5 conseils stratégiques de Sun Tzu pour les dirigeants d’entreprise

L’art de la stratégie militaire a toujours inspiré les gourous du management, et ce n’est pas pour rien.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 1
Jeu de go crédits Frédéric Bison (CC BY 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

5 conseils stratégiques de Sun Tzu pour les dirigeants d’entreprise

Publié le 7 septembre 2022
- A +

Par Alain Goetzman

Il convient de rester prudent et mesuré quand on établit des parallèles entre stratégie militaire et stratégie d’entreprise. Heureusement, les enjeux ne sont pas de même nature et la vie des hommes ne doit jamais être mise en danger sur les champs de bataille économique.

Il n’empêche que l’art de la stratégie militaire, tel qu’il nous a été transmis par les grands généraux de l’histoire, a toujours inspiré les gourous du management.

Un certain nombre de principes, vieux comme le monde, continuent de présider à la réflexion et à l’exécution stratégique. Les mots se sont transformés ; les concepts subsistent.

Arrêtons-nous aujourd’hui sur quelques-uns des 13 articles de L’Art de la Guerre du général chinois Sun Tzu, sans doute publiés au début du Ve siècle avant J.C.

Avant même d’engager une quelconque action, Sun Tzu détaille quelques-uns des pré-requis – cinq facteurs, à prendre en compte préalablement à la bataille.

  • La vertu qu’il qualifie comme étant ce qui assure la cohésion entre supérieurs et inférieurs, celle qui incite ces derniers à accompagner leur chef jusque dans la mort, bref, le leadership.
  • Le climat, avec l’alternance de l’ombre et de la lumière, du chaud et du froid, le cycle des saisons, l’environnement.
  • La topographie, qui inclut les distances et la nature du terrain, ces deux facteurs pouvant se traduire pour le dirigeant par l’état du marché.
  • La qualité du commandement qui exige perspicacité, impartialité, humanité, résolution et sévérité du général.
  • L’efficacité de l’organisation, la discipline, la hiérarchie et la logistique.

 

Pour Sun Tzu, avant d’engager le combat, il faut donc vérifier qui a le meilleur général, les conditions climatiques et géographiques les plus favorables, la discipline la plus forte, l’armée la plus puissante, les soldats les plus aguerris et le système de récompenses et de sanctions le plus efficace.

Il est également indispensable de savoir dissimuler pour tromper l’ennemi : capable, passer pour incapable, proche, sembler loin, loin, sembler proche, ne pas se découvrir, rester secret. C’est en additionnant les atouts sans les découvrir que le chef se donne les meilleures chances de victoire.

Il faut aussi cultiver l’art de l’évaluation de soi et des autres, car, sera victorieux celui qui sait quand il faut combattre et quand il ne faut pas, qui sait commander aussi bien à un petit qu’à un grand nombre d’hommes, qui sait harmoniser la volonté des inférieurs et des supérieurs, et dispose d’un bon encadrement pour affronter un ennemi qui n’y est pas préparé.

La conclusion de Sun Tzu est lapidaire :

« Qui connait l’autre et se connait ne sera jamais défait ; qui ne connait l’autre mais se connaît sera vainqueur une fois sur deux ; qui ne connaît pas plus l’autre qu’il ne se connaît lui-même sera toujours défait. »

Voilà un ensemble de règles qui, adaptée à nos temps modernes, gardent toute leur valeur dans l’entreprise aujourd’hui.

Elles marient la maîtrise professionnelle, la capacité stratégique et le leadership du dirigeant à la cohérence des équipes et l’efficacité de l’organisation. À 25 siècles de distance, quelle extraordinaire démonstration de la permanence de l’Homme dans le commandement.

Article publié initialement le 16 mars 2016


Sur le web

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • Le dernier conseil – connais ton ennemi comme toi-même – est le moins suivi, y compris par les conseils d’administration : très rares sont, par exemple, les entreprises où le bonus des dirigeants est lié à la performance de l’entreprise par rapport à celle des concurrents et non à la performance absolue qui est souvent conjoncturelle.
    A titre d’exemple, le CEO de Boeing à droit à une prime de 7 mio $ s’il atteint un certain nombre d’objectifs. Aucun n’est lié à la performance relative de Boeing par raport à Airbus, son seul concurrent de niveau comparable.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Dans mon dernier article, j’évoquais la façon dont certaines organisations s’habituaient à la médiocrité, et masquaient le déclin qui en résulte par de grands discours visionnaires ou sociétaux. Pour décrire leur situation, j’utilisais l’image du canard, qui paraît calme en surface mais qui, sous l’eau, pédale comme un fou pour essayer d’avancer. L’article a suscité énormément de réactions, beaucoup de lecteurs demandant évidemment ce qu’on peut faire pour résoudre la difficulté. Répondre à cette question, c’est la quête du Graal.

Sans... Poursuivre la lecture

Les entreprises s’effondrent rarement d’un seul coup. L’effondrement n’est presque toujours que la phase visible d’un déclin qui a commencé longtemps avant et s’est développé de façon insidieuse. Comme la fameuse grenouille qui ne réagit pas quand la température de l’eau dans laquelle on l’a plongé augmente, cette lenteur rend plus difficile la réaction : les signes de déclin semblent disparates et il est difficile de les relier pour brosser un tableau d’ensemble permettant une prise de conscience du danger. Au cœur de cette difficulté se tro... Poursuivre la lecture

guerre défensive Ukraine négocie négotiation
0
Sauvegarder cet article

Par Cyrille Bret.

Six mois après le déclenchement de l’« opération militaire spéciale » russe en Ukraine, le 24 février 2022, le gouvernement de Kiev a engagé, fin août-début septembre, une contre-offensive dans le sud et le nord du pays. Dans la région méridionale de Kherson et dans la zone nord-orientale de Kharkiv, les soldats ukrainiens ont commencé à reprendre du terrain aux troupes russes. Remarquées pour leur rapidité, leur agilité et leur efficacité, ces deux contre-attaques inquiètent en Russie, rassurent en Occident et suscit... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles