Le homeschooling hybride et les avantages d’un système éducatif décentralisé

Les nouveaux modèles scolaires et les options d’apprentissage décentralisées ne vont-ils pas conduire à une plus grande polarisation culturelle et au mécontentement ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Photo by Jessica Lewis on Unsplash

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le homeschooling hybride et les avantages d’un système éducatif décentralisé

Publié le 11 octobre 2022
- A +

Par Kerry McDonald.

 

La semaine dernière, j’ai fait une présentation lors d’une conférence organisée par la Harvard Kennedy School sur les modèles scolaires émergents. J’ai parlé de la croissance et de la diversification du mouvement de microschooling et de homeschooling hybride qui était déjà en cours avant 2020 et qui s’est accéléré depuis.

Aujourd’hui, de plus en plus de familles reconnaissent l’énorme valeur de ces programmes hybrides d’enseignement à domicile et de modèles similaires de micro-écoles. Elles les recherchent de plus en plus, tandis que des parents et des éducateurs entreprenants répondent à cette demande croissante en créant davantage de ces offres.

Le Rainbow Room de Las Vegas, dans le Nevada, est un exemple de l’un de ces modèles hybrides d’enseignement à domicile. Fondé il y a trois ans par Emily Grégoire, mère de quatre enfants, le Rainbow Room propose deux fois par semaine un programme d’accueil d’enfants scolarisés à domicile. Le reste de la semaine, les enfants sont à la maison avec leur famille ou participent à d’autres activités dans leur communauté. Ce programme fait partie d’un écosystème florissant de modèles d’apprentissage non traditionnels et d’alternatives scolaires dans la grande région de Las Vegas, ainsi qu’à travers les États-Unis.

Grégoire et moi avons discuté de l’évolution de son offre d’enseignement hybride à domicile et de l’entrepreneuriat éducatif en général dans le dernier épisode du podcast LiberatED.

La popularité croissante des programmes hybrides d’enseignement à domicile tels que celui de Grégoire était le sujet du panel de Harvard sur lequel je suis intervenu. Après mes remarques et celles des autres panélistes, nous avons répondu aux questions du public. Une personne a exprimé son inquiétude quant à l’expansion du mouvement de la micro-école et de l’école hybride à domicile, affirmant que cela pourrait créer une culture encore plus polarisée et atomisée, tout en soutenant que l’école publique rassemble les gens.

J’ai été le premier à répondre. J’ai expliqué que l’école publique est en fait l’un des principaux instigateurs de notre polarisation culturelle et de notre mécontentement actuels. De par sa conception, l’école publique crée des gagnants et des perdants, car les parents se disputent le pouvoir politique dans les réunions des conseils scolaires locaux et dans leurs communautés. Il s’agit d’une bataille de volontés, où un camp l’emportera nécessairement et fera accepter sa vision éducative préférée dans le district, tandis que les autres seront vaincus. Neal McCluskey, du Cato Institute, fait un excellent travail pour mettre en lumière ces conflits dans son Public Schooling Battle Map. Son nouveau livre, The Fractured Schoolhouse, va encore plus loin.

Un marché libre des options d’éducation, en revanche, est basé sur l’association et l’échange volontaires. Il se caractérise par le consentement, et non par la coercition. En permettant aux familles de choisir plus facilement l’éducation de leurs enfants, la température culturelle baissera. Une plus grande diversité d’options d’apprentissage signifie que les parents pourront choisir un environnement d’apprentissage pour leurs enfants qui corresponde à leurs besoins et préférences en matière d’éducation. Il ne sera pas nécessaire de se battre contre qui que ce soit pour le pouvoir, car ce pouvoir sera entre les mains de chaque consommateur, comme c’est le cas dans tous les autres domaines de notre vie.

Pensez-y : si les conseils d’administration des épiceries locales déterminaient ce que nous étions autorisés à manger et où nous étions autorisés à faire nos courses, il y aurait une polarisation et un mécontentement similaires, et non une unité. Heureusement, nous n’avons pas d’épiceries obligatoires assignées en fonction de notre code postal, payées par des taxes obligatoires. Nous avons le choix. Nous faisons nos courses où nous le voulons et nous mangeons les aliments qui reflètent nos préférences individuelles.

Plutôt que d’aggraver les conflits culturels, la décentralisation de l’éducation et l’encouragement de la prolifération de l’esprit d’entreprise dans le domaine de l’éducation et de modèles d’apprentissage plus diversifiés conduiront à une société beaucoup plus pacifique.

 

Traduction Contrepoints

Sur le web

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • « microschooling » ? « Homeschooling » ? Qu’est-ce que ce charabia ? Il n’existe pas de termes français ?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Chelsea Follett

Notre vingt-et-unième Centre de progrès est Bologne, où est situé la première université (telle qu'elle est communément reconnue) qui se trouve être aussi la plus ancienne en activité dans le monde aujourd'hui. L'université de Bologne, dont on dit traditionnellement qu'elle a été fondée en 1088, a été la première institution à décerner des diplômes et à promouvoir l'enseignement supérieur à la manière d'un collège ou d'une université moderne.

Aujourd'hui, Bologne est la septième ville la plus peuplée d'Italie... Poursuivre la lecture

Cette rentrée est l’occasion pour le département de la Sarthe d’offrir un petit cadeau aux élèves de sixième : dans le cadre d’un programme dit « sport-santé », les jeunes collégiens reçoivent une montre connectée, du même type que celles que l’on peut trouver dans le commerce. Le président du Conseil départemental, Dominique Le Mèner explique :

« Avec cette période de covid, on a constaté qu'il y avait une diminution de l'activité physique, mais j'allais dire plus largement, le problème de la prévention et de la santé n'est pas suffis... Poursuivre la lecture

Par David Weinberger.

 

L'économie est fondée sur le concept de l'action humaine en tant que comportement intentionnel.

Ce sont les mots de l'économiste Per Bylund, dont le nouveau livre How to Think about the Economy : A Primer offre une introduction conviviale à la pensée économique.

L'idée maîtresse de l'ouvrage est que les individus agissent de manière rationnelle, c'est-à-dire en fonction de buts ou d'objectifs.

Ce principe peut sembler évident, mais il est souvent source de confusion.

Par e... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles