Fiscalité : la France à la dernière place en Occident

Dans le dernier rapport de la Tax Foundation qui évalue la compétitivité et la neutralité du système fiscal des différents pays de l’OCDE, la France est dernière.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 6
Bruno Le Maire by UMP Photos on Flickr (CC BY-NC-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Fiscalité : la France à la dernière place en Occident

Publié le 26 octobre 2022
- A +

La France est le pays le moins compétitif des pays occidentaux sur le plan fiscal. C’est en tout cas ce qui ressort du dernier rapport du centre de recherche américain Tax Foundation qui évalue la compétitivité et la neutralité du système fiscal des différents pays de l’OCDE (Organisation de coopération et de développement économiques).

Cette situation met en lumière des tendances internationales et montre des pistes de réformes souhaitables en France.

 

Le cas français : des taxes plus élevées et nombreuses qu’ailleurs

Le rapport critique la présence de nombreuses taxes en France : « La France a de multiples taxes foncières génératrices de distorsions, avec des prélèvements distincts sur les successions, les avoirs bancaires, les transactions financières, et un impôt sur la fortune immobilière. » En effet, il convient de rappeler qu’un grand nombre de pays européens et occidentaux ont supprimé les impôts sur les successions.

De plus toujours selon le rapport : « La charge fiscale sur le travail, de 47 %, est l’une des plus élevées des pays de l’OCDE. » Ce handicap peut par ailleurs pénaliser le marché du travail.

Néanmoins, la Tax Foundation salue la réduction de l’impôt sur les sociétés :

« Après plusieurs années de baisse, le taux d’imposition des sociétés en France (25,8 %) est beaucoup plus proche de la moyenne de l’OCDE (23,6 %). »

Inversement, l’Estonie domine le classement du fait que :

« Pour la neuvième année consécutive, [elle] possède le meilleur code fiscal de l’OCDE. Son meilleur score est dû à quatre caractéristiques positives de son système fiscal. Premièrement, le taux d’imposition des sociétés est de 20 % et ne s’applique qu’aux bénéfices distribués. Deuxièmement, le revenu des particuliers est soumis à un impôt forfaitaire de 20 % qui ne s’applique pas aux dividendes personnels. Troisièmement, son impôt foncier ne s’applique qu’à la valeur des terrains, et non à la valeur des biens immobiliers ou du capital. Enfin, le pays dispose d’un système fiscal territorial qui exonère de l’impôt national 100 % des bénéfices étrangers réalisés par les sociétés nationales, avec quelques restrictions. »

 

Un classement révélateur de différences fiscales et économiques au sein de l’Europe et de l’Occident

Sur les 38 pays étudiés, la France est 38e. Elle est précédée par le Danemark 33e, l’Espagne 34e, l’Irlande 35e, le Portugal 36e et l’Italie 37e.

Inversement, les 10 pays qui dominent le classement et sont donc classés les plus compétitifs sont : l’Estonie (1er), la Lettonie (2e), la Nouvelle-Zélande (3e), la Suisse (4e), la République tchèque (5e), le Luxembourg (6e), la Hongrie (7e), la Lituanie (8e), la Turquie (9e) et Israël (10e).

On peut constater certaines tendances. Les pays d’Europe du Sud ont tendance à avoir un système fiscal moins efficient que celui des pays d’Europe centrale. Plus intéressant est de voir que ce classement rejoint sur de nombreux aspects les index de liberté économique, qu’il s’agisse de celui d’Heritage Foundation ou de celui de Fraser Institute. Dans ces différents index, les pays baltes, la République tchèque et la Suisse se retrouvent dans le haut des classements, tandis que l’Italie et la France pataugent. La liberté économique étant aidée par une taxation compétitive, ce lien n’est pas surprenant.

Des exceptions existent cependant : la Hongrie, qui est bien classée au niveau des taxes, est au même niveau que la France en matière de liberté économique. De son côté, l’Irlande est mal classée pour les taxes mais se retrouve dans les tops 10 des index de libertés économiques.

 

Une fiscalité compétitive qui va de pair avec une bonne gestion publique ?

On peut aussi constater qu’une taxation compétitive n’est pas synonyme d’endettement de l’État. En fait c’est même l’inverse : les États qui dominent le classement sont moins endettés que ceux qui le terminent.

Fin 2021, la dette publique de l’Estonie est de 18,1 % du PIB (la plus faible de l’Union européenne), celle de la Lettonie était de 44,8 %, celle de la Lituanie de 44,3 %, celle de la République tchèque de 41,9 % et celle de la Suisse de 29,3 %. Inversement, celle de la France était de 113,3 %, celle de l’Italie de 150,8 %, celle de l’Espagne de 118,4 % et elle du Portugal 127,4 %.

Faut-il voir une taxation élevée comme un symptôme de l’incapacité à gérer les budgets ? Il est vrai que l’on peut arguer que les pays d’Europe centrale sont bénéficiaires nets du budget de l’UE contrairement à l’Italie et la France. Néanmoins, l’Espagne et le Portugal sont aussi bénéficiaires net et se retrouvent avec des indicateurs médiocres.

D’autant plus que l’Allemagne comme les Pays-Bas qui se retrouvent dans la première moitié du classement de compétitivité fiscale (15e et 14e) sont connus pour leur bonne gestion de leurs dépenses publiques et sont des contributeurs nets du budget européen.

 

Quelles pistes de réformes pour la France ?

Face à ce constat quelles pistes pour réformer ?

La flat tax ou impôt à taux unique est un système utilisé dans un certain nombre de pays et permet une simplicité du système fiscal et aussi des distorsions de celui-ci. Des pays comme la République tchèque, la Hongrie voire l’Estonie l’utilisent.

Réduire les charges sur le travail est une autre piste. Leur poids reste fort comparé à nos voisins et contribue au chômage : un employeur sera réticent à recruter à cause du coût d’un salarié.

À défaut de réduire la fiscalité, assurer une meilleure dépense publique est vital. Le Danemark est certes mal classé dans l’index de compétitivité fiscal (33e) mais la dépense publique reste très contrôlée avec une dette de 36 % du PIB en 2021.

Le modèle social-démocrate scandinave reste très différent du modèle français, cette différence passant par une autodiscipline des élites scandinaves.

Voir les commentaires (12)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (12)
  • Avatar
    The Real Franky Bee
    26 octobre 2022 at 7 h 53 min

    Un pays qui taxe énormément, mais qui en face n’a officiellement plus d’argent pour les hôpitaux, l’école, la police, les pompiers, etc, etc, etc. Bref, le pays du gâchis de l’argent public où l’administration est devenu tellement colossale que plus personne ne comprend où partent les dépenses. Et comme si ces taxes ne suffisaient pas pour faire vivre cette armée mexicaine, la dette explose elle aussi. Mais si vous dénoncez cette situation, vous finirez écartelé sur la place publique comme un certain François Fillon. Aucun avenir en France, je vous souhaite à tous d’ouvrir les yeux avant le naufrage.

    15
    • On ne peut pas arroser d’argent tous ses électeurs et financer la santé, l’éducation, la justice, la police, l’armée, etc. C’est aussi simple que ça.

    • « …je vous souhaite à tous d’ouvrir les yeux avant le naufrage. »
      Souhaite-nous plutôt d’être transformables et surtout transportables 😉

  • Tellement de gens dépendent de l’Etat, les fier les élus et combien d’autres et ce sont eux qui confectionnent les lois et règlements et ils les votent. Ils n’oublient pas leur droit de vote sacro-saint l’expression même de leur dépendance et l’ENA l’enseigne avec une efficacité redoutable sans oublier Sciences-po
    Bon courage

  • Une bonne nouvelle, nous sommes les derniers, difficile de tomber plus bas. Enfin! officiellement. Sauf si la sortie du classement est prévue , arrivé à un certain stade ?

  • Pas besoin de sortir de l’ENA ou sciences po pour analyser la situation : un pays qui a massacré ses forces de productions de richesse(travailleurs des usines,agriculture) au profit des forces de consommation des richesses(fonctions publiques et privées ), ne peut que figurer en bas du classement combien rapporte a la nation un travailleur de l’industrie vs combien coute a la nation un gratte papier?

  • Ce qui est terrifiant, c’est que face à ce constat les « responsables » ne savent que proposer d’augmenter les taxes en particulier sur le revenu ou l’immobilier.
    L’électoralisme actuel les conduit à taxer encore plus ceux qui créent des richesses au bénéfice de ceux qui en réclame sans y participer financièrement.
    57 % des foyers fiscaux ne paient pas d’IRPP et ils pensent qu’il est hors de question pour eux d’en payer car ils sont majoritaires.

    • Plutôt que chercher à graver dans le marbre de la Constitution la connerie réchauffiste, inscrivons le seuil, notamment quand il devient confiscatoire, qui distingue prélèvements fiscaux du vol!
      Et j’envoie valser les branquignoles de l’Ofce qui psalmodient à longueur d’interventions merdiatiques leur phrase fétiche : « mais en France, c’est un choix de société… » grrrrr

  • La principale piste de réforme c’est de revoir des dépenses et d’arrêter d’avoir la folie des grandeurs.

    Stop au financement de guerres qui ne sont pas les notres.
    Stop au fait de donner des nouveaux droits sociaux avec les remboursements qui vont avec.
    Stop au financement d’associations à l’efficacité douteuse.
    Stop au financement de grandes compétitions ou autres grands événements internationaux.
    Stop au financement de la presse et audio visuel public.
    Stop a l’extension de l’Etat dans le domaine privé.

    La liste des réformes possibles est tres longue. Ce ne sont pas les possibilités qui manquent. La seule chose qui manque c’est le courage des politiciens.

  • Excellent article dont M. Bruno Le Maire devrait prendre connaissance et analyser les termes mais pas seulement pour atteindre son humilité et sa suffisance .
    Une communication en Conseil des ministres serait de bon aloi pour engager enfin des réformes profondes que le gouvernement n’a pas le courage d’entamer , M. Macron compris.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Après le bref passage de Liz Truss au poste de Premier ministre britannique, le Parti conservateur britannique continue de lutter, accusant un retard de 15 points de pourcentage sur l'opposition travailliste dans les sondages d'opinion. Il est intéressant de noter que Boris Johnson et Liz Truss ont lancé un défi à l'autorité du nouveau Premier ministre Rishi Sunak en rejoignant une rébellion conservatrice soutenant les parcs éoliens pour faire face à la crise énergétique.

Le journaliste britannique de GB News, Tom Harwood, a déploré la... Poursuivre la lecture

La couverture médiatique du G20 a été dominée par des sujets brûlants comme l'Ukraine et Taïwan. Mais une initiative intéressante est passée presque inaperçue : les plus grandes nations tropicales ont formé une triple alliance pour sauver leurs forêts.

Les trois nations abritant l’essentiel des forêts tropicales du globe, le Brésil, la République démocratique du Congo et l'Indonésie, qui représentent à elles trois 52 % de la forêt tropicale de la planète, ont officiellement lancé, lundi 14 novembre, un partenariat visant à coopérer à l... Poursuivre la lecture

Le 10 novembre 2022, le Parlement européen a voté une résolution sur les jeux vidéo et l’esport. Si celui-ci reconnaît le rôle positif de cette industrie et de ce loisir, certains éléments montrent une volonté d’utiliser ce secteur comme un outil d’influence politique et culturelle.

On ne peut pas nier que les jeux vidéo ont désormais une influence dans la culture. Ce que propose le Parlement existe donc déjà sans interventionnisme, lequel peut être rapidement à double tranchant.

 

Que contient la résolution ?

Certai... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles