Rachat de Twitter par Elon Musk : ce n’est pas la fin du monde

Les gens ordinaires ne sont pas si radicalement connectés.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Screenshot 2022-10-05 at 16-31-43 Elon Musk proposes closing Twitter takeover deal - YouTube

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Rachat de Twitter par Elon Musk : ce n’est pas la fin du monde

Publié le 6 octobre 2022
- A +

Par

 

Elon Musk a une nouvelle fois proposé d’acheter Twitter à son prix initial de 44 milliards de dollars. Étant donné que la société de médias sociaux poursuit actuellement l’homme le plus riche du monde afin de le forcer à acheter la société, il semble probable que Twitter accepte cette proposition.

Pour certains journalistes des médias grand public qui travaillent dans le domaine de la lutte contre la désinformation, cette perspective est absolument terrifiante. Ben Collins, un journaliste de NBC News, résume bien le consensus :

Traduction : « Pour ceux d’entre vous qui se posent la question : Oui, je pense que ce site peut et va changer assez radicalement si Musk en prend le contrôle total.
Non, il n’y a pas de remplacement immédiat. Si cela se fait suffisamment tôt, en fonction des personnes avec lesquelles il est aligné, oui, cela pourrait effectivement affecter les élections de mi-mandat. »

La crainte de M. Collins est assez représentative de ce que de nombreuses personnalités médiatiques pensent de cette prise de contrôle potentielle de Twitter. Axios a décrit le comportement de Musk comme s’apparentant à celui d’un super-méchant, tandis que Jeff Jarvis, professeur de journalisme à la City University de New York, s’est plaint d’assister à la montée de l’Allemagne nazie.

Ce qui les effraie tant chez Musk, c’est simplement qu’il a critiqué les efforts passés de Twitter pour modérer le contenu, qui, selon lui, ont trop souvent abouti à museler les discours politiques légitimes. L’exemple le plus célèbre, bien sûr, est le traitement par Twitter de l’article du New York Post sur Hunter Biden, que même l’ancien PDG de Twitter, Jack Dorsey, a reconnu comme une erreur.

Mais les personnalités des médias traditionnels ont tendance à penser que les médias sociaux ont besoin de plus de garde-fous, et non de moins. Ils ont largement adopté le point de vue selon lequel Twitter et Facebook regorgent de fake news, que c’est le travail des médias de les identifier et que celui des plateformes est de les éliminer.

Ces condamnations à l’emporte-pièce de la part des grands médias occultent souvent le fait que les informations sont souvent qualifiées à tort de fake news et que les stars de la désinformation (qu’elles soient autoproclamées ou nommées par le gouvernement) ont tendance à se tromper.

En effet, l’affirmation de M. Collins selon laquelle Musk pourrait acquérir Twitter, le réorienter considérablement et faire gagner les républicains aux élections de mi-mandat en quelques semaines est révélatrice. Certains journalistes de ce secteur se rendent régulièrement coupables d’exagérer l’importance de Twitter dans la vie en général. Les gens s’informent de toutes sortes de façons, à partir de toutes sortes de sources. Ce qui se passe sur le site de l’oiseau bleu compte beaucoup pour les décideurs politiques de Washington et leurs adversaires médiatiques. Les personnes ordinaires ne sont pas aussi radicalement connectées.

Il reste à voir quelles nouvelles politiques Musk mettra en œuvre s’il prend le contrôle du site. Il découvrira probablement que la modération du contenu à l’échelle est beaucoup plus difficile et compliquée qu’il ne le pense. Mais essayer de rendre le site un peu plus équitable envers les perspectives politiques alternatives et contrariantes n’est pas un projet qui devrait être accueilli par une dénonciation apocalyptique.

 

Traduction Contrepoints

Sur le web

 

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • Tout cela serait très bien si une fois propriétaire, Musk s’imposait un devoir de réserve et ne profitait pas de sa position privilégiée pour lancer des « infos » moins modérées que les réponses qui pourraient leur être faites.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Si l’on regarde la presse de grand chemin, la semaine écoulée fut parcourue des mêmes atermoiements énergétiques que d’habitude, des sempiternelles pleurnicheries politiques et sociales que la France connaît depuis trop longtemps et qui l’engluent dans un surplace maintenant problématique. En revanche, du point de vue des réseaux sociaux, la même semaine fut au contraire riche d’enseignements…

Si l’on suit un peu l’actualité balayée par un Twitter décidément très différent de ce qu’il fut il y a encore un mois, difficile de voir un lie... Poursuivre la lecture

Par Jacob Sullum.

 

Twitter a récemment annoncé qu'il n'appliquerait plus son interdiction des "fausses informations liées au Covid-19", une catégorie définie de manière floue allant des affirmations de faits manifestement fausses aux déclarations vraisemblables ou vérifiables jugées "trompeuses" ou contraires aux "conseils de sources faisant autorité en matière d'information sur la santé publique mondiale et locale".

Le changement de politique remarqué pour la première fois par les utilisateurs environ un mois après... Poursuivre la lecture

Sale temps pour les entreprises de la tech.

Amazon, Meta (maison-mère de Facebook) et Twitter licencient en masse. Après la difficile semaine de Meta, qui a vu sa capitalisation boursière chuter considérablement, c’est Twitter qui s’est retrouvé dans le feu de l’actualité après son rachat par Elon Musk. Les deux remettent sur le tapis la question jamais résolue du leadership d’une entreprise. Musk est-il le vilain dirigeant décrit dans la presse, un entrepreneur autoritaire à l’ego surdimensionné qui est en train de détruire Twitter ? ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles