Deuxième bombe à retardement : l’industrie française en perte de vitesse 

L’industrialisation d’un pays ne se décrète pas, mais s’obtient uniquement grâce à un environnement fiscal et normatif lui permettant de s’imposer dans le monde.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 4
Photo by C D-X on Unsplash - https://unsplash.com/s/photos/industry

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Deuxième bombe à retardement : l’industrie française en perte de vitesse 

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 31 août 2022
- A +

L’industrialisation d’un pays ne se fait pas avec des incantations comme le fait notre ministre de l’Économie.

Elle ne se décrète pas, mais s’obtient uniquement grâce à un environnement fiscal et normatif lui permettant de s’imposer dans le monde, ou tout au moins en Europe en ce qui nous concerne.

 

La France a tout faux depuis la fin du XXe siècle

En 1982 François Mitterrand a abaissé démagogiquement l’âge de la retraite à 60 ans alors que la majorité des autres pays la maintenaient à 65 ans. À ce jour il a été ramené à 62 ans tandis qu’en Allemagne, premier concurrent industriel, il est à 65 ans + 10 mois en attendant 67 ans d’ici 2030.

Au premier janvier 2000 pour les entreprises de plus de 20 salariés et 2002 pour les autres, la mise en place des 35 heures qui a sonné le glas de l’industrie française.

Ajoutons une inflation de normes et décrets atteignant à ce jour le chiffre de 400 000 et dont une majorité est contraignante pour l’industrie, alors que nos voisins les ont limité à 80 000 ; sans oublier que la transposition de celles-ci en droit français se fait presque systématiquement en y ajoutant des contraintes, ce qui n’est pas le cas en Allemagne.

L’évolution des charges sur les entreprises est réalisée sous plusieurs formes, la première étant les charges dites sociales dont la France détient depuis des décennies le record du monde. Mais il faut également prendre en compte les impôts de production, soit environ 100 milliards d’euros en France contre 14 milliards chez nos voisins.

Le Code du travail enfle pour atteindre pratiquement 4000 pages que chaque entrepreneur est sensé connaître dans les détails, ce qui naturellement ne peut pas être le cas, ouvrant alors un nombre considérable de conflits avec les salariés et l’administration.

 

Le tournant des années 2000

À cette période, le pays était presque sur un pied d’égalité avec l’Allemagne, que l’on disait pourtant être l’homme malade de l’Europe. L’industrie des deux côtés de la frontière représentait environ 24 % du PIB.

Consciente de sa fragilité au niveau mondial, l’Allemagne, avec le chancelier Schroeder à sa tête, a mis en place un certain nombre de mesures drastiques, dites lois Hartz 1 à 10, lesquelles ont permis le redressement spectaculaire de l’économie allemande, principalement son industrie.

Pendant la même période, l’immense erreur de Jacques Chirac a été de dissoudre l’Assemblée nationale, ce qui a donné des ailes au gouvernement de Lionel Jospin qui a réalisé une promesse totalement démagogique avec les 35 heures.

C’est à ce moment que la France a décroché par rapport à l’Allemagne, qui a même augmenté la part de l’industrie dans son PIB, alors que le pays est passé en dessous de 10 % de PIB, qui a de plus évolué moins vite.

 

Sac à dos

C’est une allégorie entendue de plus en plus et dont je revendique la paternité par un article paru dans les 4 Vérités le 3 novembre 2018.

Il s’agit de comparer la performance de nos chefs d’entreprise à la prouesse d’un athlète de haut niveau qui devrait courir avec un sac à dos chargé de 50 kg.

Le sac à dos de notre entrepreneur serait chargé de taxes, d’impôts et de contraintes en tout genre dans la gestion de son entreprise. Il est évident qu’il ne pourra pas suivre la concurrence européenne et mondiale quand celle-ci dispose d’un environnement beaucoup moins contraignant.

Notre sac à dos est chargé de prélèvements obligatoires sans commune mesure par rapport à la concurrence. Dans son dernier livre Agnès Verdier-Molinié les estime à 150 milliards d’euros auxquels il faut ajouter les contraintes imposées par un Code du travail démentiel qui fait le délice de notre administration avide de moyens mis à sa disposition pour entraver les entreprises.

Un autre handicap rarement évoqué concerne les hauts salaires des cadres. En effet, à 4000 euros brut par mois les charges sociales, non plafonnées en France, sont deux fois plus importantes qu’en Allemagne et trois fois plus pour un salaire de 8000 euros. Le marché du travail ne connaissant plus de frontières en Europe, si un chef d’entreprise français veut garder ses cadres il doit sensiblement augmenter leur salaire brut afin qu’ils disposent d’un revenu net équivalent à celui des voisins !

L’État semble enfin en prendre conscience et cherche à y remédier mais seulement en réduisant la charge du sac à dos. Mais ce n’est pas en passant de 50 à 40 kg que le chef d’entreprise pourra concurrencer son équivalent allemand, il faut impérativement le supprimer rapidement.

Ceci d’autant plus que les entreprises françaises surimposées ne sont pas en capacité de générer une marge suffisante pour des investissements indispensables. Elles doivent faire appel à l’endettement alors que leurs voisins qui peuvent se leur permettre disposeront d’un bilan beaucoup plus présentable.

Sur les vingt dernières années c’est une perte de rentabilité colossale pour les entreprises françaises qui se concrétise par une perte régulière et catastrophique du potentiel industriel du pays.

 

La descente aux enfers va continuer

Qui aura le courage de mener à bien cette réforme ?

Je doute fort que ce soit ce gouvernement et ses mesures homéopathiques sans aucun impact sur  l’avenir économique du pays. Vingt années de déni de la réalité obligeront une véritable révolution industrielle. Si les réformes ne sont pas réalisées immédiatement, ce seront le FMI, la BCE et l’UE qui les imposeront car ce laxisme va mettre en danger l’existence même de l’Europe qui devra rapidement imposer des règles économiques identiques chez tous les membre de sa communauté.

Il est évident que jamais nos partenaires ne se caleront sur nous qui avons démontré l’inefficacité de notre système, d’autant plus qu’une simple réflexion pourrait nous convaincre. En effet la surtaxation a fait disparaître plus de la moitié de l’industrie française. Diminuer de 50 % les charges fera remonter à un minimum de 20 % sa part dans le PIB. Donc, mathématiquement, les rentrées fiscales à terme seront identiques à celles d’aujourd’hui.

 

Conclusion

Imposons tout de suite cette réforme par une loi cadre qui sera ainsi gravée dans le marbre. Elle garantira aux entreprises industrielles sa pérennité et sera la seule façon de faire revenir celles qui ont été contraintes de délocaliser depuis une vingtaine d’années.

Notre PIB fera alors un grand bond en avant et nous pourrons alors talonner, voire dépasser nos collègues allemands. Sans cela, une nouvelle bombe à retardement nous attend !

Voir les commentaires (10)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (10)
  • Ce que beaucoup de gens ne réalisent pas, c’est ce que représentent, comme pourcentage du bénéfice, les impôts sur chiffre d’affaires.
    En 2018,  » la part des bénéfices des entreprises consacrée au paiement des taxes : En France elle s’élevait à 60,4% en 2018, contre 53% en Italie, 49% en Allemagne, 47% en Espagne, et 30% au Royaume-Uni  » ( Allianz Trade ) – on est loin des 25 % du taux officiel des bénéfices, puisque ce taux s’applique sur des bénéfices après taxes de production.

  • oui, ne jamais oublier que l’argent c’est le travail, effectué avec de l’énergie. Alors que se passera t-il sans énergie ? une nouvelle descente aux enfers, avec des marchés qui nous échapperont……

  • Aucun politicien en France ne veut baisser les taxes pour faire revenir l’industrie. Pour 2 simples raisons.
    1) celui qui le fait ne sera pas réélu car taxé (c’est le cas de le dire) de faire des cadeaux aux riches. Et comment va-t-il faire pour continuer à assister tout ceux qui ne veulent pas travailler ? Pour financer ses faibles baisses, Macron est en train de faire main basse, par sa réforme, sur le pactole des cotisations chômage en les ramenant dans le giron de l’État.
    2) n’étant pas réélu, le gouvernement suivant les remettra. Ex Hollande qui a passé 2 années de son mandat uniquement à détricoter ce qu’avait fait son prédécesseur.

    • Macron est sûr de ne pas être réélu de toute façon. Donc, théoriquement, il pourrait le faire.
      Il est loin d’être évident d’ailleurs que la suppression de taxes, clairement argumentée, serait si impopulaire que ça. Mais il est clair que sur les superprofits, par exemple, BLM donne l’impression de les défendre par connivence et non par logique économique que les profits d’aujourd’hui sont les investissements et les emplois de demain…

  • Exellente analyse mais il faut ajouter le dedain pour le travail des Francais;Dans les groupes et toutes entreprises gérées par des cadres,le sport national consiste a aller travailler qu’après avoir exploité toutes les facilités des lois socialesl afin d’etre payé sans travailler.congés, rtt, absence autorisée (ou non)jour d’exeption,mariage, maternité paternité, ponts a rallonge arrets de travail réels ou parfaitement bidon,certaines boites ont même instauré un droit aux congés maladie ! ça c’est le comble de l’incitation a la faineantise;Etc Etc…Le plus curieux n’est pas de voir partir des entrepreneurs mais de voir qu’il en reste encore un peu .Du masochisme certainement.

    • Le plus curieux est que tout le monde est bien d’accord sur ce diagnostic, mais s’empresse de le passer sous silence quand il s’agirait d’en tirer des conséquences pour la distribution d’argent gratuit.

  • Quelle conclusion ! Je crois que talonner ou dépasser l’ Allemagne dans un domaine ou un autre n’est pas une vraie préoccupation française, du moins dans ces termes, exception faite du football.

  • Un article classique ou on se plaint de payer trop d impot … Mais bien evidement pas la moindre proposition pour baisser les depenses ! Car l auteur se plaint de la lourdeur des charges sociales mais oublie de dire que les baisser veut dire de tailler dans les pensions de retraites et les soins medicaux (il faut pas rever meme si la fraude est reduite a 0, ca ne suffira pas !)

    La comparaison avec l allemagne est soit biaisée soit l auteur n y a jamais mit les pieds. Y ayant travaillé des annees, je vais donc rectifier ce que l auteur oublie de dire:
    – les cotisations sociales sont plus faibles qu en France (vrai). Par contre l impot sur le revenu est nettement plus elevé (donc au final ca change pas grand chose si vous raisonnez en net net). Si vous etes celibataire, vous avez presque -50 % entre le brut et le net. Et en RFA, pas de prime au lapinisme: le quotient familial n existe pas
    – les cotisations sociales plus faible dit prestation plus faible. Un retraité allemand touche moins qu un francais. Pour l assurance maladie le systeme est different (et j ai peu utilisé). De memoire vous avez des caisses independante (krankenkasse) et le montant des primes depends pas de vos revenus mais de votre age (logique car plus tu es vieux plus tu as de chance d avoir une maladie grave). Implanter ca en france c est se mettre a dos des gens comme l auteur qui ont un age certain
    – la grosse difference entre l industrie allemande et francaise n est pas citee ici. C est comment le personnel est considéré (et surtout le personnel technique). En France c est des nazes qu on peut sous payer et fournir du materiel mediocre (j ai travaillé dans une societe du CAC40 qui achetait ses stations de travail d occasion (moins cher !) et ou avoir une imprimante etait un luxe). Dans une autre société (PME), seul le patron et la comptable avait la clé. Si tu arrivais trop tot, eh ben tu faisais le planton devant la porte. En RFA, j ai eut la clé des locaux le premier jour !

    – l auteur est parait il ancien dirigeant d une PME industrielle. Il avait vraiment du personnel payé 8000 €/mois ? Je serai curieux de savoir quel etaient leurs fonctions … En France un bon ingenieur qui reste dans une fonction technique (aka un cul de sac pour sa carriere) n a aucune chance de depasser les 4000 (et encore je suis gentil)

    • OK Boomer
      OK Boomer
      (Je répète, parce vous même vous répétez, et ne prenez jamais en compte les arguments qu’on vous oppose)

      -1
  • En aviation la perte de vitesse se termine souvent par un décrochage ( c’est déjà fait pour l’industrie), mais si l’on vole assez haut ( ce qui n’est plus le cas de notre industrie) c’est rattrapable si l’on exécute à temps les manœuvres appropriées.
    Malheureusement, comme les pilotes n’ont pas encore compris qu’ils ont décroché ( les mêmes que ceux du Rio/Paris), qu’ils ne connaissent pas les bonnes manœuvres et qu’ils font le contraire de ce qu’il faudrait, j’ai bien peur que le décrochage se termine à la baille dans l’océan des dettes!
    CPEF

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’âge de la retraite semble avoir beaucoup d’intérêt pour les candidats, il n’en a pratiquement pas pour les retraités actuels et futurs.

Certes l’âge de la retraite est désormais au cœur de la campagne électorale. Dans son allocution de lundi soir le Premier ministre a annoncé non seulement son soutien inconditionnel au candidat Macron (ce qui était surprenant et courageux) mais aussi sa certitude que les tout premiers jours du nouveau président (« reconduit » a-t-il dit avant de corriger pour « réélu ») seraient consacrés à la réform... Poursuivre la lecture

Première partie ici Deuxième partie ici Troisième partie ici Quatrième partie ici

 

Les penseurs de la loi de Say de nos jours : Steven Kates et Mark Skousen 

Comme nous avons vu dans cette série d’articles, les dépenses improductives trouvent leurs fondements dans la rhétorique keynésienne de la déficience de la demande (qui trouvait déjà des échos chez les mercantilistes, et après Malthus et Sismondi).

Cependant, des dépenses qui n'ajoutent rien en termes de valeur ajoutée re... Poursuivre la lecture

La redistribution est une mauvaise idée, principalement pour des raisons économiques. Les personnes qui reçoivent des aides financières sont moins incitées à être productives et celles qui paient des impôts pour financer ces dépenses ont moins envie d'être productives. Cela se traduit par une baisse de la production économique, et donc du niveau de vie.

Mais il y a une autre raison de s'inquiéter de la redistribution. Je crains qu'elle n'érode le capital sociétal, c'est-à-dire l’ensemble des caractéristiques attitudinales telles que l'... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles