Pas de maternelle obligatoire pour la Californie

Gavin Newsom, le gouverneur de la Californie, a remporté une petite victoire en faveur du choix parental en matière d’éducation.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Gavin Newsom by Gage Skidmore (Creative Commons CC BY-SA 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Pas de maternelle obligatoire pour la Californie

Publié le 7 octobre 2022
- A +

Par Addie Mae Villas.

La semaine dernière, le gouverneur de la Californie Gavin Newsom, a opposé son veto à S.B. 70, une loi adoptée par l’assemblée législative de la Californie qui aurait rendu la maternelle obligatoire.

En opposant son veto à la loi, M. Newsom en a évoqué le coût :

« Les impacts sur les coûts pouvant atteindre 268 millions de dollars, qui ne sont pas actuellement pris en compte dans le plan fiscal de l’État. »

Le jardin d’enfants obligatoire est une politique disparate à travers les États-Unis. Avec le veto de M. Newsom, la Californie reste l’un des 30 États, dont New York, le New Jersey et la Caroline du Nord, qui ne rendent pas obligatoire la fréquentation de la maternelle.

Rendre la maternelle obligatoire n’est pas seulement une dépense publique massive, comme l’a souligné M. Newsom, mais aussi un empiètement sur la liberté d’enseignement.

Selon Lance Izumi, directeur principal du Centre pour l’éducation du Pacific Research Institute :

« La décision d’envoyer les enfants à l’école maternelle devrait être prise par les parents, et non par le gouvernement qui impose à tous les enfants un programme unique. Les parents sont les seuls à connaître les besoins individuels de leurs enfants. Les politiciens et les bureaucrates ne le savent pas. »

L’auteur du projet de loi S.B. 70, la sénatrice Susan Rubio (démocrate Los Angeles), a écrit dans la fiche d’information du projet de loi :

« La maternelle n’étant pas obligatoire, les élèves qui ne la fréquentent pas manquent un enseignement fondamental, ce qui les désavantage dans une salle de classe lorsqu’ils entrent en première année ».

Rubio a également milité pour le projet de loi en se concentrant sur l’impact qu’il aurait sur les communautés à faible revenu :

« La fréquentation de la maternelle est également un aspect important pour réduire l’absentéisme chronique et combler l’écart de réussite. »

Cependant, envoyer à l’école des enfants qui n’y sont pas prêts a aussi des conséquences.

Colleen Hroncich, analyste politique au Center for Educational Freedom de l’Institut Cato, a partagé avec Reason que :

« Une étude de Harvard de 2018 a révélé que les enfants qui commencent l’école à un plus jeune âge sont plus susceptibles de recevoir un diagnostic de TDAH que leurs camarades de classe légèrement plus âgés. Le chercheur principal a déclaré que les résultats suggèrent qu’il est possible que de nombreux enfants soient surdiagnostiqués et surtraités pour le TDAH. Les enfants noirs et les enfants en situation de pauvreté sont plus susceptibles de recevoir un diagnostic de TDAH, de sorte que le fait de rendre l’école obligatoire plus tôt pourrait conduire à un surdiagnostic parmi certaines des populations citées par le sénateur Rubio. »

L’école maternelle obligatoire est également une invitation à une intervention inutile du gouvernement.

Comme Rubio l’a elle-même souligné : « Avant le covid, environ 95 % des élèves éligibles fréquentaient la maternelle. »

La sénatrice Melissa Melendez (républicain – Lake Elsinore), qui s’est opposée au projet de loi, a déclaré à Reason que cela illustre pourquoi il n’était pas nécessaire : « En 2014, le gouverneur Brown a opposé son veto à une mesure presque identique. »

Brown avait alors déclaré :

« La plupart des enfants fréquentent déjà l’école maternelle et ceux qui ne le font pas peuvent être inscrits dans d’autres programmes éducatifs ou de développement jugés plus appropriés pour eux par leurs familles. Je préférerais laisser les parents déterminer ce qui est le mieux pour leurs enfants, plutôt que de rendre obligatoire un niveau scolaire entièrement nouveau. »

Melendez a noté que « ces mots sont aussi vrais et réfléchis aujourd’hui qu’ils l’étaient il y a sept ans. »

Hroncich et Izumi conviennent tous deux que le veto de Newsom est un pas dans la bonne direction pour la liberté d’enseignement. Hroncich souligne la nécessité des comptes d’épargne-études (ESA) et affirme que Newsom « pourrait réduire le coût de l’éducation en Californie tout en servant mieux les étudiants en travaillant avec le corps législatif pour adopter des politiques de choix d’école » et que « le public le soutiendrait probablement dans cet effort ».

M. Hroncich a noté :

« Même en Californie, les sondages de Morning Consult révèlent un très fort soutien à une variété de propositions de choix d’écoles. Parmi les parents, plus de 75 % ont exprimé leur soutien aux ASE, aux chèques scolaires et aux écoles à charte. »

Izumi a également souligné l’importance de l’enseignement à domicile.

« Pour ceux qui le peuvent, l’enseignement à domicile offre aux parents la possibilité de contrôler l’éducation de leurs enfants – ils décident de ce qu’il faut enseigner et de la manière de le faire. »

Newsom a remporté une petite victoire en faveur du choix parental en matière d’éducation.

Sur le web

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • C’est en regardant ce qui se fait ailleurs que l’on peut jauger et juger notre fonctionnement. Ici en France, les termes obligatoire et interdit reviennent souvent, ainsi pendant les premières phases de l’épidémie de COVID nous étions dans une situation où ce qui n’était pas interdit, était quasiment obligatoire. A peu près à la même époque, la Suisse a organisé une votation pour savoir s’il fallait mettre en place un confinement (moins radical que le notre en plus). Ici, c’est plié, le privé étant rachitique, qui plus est contrôlé par l’État via les rectorats et autres machins bureaucratiques, l’Instruction Unique, Publique et Laïque (donc quand on réunit les trois ça nous donne du socialisme en infusion) est obligatoire de 3 ans à 16 ans, passez votre chemin mesdames et messieurs vous n’avez aucun avis à donner…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Quand vient le temps d'afficher sa vertu, la Californie crie toujours présent. Malheureusement, ladite vertu est presque toujours un mal net, particulièrement pour les plus pauvres que le gouvernement (surtout démocrate) prétend avoir à cœur.

La dernière trouvaille : bannir les voitures à essence d’ici 2035. Dès 2026, 35 % des nouveaux véhicules devront être « zéro émission », même si chacun sait qu’une telle énormité serait qualifiée de pants on fire si les fact-checker étaient sérieux. On accorde toutefois une grâce en autorisant les... Poursuivre la lecture

Par Jon Miltimore.

Le Wall Street Journal a récemment rapporté que le gouverneur de la Californie, Gavin Newsom, était l'initiateur d'un effort de dernière minute pour faire passer une loi visant à prolonger une bouée de sauvetage pour Diablo Canyon, une centrale nucléaire de 2250 mégawatts qui fournit environ 8 % de l'énergie produite dans le Golden State.

Sous la pression des législateurs et des militants écologistes, la Pacific Gas and Electric Company (PG&E) a accepté en 2016 de déclasser Diablo à l'expiration de ses lic... Poursuivre la lecture

Bien sûr que la décision prise par François Hollande en 2012 de fermer les deux réacteurs nucléaires en parfait état de marche de Fessenheim a été une sottise (notez l’euphémisme…).

Cette trahison des intérêts du pays pour une poignée de lentilles (les quelques pourcents de voix écologistes pendant sa campagne présidentielle) n’est pas à son honneur à la lumière des récents évènements dont les conséquences pouvaient être anticipées.

Bien sûr que la confirmation de cette faute par le Président Emmanuel Macron qui a abouti à l’arr... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles