Californie : la cause principale des feux de forêts

Plutôt que de bannir les voitures à essence, le gouverneur de Californie devrait plutôt s’inspirer des peuples autochtones et du reste du pays pour mieux gérer « ses » forêts.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Carmel forest fire by David King (CC BY-NC-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Californie : la cause principale des feux de forêts

Publié le 19 décembre 2020
- A +

Par Pierre-Guy Veer.

Dès qu’un sceptique montre du doigt des événements climatiques ne collant pas à l’histoire –comme une absence de hausse dans le nombre de tornades et d’ouragans majeurs – on lui répète le même mantra : c’est la température et non le climat.

Mais quand un zélote vert cri au loup au moindre extrême climatique, c’est parole d’Évangile. Ce fut le cas en 2020 lors des feux de forêts qui ont embrasé la Californie et pourri la qualité de l’air sur une bonne partie des États contigus.

Mais est-ce vraiment le cas ?

Pas une situation inhabituelle

Pour commencer, même la NOAA – qui gère les satellites météorologiques et prédit les parcours d’ouragans – admet que la situation californienne est anormalement humide. En effet, une estimation des précipitations hivernales depuis environ l’an 1400 montre que les sécheresses sont plutôt communes dans l’État d’or.

Quand il a joint l’union en 1853, son climat – et celui de l’Ouest – était plus humide que ce qu’il a été plus tôt durant le millénaire.

Quant aux feux de forêt, ils sont en baisse constante depuis les années 1930 malgré une hausse du gaz diabolique, le CO2. Certes, il y a une hausse depuis les années 1960, mais pas de quoi fouetter un chat.

La véritable cause humaine en Californie

Toutefois, il est vrai que les feux en Californie sont en partie attribuables aux humains. Mais il s’agit plutôt de leur négligence dans l’entretien des forêts que leur supposée influence sur le climat. Le New York Times l’admettait en 2019 avant d’être rattrapé par le Trump Derangement Syndrome.

Pour en revenir à la mauvaise gestion californienne, sachez que, comme plusieurs politiques gouvernementales, elles partent de bonnes intentions mais ignorent toujours les conséquences à long terme.

Notamment, on semble partir du postulat selon lequel il faut éteindre la moindre flammèche. Ainsi, la végétation ne se régénère pas, elle pousse en abondance et quand le climat est trop sec, la moindre étincelle risque de déclencher une apocalypse, comme ce fut le cas récemment.

Ce mode de gestion semble unique à la Californie. Elle compte 50 % des feux de forêt mais à peine 4 % de la superficie du pays. Le Texas, qui a pourtant une superficie forestière plus grande, compte un tiers des méga feux de forêt de la Californie.

L’État, un mauvais gestionnaire

Son secret ? Près de 95 % des terres forestières sont privées et leurs propriétaires pratiquent les feux préventifs. Ce n’est pas exclusif aux acteurs privés, ils sont aussi pratiqués au Canada.

Mais en Californie, au nom des chimériques objectifs climatiques, les feux préventifs sont honnis parce qu’ils polluent. Cette perspective fait aussi partie du mantra du Service des forêts fédéral qui gère 25 % de toute la superficie du pays, avec comme but principal de « préservation, récréation et développement des ressources naturelles. »

Les mots sont en ordre d’importance : on procède à moins de coupes sur les terres fédérales. Résultat : près du tiers des terres sont à haut risque de feux de forêt. Et comme « préserver » une forêt et augmenter sa superficie est plus payant électoralement que de bien l’entretenir, la tendance ne va que s’empirer avec le temps. La même chose vaut pour le transport en commun ; le système d’aiguillage du métro de New York a presque 100 ans.

En d’autres termes, les politiciens de New York et de la Californie donnent encore une fois raison à Aristote. Il avait remarqué que la propriété privée était un meilleur mode de gestion car « les gens portent attention à ce qu’ils détiennent. »

Plus près de nous, Milton Friedman avait créé une matrice montrant les différentes possibilités de propriété et de dépense. Si vous dépensez votre argent, vous vous soucierez de la qualité et de la quantité. À l’opposé, une dépense gouvernementale est faite sans fonds propre. Résultat : il n’y a aucun souci de la qualité ni de la somme dépensée.

Bref, plutôt que de bannir les voitures à essence, Gavin Newsom – le présent gouverneur – devrait plutôt s’inspirer des peuples autochtones et du reste du pays pour mieux gérer « ses » forêts. Le reste du pays s’en portera mieux, et l’industrie forestière reprendra du poil de la bête. Les infestations d’insectes, qui prospèrent dans des forêts mal entretenues, pourraient également diminuer.

Voir les commentaires (23)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (23)
  • Il est un peu anormal de blâmer principalement le gouverneur alors que 57 % des forêts de Californie sont gérées par le fédéral ( https://www.nbcnews.com/news/us-news/california-managing-its-forests-president-managing-its-federal-lands-n942581 ) qui vise à rétablir des forêts quelque peu fantasmées et surtout très denses, ce qui, avec l’augmentation mesurée de températures pendant la saison sèche, même avec une pluviométrie plus importante, conduit à une sécheresse des bois , et donc une inflammabilité, plus grande, surtout au niveau de la canopée, ce qui transforme aisément un feu de sous-bois en feu de forêt incontrôlable. – Il faut rappeler que les séquoias, jusqu’à présent, résistaient bien aux incendies de forêts grâce à leur écorce épaisse et leur feuillage exclusivement haut placé. Ce qui se passe actuellement les menace directement avec, en prime, la prolifération des scolytes qui s’attaque à des arbres affaiblis.

    Pour l’attribution des feux de forêt aux humains, par contre, c’est bien la majorité de ceux-ci qui résultent de la mode écolo-naturo-bobo d’inclusion de villages dans les forêts, du manque d’entretien des réseaux électriques et des imprudences des touristes.

    Des recommandations pour la restauration des forêts californiennes peut être trouvée dans l’article suivant du MIT : https://www.technologyreview.com/2020/09/17/1008473/wildfires-california-prescribed-burns-climate-change-forests/ , qui suggère de remettre en cause la doctrine du « fire suppression by next day », prônée aux USA depuis cent ans.

  • Merci pour vos articles, très bien documentés et dont on peut transmettre les informations à l’entourage.

  • voir aussi le choix des essences importées comme l’eucalyptus qui presente de nombreux avantages ,mais aussi le pire des arbres en ce qui concerne l’inlammabilité ,
    Arbre choisi pour sa croissance rapide et son aptitude à capter l’eau dans les zones tres arides..
    Arbre ideal pour l’industrie du papier
    Tous les pays qui en ont planté se retrouvent dans une situation d’incendies gigantesques regulierement.

    • de toutes façons…vous avez deux pseudo options pour diminuer le risque de feux de forêts : gèrer localement les forêts de façon différente ou empêcher l’humanité d’utiliser des energies fossiles…
      dans l’une on voit rapidement les effets dans l’autre….

      Attendez ,qui croit vraiment que l’humanité va se passer d’energie fossile??? si on s’en remet à ça pour résoudre un problème local.. c’est que l’intentionréelle n’est pas de résoudre le problème local.

      Un bon 3/4 des humains sur terre existe A CAUSE de l’utilisation des énergie fossiles, réussir à voir le pétrole ou le charbon comme des monstres pour l’humanité relève du tour de force…

      les fossiles ont bouleversé les écosystèmes voire les cultures humaines liées à des écosytèmes ..mais l’humanité »…

      • mieux ou pire ,invoquer le CO2, comme cause est un moyen d’emepcher les gens de gérer leur propriété selon ce qui leur semble approprié… pas » qualifié »…

  • Tout à fait d’accord avec cela , l’écobuage existe depuis si longtemps…Ce qui est vrai en Californie l’est aussi en australie qui a connu des incendies gigantesques pour la même raison…Hormis certains foyers encore « douteux » , les Corses savent bien faire…!!!

  • « Dès qu’un sceptique montre du doigt des événements climatiques ne collant pas à l’histoire –comme une absence de hausse dans le nombre de tornades et d’ouragans majeurs – on lui répète le même mantra : c’est la température et non le climat. »

    Une information reprise dans un rapport du GIEC de 2012 .
    Le GIEC juge « probable » qu’il n’y aura pas plus de cyclones, voire moins, mais qu’ils seront plus intenses, plus pluvieux et plus venteux.

    • La question est de savoir comment il juge…
      Je doute que ça puisse sortir d’un modèle , c’est donc essentiellement ..ce que les gens pensent ou pense avoir compris de l’activité cyclonique actuelle et historique..

      le terme probable dans le sens usuel ça veut dire que c’ets assez certain.. et dans le sens scientifique..je n’ai AUCUNE idée…
      d’où en général un petit lexique quelque part qui est supposé expliquer…..

      et en outre il ne faut pas confondre la probabilité d’un truc et la probabilité de se tromper pour le prévoir..
      On est en général dans la seconde catégorie..

      • @Jacques lumiere

        « La question est de savoir comment il juge… »

        Il juge sur les connaissances accumulées du phénomène cyclonique. Voila c’est aussi simple.

        Google : formation d’un cyclone

        Meteo France

        « Des conditions de formation bien particulières

        Pour qu’un cyclone se développe, la température de l’océan doit être élevée dans les 60 premiers mètres pour permettre une évaporation intense et des transferts d’humidité de l’océan vers l’atmosphère. Ce transfert est à son maximum à la fin de l’été lorsque les eaux de surface atteignent 28 à 29 °C. Cette condition thermique est indispensable à la naissance et au développement du phénomène. Ainsi, il ne se forme généralement pas de cyclone en Atlantique sud ou dans le Pacifique sud-est, où les eaux sont relativement froides. Pour la même raison, les cyclones s’affaiblissent rapidement en pénétrant à l’intérieur des terres, où ils ne sont plus alimentés en eau chaude. »

    • Le GIEC n’en sait rien, il y aura peut-être moins de cyclone, mais plus au nord dans l’hémisphère nord.
      On ne sait pas est la bonne réponse.
      Il fait plus chaud depuis 50 ans, cela va changer les régimes climatiques, en moins bien.. ou en mieux.

      • Ce que dit le giec est essentiellement incomprehensible..
        si je vous dis que demain il y a 70% de chance qu’ilpleuve…qu’est ce que ça veut dire?????
        demain est une occurrence unique… quel sens a une proba????

        il faudrait que je reproduise « demain » un très grand nombre de fois..que je constate que le nombre de fois où il pleut tend vers 70%!
        le propre d’une allégation scientifique est d’etre vérifiable ou , à la rigueur, conforme à une théorie « vérifiée » auquel ca on rappelle selon la théorie…et que le truc se situe dans le domaine de validité connu de la théorie…

        Le giec devrait en général ajouter si l’ensemble des modèles que nous utilisons donne une distribution assimilable à une probabilité..que notre comprehension des mécanismes des cyclones est correcte alors…

        Ce n’est pas exactement je ne sais rien, c’est davantage si ce que je crois est vrai alors ce que je déduis est vrai..

        • @jacques lemiere
          Bonjour,
          Le Giec, les météorologues, ne sont pas capables de prévoir le temps qu’il fera dans une semaine, malgré les satellites, les ordinateurs, les logiciels, les modèles informatiques avec un indice de supérieur à 3… alors le climat. Sachant que quand des climato catastrophistes donnent du « C’est la météo. » pour balayer un argument contre leur mantra, ils répondent que le climat est plus « complexe » que la météo… mais font quand même des prévisions climatiques sur 50 ans.

          • En tendance si Météo France a annoncé un redoux dans ma région 10 jrs à l’avance, ses prédictions sont statistiquement plus souvent justes qu’erronées. Les prévisions à 7 jrs 15 jrs me sont très utiles dans mon métier . La prévision pluie dans l’heure de météo France aussi pour mes sorties vélo.

            • @cerceilannister669
              Bonjour,
              « ses prédictions »
              Météo France ne fait pas de « prédiction » : elle fait des prévisions.
              Certes, les catastrophistes climatiques font des prophéties. 7

              « Les prévisions à 7 jrs 15 jrs me sont très utiles dans mon métier  »
              Je suis motard, et les prévisions météo me seraient fort utiles afin de m’équiper pour la pluie si elles étaient plus pertinentes. Dans ma région, presque montagneuse, Météo France se trompe très souvent. Quand j’entends qu’il va pleuvoir dans le weekend, cela arrive que ce soit le cas, trop souvent ce n’est pas le cas. Idem pour la neige, le gel, ou le verglas.

              Mais ok, les météorologues peuvent faire des prévisions justes à 50% sur 15 jours, alors que c’est moins complexe que pour prévoir le climat. Les climato catastrophistes nous pondent depuis des décennies des prophéties de fin du monde tous les dix ans pour dans 10, 20 ou 30 ans.

        • Et pourtant c’est loin d’être incompréhensible. La météo prédit que demain il y’a 2 chances sur 10 de pleuvoir et après-demain 7 chances sur 10, vous tirerez des enseignements utiles de cette prévision . L’homme raisonne de manière probabiliste. ( #cerveau #bayesien #inférence)

      • Je voulais rendre à césar ce qui est à césar.
        Le doute est fécond.

  • Soit l’homme s’occupe sérieusement de son environnement soit il laisse faire la nature, un incendie n’est pas son problème d’ailleurs, les séquoias ont besoin d’incendies pour se reproduire. Le feu n’est pas un fléau sauf pour l’homme mais sait s’en protéger et le dompter.. Pas en Californie, les ecolos ne connaissent rien à la nature, ils sont un danger mortel pour la nature dont on fait partie.

    • Les séquoias je suis pas sûr du tout par contre les eucalyptus portugais oui…

    • L’homme n’a jamais eu d’autre choix que de se « préoccuper » de son environnement

      ça n’est pas un sujet qui quand il est énoncé de la sorte est un piège…

      l’idée à combattre est  » preserver la nature est bon pour l’humanité ».. ce n’ets ni vrai ni faux..le prendre comme vrai est une folie.
      c’est en gros l’idée de l’environnemtalisme. ou écologie..ou autre..qui ne peut conduire qu’à diaboliser l’homme.

      • Nous savons tous que l’écologie est le cadet des soucis de cette engeance ignare. Son objectif est de supprimer le capitalisme! La nature n’a jamais été bonne, au contraire puisque la loi est celle du plus fort avec sa chaîne alimentaire, elle cherche à vous tuer par tous les moyens!

  • La Californie et son gouverneur ont depuis longtemps été les champions du monde de l’écologisme le plus farfelu. Chacune de ces trois dernières années 9000 feux de forêts s’y sont déclarés du fait de l’absence locale d’entretien de forêts, qui est la grande particularité de ce pays, depuis sa richesse grandissante …où l’écobuages des indigènes locaux n’est plus pratiqué, car il est strictement interdit. Il n’y aurait plus un seul pin dans les Landes si les pratiques d’entretien des forêts y étaient le mêmes…

    • @tabourin
      Bonjour,
      En premier lieu, les pins des Landes n’ont rien à y faire. Ils y ont été plantés pour drainer l’eau des marécages, nids à moustiques et du paludisme. Napo III oblige les communes et les propriétaires à assainir et ensemencer les Landes. Dans cette région, seul le pin maritime tient. Il sert déjà à fixer les dunes.
      En second lieu, une forêt avec une seule essence d’arbres est fragile. Martin avait montré cette fragilité en 1999 en détruisant 30% de la forêt landaise.

      Dans ma commune, il y a un deux ans, des platanes centenaires (magnifiques) esseulés dans un parc, bien qu’entretenus par la ville, ont vrillé après une tempête. Ils ont dû être abattus du fait du risque de tomber.
      Le Canal du Midi voit ses premiers platanes sous Napo 1er. Il y een a 42 000. Ils sont malades. Les abattages commencés en 2009 n’arrêtent pas le chancre doré. Les 42 000 platanes doivent tous être abattus et remplacés par plusieurs autres essences.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Ce dimanche, Elon Musk s’est entretenu avec Seth Dillon, président du site satirique Babylon Bee, ainsi qu'avec Kyle Mann et Ethan Nicolle pour une interview approfondie sur les impôts, le Metaverse, le rôle de l’État, et comment la gauche tue la comédie.

Elon Musk est un entrepreneur. Il est le fondateur, président et ingénieur en chef de SpaceX, investisseur initial, président et architecte produit de Tesla, Inc., fondateur de The Boring Company, co-fondateur de Neuralink et de OpenAI.

Avec une valeur nette de ses acti... Poursuivre la lecture

Par Joe Lancaster. Un article de Reason Magazine

Le gouverneur de la Californie, Gavin Newsom, a signé la semaine dernière une loi visant à restituer une propriété en bord de mer aux héritiers d’un couple afro-américain qui en était propriétaire au début des années 1900. Si cette mesure est saluée à juste titre comme un pas en avant dans la réparation d’une injustice raciale, il convient également de reconnaître qu’elle met fin à un exemple frappant d’abus du domaine éminent.

Quand l’État utilise son pouvoir à des fins racistes

... Poursuivre la lecture

Par Frédéric Mas.

Scandale au Parlement : un député favorable à la légalisation du cannabis brandit en séance un joint face à Gérald Darmanin ce mardi. « Le tout répressif est un échec total » a affirmé le député des Bouches-du-Rhône François-Michel Lambert (écologiste) avant de dévoiler l’accessoire qui allait provoquer la colère de Richard Ferrand.

Combat de longue date pour le député écologiste, c’est la sortie ce matin d’un rapport parlementaire sur le cannabis récréatif qui a motivé ce coup d’éclat qui pourra lui coûter che... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles