Les limites de la diplomatie idéologique

La guerre en Ukraine n’est pas seulement une affaire de morale, de défense des grands principes du droit et de la démocratie, elle est aussi le signe visible d’une compétition entre puissances mondiales pour détrôner l’Occident.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 4
EU budget debate ahead of crucial summit - with Ursula von der Leyen (European Commission) By: European Parliament - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les limites de la diplomatie idéologique

Publié le 16 septembre 2022
- A +

Prétendre fonder des alliances politiques entre États uniquement sur des ressorts moraux n’est ni très honnête, ni très réaliste, ni très intelligent. Nier que derrière les discours émouvants et la propagande se jouent des rapports de force et des tensions entre puissances relève de la naïveté la plus éthérée.

À écouter le discours sur l’état de l’Union d’Ursula Van Der Leyen, c’est essentiellement sur un fondement moral que toute l’Union s’engage aux côtés de l’Ukraine pour contrer l’invasion russe. Il est moralement impossible de voir les démocraties occidentales s’abaisser devant l’autocrate Poutine, quitte à payer sa facture d’électricité plus cher.

 

Morale à géométrie variable

Seulement, la morale des élites européennes semble un peu à géométrie variable.

S’il est moralement impossible de traiter avec les Russes, l’Azerbaïdjan fait tout de même l’affaire pour acheter du gaz. Le nouvel allié énergétique des Européens, qui n’est pas vraiment un modèle de démocratie, a par ailleurs profité de la confusion pour agresser l’Arménie, alliée traditionnelle de Moscou. La communauté internationale a réussi à négocier le cessez-le-feu, mais les intentions impérialistes de l’Azerbaïdjan demeurent.

 

Ursula Van Der Leyen peut également, sans ciller, accuser Poutine de la catastrophe énergétique européenne sans évoquer la responsabilité écrasante des élites européennes et des banques centrales dans ce fiasco. La morale en politique sert aussi à masquer ses échecs.

 

Bien entendu, l’ennemi russe n’est pas en reste quand il s’agit de trouver des justifications morales à son action : l’intervention militaire en Ukraine est selon Vladimir Poutine commandée par l’impérieuse nécessité de protéger les minorités russophones persécutées par Kiev en Ukraine depuis 2014.

Certains pourront trouver comme un air de famille entre les discours de Moscou et de Washington pour justifier leurs expéditions militaires les plus hasardeuses et les plus meurtrières. Dans les deux cas, ils méritent la critique et même la plus vive condamnation morale.

 

Le facteur puissance demeure

Seulement, en politique étrangère, tout ne se réduit pas à la morale ordinaire et au droit : le facteur puissance, les conflits d’intérêt et la lutte des États pour leur survie continuent à dessiner l’essentiel d’un domaine marqué par l’anarchie et les rapports de force, comme l’avait très bien vu en son temps Raymond Aron.

 

La guerre en Ukraine n’est pas seulement une affaire de morale, de défense des grands principes du droit et de la démocratie, elle est aussi le signe visible d’une compétition entre puissances mondiales pour détrôner l’Occident sous tutelle américaine depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale.

Bien entendu, l’Occident prise comme aire civilisationnelle est loin d’être parfait, et s’est toujours accommodé de cette réalité pour conserver la suprématie qu’il conserve depuis plus de 2000 ans.

Bien entendu, ses interventions impérialistes à travers le monde, globalement sous l’égide de Washington, se sont révélées souvent catastrophiques. Mais ses concurrents autoritaires nous promettent-ils une meilleure alternative ? Nous laisseront-t-ils la possibilité même de les critiquer ? L’actualité tragique nous oblige à nous poser une question de principe, qui fut un peu celle de Hayek au moment de la Seconde Guerre mondiale : dans quel monde voulons-nous vivre ? Si l’empire américain venait à s’effondrer, qui prendra la place laissée vacante ?

Aujourd’hui tout le monde a en tête son concurrent direct la Chine, alliée de circonstance de la Russie. Si demain le « pluralisme » vanté par le parti communiste chinois prenait la place de « l’hégémonie » américaine, la situation européenne ne s’améliorera pas : elle perdrait sa culture libérale et démocratique.

Le rééquilibrage économico-politique proposé par la Chine et ses alliés au détriment de Washington a pour ambition de faire disparaître l’Occident de la carte. Au-delà des beaux discours et des postures purement communicationnelles ou idéologiques, c’est ce questionnement fondamental qu’il faut garder à l’esprit quand on cherche à éviter l’escalade et revenir à la paix.

Voir les commentaires (11)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (11)
  • Albrecht- Von Der Leyen dans la situation actuelle, ne sert à rien, vu que c’est l’axe Washington – Londres qui en tire profit en vendant des armes à l’Ukraine qu’elle ne Pourrat jamais rembourser. L’invasion de Taiwan n’est pas l’ordre du jour pour la Chine, qui doit avoir des milliers agents dormants sur place prêt a semé la terreur si l’ordre était donné par Pékin. Poutine attends les renforts venu d’Asie pour achever l’Ukraine, des mercenaires qui n’auront aucun lien morale et sentimentale avec la population Ukrainienne comme les USA en Irak, Syrie, Afghanistan ou ils ont démontré une fois de plus qu’il ne faut compter sur eux

  • « Dans quel monde voulons-nous vivre ? »
    Pas mieux !
    Les Etats-Unis jouent au billard à trois bandes. En aidant l’Ukraine à contrer la Russie, ils préviennent la Chine – en mandarin, Ukraine se traduit Taïwan.
    La Russie qui a eu les yeux plus gros que la ventre, va finir rincée.
    Pourtant, la première guerre d’Afghanistan, où elle s’est faite ba.ser tout pareil, aurait du lui servir de leçon.
    Mais non, c.n un jour, c.n toujours.

  • L’Europe est morte depuis qu’elle s’est mise sous le protectorat américain. Ce dernier, avec l’aide de l’Angleterre a tout fait pour que l’Europe ne renaisse pas de la guerre en manipulant les rivalités entre États. Les Américains ont d’ailleurs bien été aidés par Moscou qui a fait de même. Ni les Russes, ni les Américains ne voient l’Europe d’un bon oeil. Ce serait un vrai puissance concurrentielle. Et tout est bon pour l’affaiblir (l’écologie à 2 balles, le monopole de fourniture d’énergie, la non unité de l’armée,…)

  • la diplomatie idéologique, n’est-ce pas un oxymore ?

  • Mme Van der Leyen, c’est qui ? Elle sort d’où ?
    Elle est habilitée pour prendre des décisions qui nous concernent ?
    Selon certaines informations elle serait impliquée dans un scandale de fournitures d’armes
    quand elle était ministre de la Défense. D’où son repli à Bruxelles.
    Son mari aurait été nommé à des hautes fonctions chez Pfizer, grand fournisseur de vaccins
    C’est çà l’Europe ?

    • Vous avez tout compris les Allemands nous ont envoyé le fruit pourri du panier, c’est bien connu l’Europe c’est une déchetterie

    • Bah, V. Pécresse est pareil. Son tendre époux a vendu les turbines d’Alstom à General Electric contre une poignée de figues, la liberté du PDG P. Tron et un poste de DG chez GE France éoliennes. Ce qui a permis en plus à GE de gagner de juteux contrats dans les éoliennes off shore, à condition que le parc ne soit pas installé en vue de la maison secondaire des époux Pécresse.

    • mais voyons , elle fait partie des « décideurs » vous savez de groupe de gens auquel est dédié le rapport du giec…

  • La politique n’est pas une affaire de morale mais de réalisme. A croire que les décisions prises à partir de critères moraux et manichéens, ignorant l’histoire et la géographie, qui ont donné des résultats catastrophiques n’ont pas servi de leçons.
    Mais la « Reine » de l’UE, toute imbue de sa personne, de son incompétence et du soutien du « jeune Macron » qu’elle fait sauter sur ses genoux n’en a que faire. N’oublions pas que Merkel en a fit don à l’UE pour s’en débarrasser. Elle aurait meiux fait de la nommer gouverneur d’une ile déserte en Baltique!

  • Faudra-t-il encore longtemps, hélas, pour qu’on se rendre compte que cette Europe là, loin de nous renforcer, ne fait que nous affaiblir. En renonçant à leur indépendance et en se servant systématiquement de l’administration bruxelloise comme d’un parapluie pour se défausser de leurs responsabilités, les dirigeants européens non seulement trompent leurs électeurs et mais aussi se ridiculisent au niveau international. Tant et si bien que ce sont des pays limitrophes mieux gérés qui en profitent …. Dernier exemple en date : https://lecourrier-du-soir.com/terrible-nouvelle-pour-lue-la-norvege-son-plus-grand-fournisseur-de-gaz-rejette-le-plafonnement-des-prix-du-gaz/

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
1
Sauvegarder cet article

Poutine tiers-mondiste

La tension entre la Russie et l’Occident est encore montée d’un cran vendredi dernier.

Tout en annonçant l’incorporation de quatre régions ukrainiennes à la Fédération de Russie Vladimir Poutine a fait le procès d’un « Occident collectif » tout occupé à vouloir asservir la Russie. Parmi les récriminations les plus saillantes, les accusations de néocolonialisme, de racisme et de totalitarisme de la part des Occidentaux sont régulièrement revenues dans la bouche de l’autocrate qui a déclaré :

« L’Occident a continué de rechercher ... Poursuivre la lecture

poutine
2
Sauvegarder cet article

https://www.youtube.com/watch?v=2y40xZ5sGbM

 

Les premiers commentaires du discours « historique » ont insisté sur le fait que Poutine s’adressait par priorité au peuple russe pour redorer un blason terni par les Ukrainiens qui ont l’audace de lui résister, avec l’aide des Occidentaux.

De fait, il s’est situé dans ce qui lui semble être à la gloire de la grande et éternelle Russie : de Pierre le Grand à Joseph Staline, des tsars à l’URSS, les Russes peuvent être fiers de leur histoire, et c’est la raison pour laquell... Poursuivre la lecture

Par Ryan McMaken.

 

Au cours des deux dernières semaines, la Pologne et les États baltes ont tous fermé leurs frontières à la plupart des Russes qui cherchent à les franchir, en particulier ceux qui voyagent avec un visa de tourisme. L'interdiction des voyageurs russes (jusqu'à présent) ne restreint pas l'entrée en Pologne et dans les pays baltes des Russes provenant d'autres pays de l'espace Schengen. Cependant, depuis samedi dernier, la Finlande s'oriente également vers une interdiction des voyageurs russes et va plus loi... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles