Voitures thermiques : la Californie continue sa course en enfer

Le ridicule (et le danger) de n’avoir que des véhicules électriques en Californie a sauté aux yeux pas plus tard que la semaine dernière.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 4
Attentat à la voiture piégée en Irak en 2006 (Crédits : US Navy, image libre de droits)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Voitures thermiques : la Californie continue sa course en enfer

Publié le 14 septembre 2022
- A +

Quand vient le temps d’afficher sa vertu, la Californie crie toujours présent. Malheureusement, ladite vertu est presque toujours un mal net, particulièrement pour les plus pauvres que le gouvernement (surtout démocrate) prétend avoir à cœur.

La dernière trouvaille : bannir les voitures à essence d’ici 2035. Dès 2026, 35 % des nouveaux véhicules devront être « zéro émission », même si chacun sait qu’une telle énormité serait qualifiée de pants on fire si les fact-checker étaient sérieux. On accorde toutefois une grâce en autorisant les véhicules hybrides.

Aussi plusieurs États se sont-ils imposé des lois visant à suivre la réglementation de la Californie pour contourner le manque de législation fédérale à ce sujet. Le gouverneur de la Virginie, qui a défié toutes les attentes avec sa victoire l’an dernier, cherche à faire reculer cette mesure insensée à plus d’un titre.

Tout d’abord, imposer 35 % de vente de véhicules prétendument sans émission représente le triple des ventes de l’année 2021, et moins de 4 % du total des véhicules en circulation sur les routes de l’État d’or.

Bien sûr, les groupes environnementaux veulent des mesures encore plus agressives, affirmant sans preuve qu’il y a « urgence » à agir à cause des incendies de forêts – surtout causés par une gestion médiocre des terres – et des prix de l’essence « excessifs » causés par d’innombrables taxes.

Ces supposés défenseurs de l’environnement représentent le paroxysme de ce que les wokes dénoncent comme « privilège. » Ils sont généralement aisés et peuvent donc se permettre des prix de l’électricité de plus en plus prohibitifs. En effet, ceux de la Californie sont les plus élevés des États continentaux, en moyenne à 28,98 cents/kWh, plus de deux fois la moyenne nationale et trois fois celle de la Caroline du Nord.

Mais les ménages défavorisés s’enfoncent de plus en plus dans la pauvreté – le taux le plus élevé du pays après le district de Columbia (en 2020) en tenant compte du coût de la vie. Car en plus de bannir les voitures à essence, la Californie se déleste de plus en plus de ses ressources de gaz naturel, qui fournissaient environ 35 % de l’énergie en 2018 et utilisées par 86 % des ménages en 2019.

Elle veut également se départir de ses ressources de pétrole avec cette loi récente qui crée un périmètre d’exclusion de 3200 pieds (presque un kilomètre) autour d’un puits de pétrole – bannissant ainsi l’exploitation du pétrole dans la ville de Los Angeles, qui fournit 2 % de la ressource dans l’État.

Bref, la pauvreté énergétique (payer 10 % de son salaire en énergie) ne peut qu’augmenter. Certains leaders noirs et latinos s’insurgent contre ce qu’ils considèrent comme une taxe régressive, les forçant à acheter des génératrices (aux énergies fossiles) pour pallier les pannes constantes.

 

Un réseau électrique au bord de l’effondrement

À ce sujet, le ridicule (et le danger) de n’avoir que des véhicules électriques en Californie a sauté aux yeux pas plus tard que la semaine dernière.

L’État a été la proie d’une vague de chaleur extrême avec des températures dépassant les 40 degrés dans plusieurs grandes villes. À cause des problèmes énergétiques mentionnés plus haut, les autorités ont imploré les habitants de limiter l’utilisation de leur électricité entre 16 heures et 21 heures, incluant… de ne pas charger les véhicules électriques. Du délestage était aussi prévu.

Mais jusqu’à présent, l’administration Biden semble trouver que ces politiques sont nickel. Et confrontée aux problèmes évidents de la Californie, la secrétaire y va de son ignorance feinte habituelle.

Heureusement, il y a encore des usines au gaz naturel et à l’énergie nucléaire qui permettent d’éviter un effondrement complet du réseau. Mais comme un autiste 100 % focalisé sur une fin – j’en sais malheureusement quelque chose – le maintien de ces usines n’est vraisemblablement que temporaire.

Peu importe le fait que les émissions de CO2 ont augmenté depuis le début du siècle « malgré » ce virage vert intense. La Californie a juré de se convertir aux énergies dites vertes coûte que coûte, allant même jusqu’à couvrir des canaux de panneaux solaires.

Et si ces politiques énergétiques échouent – inévitablement – alors les politiciens se tourneront vers des politiques encore plus restrictives comme consistant à limiter à distance les thermostats ou mettre à l’amende ceux qui chauffent/climatisent « trop. »

Bref, la Californie est de nouveau une vision dystopique de ce que deviendront les États-Unis si les démocrates continuent leurs avancées législatives et adoptent leur infâme New Deal vert. Les prix de l’énergie augmenteront tellement qu’une majorité de la population sera plongée dans une misère digne du XIXe siècle.

Mais soyez sans crainte ! À Sacramento le gouvernement s’attaque pendant ce temps à des problèmes cruciaux comme… la malbouffe.

Voir les commentaires (8)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (8)
  • Ce billet sur la Californie devrait être diffusé sur nos chaînes de télévision,de la presse papier, numérique.
    Cet exactement le programme prévu par la commission européenne
    Le lobbying des porteurs de ce projet comme vous le dites ne sont pas dans la misère , de plus lis précipitent les plus faibles dans la précarité.

    11
  • Il y a bien longtemps que la gauche ne se préoccupe plus du sort des petites gens. Désormais c’est tout pour la planète.
    Au moins, elle, elle ne risque pas de décevoir ou pire de voter à droite.

  • Tout ces élus n’ont pas de problème : la clim de leur bureaux marche à fond. Il faut bien que quelqu’un garde la tête froide face au réchauffement de l la planète !
    Et qui va venir chez eux voir s’il fait 19° en été et 26° en hiver ? Personne puisque c’est eux qui dirigent la police. Système soviétique oblige…..

  • il ne reste plus qu’à migrer dans un autre état (pour ceux qui peuvent).
    je crois qu’il y a au moins 5 millions de californiens qui sont partis

  • Comme quoi quand on se regarde on se désole et quand on se compare on se console.
    Après les US sont quand même avec certains autres pays (par ex les Emirats) un pays délirant : ainsi Palms Springs , cité artificielle en plein désert est un havre pour bobos et LGBTQ+ , piste de ski à Dubaï , on les a même vu climatiser les rues . Je suis une adepte de chacun fait ce qu’il veut chez lui mais là où ça ne va plus c’est quand ces mêmes personnes font la leçon au monde entier , un peu comme nos bobos d’opérette.

    • Où ça ne va plus, c’est que l’assistance ne parte pas d’un immense éclat de rire quand ces personnes vont pour faire leur leçon.

  • Bah, dans le temps jadis, avant l’electricte on vivait, et on est même arrivé à l’ere industriel, il suffit de recommencer le chemin… Inevitable, le progrès ne s’arrête pas aussi facilement que ca…si il faut prendre les armes, les américains n’hésiteront pas… Enfin, les mexicains, y a plus trop d’américains blancs par là….. A part quelques lgbtxy….

  •  » incendies de forêts – surtout causés par une gestion médiocre des terres » Et surtout par une interdiction de gestion des forêts (laissons faire sainte nature) de la part des escrologistes.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Brad Polumbo.

L'adoption généralisée du bitcoin et d'autres crypto-monnaies a laissé de nombreux fonctionnaires à l'écart. Pour tenter de participer à l'action, de nombreux gouvernements ont lancé l'idée d'une "monnaie numérique de banque centrale" (CBDC), c'est-à-dire une crypto-monnaie émise par le gouvernement et utilisant la technologie blockchain. Le président Biden a demandé au gouvernement fédéral d'explorer cette idée, et de nouveaux rapports suggèrent que l'administration Biden pourrait bientôt faire avancer les efforts po... Poursuivre la lecture

Par Emma Camp.

Mercredi, la Foundation for Individual Rights and Expression (FIRE) a publié son classement annuel des universités en matière de liberté d'expression. Ce classement est issu d'une enquête menée auprès de près de 45 000 collégiens dans plus de 200 universités aux États-Unis. L'enquête est menée depuis 2020 et permet de recueillir un large éventail d'informations sur le climat politique du campus dans un éventail d'universités.

Reason Sean Stevens, chercheur principal de FIRE explique :

"Les écoles dont l'adm... Poursuivre la lecture

Par Olivier Maurice.

Elles ne sont plus très nombreuses, les personnes qui ont connu la guerre. La guerre, la vraie, celle de 1914-1918, celle de 1939-1945, celle de Corée, d’Indochine, du Vietnam, d’Algérie ou d’ailleurs. Celle qui dévore, brûle, détruit, ravage. Celle où des gens tuent des gens parce qu’ils en ont à la fois le droit et le devoir. Celle où la mort est partout.

Cette guerre, nous ne la voyons plus que dans les jeux-vidéo, les images d’archive et des fictions cinématographiques. Parfois aussi dans quelques images... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles