Il reste encore 35 milliards d’impôts de production à supprimer

Les impôts de production, loin d’être l’ami des comptes publics équilibrés, sont l’archétype de l’impôt gaspilleur qui coûte autant que ce qu’il rapporte.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Il reste encore 35 milliards d’impôts de production à supprimer

Publié le 28 mars 2022
- A +

La fiscalité de production reste un frein majeur à la compétitivité française. L’essentiel de la classe politique est conscient que la baisse de 10 milliards mise en œuvre cette année est insuffisante et qu’il faut aller plus loin.

La nocivité de la CVAE

Un débat s’est développé entre ceux qui souhaitent supprimer la cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises ou CVAE et ceux qui veulent démanteler la Contribution sociale de solidarité des sociétés ou C3S. La CVAE, assise sur la valeur ajoutée, s’apparente à une deuxième couche de TVA et finance les collectivités locales à hauteur de 7 milliards par an. Elle est particulièrement nocive pour les activités industrielles. La C3S, taxe sur le chiffre d’affaires, contribue au financement des retraites et représente 4 milliards. Pour Philippe Martin, le président du Conseil d’analyse économique, il conviendrait de privilégier la suppression de la C3S qui réduit les exportations et favorise les importations. Selon lui, compte tenu du caractère dégradé des finances publiques, il ne serait pas possible d’aller plus loin. Ce raisonnement comptable et statique mérite d’être challengé.

Nombre de nos voisins, tels l’Allemagne, ont supprimé leur fiscalité de production. Ils se contentent de taxer les entreprises en fonction de leurs résultats, ce qui limite les destructions d’emplois et favorise l’implantation de nouvelles activités. Contrairement à nous, ils sont capables d’équilibrer leurs comptes publics.

Les impôts de production, un impôt gaspilleur

La fiscalité de production, loin d’être l’amie des comptes publics équilibrés, est l’archétype de l’impôt gaspilleur qui coûte autant que ce qu’il rapporte. Véritable piège structurel, cette fiscalité pousse la création de richesses en dehors de l’Hexagone. Ce faisant, elle nuit au rendement des impôts traditionnels, tout en augmentant le chômage, particulièrement coûteux pour la collectivité (14 500 euros par an en moyenne). Nos travaux à l’Institut économique Molinari montrent que réduire de 35 milliards d’euros la fiscalité de production et rejoindre la moyenne européenne serait le meilleur investissement qu’on puisse faire.

Dans un délai raisonnable, le manque à gagner serait compensé par la hausse des autres fiscalités, avec une hausse des cotisations sociales, de l’impôt sur les sociétés et de la TVA à taux de cotisations inchangés. Au lieu de se demander si nous avons les moyens de réduire les impôts de production au niveau de nos voisins, nous devrions nous demander si nous avons les moyens de conserver une fiscalité incompatible avec la création de richesses dans une économie ouverte.

Voir les commentaires (17)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (17)
  • Ce n’est- pas tant sur l’impôt qu’il faut agir que sur le gaspillage d’argent public
    Commençons par réduire les dépenses – la ruineuse et surtout inutile transition énergétique par exemple, tout çà pour 0,9 % des émissions mondiales – et on pourra alors baisser des impôts, et là on aura le choix desquels.

    • La transition énergétique est surtout un excellent moyen de piller tous les citoyens dans leurs moindres faits et gestes, une aubaine pour Bercy.

    • la transition energetique c est quelques milliards ( 9 milliards pour le service public de l’énergie et les énergies renouvelables, près de 8 milliards pour les transports, ou encore 2,5 sur la biodiversité et l’eau d apres https://www.lemonde.fr/politique/article/2020/09/28/budget-2021-800-millions-en-plus-pour-la-transition-ecologique_6053923_823448.html). 19 milliards ca semble beaucoup mais c est que 2 % de de qui est financé par nos impots & cotisations

      Le gros de depenses c est les pensions et les soins medicaux. pas de reelle baisse des depenses tant qu on attaque pas ces 2 postes qui representes 50 % des depenses

      -5
      • Avant de s’attaquer aux faméliques pensionnés, je suggère que l’on s’attaque
        aux 50 milliards d’Euros de fraudes annuelles aux prestations sociales. (Source : Ch. Prats)
        Mais là, je crains que la température risque de monter de 10 degrés.

      • Vos chiffre ne représentent qu’une infime partie de la réalité, en fait le « vert » c’était déjà dans les 50 milliards au total en 2018 et j’ai détaillé plus bas, les vrais dépenses inutiles les plus évidentes.

    • « Commençons par réduire les dépenses… »
      Et voilà comment, parce qu’il y a toujours d’autres choses nécessaires qui paraissent encore plus urgentes à certains, aucune n’a jamais été entreprise !
      Faisons supprimer les impôts de réduction, ET réduire les dépenses, mais gardons nous bien d’offrir des excuses à ceux qui ne le font pas en disant qu’il y aurait plus urgent.

    • Réduire les dépenses, vous n’y penser pas.
      Vous êtes contre les gentilles ninfirmières dans les gentils nhôpitaux ?

  • Baisse d’impôts de productions sur les bien qui sont entièrement fabriqués en France ainsi que l’utilisation de la main d’œuvre local (entièrement déclarer)

    • Non. Suppression et non simple baisse de ce qui est contre-productif. Et suppression pour tous sans distinction. Il n’existe d’ailleurs plus aujourd’hui de telle chose qu’un produit entièrement fabriqué en France ou dans n’importe quel pays, et fausser le libre jeu du marché est toujours une mauvaise idée.

  • comme si le coût ne dépendait que des impôts …. et le travail ?? 35 H ? ça produit quoi dans un un monde en compétition? et puis enlever des impôts d un côté pour augmenter ailleurs ???? qui paie à la fin du parcours ? les clients ont ils un budget extensible à l’infini ? et l’énergie ? va t on continuer à Hausser artificiellement son coût? est-il normal de dépendre de l’extérieur et s interdire toutes nos chances en France Métropolitaine et outre mer ? acheter gaz de schiste aux USA et interdire recherche et exploitation chez nous ;ça s’appelle comment ? Bref notre pays est peuple d’une majorité inconscients qui élisent des irresponsable s

    • J’ai du mal à vous suivre. Penseriez-vous qu’il ne sert à rien de supprimer les impôts de production car leur existence éviterait que d’autres impôts n’apparaissent par ailleurs ?

      • non je ‘dis que vous pouvez bien supprimer les impôts de production ça sera insuffisant c’est tout le pays, la mentalité du pays ;le rapport au travail ,, qui devrait changer mais, sortir dune éducation manipulatrice socialiste ,écologique , sortir d’une manipulation permanente de médias , y compris du monde du spectacle , est probablement impossible. Essayez de discuter avec vos petits enfants sur l’écologie , vous verrez ..

        • C’est vrai. Je serais curieux de savoir si les petits Chinois méprisent autant les opinions de leurs grands parents.

        • « c’est tout le pays, la mentalité du pays »

          Tout à fait vrai, bien que le pays soit celui qui travaille déjà le moins en occident les gens sont profondément infectés par la mentalité « père Noël ». On retrouve même à « droite » cette mentalité et la défense de l’état et des « zaquissociaux » (soit ne travailler qu’une moitié de sa vie, d’autres esclaves payant pour l’autre).
          Globalement, les français n’ont plus du tout envie de marché-libre et les autres pays sont aussi infectés à des degrés divers. La plupart des gens en occident font des shit-job dans la bureaucratie, l’administratif, le vert, le « social » ou autre domaine de connivence.

  • En réalité le secteur productif paie 39% des dépenses, soit 569 milliards alors que ça devrait être… Zéro.
    Il n’y a que les socialistes qui sont assez imbéciles pour affamer les vaches laitières qui fournissent biens, services, emplois et salaires à la société (En fait ils arrosent leurs « clients » et « amis » avec cet argent, ce qui n’est pas si bête …dans leur logique de pouvoir).
    Je vous trouve 150 milliards d’économie très facilement et 100 milliards de plus en fouillant un peu plus sans toucher un seul cheveu des « infirmières ». C’est facile, suivez la gauche et leurs « amis » et vous tombez sur des mines d’or de gaspillages.
    .
    Quelques chiffres:
    Dépenses totales: 1469 milliards d’euros (2021)
    Régalien élargit (ednat, hôpital, police, justice, armée, route etc.): 289 milliards.
    (l’état réellement utile coûte donc ~19% des dépenses totales)
    .
    Subventions aux associations: 54 milliards (seuls les adhérents doivent payer).
    Fraude aux cartes Vitale: 50 milliards (74 millions de cartes actives).
    Logements « sociaux »: 51 milliards (une horreur collectiviste).
    Subventions aux syndicats: 5 milliards (rapport Perruchot).
    Pravda d’état Nébuleuse France télévision: 5 milliards. (Contre pouvoir… payés par le pouvoir, bonne idée).
    AME: 1 milliard (aide médicale aux illégaux, les artisans qui travaillent 60 heure par semaine et risquent la prison s’ils ne paient pas leurs impôts apprécieront).
    ————
    Total: 166 milliards.

  • Résumé des discussions : ne me taxez pas, taxez les autres !

    -1
  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Invitée lundi 4 avril sur BFM TV, la candidate du Rassemblement national défend l’idée d’une baisse des taxes sur les carburants, expliquant que cela avantage les consommateurs français.

« Il faut rendre leur argent aux Français […]  On baisse les taxes, ça avantage les Français, personne d’autre »

Raisonnement imparable : on se demande pourquoi Marine Le Pen ne le généralise pas et le juge vrai seulement pour le pétrole, le gaz, l’électricité et 100 produits de première nécessité qu’elle sait choisir mieux que nous, même si ell... Poursuivre la lecture

sncf
0
Sauvegarder cet article

Par François Turenne. Un article de l'IREF Europe

Le 9 mars dernier, la commission des Finances a rendu un rapport au vitriol sur la SNCF. Les deux auteurs font le constat que le modèle du groupe ferroviaire doit se réformer en profondeur car il ne pourra pas éternellement compter sur le soutien public pour éponger ses dettes. Ils saluent la libéralisation du rail, génératrice d’un cercle financier vertueux pour l’ensemble du secteur ferroviaire. Enfin, ils dénoncent le poids financier de plus en plus important de l’opérateur historiqu... Poursuivre la lecture

Certes les prix flambent mais quelque part c’est la loi du marché, on ne peut pas se réjouir d’une économie libérale qui a projeté les pays l’ayant adopté parmi les plus riches de la planète et en même temps réclamer une certaine forme d’étatisme lorsqu’une situation se dégrade temporairement.

Passant ma vie entre la France et l’Allemagne, je peux comparer les prix en euros des différentes dépenses d’un couple dans la vie courante.

Un niveau de vie supérieur en Allemagne

Non seulement le salaire moyen y est supérieur au nôtre d’... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles