent des objectifs trop petits

Mais ce n’est pas le problème. La plupart des gens se fixent des objectifs qui ne sont pas trop importants, mais trop petits – ou ils ne se fixent pas d’objectifs du tout. Un objectif doit être si grand qu’il vous est difficile (mais pas complètement impossible) d’y croire. Un objectif que vous êtes certain d’atteindre relativement facilement est certainement trop petit.

Surtout, les objectifs que vous vous fixez doivent être quantifiables sinon vous ne pourrez pas vérifier si vous les atteignez. Et surtout, votre subconscient ne comprendra jamais des objectifs formulés de manière vague. Si vous écrivez à Amazon : « Envoyez-moi quelque chose de génial », vous n’obtiendrez rien. Vos objectifs doivent être spécifiques.

Au dernier réveillon, j’ai écrit : « Mon prochain livre sera traduit en 20 langues et je signerai tous les contrats nécessaires en 2022. » C’était ambitieux, car mon livre le plus réussi à ce jour avait été traduit en 13 langues – et cela avait pris dix ans !

J’ai également décidé, il y a un an, de n’écrire qu’un seul objectif alors que je m’en fixe habituellement cinq à dix. Mais je pensais qu’il serait plus facile d’en atteindre un plutôt que cinq. Et c’est ce qui s’est passé. Seulement l’objectif était trop modeste car au final j’ai signé 27 contrats pour mon livre In defense of capitalism. Formulez donc des objectifs précis et surtout n’ayez pas peur de vous fixer des objectifs ambitieux ! Je vous souhaite d’atteindre tous vos grands objectifs en 2023 !

Le livre de Rainer Zitelmann In Defense of Capitalism sera bientôt publié.

 

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • Le plus important est de se souvenir de Mark Twain :
    – je l’ai fait parce que je ne savais pas que c’était impossible !

  • Vous fixez-vous des objectifs faciles ou difficiles à atteindre ?
    Atteindre un objectif renforce la confiance en soi, et permet de placer la barre un peu plus haut la prochaine fois.
    Ne pas l’atteindre, l’auteur dit que ce n’est pas grave. Mais cela peut démoraliser et conduire à abandonner.
    Je suis plutôt partisan des « quick wins » : des objectifs faciles et rapides, mon expérience personnelle est que c’est meilleur pour la performance, la motivation et l’estime de soi.

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Chaque année, Oxfam publie une étude à l'occasion du Forum économique mondial de Davos. Les rapports précédents étaient souvent basés sur des données erronées et des méthodes non scientifiques. Néanmoins, les médias ont toujours accordé une large place aux rapports annuels d'Oxfam.

Cette année, cependant, l'une des conclusions d'Oxfam est exacte : pour la première fois en 25 ans, l'extrême richesse et l'extrême pauvreté ont augmenté simultanément et Oxfam se fait un devoir de critiquer cette évolution. Cependant, Oxfam n'a jamais signa... Poursuivre la lecture

Depuis au moins la Révolution française, le meurtre pour délit de réussite est glorifié et utilisé comme argument de fanatisation par tous les socialistes.

Le riche, le bourgeois, la banquier, le Juif, l’Américain, le propriétaire, le rentier, le commerçant… tout est bon pour justifier et légaliser la cupidité, la jalousie et la haine au nom de l’intérêt général. Rien de plus facile que d’essentialiser une minorité et la désigner comme étant la cause de tous les malheurs du monde.

Les koulaks étaient les milliardaires de la Russ... Poursuivre la lecture

Plus de 200 millionnaires viennent d'adresser une lettre aux participants, à Davos, du World Economic Forum, une fondation de droit privé, qui se tient cette année du 16 au 20 janvier, sous la protection de 5000 militaires, aux frais des citoyens suisses et sans leur consentement.

Les signataires, majoritairement des Américains, y demandent d'être davantage taxés, eux les extrêmement riches, et de le faire illico presto. Pourquoi ? Parce que c'est équitable économiquement et que les extrêmes sont « insoutenables, souvent dangereux et r... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles