Renouvellement de l’autorisation du glyphosate : le barnum à Bruxelles

Une proposition de renouvellement de l’autorisation du glyphosate pour un an, le temps nécessaire pour les dernières étapes de la procédure de réautorisation , n’a pas recueilli la majorité qualifiée nécessaire.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 2
EU budget debate ahead of crucial summit - with Ursula von der Leyen (European Commission) By: European Parliament - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Renouvellement de l’autorisation du glyphosate : le barnum à Bruxelles

Publié le 19 octobre 2022
- A +

La procédure de renouvellement (ou non) a pris du retard

L’autorisation du glyphosate – la matière active du Roundup agricole (les produits pour amateurs sont à base d’acide acétique (vinaigre), d’acide pélargonique, etc.) et d’autres marques – arrive à échéance le 15 décembre 2022, dans quasiment deux mois.

Un consortium de fabricants en a demandé le renouvellement et les instances d’évaluation – l’Autorité Européenne de Sécurité des Aliments (EFSA) et l’Agence Européenne des Produits Chimiques (EChA) – ont étudié ou commencé à étudier les dossiers.

L’EChA ne propose pas de modifier la classification des risques du glyphosate. Le groupe d’États membres chargé de l’examen préliminaire du dossier (France, Hongrie, Pays-Bas et Suède) a rendu, en bref, des évaluations positives.

Le public et les États membres ont toutefois été consultés et un grand nombre de commentaires ont été soumis. Cela a amené l’EFSA à annoncer que ses conclusions prendront plus de temps que prévu et ne seront disponibles qu’en juillet 2023.

 

La Commission propose un renouvellement temporaire, pour faire le joint

Conformément aux usages et au bon sens, la Commission européenne a présenté aux États membres – au Comité permanent de la Commission européenne pour les plantes, les animaux, les denrées alimentaires et les aliments pour animaux (ScoPAFF) – une proposition de règlement d’exécution prévoyant le renouvellement de l’autorisation du glyphosate pour un an, de quoi faire le joint avec la décision finale.

Selon les règles en vigueur, une décision ne peut être prise – dans un sens ou dans l’autre – qu’à la majorité qualifiée (55 % des États membres, en pratique 15 sur 27 quand tous votent, et 65 % de la population).

Dans « Temporary extension of EU glyphosate approval hits roadblock » (la prolongation temporaire de l’autorisation du glyphosate par l’UE se heurte à un obstacle), Euractiv rapporte qu’une telle majorité n’a pas pu se former le vendredi 14 octobre 2022.

« Selon des sources internes à la réunion, si la majorité des États membres ont soutenu l’approbation, le Luxembourg, Malte et la Croatie se sont opposés à l’extension de l’approbation, tandis que la France, l’Allemagne et la Slovénie ont choisi de s’abstenir du vote. Ensemble, cela s’est finalement avéré suffisant pour bloquer la procédure. »

 

Curieux : l’Allemagne s’abstient…

L’abstention de l’Allemagne peut paraître étonnante. Le programme de la coalition « feux tricolores » prévoit en effet l’interdiction du glyphosate à compter du 1er janvier 2024 (mais on s’interroge sur la légalité d’une telle décision au regard du droit européen).

Selon un communiqué fort alambiqué du ministère Fédéral de l’Alimentation et de l’Agriculture (BMEL), le gouvernement n’a pas voulu faire obstacle à une « extension formelle-administrative » de la Commission européenne :

« En effet, cette prolongation peut être nécessaire pour garantir la stabilité de la décision technique de renouvellement ou de non-autorisation dans le cadre d’un contrôle juridictionnel. Enfin, une décision technique ne devrait pas pouvoir être contestée sur la base de vices de forme ou de procédure. »

Bien dit !

Mais on peut s’interroger sur la bonne foi de ce communiqué : l’abstention est comptabilisée comme un vote contre, et les Allemands devaient pertinemment savoir qu’en s’abstenant, ils risquaient de faire échouer la décision proposée faute de majorité au regard de la population.

 

… la France aussi, et ce n’est pas glorieux

Mais peut-être les Allemands se sont-ils trompés sur la position française. La France… hélas !

Faut-il considérer ce choix de l’abstention comme un signal « positif » d’opposition au glyphosate ? Comme la conséquence de la fébrilité et de l’indécision gouvernementales ? Comme une séquelle du passage de la Première ministre au cabinet de Mme Ségolène Royal (qui s’était fait offrir des fleurs en récompense de sa lutte contre le glyphosate) ? Comme une manifestation de ce « en même temps » si cher au double quinquennat ?

Quelle que soit l’explication, s’abstenir de prendre position sur une décision qui devrait aller de soi n’est pas glorieux.

 

Refiler le mistigri à la Commission ?

La décision proposée sera maintenant soumise à un « comité d’appel ». En cas de nouveau pat – prévisible dans l’état actuel des choses – la décision reviendra au collège des Commissaires.

Interrogé, le porte-parole de la Commission a fait savoir qu’ils allaient tout mettre en œuvre pour obtenir une décision à temps.

Bref, ce qui se joue ici – sur une décision foncièrement impérative – c’est un remake de la tragi-comédie précédente qui avait abouti à un renouvellement de l’autorisation du glyphosate pour cinq ans seulement – décidé par les États membres grâce à un concours de circonstances, quasiment à l’insu de leur plein gré.

L’Union Européenne ne sort pas grandie de cet épisode. C’est un peu comme un cheval qui fait un refus d’obstacle. Un tout petit obstacle.

 

Le chaos conceptuel allemand

Voici, en bonus et en complément d’un article précédent, une partie du gloubiboulga allemand à l’appui de son intention de faire capoter à terme la réautorisation du glyphosate, intention annoncée dans le titre de son communiqué, « Obtenir la sortie du glyphosate en toute sécurité juridique » :

« Le gouvernement fédéral s’en tient à l’objectif européen déclaré, à savoir rendre le secteur agricole plus durable, plus écologique et donc plus apte à affronter l’avenir. C’est précisément dans le contexte de la guerre d’agression menée par la Russie contre l’Ukraine, en violation du droit international, et des secousses qu’elle a provoquées dans les systèmes agricoles et alimentaires mondiaux, qu’il convient de garder une vue d’ensemble de toutes les crises. La sécurité alimentaire ne peut être atteinte qu’en préservant la biodiversité, un environnement intact et une véritable protection du climat. C’est pourquoi le gouvernement fédéral mise – en accord avec l’European Green Deal – sur une politique agricole qui reconnaît et prend en compte la protection du climat et la biodiversité comme des conditions fondamentales pour une agriculture durable. »

Voir les commentaires (8)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (8)
  • La position de la France n’est pas vraiment étonnante et colle parfaitement à l’idéologie écolo-bobo de ce gouvernement.
    Elle est parfaitement cohérente avec la lâcheté systématique de ce pouvoir qui menace chaque jour d’utiliser le 49-3 le lendemain, qui veut réindustrialiser notre pays mais qui a déjà saboté durablement notre industrie automobile, qui a coulé notre filière nucléaire et qui coulera notre agriculture.
    Je n’arrive pas à croire qu’il s’agit d’un plan savamment élaboré et je n’arrive pas non plus à croire que tout cela n’est que le résultat d’une immense incompétence, pourtant bien réelle.
    Si quelqu’un a une explication, je suis preneur.

    • L’explication est historique. Le Parti Communiste Allemand, après la dernière guerre, a été créé, organisé et financé par le KGB jusqu’à son interdiction en 1956. Nombre de ses cadres sont alors passés à l’Est, d’autres se sont maquillés en vert, devenant écolos. Les Verts allemands, inféodés à Moscou, et cocos dans l’âme, sont donc restés farouchement antinucléaires. Mais aussi destructeurs potentiels de la société occidentale. Pour cela, ils ont pris le pouvoir à Bruxelles, avec l’aide de Soros et son Open Society. Tous les diktats de Bruxelles sont actuellement inspirés, appliqués et surveillés par Soros. Ce n’est pas de l’incompétence, mais de l’obéissance servile, le sort des populations n’étant pas pris en compte.

  • Il me plairait de voir tous ces écolos des villes se mettre au travail pour être en accord avec leur idéologie.
    Combien ramassent des haricots pendant des heures ? Combien récoltent les patates, taillent les arbres, débroussaillent etc…et ce quotidiennement ?
    L’alternative au Glycophosate ? :
    – acide pélargonique : nécessite de hautes doses et surtout rien de pérenne. Outre les doses importantes il faut en fait en remettre très souvent car les racines ne sont absolument pas touchées. L’acide brûle les feuilles et c’est tout. Par ailleurs produit très cher et qui est probablement également polluant (surtout aux doses nécessaires)
    – désherbage par le flamme / gaz : même action de brûlure mais dans ce cas thermique. Même conséquence: cela repousse très rapidement. D’aucun noterons que c’est de l’énergie fossile et carbonée (« petit chalumeau »)
    – désherbage par engins mécaniques : qui fonctionnent, tous, au carburant fossile (pétrole)…
    Bien entendu, il faut repasser très souvent…
    – désherbage manuel : j’invite gratuitement à mon domicile toute personne voulant s’occuper de mon jardin d’un hectare. Que ceux qui ont des problèmes de dos s’évitent cette épreuve…
    La terre est basse !
    Je dois passer 100 ml de glyphosate par an sur quelques endroits « ciblés »…maximum mais ce n’est par rien en terme d’efficacité. (Reste de bidon). Je restreins son usage au maximum…

    Pour la vigne, compte tenu de la valeur ajoutée du vin, la possibilité de désherbage au cheval est intéressante.
    Comme d’habitude on passe de Charybde en Scilla : entre glyphosate « à la tonne » et son utilisation minimale et « raisonnée » doit se situer la voie souhaitable. Il faut toujours « interdire »…
    Enfin on peut continuer de chercher des produits non toxiques, voire naturels, utilisables en grandes quantité , à effet pérenne et à coût modéré.
    PS : le glyphosate n’est pas incriminé dans la toxicité envers les abeilles. Certains confondent tout.

    10
    • Cher Balthazar,
      Votre problème, c’est que vous parlez d’un sujet que vous connaissez bien. Aussi vous êtes contaminé par le réel, contrairement à tous ces abrutis d’écolos urbains qui peuvent se permettre de donner des conseils délirants puisqu’ils ont tous fait bitumer la cour de leur pavillon et qu’ils ne jardinent pas mais achètent des légumes bio.

  • Qui sont les décideurs en Europe qui minoritaires chez eux nous prennent en otage et nous conduisent à notre perte?

  • La France pas glorieuse!
    C’est claire qu’en élisant des députés européen du groupe eelv entre autres , nous avons largement contribué au désastre que devient l’Europe sur des sujets aussi capitaux que l’agriculture qui nous nourrie !
    Le glyphosate est un test important : Si l’ Europe le loupe alors les anglais auront eu raison!!!!!

  • Trés exactement : Le Glyphosate , tout comme la cote de boeuf saignante est un cancérogéne probable.
    Est-il un symobole d’un supremasisme du male blanc, c’est la question a laquelle Ursula et l’UE Dégénératogène vont devoir répondre.

  • Problème sans solutions, ils ont décidé que c’était comme. Ça, c’est comme. Ça… En gros l’agriculture européenne doit disparaître pour le grand plaisir des….. Il faudra bien manger un jour donc, importer. Ouais on est dirigé par des gens…….. Corrompus, peut être pas, seulement idiots.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le 10 novembre 2022, le Parlement européen a voté une résolution sur les jeux vidéo et l’esport. Si celui-ci reconnaît le rôle positif de cette industrie et de ce loisir, certains éléments montrent une volonté d’utiliser ce secteur comme un outil d’influence politique et culturelle.

On ne peut pas nier que les jeux vidéo ont désormais une influence dans la culture. Ce que propose le Parlement existe donc déjà sans interventionnisme, lequel peut être rapidement à double tranchant.

 

Que contient la résolution ?

Certai... Poursuivre la lecture

Un article de l'IREF France

Nul doute que la guerre en Ukraine met à l’épreuve l’ambition des membres de la COP27 pour réduire leur impact carbone. En particulier celle de l’Union européenne (UE), qui dépend fortement des énergies fossiles. C’est ainsi que le projet de taxe carbone aux frontières a émergé au sein de la Commission européenne l’année dernière. Voté par le Parlement européen en juin, le texte est entré en phase de négociation.

Ce dispositif s’accompagne d’une suppression, en 2032, de la gratuité des quotas ... Poursuivre la lecture

On ne parle plus guère d’Al Gore. Il s’est médiatiquement discrédité par son train de vie luxueux, son enrichissement via des sociétés liées fortement à l’affaire climatique et à ses démêlés publics et croustillants autour de son divorce. Il n’en reste pas moins qu’il est toujours actif et a construit une organisation impressionnante constituant une véritable structure de lobby mondialisée avec des méthodes sophistiquées de communication et d’infiltration des cercles influents.

Tout est transparent, il suffit de visiter les sites de l’... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles