Réforme de la haute fonction publique : une révolution à petits pieds

L’agence McKinsey va t-elle disrupter la haute fonction publique ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Screenshot 2022-11-28 at 17-16-49 Cycle des hautes études européennes

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Réforme de la haute fonction publique : une révolution à petits pieds

Publié le 29 novembre 2022
- A +

Alors que les comptes des deux campagnes du président de la République font l’objet de l’attention médiatique, les accusations d’enjambement des conseillers habituels au profit du cabinet américain sonnent d’une façon particulière dans un contexte où le gouvernement entame le deuxième volet de sa réforme de la haute fonction publique.

Une réforme qui pourrait bien être la plus importante des deux quinquennats Macron. Après les cahiers de doléances et le Grand débat national, la réforme de la haute fonction publique s’apparente à un nouvel acte de républicanisme aux airs de révolution à petits pieds.

 

Une conséquence des Gilets jaunes

De treize corps à un seul. La nouvelle était préparée.

Le 25 avril 2019, c’est un président de la République en pleine crise des Gilets jaunes qui prend la parole pour clôturer le Grand débat national. Appelant à une réforme ambitieuse de la haute fonction publique, Emmanuel Macron s’apprête à lancer la mission Thiriez destinée à revoir de fond en comble le recrutement, la formation et la carrière des hauts fonctionnaires.

 

Sortir d’une logique de corps

Ce projet de fusion des corps constitue le deuxième volet de la réforme de la haute fonction publique initiée par l’ordonnance du 2 juin 2021 mettant fin à l’École nationale d’administration (ENA)au profit de l’Institut national du service public (INSP).

Le volet intègrait également la création de 74 classes préparatoires pour les boursiers et une fin du fameux classement de sortie à l’horizon 2024.

Toujours en juin, Amélie de Montchalin, alors ministre en charge de la question, évoquait déjà davantage de mobilité des hauts fonctionnaires.

À ce volet recrutement et formation s’ajoute donc un volet carrière présenté par l’ancien élève de HEC et ministre de la Transformation et de la Fonction publique Stanislas Guérini le 23 novembre dernier, alors que cinq décrets et trois arrêtés étaient publiés au Journal officiel. L’objectif est alors simple : unifier les corps et les rémunérations dont la part variable augmentera à hauteur de 30 % par la fin de la logique de corps au profit d’une logique de métiers avec une entrée en vigueur le 1er janvier prochain.

Le projet ne devrait toutefois pas concerner les polytechniciens, officiellement du fait de leur situation de concurrence avec le secteur privé.

Sans surprise, la réforme a provoqué des remous au sein des corps constitués, allant jusqu’à une grève des diplomates craignant la potentielle politisation et l’incompétence des nouvelles recrues.

 

Républicanisme, acte III

Les causes de cette refonte sont pourtant connues : la lourdeur administrative et l’anachronisme de cette institution. Deux qualificatifs révélés par la crise liée au covid et le droit en vigueur datant de 1945 et institué dans un contexte n’ayant plus aucun rapport avec la France contemporaine.

Mais à ces causes purement pratiques s’ajoute le paramètre idéologique.

La réforme de la haute fonction publique s’inscrit en effet dans l’ADN idéologique même du chef de l’État : le républicanisme. La fusion des corps et la logique de métiers n’est que l’étape supplémentaire de centralisation et de mise en pièce des rentes d’État. Après les privilèges d’Ancien régime, la République a produit sa propre caste. L’étape suivante, nous l’avons désormais sous les yeux. Une étape qui constitue certes une avancée mais qui reste sujette à difficultés, notamment lorsqu’on regarde de l’autre côté du Rhin voire de l’Atlantique, où les haut fonctionnaires sortent généralement des universités et non d’écoles spécifiques.

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • Si nos hauts fonctionnaires sortent de l’ENA au lieu des autres écoles c’est parce que notre fonction publique est tellement grasse qu’il faut au moins 2 années d’études pour l’appréhender. Le seul problème de l’ENA, c’est qu’il y a un concours écrit. Et qui dit concours écrit, dit postes interdits aux cancres des banlieues. Avec la suppression par exemple de l’écrit au concours de sciences po, non seulement on aura des incompétents fainéants à la tête de nos administrations comme aujourd’hui mais en plus on aura des illettrés qui ne savent ni écrire et ni lire le français, n’auront aucune notions d’histoire ou de géographie du pays,… Parce-que cette réforme n’a que ce but. Sinon, ce serait le chantier de la réforme complète de la fonction publique qui serait voulu par le président.

  • L’ENA produit tellement d’incompétants, chaque années que notre administration crée sans arret des postes bidons pour les caser, les surfaces et le nombre des personnels, et les frais n’arretent pas de croitre dans les ministéres qui eux aussi ne cessent de se multiplier.
    Un de mes souvenirs marquant a propos des énarques, fut lors d’un congrés d’un organsime national d’education, Un jeune sous-prefet de 15 jours, sorti de l’ENA un mois avant, nous a fait l’honneur de venir dire un mot d’accueil aux congresistes, je ne me souviens pas de ce qu’il a dit, j’ai seulement compris qu’il ignorait qui nous etions, ce que l’on faisait, mais son discours pouvait ressservir aussi pour n’importe quel pot de départ en retarite.

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Par John Miltimore. Un article de la Foundation of Economic Education

Au début, j'ai été incapable d'entrer dans l’univers de Harry Potter. Lorsque le premier tome de la saga de J.K. Rowling est sorti le 1er septembre 1998, j'étais un fan inconditionnel de Game of Thrones, attendant avec impatience Le choc des rois, la suite du best-seller de G.R.R. Martin.

Je n'avais que peu de temps ou d'intérêt pour Poudlard, l'école au nom ridicule (soyons honnêtes) où des enfants à l'accent britannique apprennent la magie et la sorcellerie.... Poursuivre la lecture

On y est ! 2022 aura été marquée par les élections françaises, le contexte géopolitique et l’inflation. Une année dont la longueur n’aura eu d’égal que le discours présidentiel du 31 décembre. Un record détenu jusqu’en 2019 par le général de Gaulle et ses vœux de 1961 consacrés à la question algérienne, battu une première fois par Emmanuel Macron lors d’une allocution portant cette fois sur la réforme des retraites qui sera mise au placard durant 3 ans.

Une fois minuit passée, et comme tous les 6 mois, le gouvernement nous a concocté s... Poursuivre la lecture

S’il y a bien une chose que la France fait (malheureusement) mieux que les autres, ce sont les excès bureaucratiques. Après avoir vu la Maison qui rend fou, l’on ne peut s’empêcher de voir des systèmes inutilement complexes alors que d’autres plus simples existent.

Prenez le permis de conduire. Le système actuel instauré il y a déjà 30 ans serait à l’origine de la division par trois de la mortalité sur les routes. Même si tel est vraiment le cas, il comporte plusieurs failles.

Tout d’abord, de nombreuses infractions n’en sont pa... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles