La NFT Factory ouvre ses portes à Paris

Le crypto-art, cet art utilisant les blockchains et la technologie est un élément majeur de la NFT Factory.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
NFT Factory Paris

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La NFT Factory ouvre ses portes à Paris

Publié le 23 octobre 2022
- A +

Après une inauguration en présence du ministre chargé du Numérique, Jean-Noël Barrot, puis une journée réservée à ses membres, la NFT Factory, évoquée dans un article précédent, a ouvert au public ce samedi 22 octobre.

L’adresse, longtemps confidentielle, est une bonne surprise : 137 rue Saint-Martin à Paris, juste en face du Centre Pompidou. Cet emplacement face au célèbre musée d’art moderne est symbolique, le crypto-art, cet art utilisant les blockchains et la technologie étant un élément majeur de la NFT Factory.

Le rez-de-chaussée ouvert à tous est actuellement occupé par une exposition d’art. Chacune des œuvres exposées correspond à un NFT possédé par un des 128 membres fondateurs. Elles ont été sélectionnées par le directeur artistique de la NFT Factory, Benoît Couty, interviewé précédemment par Contrepoints pour expliquer le concept du crypto-art et présenter son musée virtuel dans un metavers. Les styles représentés sont variés, allant des collections de photos de profil type Crypto Punks ou Bored Apes à de l’art abstrait en passant par une photo vertigineuse du photographe américain Drift ou un extrait d’une performance conceptuelle de Marina Abramovic. Ces œuvres, statiques ou dynamiques, sont affichées sur des cadres numériques de grande qualité.

Malgré cette importance de l’art porté par des NFT, le projet parisien s’étend à toutes les applications liées aux NFT : jeux, metavers, billetterie et toutes autres idées existantes ou à venir.

Le premier étage, réservé aux 1000 membres possédant un certain NFT le « Member Node », sera bientôt prêt à être utilisé et il sera par exemple possible de réserver un bureau pour une réunion. Cette qualité de membre étant associée à un NFT, il est donc possible de la transférer par une opération sur la blockchain Ethereum en l’achetant sur le second marché. Cela n’empêche pas que des projets sur d’autres chaînes comme Tezos et Solana sont tout à fait possible.

Parmi les nombreuses activités qui seront proposées par la NFT Factory, la formation aura une part importante. Outre les formations approfondies payantes, le grand public pourra participer à des courtes formations à petit prix (gratuites pendant les premiers temps après l’ouverture, puis 9 euros) ou simplement entrer pour se renseigner. Un programme est disponible sur la page principale du site officiel.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
Des personnes debout utilisant leur smartphone
1
Sauvegarder cet article

Dans le roman Control, de PW. Singer et August Cole, l’un des protagonistes commercialise des données très chères obtenues gratuitement, comme il le dit :

« Nous en savons plus sur les Américains que leur propre gouvernement. Des capteurs dans leurs Viz Glass (des lunettes connectées). Des capteurs dans leurs médicaments contre les brûlures d’estomac. Des implants dans leurs maisons. Des implants dans leurs reins. Des puces dans leurs chats. Des puces dans leurs puces. Le tout analysant ces données au sein d’un réseau en expansion cons... Poursuivre la lecture

Trois pièces de monnaie (dont une sur laquelle est gravé le symbole Bitcoin)
2
Sauvegarder cet article

Article disponible en vidéo ici.

Dans le monde de la « cryptonation », il y a deux écoles : la France qui veut devenir une cryptonation et dont on peut voir les politiciens gesticuler et parler ; et la Suisse, dont aucun membre de la fédération n’a spécialement émis d’avis sur la cryptonation.

À votre avis, lequel de ces deux pays deviendra une cryptonation ?

 

Législation des particuliers

En Suisse, on peut détenir des cryptos sans formalité. On peut même en acheter à de nombreux distributeurs physiques y com... Poursuivre la lecture

L’émission « C ce soir » de Karim Rissouli diffusée sur France 5 le 2 novembre nous a offert un extraordinaire moment de technophobie chimiquement pure. Le présentateur interrogeait un plateau d’invités autour de la question d’actualité « Les milliardaires menacent-ils la démocratie ? » et accessoirement « Elon Musk est-il fou ? ».

Le premier invité, l’économiste Daniel Cohen ouvre le bal sans détour en qualifiant Musk de triste « dingue populiste qui fabrique des bagnoles et envoie 3 fusées, à la solde de l’internationale populiste tr... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles