La politique de stabilité des prix génère plus d’instabilité économique

En essayant de stabiliser le niveau des prix, la Fed sape les fondamentaux de l’économie.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 1
100 US dollar banknotes

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La politique de stabilité des prix génère plus d’instabilité économique

Publié le 4 octobre 2022
- A +

De nombreux économistes classiques estiment que la stabilité économique fait référence à l’absence de fluctuations excessives dans l’économie globale. Une économie caractérisée par une croissance constante de la production et une faible inflation des prix est susceptible d’être considérée comme stable, tandis qu’une économie caractérisée par des cycles d’expansion et de récession fréquents et une inflation variable des prix serait considérée comme instable.

Selon la pensée populaire, un environnement économique stable, avec une augmentation des prix et une croissance de la production stables, agit comme un tampon contre les chocs, ce qui permet aux entreprises de planifier plus facilement. Ainsi, la stabilité du niveau des prix est la clé de la soi-disant stabilité économique.

Supposons que les gens augmentent la demande de pommes de terre par rapport aux tomates. Ce renforcement relatif est illustré par l’augmentation relative des prix des pommes de terre. Les entreprises qui réussissent doivent prêter attention aux instructions des consommateurs, comme le montrent les changements des prix relatifs des biens et des services. Si elles ne respectent pas les souhaits des consommateurs, elles produiront une mauvaise combinaison de biens et de services, ce qui entraînera des pertes. Par conséquent, dans notre exemple, si les entreprises prêtent attention aux variations des prix relatifs, elles prendront les bonnes décisions.

Si le niveau des prix n’est pas stable, la visibilité des changements de prix relatifs devient floue et, par conséquent, les entreprises ne peuvent pas déterminer les changements relatifs de la demande de biens et de services et prendre des décisions de production correctes, selon le courant économique dominant. Cela conduit soi-disant à une mauvaise allocation des ressources et à l’affaiblissement des fondamentaux économiques. Ainsi, les changements instables du niveau des prix masquent les changements des prix relatifs des biens et services. Par conséquent, les entreprises auraient du mal à reconnaître les changements des prix relatifs lorsque le niveau des prix est instable.

Cette façon de penser justifie le mandat de la banque centrale, qui est de mener des politiques visant à assurer la stabilité des prix – c’est-à-dire un niveau de prix stable, celle-ci étant mesurée par des indices de prix populaires tels que l’indice des prix à la consommation (IPC). Au moyen de diverses méthodes quantitatives, les économistes de la Fed ont établi la politique actuelle consistant à maintenir la hausse des prix à 2 %. Tout écart significatif par rapport à ce chiffre constitue une déviation de la trajectoire de croissance de la stabilité des prix.

Observez que les décideurs de la Fed nous disent qu’ils doivent stabiliser le niveau des prix afin de permettre le fonctionnement efficace de l’économie de marché. Il s’agit évidemment d’une contradiction dans les termes, puisque toute tentative de manipulation du soi-disant niveau des prix implique une interférence avec les marchés et conduit donc à des signaux erronés tels que ceux véhiculés par les changements de prix relatifs.

 

La politique de stabilité des prix conduit à plus d’instabilité

Supposons que le taux de ce que l’on appelle le niveau des prix baisse visiblement. Pour empêcher cette baisse, la Fed pousse agressivement l’argent dans le système bancaire. Grâce à cette politique, le niveau des prix se stabilise au fil du temps.

Devons-nous considérer cela comme une action de politique monétaire réussie ? La réponse est catégoriquement non. Étant donné que le pompage monétaire met en mouvement le détournement de la richesse des activités génératrices de richesse vers des activités non génératrices de richesse, cette politique affaiblit le processus de création de richesse et conduit à un appauvrissement économique.

Notez que l’appauvrissement économique a eu lieu malgré la stabilité du niveau des prix. Notez également qu’afin d’atteindre la stabilité des prix, la Fed a conçu une augmentation du taux de croissance de la masse monétaire.

Les fluctuations du taux de croissance de la masse monétaire sont importantes. Cela déclenche la menace du cycle d’expansion et de récession, indépendamment de la stabilité du niveau des prix.

Si les augmentations de la masse monétaire sont susceptibles de se traduire par une hausse générale des prix, ce n’est pas toujours le cas. Les prix sont déterminés par des facteurs réels et monétaires. Par conséquent, si les facteurs réels tirent les choses dans une direction opposée aux facteurs monétaires, aucun changement visible des prix ne peut se produire.

Si la croissance monétaire est soutenue, les prix peuvent afficher des augmentations modérées. Il est clair que si nous devions prêter attention à ce que l’on appelle le niveau des prix et ne pas tenir compte de l’augmentation de la masse monétaire, nous tirerions des conclusions erronées sur l’état de l’économie.

 

Le niveau des prix ne peut être établi de manière conceptuelle

L’idée même du pouvoir d’achat général de la monnaie et donc du niveau des prix ne peut être établie de manière conceptuelle. Lorsqu’un dollar est échangé contre une miche de pain, on peut dire que le pouvoir d’achat d’un dollar est d’une miche de pain. Si un dollar est échangé contre deux tomates, cela signifie également que le pouvoir d’achat d’un dollar est de deux tomates.

Les informations relatives au pouvoir d’achat spécifique de la monnaie ne permettent toutefois pas d’établir le pouvoir d’achat total de la monnaie. Il n’est pas possible d’établir le pouvoir d’achat total de la monnaie car nous ne pouvons pas additionner deux tomates et une miche de pain.

Nous ne pouvons établir le pouvoir d’achat de la monnaie que par rapport à un bien particulier dans une transaction à un moment donné et en un lieu donné.

Sur ce point, Murray N. Rothbard a écrit :

Puisque la valeur d’échange générale, ou PPM (pouvoir d’achat de la monnaie), de la monnaie ne peut être définie quantitativement et isolée dans aucune situation historique, et que ses changements ne peuvent être définis ou mesurés, il est évident qu’elle ne peut être maintenue stable. Si nous ne savons pas ce qu’est une chose, nous ne pouvons pas vraiment agir pour la maintenir constante.

Or, la politique monétaire de la Fed qui vise à stabiliser le niveau des prix affecte implicitement le taux de croissance de la masse monétaire puisqu’une politique de banque centrale revient à altérer les prix relatifs, ce qui conduit à la perturbation de l’allocation efficace des ressources.

Par conséquent, une politique de stabilisation des prix conduit à la surproduction de certains biens et à la sous-production d’autres biens. Cependant, ce n’est pas ce que nous disent les stabilisateurs. Au contraire, ils soutiennent que le plus grand mérite de la stabilisation des variations du niveau des prix est de permettre des fluctuations libres et transparentes des prix relatifs, ce qui conduit à une allocation efficace des ressources rares.

 

La stabilité économique n’a rien à voir avec la stabilisation de l’économie

Nous soutenons que la stabilité économique ne consiste pas à maintenir des prix stables mais plutôt à maintenir des fluctuations de prix libres. Ce n’est que dans un environnement exempt de toute manipulation de l’économie par le gouvernement et la banque centrale que les fluctuations des prix relatifs peuvent avoir lieu.

Cela permet ensuite aux entreprises de se conformer aux instructions des consommateurs, ce qui entraîne une répartition efficace des ressources rares. Nous suggérons que les fluctuations des prix reflètent les changements dans les conditions relatives de l’offre et de la demande.

 

Résumé et conclusion

La plupart des économistes pensent que la stabilité des prix est la clé de fondamentaux économiques sains. Un niveau de prix stable, dit-on, conduit à une utilisation efficace des ressources rares de l’économie et, par conséquent, à de meilleurs fondamentaux économiques. Il n’est pas surprenant que le mandat de la Réserve fédérale soit de mener des politiques qui génèrent la stabilité des prix.

En essayant de stabiliser le niveau des prix, la Fed sape les fondamentaux de l’économie. Une ingérence toujours plus grande du gouvernement et de la banque centrale dans le fonctionnement des marchés fait évoluer l’économie américaine vers un appauvrissement économique persistant qui se traduit par une baisse du niveau de vie.

Traduction Contrepoints.

Sur le web

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • Quand l’État a trop de dette, il dévalue sa monnaie. Et quand il dévalue, il y a inflation des prix. Une méthode de dévaluation consiste à émettre de la monnaie sans contre partie de création de richesse, comme l’ont fait la FED et la Banque européenne. Pour les Américains, c’est moins pénalisant car l’économie mondiale cote tout en dollar.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Coluche en son temps nous proposa une histoire qui n’avait ni queue ni tête, ni début ni chute et dont on cherche encore le pourquoi du comment.

Curieusement, il se pourrait bien que quelques décennies plus tard, nous ayons enfin trouvé le candidat répondant au profil à moustache de la blague de Coluche. Il s’agit du banquier central, un mec qui nous raconte une histoire qu’on a du mal à comprendre puis dont on s’aperçoit qu’elle ne tient pas debout et qui semble se terminer en eau de boudin.

 

L’inflation est un miracl... Poursuivre la lecture

Par Jan Krepelka.

Qu'est-ce que la monnaie ?

La monnaie est un outil formidable de civilisation qui nous a permis de sortir du troc, d'épargner et de nous  coordonner par le marché. Elle rend possible à grande échelle la spécialisation du travail, les avantages comparatifs, les gains à l'échange, le calcul économique... Sans monnaie, pas de civilisation moderne, donc.

Traditionnellement, on attribue trois fonctions à la monnaie.

 

Les trois fonctions de la monnaie

Unité de compte 

La mo... Poursuivre la lecture

Face aux velléités de contrôle des prix dans les pays développés et devant leurs résultats désastreux dans certains pays en développement, les libéraux ont une attitude constante : rappeler que fixer les prix à un niveau inférieur à celui du marché conduit inéluctablement à rendre les biens disponibles en moins grande quantité pour le consommateur.

Cette vérité ne fait cependant pas percevoir avec suffisamment de clarté la raison pour laquelle le prix du marché serait par nature préférable au prix que l’autorité serait tentée de lui su... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles