En cas d’apocalypse, la Russie part favorite

Pour comprendre la Russie et relever les défis qu’elle nous lance sans discontinuer depuis un siècle, Alain Besançon indique la recette : il faut « accepter de croire l’incroyable ».

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 2
Vladimir Poutine (Crédits World Economic Forum, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

En cas d’apocalypse, la Russie part favorite

Publié le 23 novembre 2022
- A +

Pendant la Seconde Guerre mondiale, le duel à mort entre Allemagne et URSS n’a pas seulement constitué le conflit armé le plus féroce du XXe siècle. Il a également mis en concurrence deux systèmes totalitaires : deux idéologies dévastatrices, deux formes parfaites de socialisme, deux terrorismes d’État, deux cultes de la personnalité pharaoniques.

Le 22 juin 1941 à l’aube, les troupes du IIIe Reich percutent de plein fouet l’Armée rouge. Hitler pense que les forces russes vont voler en éclats sur son passage et il a raison. Il croit arriver à Moscou avant l’hiver et il a tort. Car bien plus que la pluie, la boue et la neige, sa mégalomanie, son incapacité à écouter ses généraux, sont goût délirant pour l’improvisation et la surenchère vont le faire s’enliser dans l’immensité russe.

L’extraordinaire Barbarossa, la Guerre absolue, de Jean Lopez et Lasha Otkhmezuri, raconte avec minutie ces six mois d’hystérie militaire sans limites où s’est joué le sort du monde. Les raisons de l’échec nazi y sont admirablement narrées. Toutefois, un aspect du conflit n’est pas suffisamment examiné par ce chef-d’œuvre : si l’URSS parvient à résister in extremis à une attaque terrestre excédant tous les standards du genre, c’est aussi parce qu’elle est plus totalitaire que son ennemie.

Le totalitarisme nazi n’atteint son pic que deux ans plus tard, après sa défaite à Stalingrad. C’est seulement alors que le peuple allemand touche le fond de la collectivisation et de la terreur. Jusque là, Hitler, soucieux de rester populaire, lui a laissé quelques espaces de respiration : la militarisation de la société était incomplète. À compter de 1943, cet espace disparaît et le nazisme devient un national-communisme. On pourrait presque dire : trop tard.

En effet, lorsque le soldat allemand et le soldat russe se font face, ils n’ont pas la même expérience de la vie.

Le premier a connu le confort de la civilisation occidentale. Il est né dans un pays appauvri mais il a goûté à la liberté d’expression, d’association et de circulation. Son droit de propriété a été respecté. Il a le plus souvent mangé à sa faim. Et même sous Hitler, il a connu un relatif confort.

Ce n’est pas le cas du jeune moujik : depuis sa naissance, il est privé de tout par le bolchévisme. Son logement, son alimentation, son travail, son salaire ont toujours été misérables. Il n’a connu de la politique que la peur constante venue d’en haut. Il n’a aucune nouvelle du monde extérieur, il ne peut pas s’enfuir, on a déporté ou exécuté nombre de ses proches dans les années 1930. La vie de l’Allemand n’a pas été un paradis, mais celle du Russe a été un enfer.

Cet enfer s’accorde avec celui du front de l’Est. Le soldat russe passe d’une horreur à une autre. Entre la désolation de son appartement communautaire et celui des tranchées, il y a changement de degré et non de nature, tandis que le niveau de vie du soldat allemand s’effondre d’un coup. Il doit apprendre à ramper comme une bête traquée dans des décors cauchemardesques et il ne s’y fait pas. Il n’a pas été formé au néant. Sa souffrance est bien plus grande que celle de son ennemi.

Le grand dissident russe Alexandre Zinoviev, logicien de renom et incomparable satiriste (aucun livre n’a aussi bien décrit l’aberration communiste que ses Hauteurs béantes), disait que le soviétisme transforme l’homme en rat et que de ce fait il finirait par nous vaincre, car le rat est mieux adapté aux conditions extrêmes que l’être humain : son sens du collectif, son abnégation et son agressivité sont supérieurs à notre amour de la belle vie. On tient là un élément injustement méconnu de la victoire de Staline sur Hitler.

 

Ce qui était vrai en 1941 pourrait l’être en 2022

Et l’on tient peut-être également une raison de craindre un conflit nucléaire contre la Russie de Poutine : ce qui était vrai en 1941 pourrait le rester en 2022. Dans Le Livre noir de Vladimir Poutine paru tout récemment, Françoise Thom évoque ce problème.

Elle écrit :

« Se complaisant dans son rôle de docteur Folamour, Poutine répète à l’envi qu’il n’a pas peur d’un conflit nucléaire et qu’il ne reculera pas devant l’escalade. »

Pourquoi ? Françoise Thom cite la réponse apportée par Mikhaïl Deliaguine, économiste russe :

« En temps de catastrophe, le plus souvent, les organismes très complexes et différenciés, parfaitement adaptés à des conditions environnementales spécifiques, meurent ou se décomposent. La Russie d’aujourd’hui, un organisme social primitif, presque revenu à l’âge de pierre après la dégradation post-soviétique, pourrait avoir une chance assez élevée de survie dans une catastrophe mondiale. »

L’idéologue Jirinovski, sinistre clown qui a beaucoup influencé le poutinisme, déclarait en 2015 :

« Les Européens vivent dans le luxe, ils ne font que s’amuser. Il suffira que Moscou montre les dents et ils dissoudront l’OTAN. »

La guerre en cours démontre pour l’instant le contraire, mais comment réagirait Macron face à un Poutine qui menacerait de prendre la France pour cible ?

La grande faiblesse des pouvoirs démocratiques en temps de guerre est leur devoir de plaire à leurs populations, de leur garantir un minimum de liberté, de possessions et de plaisir. En cas de clash nucléaire, tout cela disparaîtrait instantanément, laissant place à l’angoisse et la contrainte dans des proportions que nous n’avons jamais expérimentées. Pour nous empêcher de sombrer dans l’anarchie, nos dirigeants seraient obligés de remplacer le peu de libéralisme qui nous reste par un autoritarisme radical. Pour nous, ce serait un choc terrible. On regretterait amèrement le bon vieux temps du confinement.

Pour les Russes, le contraste serait beaucoup moins frappant. La barbarie, l’absence de droits, la pauvreté et l’anxiété ayant force de lois chez eux de puis 1917, ils les connaissent par cœur. La tyrannie et le chaos sont leurs milieux naturels.

 

Géopolitique-fiction ?

Hélas, avec le Kremlin, le sens commun est systématiquement battu en brèche. Pour comprendre la Russie et relever les défis qu’elle nous lance sans discontinuer depuis un siècle, Alain Besançon indique la recette : il faut « accepter de croire l’incroyable ». Donc, on est en droit d’imaginer que la Russie est davantage disposée que nous à l’apocalypse parce que, privée de bonheur depuis quatre générations, elle souffrirait moins que nous d’un très grand mal. Elle le pense et elle le dit.

Toutefois, nous ne donnerons pas dans le désespoir.

D’abord, parce que le mystérieux don pour la résilience des sociétés démocratiques leur a permis de traverser d’effroyables épreuves au XXe siècle. D’autre part, parce que – nous l’avons indiqué dans un article précédent – la main de Poutine tremble devant la fermeté occidentale en Ukraine. Le courage ukrainien et la cohésion de l’Ouest le surprennent et le font douter de son invincibilité.

Enfin, parce que le pessimisme est le meilleur allié du défaitisme : comme l’a démontré Churchill, on ne brise pas une tyrannie en craignant de prendre des coups. Si, un jour prochain, la sueur, le sang et les larmes sont de nouveau d’actualité, nous pourrons remettre au goût du jour la plus belle de ses formules : « Nous ne nous rendrons jamais. »

Voir les commentaires (10)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (10)
  • oui…si je ne suis pas certain des conclusions …
    force est de constater que la civilisation et toutes nos valeurs ne résistent pas longtemps dès qu’on accepte de nier l’autre comme son égal…

    Jordan Peterson cite raconte assez souvent comme le policier allemand a été rapidement entrainé à abattre une femme enceinte d’une balle dans la tête…

    Ce que nous regardons comme le mal absolu devrait gagner,
    mais force est de constater qu ‘il ne fait jamais durablement..

    C’est vraiment ce qui manque dans nos systèmes éducatifs ne pas rappeler aux gens que le monstre EST en nous.. il est plus facile de laisser à penser que les monstruosités sont le fait d’invididus particuliers par essence différents des monstres innés …les génocides répétés prouvent que non..

    La guerre est par nature est une idée collectiviste. Un peuple seul gagne une guerre.. mais un homme? l’homme qui tue son frère.. qui par les vicissitudes de l’hitoire était son ennemi a t’il gagné quoique ce soit?

    quand je vois des images de l’ukriane en ruine..je ne peux m’empecher de sourire quand on parle de victoire…

    Poutine, ou les dictateurs en général, ont une idée claire de la victoire.. mais à part ça…
    mais le type brisé à vie par la guerre est aussi un vainqueur..

  • « Croire l’incroyable ». Comme si on n’avait déjà pas assez donné avec les écolos.

    • Exact. Surtout qu’ils ont une vision stalinienne de la société : créer un peuple de pauvres à vélo, d’affamés et grelottant de froid.

  • Votre mépris des Russes en général et votre haine de Poutine en particulier commencent à nous être familières. A titre personnel, il me semble qu’avant d’aller donner de grandes leçons aux autres, on devrait d’abord balayer devant notre porte, et Dieu sait s’il y a du travail.
    Ceci étant, en terme de menace, il suffit de regarder une carte géographique avec l’emplacement des bases de l’Otan pour réaliser que, même si elle est peuplée de moujiks arriérés dirigés par un dangereux paranoïaque assoiffé de sang occidental, la Russie a quelques raisons de se sentir légèrement sous pression. Concernant la menace nucléaire, je vous rappelle également que Zelensky, nouvelle icône de carton-pâte pour gogos en mal de héros bon marché, avait demandé en décembre 2021 que les Américains installent des missiles nucléaires en Ukraine. Enfin, le premier qui a parlé de « nucléaire » dans le cadre du conflit en Ukraine, qui, je le rappelle, ne concerne nullement la France, est Jean-Yves Le Drian… Medvedev ayant alors répondu quelque chose comme « chiche »…
    Pour terminer, maintenir la paix ne consiste pas à se prétendre seul détenteur de la morale et du bien. Elle consiste à essayer de comprendre la logique et la manière de penser de l’autre, sans se draper dans ses convictions et certitudes de détenir la vérité.

  • « Article » pathétique !

  • La tentative d’explication de la victoire soviétique sur l’Allemagne nazie est très intéressante mais incomplète. Sans l’aide américaine, sans la guerre menée à l’ouest et en Afrique par les Anglais et les Américains, il est fort possible que l’issue du conflit eut été différente. La barbarie des nazis à aussi eu un l’effet d’un repoussoir dans les territoires conquis. La dimension économique de toute guerre est ignorée. Pas de guerre sans armes efficaces, sans munitions, sans logistique, sans énergie pour les produire, sans travailleurs motivés pour le faire. En la matière, c’est l’État le moins totalitaire qui bénéficie d’un avantage. On en a une illustration durant la guerre de 1914 à l’Est, où, après quelques défaites conséquences d’une infériorité numérique face aux moujiks, les Autrichiens, bénéficiant d’un régime nettement plus libéral que les Russes, ont fini par les repousser, la défaite à l’Est étant l’une des causes de la chute de l’empire Russe (machiavéliquement exploitée par Lénine). C’est dans ce domaine que l’aide américaine fut décisive. Pour finir avec cette période, on doit tout de même rappeler que, contrairement à la prédiction de Zinoviev, c’est bien l’URSS qui a fini par s’écrouler et non
    Le mérite de l’article s’arrête à une époque révolue. Aujourd’hui, c’est l’occident qui se sovietise à grands pas et il est extrêmement difficile de se faire une opinion réaliste de la situation tant la propagande et la censure sont omniprésentes, le point de vue « adverse » ignoré (et interdit). Je doute que la situation du peuple Russe n’ait pas évolué depuis 1941. Les quelques traductions de discours de Poutine que j’ai pu lire font preuve d’une cohérence et d’une vision assez réaliste de l’histoire qu’on cherche en vain chez Biden, Macron, Johnson et consorts. La deuxième partie de l’article est à côté de la plaque.
    Merci cependant pour la référence du livre en première partie.

    • les autrichiens se sont fait détruire par Broussilov en 1916 et n’étaient plus que des « boulets » pour les allemands, qui ont fini par prendre de facto le commandement des forces autrichiennes.

  • « Donc, on est en droit d’imaginer que la Russie est davantage disposée que nous à l’apocalypse parce que, privée de bonheur depuis quatre générations, elle souffrirait moins que nous d’un très grand mal. Elle le pense et elle le dit. »
    Exemple type d’une déviance orientée et malsaine d’un raisonnement : si, du fait de ce qu’il a vécu, on peut conclure que la Russie, le peuple russe, sera mieux armée pour surmonter l’apocalypse, on ne peut pour autant en conclure qu’elle serait « disposée à l’apocalypse ». En effet, si c’est bien le peuple qui doit être armé pour surmonter l’apocalypse ça n’est pas lui qui en décide le déclenchement. Donc le raisonnement qui consiste à vouloir déduire une disposition à l’apocalypse des dirigeants Russes du fait de ce qu’a vécu le peuple, est un raisonnement parfaitement fallacieux et cela met en exergue le parti pris de l’auteur et discrédite complètement sa pensée.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
Vladimir Poutine
1
Sauvegarder cet article

Le poutinisme français est un phénomène étrange, passionnant si l’on veut bien prendre la peine de l’observer et peut-être inquiétant pour l’avenir.

Quel que soit le forum politique online sur lequel vous avez l’habitude de vous rendre, vous les avez rencontrés : on trouve des pro-Poutine à peu près partout sur le champ de bataille du débat démocratique français, de la droite à la gauche, chez les conservateurs comme chez les révolutionnaires, chez les encartés comme chez les électrons libres, de tous âges, de toutes conditions sociale... Poursuivre la lecture

Nous pensions ces dictateurs inébranlables. Ils gouvernent la Chine, l’Iran, la Russie et bien d’autres pays mais il semblerait bien qu'ils soient des géants aux pieds d’argile.

Leur règne peut durer très longtemps et peut être ébranlé par un évènement banal a priori banal mais pouvant conduire au chaos.

 

La Chine

Les différents dirigeants et particulièrement l’actuel Xi Jinping, ont proposé à la population chinoise un deal simple : lui garantir une meilleure qualité de vie en échange du pouvoir absolu.

Ce pr... Poursuivre la lecture

Fidel Castro
0
Sauvegarder cet article

L’époque soviétique est le couteau suisse de Vladimir Poutine. D’un coté, elle lui permet d’idolâtrer l’impérialisme russe à travers la victoire sur le nazisme ; de l’autre, l’idéologie communiste lui sert de repoussoir : il se présente comme l’homme qui ne la laissera jamais reprendre le pouvoir au Kremlin. Enfin, elle lui lègue en sous-main toutes sortes de techniques de gouvernement, de manipulation, de corruption, dont il a besoin pour structurer sa tyrannie. Si bien que selon les moments il utilise le passé soviétique soit comme un totem... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles